Blog

03 Mai
0

Décès du ministre Maurice Séri Gnoléba: Le président Bédié dépêche Guikahué et une forte délégation de haut niveau du PDCI-RDA s’informer auprès de la famille du défunt

La grande famille du Pdci-Rda est encore sous le choc. Le ministre Maurice Séri Gnoléba est décédé le 1er mai à Abidjan, jour de la célébration de la fête du travail. La nouvelle est parvenue au président Bédié, le même jour. Dès le lendemain 2 mai, il a dépêché le chef de son Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué, pour vérifier l’information du décès de son frère et ami, auprès de sa famille à Biétry. Dès 19h, ce jeudi 2 mai, Maurice Kakou Guikahué, à la tête d’une délégation de haut niveau du parti, s’est rendu au domicile du défunt. Il était accompagné de plus d’une dizaine de Secrétaires exécutifs du parti dont Roland Adiko, N’dri Pierre-Narcisse, Mme N’dabian, Mme Adèle N’dioré, Isaac Aka, Denis Kah Zion, Valery Yapo épouse Adayé, Seri Bi Privat, Kamagaté Brahima, etc. de plusieurs responsables de structures et instances dont Me Seri Kossougro Emile Christophe, Mme Véronique Aka-Bra Kanon, le président Henri Joël de la Jpdci estudiantine et scolaire, des élus et membres du Bureau politique et autres militants.
«Le président Bédié ayant appris le décès de son frère, Séri Gnoléba, a dépêché le chef du Secrétariat exécutif, Pr Guikahué, pour vérifier l’information», a dit dès l’entame des nouvelles, l’honorable Gozé Séplé Bernard, porte-parole de la délégation du Pdci-Rda, s’adressant à Jean Likane, porte-parole de la famille, en présence du chef de famille Kipré Digbeu Maurice.
«La nouvelle que vous avez apprise est, malheureusement, vérifiée. Nous sommes affligés depuis hier. Dites au président Bédié que son frère est effectivement décédé», a aussitôt répliqué, Kipré Digbeu Maurice à travers Jean Likane. Et d’ajouter que «nous ne sommes pas surpris de la qualité de la délégation que le président Bédié nous a envoyée. Nous sommes encore sous le choc, mais nous allons rapidement réunir la famille pour se concerter et sortir un chronogramme des obsèques que nous allons vous faire parvenir au plus tôt possible. Car, notre frère était aussi le vôtre. Ensemble nous allons préparer ses funérailles. Nous allons associer le Pdci-Rda, sa famille politique, à ses obsèques. Merci au président Bédié et à tous les membres de la délégation qu’il nous a envoyés pour pleurer avec nous.»
La nouvelle étant donc vérifié, le Chef de la délégation du Pdci dira, à travers son porte-parole que «nous allons rendre colpte au président du parti, les funérailles de Maurice Séri Gnoléba sont les funérailles du Pdci-Rda. Le Pdci-Rda va donc s’impliquer et prendre sa part de deuil. Car, Séri Gnoléba fait partie des disciples de Félix Houphouet-Boigny, avec lesquels il a façonné la Côte d’Ivoire moderne».
DIRCOM PDCI-RDA

Lire la suite
03 Mai
0

L’hommage du PDCI-RDA à El Hadj DIOMANDE GBAHOU (oraison)

Le jeudi 2 mai 2019. Les dirigeants, les militants de toutes les instances du Pdci-Rda étaient réunis dans la Salle Félix Houphouet-Boigny du siège dudit parti pour un dernier hommage à un grand militant, Diomandé Gbahou. Ci-dessous, l’oraison funèbre lue par le chef du Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué.

Mesdames et Messieurs les Vice-présidents,
Mesdames et Messieurs les Membres du Secrétariat Exécutif
Distingués membres des Instances du Parti
Chers Parents
Chères Sœurs, Chères Frères
Militantes, Militants
Mesdames et Messieurs
Alors qu’on s’attendait à un répit, après les obsèques du centenaire Bernard BINLIN DADIE, je me tiens à nouveau devant vous, dans ce siège, pour vous annoncer, au nom de SEM Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, la triste nouvelle de la disparition d’un autre militant intrépide ; il s’agit de El Hadj DIOMANDE GBAHOU.

Cette mort cruelle et impitoyable vient de clairsemé un peu plus nos rangs au moment où notre Parti, le PDCI-RDA, fait face aux défis de son existence. Nous voici donc rassemblés une fois encore dans cette mythique Salle Felix HOUPHOUET-BOIGNY pour le dernier Bureau Politique du Délégué DIOMANDE GBAHOU.

Vous devinez aisément que l’émotion m’étreint, à cet instant où je prends la parole pour honorer la mémoire de ce brillant Ingénieur Agronome, Député de la Nation et surtout animateur local de notre Parti, à un moment crucial pour le PDCI-RDA, dans la région du Bafing; les premières années d’après le coup d’Etat de 1999. Il fallait être présent à cette période.
Mesdames et Messieurs
Celui qui nous réunis ce matin, DIOMANDE GBAOU, est né le 08 juillet 1939, à Abengourou
Il est diplômé de la prestigieuse École Nationale d’Agronomie de Toulouse, en France. Il fait partie de la deuxième promotion des Ingénieurs Agronomes Ivoiriens, après l’Ecole primaire publique de Dimbokro, le lycée Treich-Laplène, le lycée classique d’Abidjan.
Je voudrais saluer et remercier tous les militants et militantes de notre parti ainsi que les amis et connaissances de la famille DIOMANDE GBAOU, et présenter les condoléances les plus émues du PDCI-RDA.

Enfin, je voudrais adresser toute la reconnaissance du Président du PDCI-RDA à tous les cadres de la région du Bafing qui ont effectué le déplacement en ce lieu, pour ce dernier hommage du Parti à ce valeureux cadre, leur frère, notre frère.
El hadj DIOMANDE GBAOU
Député à l’Assemblée Nationale de 1995-2011
En 1995, il fut Conseiller auprès du Président de la chambre d’Agriculture. Il fut tour à tour Secrétaire Général Adjoint, Conseiller technique du Président, Secrétaire Général et Conseiller spécial. Il faut noter qu’il fut également directeur de l’enseignement agricole et des structures.
Il était le chef du canton Gbo
En parcourant la vie de DIOMANDE GBAOU, l’on découvre un homme de qualité, un homme généreux, apparemment effacé mais d’une efficacité redoutable et très honnête.
Militants et Militantes du Nord, militants et militantes du PDCI RDA, ne soyons pas tristes.
Certes DIOMANDE GBAOU, n’entonnera plus avec nous, l’hymne du PDCI-RDA, mais son souvenir restera vivace dans nos esprits.
Les épouses BAMBA Mariam, FADIGA Fatou,
les enfants DIOMANDE, Abou DIOMANDE, Djeneba, DIOMANDE Lambert, DIOMANDE lancine, DIOMANDE telly, DIOMANDE Jean Claude et DIOMANDE Moussa, séchez vos larmes.
Oui, DIOMANDE GBAOU, n’est pas mort. Il a contribué à la formation des jeunes cadres de notre Pays et surtout à la stabilisation du PDCI-RDA dans la région du Bafing.
Nous saisissons l’occasion qui nous est offerte pour dire tous nos remerciements, au nom du Président Henri KONAN BEDIE, à vous tous qui avez accourus pour rendre cet hommage à l’un des nôtres qui a su résister à la tentation et aux pressions pour demeurer fidèle à son Parti, le PDCI-RDA.
Au moment où tu pars, tu nous laisses en héritage ton épouse Fatou qui vient d’être nommée Déléguée du PDCI-RDA de Touba 1, nous sommes de ce fait convaincus que la flamme du PDCI-RDA ne disparaitra jamais dans ta Maison.
PARS EN PAIX, CHER AMI,
ADIEU CHER AMI, ADIEU.
Fait à Abidjan, le 02 mai 2019.
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE
Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Lire la suite
02 Mai
0

Revue de presse du jeudi 2 mai 2019

Revue de presse du jeudi 2 mai 2019

 

  • Politique nationale

 

La fête du travail du 1er mai, hier,et la rencontre entre le président Bédié et les chefs traditionnels Atchan, du Sud comoé et des Grands-ponts sont les manchettes de l’ensemble des journaux de ce jour.

 

Le Nouveau Réveil

 

Bédié aux chefs du Sud

 

« Avez-vous rappelé à Ouattara mes sacrifices pour la paix en Côte d’Ivoire »

-« Pendant que vous me demandez le dialogue, ils se permettent tout : pressions, chantages… »

  • « Vu que toutes les inquiétudes découlent des activités du Rhdp, que peut-on faire alors ? »
  • « Œuvrez avec moi pour le retour de votre fils Bendjo en exil»

 

Le journal fidèle au Pdci-Rda ouvre sa manchette avec un message fort du président Bédié aux chefs du Sud. Ces derniers ont exprimé, hier, à Daoukro, leur volonté de voir le dialogue renaître entre le président Henri Konan BEDIE et son cadet, le président Alassane Ouattara. Mais avant, les chefs traditionnels n’ont pas manqué de souligner que le président Bédié, vu les énormes sacrifices consentis pendant des années au nom de la paix, reste attaché à la vision du président Félix Houphouet-Boigny. C’est pourquoi, s’engagent-ils à se mettre à la disposition du président Bédié pour la mission de médiation.

Pour le gouverneur du District d’Abidjan, Robert Beugré Mambé, qui a situé le cadre de la rencontre, a traduit la reconnaissance et la gratitude des chefs traditionnels à l’endroit du président Bédié. Qui, après avoir relevé tous les sacrifices consentis pour la paix depuis le coup d’Etat de 1999, a rappelé qu’il demeure fondamentalement attaché à la recherche de la paix. Non sans manquer de faire remarquer que toutes inquiétudes découlent des activités du Rhdp.

 

Soir Info

 

Situation politique : les recevant à Daoukro

 

Bédié, en colère, refroidît les chefs du grand sud venus négocier un rapprochement avec Ouattara

 

Soir info, quotidien indépendant, a fait sa manchette avec la rencontre de Daoukro entre Bédié et les chefs du Sud. Pour ce quotidien, le discours de Bédié porte un coup de froid aux chefs traditionnels. Car à l’issue de la rencontre, les chefs traditionnels faisaient grise mine et l’atmosphère était différente de celle qui a prévalu au palais présidentiel lors de leur entrevue avec le président Alassane Ouattara.

 

L’Inter

Tentative de réconciliation avec Ouattara à Daoukro

 Bédié coince les chefs traditionnels

« Les tenants du pouvoir se permettent tout… »

 

  • Ce que le président du Pdci prévoit avant 2020

L’Inter, quotidien indépendant, a fait sa une avec la rencontre entre le président Bédié et les chefs traditionnels, hier, à Daoukro. Pour ce quotidien, le président Bédié « coince » ses visiteurs à travers son discours. Premièrement, quand il fait une longue énumération des lourds sacrifices consentis au nom de la paix et secundo quand il évoque le cas Akossi Bendjo poussé en exil. Selon L’Inter, ces deux points évoqués par le président Bédié n’a pas laissé indifférent ses hôtes.

Candidature à la présidentielle 2020

 Ouattara prend une décision

  • Son conseil à Premier ministre, Amadou Gon

Selon L’Inter, qui tire sa source de La Lettre du continent, révèle que le président Alassane Ouattara confie volontiers en privé, vouloir finalement pousser son premier ministre et bras droit Amadou Gon Coulibaly pour une candidature du Rhdp en 2020. La Lettre du continent, à en croire L’Inter, Amadou Gon Coulibaly a décidé de mettre en place une équipe pour prendre de l’avance sur ses éventuels candidats.

 

 

Le Mandat

Après la visite des chefs à Daoukro

 Bédié grille une carte pour la réconciliation

Selon ce journal proche du Rhdp, le président Bédié reste encore fermé quant à la réconciliation avec le président Ouattara. Pour ce quotidien, le Gouverneur du District d’Abidjan, Robert Beugré Mambé s’est heurté à Président Henri Konan Bédié « qui ne veut rien entendre ». En atteste son discours qui, selon Le Mandat, ramène ses hôtes à leur copie.

 

 

 

 

 

Le Jour Plus

 Situation socio politique / Face aux chefs traditionnels

Bédié pose d’étranges conditions pour la paix

  • N’Zueba veut couvrir les malversations d’Akossi Bendjo à la mairie du Plateau

Pour ce quotidien proche du Rhdp, le président Bédié a saisi la rencontre qu’il a eu avec les chefs traditionnels pour injecter au sein des Ivoiriens une information pareille à du venin. Et d’ajouter que le président Bédié a posé d’étranges conditions pour la paix.

 

 

 

 

 

Le Patriote

Fête du travail / Statut du fonctionnaire, lutte contre la pauvreté, eau potable, logements, riz avarié, stocks des arriérés…

 Gon Coulibaly rassure les travailleurs

Le journal fidèle au Rhdp ouvre sa manchette avec la fête du travail. Laquelle a été présidée par le premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Pour ce quotidien, Amadou Gon, pour sa première depuis sa nomination en 2017, a été rassurant vis-à-vis des syndicats quant à leurs revendications en vue de leur bien-être. Aussi, écrit ledit journal, que le premier ministre a émis l’idée d’une réflexion sur la révision du droit de grève dans le public.

Par ailleurs, Le Patriote a rendu compte de la rencontre entre Bédié et les chefs traditionnels, hier, à Daoukro. Pour Le Patriote, le Sphinx de Daoukro reconnaît que « le malaise est réel et profond, mais ne désespère pas ». Le Patriote a également recueilli la réaction de quelques chefs traditionnels. Tous ont invité les uns et les autres à œuvrer pour la paix en Côte d’Ivoire, après l’intervention de Bédié.

 

 

L’Expression

Beaux-parents, neveux, amis de longue date, fidèles lieutenants

 Pourquoi tout le monde lâche Bédié

  • N’Zueba exprime son « goumin » aux chefs traditionnels

L’Expression proche du Rhdp a fait sa manchette avec un dossier sur le Pdci et son président. Pour ce journal, dans la guerre qui oppose pro et anti Rhdp du Pdci-Rda , le président Bédié « n’est pas loin de perdre la bataille si ce ne l est déjà. Ledit quotidien soutient que des membres de sa propre famille, des amis de longue date, des militants inconditionnels ont décidé de lui tourner le dos. Et de citer Charles Koffi Diby, Fofana Siandou, Lenissongui, Emile Ebrotié, Zié Daouda…

 

Aussi le journal s’est fait l’écho de la rencontre de Daoukro. « Le dialogue n’a jamais été interrompu entre le président Alassane Ouattara et moi », a rapporté L’expression.

 

Le Temps

Après la fête de la Liberté à Duékoué

 Le parti de Laurent Gbagbo passe à l’offensive

-« Nous nous battrons pour le retour de Gbagbo »

  • « Nous allons exiger des élections transparentes »

Le Temps, journal proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, ouvre sa manchette avec une adresse du bras droit de Laurent Gbagbo, après La fête de la liberté à Duékoué . Dans cette adresse, il remercie les militants de son parti pour la mobilisation exceptionnelle et invite le gouvernement à s’engager dans le processus de réconciliation nationale vraie, gage d’un avenir radieux pour le peuple de Côte d’Ivoire.

 

 

  • International

Soudan

 L’Union africaine (UA) durcit de nouveau le ton. Dans un communiqué, diffusé mardi 30 avril, l’organisation a donné soixante jours aux membres du Conseil militaire qui a déposé le président soudanais Omar El Bechir pour remettre le pouvoir à une administration civile.

  • Sénégal

La Commission des lois de l’Assemblée nationale a adopté mardi 30 avril 2019, le projet de réforme constitutionnelle au Sénégal qui supprimera le poste de premier ministre. Prochaine étape, le vote des députés en plénière ce week-end.

 

Lire la suite
01 Mai
0

Message du Président HENRI KONAN BEDIE à l’occasion de la fête du travail.

Chères Ivoiriennes, chers Ivoiriens,
Habitants de Côte d’Ivoire,
Chères travailleuses et Chers travailleurs

Aujourd’hui, le 1er Mai est la fête du travail.

Je voudrais profiter de ce moment solennel pour vous féliciter et vous remercier pour tous vos efforts accomplis pour bâtir notre pays.
Au moment où le monde entier commémore cette date historique remontant au 1er Mai 1886 aux États-Unis, où 200.000 travailleurs par la lutte syndicale ont ramené la journée de travail à 8H,le PDCI-RDA se souvient avec vous que c’est encore un syndicat et de braves travailleurs qui, en juillet 1944 avec à leur tête, le Président feu Félix Houphouët Boigny, ont créé le Syndicat Agricole Africain (SAA) pour lutter contre les discriminations coloniales et les injustices que subissaient les planteurs africains.

Vous comprenez que la Côte d’Ivoire moderne a connu ce beau parcours grâce aux agriculteurs avec le Syndicat Agricole Africain qui est devenu en 1946, le PDCI-RDA.

Chers Ivoiriens,

Le PDCI-RDA croit au travail,
Le PDCI-RDA croit dans les valeurs de progrès et de l’effort,
Le PDCI-RDA croit que seul, par le travail bien fait, le bonheur est possible,
Le PDCI-RDA croit que vous méritez de meilleures conditions de vie et de travail pour tous.

C’est pourquoi, j’invite le gouvernement à consolider le dialogue social pour mieux répondre aux nombreuses préoccupations des travailleurs.

Aussi, voudrais-je souhaiter que le gouvernement fasse de l’égalité des chances entre les fils et filles de notre pays un axe essentiel de sa politique afin de mettre fin au népotisme, à la discrimination et au rattrapage ethnique.

Les Ivoiriens ont du génie. Que la justice sociale soit donc le socle de l’éclosion des talents et de l’accès de tous à un emploi décent.

À vous nos épouses, nos mamans et nos sœurs, vous femmes vertueuses qui très tôt le matin, bras affermis, parcourez champs et chantiers pour nourrir l’humanité, je vous félicite et vous remercie pour le travail accompli.

À vous hommes travailleurs, merci pour votre énergie par laquelle vous contribuez à bâtir et à consolider les piliers de notre économie nationale.

Chers ivoiriens et habitants de la Côte d’Ivoire,

Sachez que le PDCI-RDA demeure un parti attaché à son crédo qui est de promouvoir une politique fondée sur sa capacité à servir le vaillant peuple de Côte d’Ivoire et à bâtir dans l’égalité de tous, une nation moderne et modèle. Il l’a démontré hier et aujourd’hui.

Le PDCI-RDA reprendra, après 2020 l’œuvre arrêtée en 1999 pour asseoir, une Côte d’Ivoire, à nouveau, rassemblée, de progrès pour tous et de bonheur pour chacun.

Chers compatriotes,

Le travail rend libre.

Avec le PDCI-RDA, ensemble, pour bâtir la Côte d’Ivoire unie, la Côte d’Ivoire de discipline et de travail.

Bonne fête du travail à toutes et à tous !

Henri Konan BÉDIÉ
Président du PDCI-RDA

Fait à Daoukro le 30 avril 2019

Lire la suite
30 Avr
0

Audience du président du Pdci–Rda: Depuis Daoukro, plus de 50 chefs traditionnels dressent le chapelet des sacrifices du président Bédié (depuis 1999)…

Mardi 30 avril 2019. Résidence privée du président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda à Daoukro. Plus de 50 chefs traditionnels étaient en audience avec le numéro 1 du parti septuagénaire, soutenu par son numéro 2, Pr Maurice Kakou Guikahué, et le porte-parole et directeur de cabinet du président dudit parti, N’dri Pierre-Narcisse, à ses côtés. Conduits par le ministre-Gouverneur du district d’Abidjan, Robert Beugré Mambé, les chefs traditionnels sont venus des régions des lagunes, des grands ponts et du sud-comoé. Après les civilités traditionnels de demande de nouvelles, Faustin Aboudou, chef de Akéikoi et porte-parole de la délégation des chefs coutumiers, a présenté au président Henri Konan Bédié, le document réalisé par leur soin dans le cadre de la réconciliation nationale, et surtout le rapprochement entre les présidents Bédié et Ouattara. Ci-dessous l’intégralité du document concocté par les gardiens des traditions Attchan, Akyé, des grands ponts et du sud-comoé.

Allocution des chefs traditionnels des régions :
des grands ponts, du sud Comoé et des lagunes lu par nana ABOUDOU Faustin , porte-parole

Excellence Monsieur le Président,

Permettez, avant tout propos, que je puisse, au nom de toutes les populations des différentes contrées que nous représentons, vous adresser à vous personnellement, à votre épouse également et aux valeureux militants du parti historique le PDCI RDA dont vous assurez la présidence, toutes nos chaleureuses salutations et vous exprimer par la même occasion toute notre gratitude et nos sincères remerciements pour la promptitude et la spontanéité avec laquelle vous avez accepté de nous accorder cette audience.

L’honneur me revient de prendre la parole au nom de mes pairs, pour vous présenter le message qui a motivé la démarche que nous entreprenons vers vous ce jour ; après avoir rencontré le Président ALASSANE OUATTARA, le mardi dernier 23 Avril dernier, pour lui exposer les préoccupations de nos populations.

Excellence Monsieur le Président,

Notre démarche vers le Président ALASSANE et vers vous est l’aboutissement d’une concertation des chefs traditionnels du Grand Sud de notre pays composé des autorités coutumières en provenance des régions suivantes :

La Région du Sud Comoé, avec les départements d’ABOISSO, d’ADIAKE, de TIAPOUM et de Grand BASSAM.
La Région des grands ponts qui renferme les Départements de DABOU, de JACQUEVILLE et de GRAND LAHOU et enfin.
Et enfin, la Région des Lagunes, avec le département d’Abidjan qui regroupe les 13 communes et les 04 sous-préfectures.

Excellence Monsieur le Président,

Nous avons pris le temps d’observer attentivement l’évolution du climat politique des temps actuels dans notre pays.

Fort du constat qui se dégage, il nous est apparu urgent de vous rencontrer pour partager avec vous les préoccupations et les inquiétudes de nos populations dont nous ne sommes que les porte-voix. Qu’en est-il ?

Excellence Monsieur le Président,

Nous relevons avec tristesse et amertume que l’excellence qui caractérisait vos relations avec le Son Excellence Monsieur le Président ALASSANE OUATTARA a malheureusement pris du plomb dans l’aile de sorte que :

Celui que vous nous avez toujours présenté comme votre Cher cadet, avec qui vous avez sauvé la Côte d’Ivoire du chaos relativement à la crise qui a ébranlé ce pays et dont nous gardons encore le triste et douloureux souvenir ;

Celui avec qui vous avez donné à la Côte d’Ivoire d’amorcer à nouveau la croissance économique à travers la réalisation de projets économiques significatifs pour la repositionner au plan international ;

Celui avec qui vous avez servi la cause de la paix au nom de laquelle d’énormes sacrifices ont été consentis par vous pour consolider les acquis, se retrouve aujourd’hui dans un schéma d’apparente opposition laissant transparaître à nos yeux et aux yeux de tous les ivoiriens, une amorce de divorce au plan politique entre des frères qui ne dit certes pas son nom mais qui est ,pourtant , la réalité de ce qui nous est servi à travers les médias.

Excellence Monsieur le Président,

Cette situation crée, à n’en point douter, une atmosphère de craintes et de peur dans l’esprit de nos compatriotes qui se projettent dans le récent et triste souvenir de notre histoire chargée de souffrances et de douleurs dont les cicatrices et les plaies ont laissé des traumatismes difficiles à éradiquer.

C’est dans ce contexte que nous venons, Monsieur le Président, partager avec vous la crainte et la peur de nos populations qui estiment que si rien n’est fait pour éteindre le feu qui est allumé, il se propagera et finira par décimer et détruire tout ce que vous avez mis du temps à construire par amour pour ce pays.

A ce stade de nos propos, permettez et souffrez avec nous, Monsieur le Président, que nous rappelions pour mémoire les lourds sacrifices que vous avez acceptés de consentir pour la Côte d’Ivoire au nom de la paix et par amour pour vos frères et sœurs ivoiriens.

En 1999, il y a de cela 20 ans, vous avez subi les pires humiliations et les tracasseries qu’on ne saurait souhaiter même en rêve à son pire ennemi et dont nous voulons taire les détails.

Au-delà de l’exil forcé auquel vous contraignait la situation, vous n’avez jamais voulu engager le pays dans une quelconque insurrection, évitant ainsi le bain de sang à votre peuple.

Quelle marque d’amour pour vos compatriotes !!!!!

Vos résidences d’Abidjan et de DAOUKRO, votre village natal, et celle de votre épouse à KOUKOURANDOUMI dans le département d’ABOISSO, ainsi que celle de votre fils à Abidjan, ont été saccagées et pillées.

Oui, Votre âme a pleuré. L’âme de votre épouse a pleuré et saigné et beaucoup d’ivoiriens avec vous.

Aux élections de 2010, malgré la spoliation de vos voix qui vous privait de l’accès au second tour, vous avez, par amour pour votre pays, refusé de boycotter les élections. Mieux, vous avez en ce moment précis, au regard des engagements pris au sein de votre coalition politique, appelé les militants du PDCI RDA à voter au second tour pour votre frère le Président ALASSANE OUATTARA, alors admis au second tour des élections présidentielles. Dans ce cadre, nous avons admiré les engagements forts contractés en honorant la mémoire du Président FELIX HOUPHOUËT BOIGNY.

Bien plus, au plus fort de la crise post-électorale, vous n’avez jamais cessé de soutenir la cause de la démocratie en vous rangeant aux côtés de votre frère cadet, son excellence ALLASSANE OUATTARA pour faire reconnaître sa victoire aux yeux du monde entier.

Quel acte sublime de solidarité.

En lui accordant votre confiance, votre choix du moment a sauvé ce pays du désastre.

Quel amour pour votre nation.

En 2015 et toujours pour consolider la paix et donner un ancrage solide au réveil économique et social du pays, vous avez renouvelé votre soutien au
Président ALLASSANE, votre Cher Cadet à travers l’historique appel de DAOUKRO qui fut la parfaite démonstration et l’illustration de votre engagement à créer et maintenir la paix en réunissant tous les enfants de Feu le Président FELIX HOUPHOUËT BOBIGNY autour d’un idéal ; celui de consolider et de consacrer les valeurs d’unité et d’entente qu’il a toujours prônées.

Cette coalition au sommet a donné naissance au duo gagnant ALLASSANE – BEDIE au travers de qui notre pays est remonté des cendres pour réaliser en 10 ans les performances économiques exceptionnelles qui ont littéralement transformé le visage de ce pays avec à la clé des constructions infrastructurelles ultramodernes dont l’une, le célèbre troisième pont d’Abidjan porte, votre prestigieux nom.

A l’analyse de la vision de l’émergence affichée pour notre pays à l’horizon 2020, nous ne constatons que des similitudes avec le plan stratégique de développement que vous aviez décliné en son temps à travers les DOUZE TRAVAUX DE L’ÉLÉPHANT D’AFRIQUE. Toute chose qui signifie que les performances enregistrées aujourd’hui sous le mandat de votre cadet sont en harmonie avec votre vision prospective exprimée dans le slogan « le progrès pour tous et le bonheur pour chacun ».

Vous êtes donc pour nous, un homme de paix qui, face aux enjeux du futur, sait faire le sacrifice qui sauve.

Excellence Monsieur le Président,

La leçon et la conclusion que nous tirons de tout ce développement et de ce rappel historique tient du fait que pendant 10 ans, l’alliance entre vous et votre cadet a permis de réaliser des performances économiques exceptionnelles et ce dans un climat politique apaisé et sécurisé.

C’est pourquoi, au moment où nous abordons le délicat virage qui doit nous conduire aux élections en 2020, l’amorce d’un divorce politique d’avec votre Frère devient pour nous tous, ivoiriens et ivoiriennes, pour tous ceux qui vivent ici et pour tous vos frères et sœurs, un sujet de crainte et de peur au regard de toutes les interprétations et les imaginations que nul ne peut s’empêcher d’entrevoir. Et qui malheureusement sont légion.
Excellence Monsieur le Président,

Après tant d’efforts et de sacrifices, après tant de résultats, faut-il revenir à la case départ ?

Quand la crise éclate, elle n’épargne personne et ceux qui payent le plus lourd tribut sont les populations innocentes et principalement celles du grand Sud de notre pays car, comme le traduit cet adage et je cite : « lorsque deux éléphants se battent, ce sont les herbes qui en pâtissent ».

Cette tension qui prévaut entre vous et votre cadet semble être malheureusement reprise à tort ou à raison par certaines personnes qui se rangent derrière des positions tranchées et en profitent pour diffuser des propos incendiaires, haineux, emprunts de violences et développent par même occasion des comportements à hauts risques pour la cohésion sociale et la paix si chères à notre pays.

Face à cette situation, nous, Chefs traditionnels du Grand Sud, au nom de nos populations, entamons auprès de vous cette mission de médiation, non pour culpabiliser, encore moins rechercher les causes et les auteurs de cette dissension, mais pour vous prier et vous supplier, Monsieur le Président :

1) Premièrement de nous pardonner tous les torts, toutes les humiliations et toutes les ingratitudes que, par ignorance, consciemment ou inconsciemment, nous vous avons fait subir depuis tant d’années. Votre cœur a pleuré à cause de nos manquements. Votre esprit fut pris d’effroi à certains moments, votre corps a souffert le martyr à cause de nous. En retour, nous vous avons servi l’ingratitude.
Monsieur le Président, pardonnez-nous, pardonnez autant de fois que le Seigneur vous le recommande comme le stipulent les saintes Ecritures tirées de l’Evangile selon saint mattieu 18 : 22 dans lequel il est écrit « qu’une fois, le disciple appelé Pierre s’est approché de Jésus et lui posa la question suivante ; Rabbi (Maître), combien de fois pardonnerai-je à mon Frère lorsqu’il péchera contre moi, jusqu’à 7 fois ?

A Jésus de répondre : je ne te dis pas jusqu’à 7 fois, mais jusqu’à 77 fois 7 fois

2) Deuxièmement, d’envisager la démarche du retour au nécessaire et indispensable dialogue avec le Président ALASSANE OUATTARA, votre frère ; le dialogue, faut-il le rappeler, reste et demeure « l’arme des forts ; » propos de Feu le Président Félix HOUPHOUET BOIGNY qui nous a laissé en héritage ce précieux instrument. De ce dialogue, jailliront à notre humble avis, toutes les solutions et les arrangements politiques qui nous conduiront à la paix. Pour la paix, aucun sacrifice n’est trop grand et vous l’avez déjà fait et maintes fois démontré.

3) Troisièmement, nous voulons vous assurer de notre entière disponibilité à vous accompagner dans cette délicate mission de médiation. Vous êtes un des nôtres en votre qualité de fils de chef et donc chef, dépositaire des us et coutumes.

4) Quatrièmement enfin, nous vous recommandons au Dieu de toute puissance et prions qu’il soit votre inspiration et qu’il vous arme de toute la sagesse divine pour vous permettre d’aborder avec assurance cette Nième situation à laquelle le pays se trouve à nouveau confronté et dont le dénouement appelle de votre part une contribution et une réaction attendues par tout le peuple ivoirien de sorte que toutes les décisions et les orientations soient inspirées par lui-même.

Excellence Monsieur le Président,

Voici, telle que présentée, les préoccupations qui ont motivé notre démarche auprès de vous.

Nous sommes venus en artisans de Paix, pour rechercher avec vous la Paix et sauvegarder la Paix, rien que la Paix.

Tout en vous réitérant encore toute notre gratitude et nos sincères remerciements pour la qualité de l’accueil et pour cette occasion d’échanges, nous prions que le Seigneur Dieu, qui a toujours été votre plus grand REFUGE dans les moments les plus difficiles soit avec vous et vous accorde sa protection et sa Grâce en abondance.

Nous vous remercions …
Retranscrit par Monika Mauricette ONANE

Lire la suite
30 Avr
0

Adresse du président BEDIE aux Chefs Traditionnels des Régions : des Grands Ponts, du Sud Comoé et des Lagunes.

-Monsieur le Gouverneur du District d’Abidjan,

-Monsieur le Secrétaire Exécutif, Chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA,

-Mesdames et Messieurs les Élus de la Région de l’Iffou,

-Honorables Chefs Traditionnels des Régions des Grands Ponts, du Sud Comoé et des Lagunes,

-Honorables Chefs Traditionnels de l’Iffou,

 

C’est un agréable plaisir pour moi de vous recevoir ce jour à Daoukro, soit une semaine après la commémoration de la résurrection du Christ.

Espérons que les jours qui suivront, grâce aux prières des uns et des autres, apporteront beaucoup de bonheur, une tranquillité de vie et la paix au peuple de Côte d’Ivoire.

Chers chefs traditionnels des Régions des Lagunes, du Sud Comoé, et des Grands Ponts, les chefs traditionnels de l’Iffou et moi-même vous souhaitons une cordiale et chaleureuse bienvenue chez vous à Daoukro.

J’ai écouté, avec une attention bien soutenue, le message lu, en votre nom à tous, par votre porte-parole, Nana AGOUDOU Faustin, chef d’Akeïkoi.

Je vous en remercie.

Son contenu est empreint de sagesse, tel que le recommande la vie en société ; à savoir la recherche constante du rapprochement, de l’harmonie, de la cohésion fraternelle et l’union indissoluble entre les fils et filles d’une même communauté, d’une même famille et d’une même nation ; dans l’optique de consolider la paix sociale indispensable au progrès social, à la stabilité et au développement économique de notre pays.

Telles ont toujours été également ma vison et ma conception de l’organisation et du fonctionnement de la vie de notre nation.

C’est, donc, à juste titre que je m’honore du regard rétrospectif jeté par votre porte-parole sur l’ensemble des sacrifices que j’ai dû consentir au cours des événements douloureux qui ont jalonné la vie de notre pays, depuis le coup d’état du 24 décembre 1999 à ce jour.

J’ose espérer que ces sacrifices, tels qu’évoqués par votre porte-parole, ont été portés à la connaissance du Président Alassane OUATTARA, lors de l’audience qu’il vous a accordée le 23 avril dernier.

Si tel est le cas, je salue votre initiative allant dans le sens de la recherche de la préservation et de la sauvegarde d’une paix durable dans notre pays.

En ma qualité, à la fois, d’homme d’Etat et d’homme politique, je mesure, à tout moment, la responsabilité qui est la mienne de contribuer, inlassablement, à la cohésion sociale et à la protection des libertés publiques qui sont les fondements essentiels de toute démocratie participative et de l’Etat de droit.

C’est donc, animé de ces valeurs républicaines que je me suis toujours inscrit, sans faiblesse et sans rancœur, dans la restauration de l’état de droit, pour une marche harmonieuse de notre pays, bien que certains démocrates ivoiriens se soient réjouis et aient salué le coup d’état de 1999.

Dès mon retour d’exil, j’ai pardonné aux auteurs de ce putsch et préconisé une alliance avec le RDR et d’autres forces politiques que sont l’UDPCI, fondé par Feu Robert GUEI, le MFA et l’UPCI.

Cette alliance, née en 2005 à Paris, s’est transformée en groupement politique, dénommé RHDP ; dont j’ai assuré la Présidence du Présidium, jusqu’à la date du 16 juillet 2018 pour la naissance du Parti Unifié RHDP.

Ce groupement politique a remporté les élections présidentielles de 2010 et de 2015 à la grande satisfaction de nos militants respectifs.

Que s’est-il passé pour que ce groupement politique dénommé RHDP disparaisse le 16 juillet 2018 et devienne, le même jour, le parti unifié RHDP lors d’une assemblée générale constitutive irrégulièrement convoquée par des responsables politiques du RDR.

Ces derniers n’étaient ni qualifiés, ni compétents pour convoquer cette assemblée générale constitutive du 16 juillet 2018.

 

Oui !!, cette assemblée générale constitutive du 16 juillet 2018 était irrégulière, car :

-elle n’a pas été convoquée par le Président du Présidium du RHDP que j’étais,

– le projet des statuts du parti unifié prévoyait l’observation d’un délai de 12 à 18 mois, à compter de fin mars 2018 (date d’achèvement des travaux du comité de haut niveau).

Cette période de 12 à 18 mois, se situant entre mars 2019 et septembre 2019, devait permettre à chaque parti politique membre du RHDP de se prononcer définitivement sur son adhésion ou non à ce parti unifié RHDP.

Sans attendre la mise en vigueur de cette période, le PDCI-RDA a, au cours de son bureau politique du 17 juin 2018, reporté l’examen des statuts du parti unifié RHDP, après l’élection présidentielle d’octobre 2020 ; car les autres partis politiques membres de la coalition RHDP ont eu à rejeter l’alternance en faveur du soutien à un candidat du PDCI-RDA à l’élection présidentielle de 2020 ; et ce conformément à l’appel que j’ai lancé le 17 septembre 2014 à Daoukro.

Or, ce soutien ,c’est le premier volet de cet appel de Daoukro qui a fait du Président de la République, sortant, Alassane OUATTARA, le candidat unique du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre 2015.

Malgré ces déconvenues, toujours animé par le souci de préserver l’union des partis membres du groupement politique RHDP, je me suis fait fort de rencontrer le 09 août 2018, en sa résidence, le Président Alassane OUATTARA, devenu Président du parti unifié RHDP.

Cette visite de travail avait pour objet d’avoir la suite de la requête que je lui ai adressée, le 06 juillet 2018, par le biais de Madame Henriette Diabaté, Présidente du RDR et Madame Kandia CAMARA, Secrétaire Générale du RDR.

Cette requête précisait la nécessité de :

-maintenir le groupement politique RHDP en l’état, tel que l’autorise la loi de 1993 sur les partis et groupements politiques ;

-raffermir les liens entre les partis politiques du groupement RHDP en créant au sommet un organe chargé de superviser l’implantation à la base des coordinations locales et de gérer les arbitrages électoraux ;

-permettre à chaque parti politique du groupement RHDP de conserver son autonomie de fonctionnement.

Ce jour-là, mon jeune frère, le Président Alassane OUATTARA m’a fait savoir que le parti unifié RHDP était définitivement créé à la date du 16 juillet 2018 et que le groupement politique RHDP était également dissout.

Honorables Chefs Traditionnels, voilà l’effort de dialogue que j’ai entrepris, conformément au mandat qui m’a été donné par le bureau politique du PDCI-RDA du 17 juin 2018 pour poursuivre avec mes pairs du groupement politique RHDP le processus de création du parti unifié RHDP.

Au regard de cette situation et face aux menaces et autres tentatives de liquidation du PDCI-RDA, par voie judiciaire, au bénéfice du parti unifié RHDP, les membres statutaires des bureaux politiques des 24 septembre 2018 et 08 octobre 2018 et du 6ème congrès extraordinaire du PDCI-RDA ont décidé à l’unanimité que :

– le PDCI-RDA se retire du groupement politique RHDP et du processus de création du parti unifié RHDP,

– le Président du PDCI-RDA engage les négociations avec les acteurs politiques et la société civile pour l’élaboration d’un nouveau pacte social ; et ce à travers la mise en place d’une plateforme, non idéologique, regroupant tous les partis politiques, qui le désirent, et les forces vives de la nation éprises de paix, de justice et d’équité pour une Côte d’Ivoire rassemblée et réconciliée.

Telle est à ce jour, la mission dans laquelle, je ne cesse de m’investir pour la recherche de la paix, de la cohésion et de la stabilité de notre nation.

Honorables Chefs, vous noterez avec moi que je demeure fondamentalement attaché à la recherche de la paix. Vous n’en doutez pas ; à entendre votre porte-parole.

Mais, pendant que, par votre médiation, vous me demandez d’amorcer le dialogue avec le Président de la République ; que constatons nous à travers les actes posés en face par les tenants du pouvoir d’Etat. Ils affirment, sans ambages, qu’il n’y a pas de salut en dehors du parti unifié RHDP.

C’est pourquoi, ils se permettent tout de leur côté, comme en témoignent :

-les pressions, les chantages et autres menaces exercés sur les cadres du PDCI-RDA et des autres partis politiques ;

-les limogeages injustifiés de certains hauts responsables de l’Administration ivoirienne pour avoir refusé d’adhérer au parti unifié RHDP.

Quelle est donc la voie pour entamer un tel dialogue, si la simple liberté d’opinion du citoyen, consacrée par la constitution, n’est plus garantie ?

Dans ce contexte où l’on assiste à un recul grave des acquis démocratiques, Je comprends, Honorables Chefs Traditionnels, vos craintes et angoisses par rapport à l’avenir, quand on sait que de simples élections locales en octobre 2018 ont entraîné des violences avec morts d’hommes, des intimidations et menaces exercées sur certains candidats ; en les excluant du jeu démocratique et en les maintenant injustement en exil, tel mon collaborateur, Noël Akossi BENDJO, également votre fils, votre frère.

Il est éloigné de sa terre natale, depuis plus d’un an, sans que les résultats de l’enquête annoncée par l’inspection générale d’Etat ne soient connus, à ce jour.

Je vous prie de vous engager à œuvrer avec moi activement et effectivement, pour son retour, dans les tous prochains mois, en Côte d’Ivoire. Son retour en Côte d’Ivoire est un droit consacré par la constitution qui interdit le bannissement.

Vous convenez avec moi que le malaise est réel au regard de tous les faits évoqués.

Toutefois, je ne désespère pas.

Honorables Chefs, Au nom de la paix et de la nécessaire réconciliation entre les filles et fils de Côte d’Ivoire, je vous renouvelle mon attachement et mon adhésion au dialogue ; qui pour moi demeure « l’arme des forts », tel que nous l’a enseigné le Père fondateur de notre République, Félix Houphouët Boigny.

Mais vu que toutes les inquiétudes découlent des activités du RHDP Parti Unifié, hors duquel il n’y a pas de salut. Que peut-on faire ?

Avant de clore mes propos, je voudrais vous remercier pour avoir effectué le déplacement jusqu’à Daoukro pour réaffirmer la portée du dialogue, jamais rompu, entre le Président de la République, Alassane OUATTARA et moi-même.

C’est le dialogue pour la gestion de la gestion de l’Etat et le dialogue pour des élections apaisées, transparentes et crédibles en 2020 qui ne peut prospérer avec le RHDP, Parti Unifié.

Enfin, à votre retour, je vous prie d’adresser mes vives et chaleureuses salutations à nos vaillantes et laborieuses populations de vos circonscriptions respectives.

Sur ce, je vous souhaite un bon retour dans vos localités et en famille.

Je vous remercie.

 

Fait à Daoukro, le 30 Avril 2019

 

 Henri Konan BEDIE

 

Président du PDCI-RDA

 

Lire la suite
25 Avr
0

Célébration/Pdci-Rda: Gaston Ouassenan Koné, ses 80 ans et…Dieu, vive Dieu!

Le général de division, coordonnateur des activités des vice-présidents du Pdci-Rda, Gaston Ouassénan Koné a eu 80 ans, le mercredi 24 avril 2019. 80 ans, ça se célèbre! Et le général de division de la gendarmerie nationale à la retraite n’a pas boudé son plaisir pour remercier Dieu qui lui a fait grâce de ces 80 piges.
Alors, une messe d’action de grâce, pour la célébration du 80eme anniversaire de la naissance du Général Gaston Ouassénan Koné, a été dite le mercredi 24 avril 2019 à la Chapelle de la CEREAO des II Plateaux (Cocody).
Cette célébration, à la demande du Vice-Président du PDCI-RDA, était l’occasion toute trouvée pour rendre gloire à Dieu qui, dans sa grande bonté, lui a permis d’atteindre en bonne santé les 80 ans aujourd’hui.
La messe a enregistré, outre la présence des membres des familles Ouassénan et alliés, la présence d’illustres personnalités du PDCI-RDA telles que le Vice-Président Emile Constant Bombé et le Secrétaire Exécutif en Chef, le Professeur Maurice Kakou Guikahué.
C’est dans une ambiance de ferveur, de recueillement spirituel et surtout d’allégresse que s’est déroulée cette célébration eucharistique.
Le Prête, dans son homélie, n’a pas manqué de rappeler la présence et la puissance du Dieu-Créateur sur la vie de ses enfants, quand bien même le démon projette sur eux la mort.
«C’est Dieu qui donne la vie, lui seul qui peut la retirer. L’homme dont on fête les 80 ans aujourd’hui en est un témoignage vivant», a dit l’homme de Dieu, pensant à ce que le Vice-président Gaston Ouassénan Koné a subit, l’an dernier, avec l’affaire de son empoissonnement. Et Dieu a été au contrôle de sa vie ! Gloire au père céleste!
C’est donc avec des chants de joie et d’allégresse à l’endroit du Très Haut que la messe a pris fin.
Un cocktail-dinatoire a été offert aux convives au domicile du Vice-Président Ouassenan Koné.
Béatrice A.

 

Lire la suite
25 Avr
0

Revue de presse du jeudi 25 avril 2019

La rencontre entre le chef de L’État, Alassane Ouattara et les chefs traditionnels à Yamoussoukro, hier, le Conseil des ministres sont les sujets qui font la manchette de certains journaux. Toutefois, l’on enregistre à la manchette d’autres journaux, des attaques contre le PDCI et son président, Henri Konan BEDIE.

  • Politique nationale

 

Le Nouveau Réveil

 Formation du bureau de l’Assemblée nationale

 Les graves erreurs de Soumahoro

 

Le Nouveau Réveil, quotidien fidèle au PDCI-Rda, ouvre sa manchette avec la conférence de presse animée, hier, par les groupes parlementaires PDCI, Rassemblement et Vox Populi. Ces parlementaires, par la voix de Maurice Guikahué, Olibé Trazéré Célestine et Yasmine Ouégnin, ont dénoncé les pratiques d’Amadou Soumahoro. Ils l’accusent de vouloir faire une composition du bureau et des instances du parlement en foulant aux pieds les textes en vigueur. Toute chose qu’ils considèrent comme des dérives autocratiques.

 

 

Face aux chefs traditionnels à Yamoussoukro

Ouattara balise tout

  • « Bédié : Il n’y a pas de problème entre lui et moi »
  • « Soro : Il reste un fils… »
  • « CEI : Je ne vois pas l’indication de la changer »

Hier, à Yamoussoukro, pour la 3ème en 3 ans, le président Ouattara a rencontré les chefs traditionnels pour dissiper leurs craintes quant aux discours des hommes politiques, à l’approche de la présidentielle de 2020. Concernant les relations entre Bédié et Ouattara, le chef de l’Etat a affirmé, une fois encore, que le siège de la présidence du RHDP était toujours disponible et que le président Bédié pouvait revenir quand il le souhaitait. Concernant le président Soro Guillaume, le président Ouattara a dit que Soro restait son fils et que dans toute la famille, il y a des fils sages et des fils moins sages. Et qu’il n’y a aucun problème avec Soro Guillaume en tant personne. Concernant la CEI, le chef de l’Etat a dit qu’il ne voyait pas en quoi la CEI est responsable de ce qui s’est passé en 2010.

Après huit ans de loyaux services

Le Pca Kah Zion s’en va de La Poste

  • Allah Kouadio Rémi n’est plus Pca du Bnetd

Le Nouveau Réveil note que le Conseil des ministres a pris des décisions fortes, hier. Au nombre de ces décisions, des cadres du PDCI, Allah-Kouadio et Dénis Kah-Zion ne sont plus Pca respectivement du Bnetd et de La Poste.

 

L’Inter

 

Sur le même sujet, ce journal indépendant ouvre également sa manchette avec la révolte de certains députés contre le nouveau président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro qui a fait selon eux un bureau sans consulter les autres.

 

 

 

 

 

 

 

LG Info

Composition du bureau de l’Assemblée nationale

Le RHDP fait main basse sur tous les postes

Ce journal proche du FPI pro-Gbagbo a également ouvert sa manchette avec ce qui convient d’appeler Affaire « Composition de l’Assemblée nationale ». Et d’ajouter que cette situation a suscité la colère de Guikahué qui affirme qu’Amadou Soumahoro n’est pas un super député.

 

 

 

 

 

Le Mandat

La Mé, District d’Abidjan, Sud Comoe / Réception des chefs

 Mambé verrouille 2020 pour le RHDP

Selon ce journal proche du RHDP, le gouverneur du district d’Abidjan, Robert Beugré Mambé est à la tâche pour le compte du RHDP pour la présidentielle en 2020. Le Mandat soutient que M Mambé est celui-là même qui va être au four et au moulin pour baliser et boucler les régions de La Me, le District d’Abidjan et les Grands ponts.

 

 

 

 

 

Le Patriote

Bédié, Soro, CEI, Présidentielle 2020

 Ce que Ouattara a dit aux chefs et rois

 Ce journal proche du RHDP a ouvert sa manchette avec la rencontre Ouattara et les chefs traditionnels. Mais, Le Patriote s’est intéressé aux assurances données par le chef de l’Etat aux chefs traditionnels. Pour Ouattara, il n’y a pas de feu en la demeure.

 

 

 

 

 

 

Frat Mat

Conseil des ministres

D’importantes nominations dans l’administration

  • Des décisions prises pour renforcer le développement

Le journal gouvernemental ouvre sa manchette avec le Conseil des ministres, d’hier, à Yamoussoukro. Lors de ce rendez-vous, Frat Mat révèle que d’importantes mesures ont été prises en vue du renforcement du développement. A cet effet, le porte-parole du gouvernement a affirmé qu’il aura de nouvelles routes pour désenclaver des zones frontalières et la ratification de l’accord de prêt n’200020003252 d’un montant de quarante-deux millions trois cent dix mille d’Euros, soit 27 milliards 753 540 670 F CFA, conclu le 28 février 2018, entre la Bad et la République de Côte d’Ivoire en vue du financement du projet d’amélioration de l’accès à l’électricité en milieu rural (Paemir).

 

 

L’Expression

 

Copinage, clientélisme, passe-droit

 

Voici les 7 plaies du PDCI de Bédié

 

  • Guikahué, Ndri Narcisse et Djénébou pointés du doigt

 

  • N’Zuéba, seul en son palais à Daoukro
  • Ce, journal proche du RHDP ouvre sa manchette avec une analyse sur le PDCI et son président, Henri Konan BEDIE.

Selon ce journal, le palais de Daoukro sonne de plus en plus creux ces derniers temps : de nombreux hauts cadres proches de Bédié ont tourné le dos à leur ancien patron qui se retrouve seul. Ce journal soutient que des personnalités et non des moindres ont pris la tangente pour le RHDP. Et ce, à cause des comportements de Guikahué, N’dri Narcise et Djénébou Zongo qui ont joué en la défaveur de Bédié.

 

 

Le Rassemblement

Dérives au PDCI-Rda

  • Bédié fait pleurer un jeune militant

« Président ne les écoutez pas ! »

Ce journal proche du RHDP publie en intégralité la libre opinion d’un conseiller municipal de Tiémélékro, secrétaire de section-PDCI-Renaissance, Assande Yao Bernard. Celui-ci souhaite de ses vœux le rapprochement Bédié-Ouattara. Car selon, des proches de Bédié ont un agenda caché, celui de livrer le PDCI au FPI.

 

 

 

 

Soir Info

 

Situation politique en Côte d’Ivoire

Quelque chose se prépare contre Soro Guillaume

  • Vive tension à l’Assemblée nationale
  • Fronde contre Amadou Soumahoro

Selon ce journal indépendant, les traces de Soro Guillaume dans la région du Hambol seront bientôt effacées. Le top départ, selon Soir info, vient d’être lancé par le ministre Bruno Koné et Mariam Traoré dépitée de Tengrela. Ces derniers, à en croire le journal, initieront des tournées de « déconstruction »de la mécanique de Soro Guillaume.

 

 

 

  • International

 

Mali

 

A cause de la récente flambée de violence intercommunautaires dans le centre du Mali, 263 personnes se sont réfugiées dans deux camps de fortune situés dans la périphérie de Bamako, la Capi.

 

Rd Congo

Jeannine Mabunda Lioko a été élue, sans surprise, présidente de l’Assemblée nationale, mercredi 24 avril 2019.

 

 

Lire la suite
23 Avr
0

Le mouvement “PDCI action 225 diaspora” effectue sa rentrée politique

“PDCI action 225 diaspora”, un mouvement de soutien au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et à son Président Henri Konan Bédié, a effectué sa rentrée de politique marquant également sa sortie officielle.

Cette cérémonie s’est tenue, samedi, à Paris en présence du secrétaire exécutif chargé de la mobilisation et de l’organisation du PDCI-RDA, Akossi Bendjo, apprend-on auprès des responsables de cette structure.

« Notre démarche s’inscrit dans l’esprit d’une Côte d’Ivoire nouvelle et apaisée. Celle qui donne envie comme jadis, à l’époque du père fondateur Félix Houphouet-Boigny. Cette époque, où la terre d’Eburnie, signifiait l’union de ses fils et de ses filles, l’amour fraternel et surtout l’oasis rare de paix, dans lequel tous vivaient en harmonie, sans distinction religieuse, ethnique, sectaire et qui faisait pâlir ses voisins d’envie », a soutenu la présidente du mouvement, Marie-Chantal Durand.

Selon Mme Durand, son mouvement entend faire des meetings pacifiques pour remobiliser et rassembler des militants et sympathisants, autour des “idéaux de paix, de réconciliation, de progrès pour tous et du bonheur partagé prôné par le PDCI RDA et son président Henri Konan Bédié”.

PDCI Action 225 Diaspora fera également, a fait savoir sa présidente, du volet social, une priorité qui consistera à aider des personnes démunies en Côte d’Ivoire, et orienter d’autres militants de la diaspora et en Côte d’Ivoire, dans des démarches administratives.

Le mouvement prévoit donc rester actif sur le terrain au plan national comme international, a-t-elle assuré.

PDCI action 225 projette une autre rentrée politique sur Abidjan dans le courant de la deuxième semaine du mois de mai, au cours de laquelle le mouvement projette de faire le recensement des militants et la sensibilisation et la mobilisation des indécis et des déçu.

Ce mouvement revendique plus de 3000 membres à travers le monde entier et a pour mission de soutenir les actions du PDCI-RDA dans la Diaspora.

(AIP)

kkf/tm

Lire la suite
23 Avr
0

Revue de presse du Mardi 23 avril 2019

La célébration de la fête de Pâques en Côte d’Ivoire a été un prétexte pour plusieurs personnalités politiques et religieuses d’appeler à la paix. Au delà de cet événement, les journaux se sont intéressés à la bataille du Nord entre Soro Guillaume et le RDR.

 

 

Le Nouveau Réveil

 

Jean-Louis Billon depuis le Centre :

 « On ne verrouille pas un peuple, on lui garantit des droits et des libertés »

Ce journal proche du PDCI-Rda ouvre sa manchette avec un entretien de Jean-Louis Billon. Parrain de la fête de Pâques à Sinzebo, village de la Sous-Préfecture, Jean-Louis Billon a livré le message du président du PDCI-Rda, Henri Konan BEDIE, celui de la reconquête du pouvoir 2020. Et non sans manquer de les inviter à se tenir prêt.

Message de Pâques du président Bédié :

« Nous sommes la Côte d’Ivoire. Gardons l’espérance en notre pays » A la faveur de la fête de Pâques, le président du PDCI-Rda, Henri Konan BEDIE, a adressé un message d’espérance aux Ivoiriens. Aussi a-t-il souhaité à tous des moments de joie et les a invités à garder espoir en l’avenir.

  • Menacé de mort depuis quelques jours, Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI-Rda :

« Si ces gens veulent me liquider, ça veut dire que je suis sur la bonne voie »

« Je maintiens mon engagement »

Dans le viseur de tueurs depuis quelques jours selon la presse, le Secrétaire exécutif du PDCI-Rda, Maurice Kakou Guikahué s’est ouvert à Le Nouveau Réveil. Dans un entretien, M Guikahué dit avoir informé la communauté nationale et internationale de la situation. Toutefois, il reste convaincu que cette situation ne va pas le refroidir dans le combat pour la survie de son parti.

  • Dadiékro, village du président Bédié

Nanan Kouassi Komenan Jacob a reçu ses attributs de chef du village

Selon Le Nouveau Réveil, le samedi 20 avril, veille de Pâques, Nanan Kouassi Jacob, chef de village de Dadiékro, village qui a vu naître le président Henri Konan BEDIE, a été intronisé. Le président Bédié a honoré de sa présence la cérémonie.

 

Fraternité Matin

Célébration de la Pâques / Jean-Pierre cardinal Kutwa aux Ivoiriens :

 « Sortez du tombeau de la rancune et du mépris »

Le journal gouvernemental ouvre sa manchette avec l’homélie de l’archevêque d’Abidjan, Jean Pierre Kutwa, à la faveur de la messe de la Pâques à la Cathédrale Saint d’Abidjan. Dans son message, il a invité les Ivoiriens à sortir du tombeau de la rancune et du mépris des autres.

  • Côte d’Ivoire-Portugal

Une délégation ivoirienne conduite par le ministre d’Etat, ministre de La Défense, Hamed Bakayoko, qui effectue un séjour du 21 au 22 avril au Portugal, a signé un accord de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Portugal.

 

 

LG Info

Affaire ‘’ écoutes téléphoniques’’

 Soro dans le viseur de Ouattara

 

Ce journal proche du FPI-pro Gbagbo, se fondant sur les révélations du bihebdomadaire, Jeune Afrique, écrit que l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, pourrait ne pas échapper à un mandat d’arrêt international, à cause de son implication supposée dans le coup d’état manqué de 2015, au Burkina Faso. LG Info soutient que cette affaire dite ‘’écoutes téléphoniques’’ peut constituer une arme que le camp Ouattara envisagerait utiliser contre Soro Guillaume, qui ne passe pas de jour sans lancer des flèches en direction du pouvoir.

 

  • Situation politique en Côte d’Ivoire

Soro prépare une importante décision

  • Des proches de Ouattara :
  • « On a fini avec lui. Trahir Ouattara, cela se paie »
  • L’ex-Pan réplique : « J’entends que je suis fini, on verra bien »

Soir Info ouvre sa manchette avec les manœuvres de Guillaume Soro dans sa quête pour le pouvoir en 2020. Selon ce journal, l’ex-président de l’Assemblée nationale n’est guère disposé à s’effacer après son départ de la tête de l’hémicycle. Selon Soir Info, Soro Guillaume, dans sa bataille avec le RDR, a tissé des liens avec les présidents Faure Gnassingbé au Togo, Denis Sassou Nguesso, au Congo ainsi qu’avec Théodore Obiang, fils du chef d’Etat équato- guinéen.

 

L’Inter

En meeting à Dabakala

 Soro dit ses 4 vérités à Ouattara

« J’ai été rebelle pour que Alassane soit président »

  • « Les gens ont la mémoire courte »

Ce journal indépendant a rendu compte du meeting de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, à Dabakala. Meeting qui vient clore sa tournée dans la région. Lors de ce rassemblement à Dabakala, sans enfiler de gants, Soro Guillaume a frappé fort le pouvoir Ouattara. « Nous nous sommes battus pour que Alassane Ouattara soit au pouvoir. Mais quand même, permettez-nous de dire la vérité ! Dès que tu veux dire la vérité, tu es renvoyé. Des gens pour qui nous nous sommes battus, nous critiquent aujourd’hui, nous traitent de rebelle. Ah bon ! C’est aujourd’hui que moi je suis rebelle ? J’ai été rebelle pour que Alassane Ouattara soit président. Et c’est ça la vérité. Les gens ont la mémoire courte », a indiqué Soro lors de son meeting.

  • Crise au FPI

 Affi se déchaîne encore

« La vie du FPI ne peut pas s’arrêter à Gbagbo »

Le président du FPI, Pascal Affi N’guessan n’a pas encore digéré le coup de Bruxelles. Recevant le samedi 20 avril 2019, à sa résidence, les militants FPI du district 3 Abidjan-Lagunes, Pascal Affi Nguessan a lancé des piques contre ses détracteurs. « (…) On s’est battu tous pour que Laurent Gbagbo retrouve la liberté. On le respecte parce qu’il est le fondateur du parti et parce qu’il a conduit le parti jusqu’à la victoire en 2000, mais la vie ne s’arrête pas à lui et à ça et la vie du FPI ne peut pas s’arrêter à lui ni à ça », a lancé le natif de Bongouanou.

 

Le Patriote

Soro en balade d’intoxication au Nord

 Rien que de la démagogie !

  • Le faux combat d’un pyromane-pompier

Le Patriote, proche du RHDP, n’a pas fait de cadeau à Guillaume Soro. Selon ce journal, l’ex-président de l’Assemblée nationale ne dispose d’aucun moyen pour ni de solution miracle pour le Nord qu’il a pourtant administré pendant près de 10 ans en tant que patron des ex-forces nouvelles et dont le règne s’étendait à toutes les richesses de cette zone. Sa tournée dans le Nord n’a pour seul but de noircir le travail de Ouattara.

 

 

 

Le Mandat

Paquinou dans le Lôh Djiboua

 Amédé Kouakou à ses parents Baoulé : « Houphouët-Boigny nous a laissé la paix et non le Pdci-Rda »

Le Ministre Amédé Kouakou a saisi le prétexte de la fête de Paquinou pour poursuivre sa mission pour le compte du RHDP. Dans le Loh Djiboua où il a passé la fête, il a lancé des piques au PDCI. « Ce que Houphouët-Boigny a laissé, c’est la paix et non le PDCI-Rda », a indiqué Amédé Kouakou.

 

 

 

 

  • International

Exilé à Abidjan depuis près de 5 ans

Compaoré veut rentrer au Burkina

L’ex-président burkinabé, Blaise Compaoré en exil à Abidjan, souhaite retourner au Burkina Faso. L’information a été révélée par Jeune Afrique dans son édition numéro 3041 du 21 au 27 avril 2019. Selon ce journal, l’idée de retour a été notifiée au président Roch Kaboré, par le président Alassane Ouattara, en début du mois d’avril à Dakar au Sénégal.

  • Algérie

Opération « mains propres en Algérie » Une fratrie de milliardaires qui a fait fortune sous le long règne d’Abdelaziz Bouteflika a été arrêtée alors que le sort de l’homme plus riche du pays demeure confus.

  • Sri Lanka

Les pouvoirs publics au Sri Lanka ont déclaré l’état d’urgence à partir de minuit hier lundi 22 avril 2019 et mis en cause un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama’ath comme étant à l’origine des attaques suicides qui ont fait 290 morts, bilan encore provisoire.

 

 

Lire la suite