Blog

10 Sep
0

Meeting du 14 septembre, déclaration conjointe PDCI-FPI: «Plus qu’une urgence, la réconciliation nationale est devenue aujourd’hui une nécessité vitale pour notre pays…»

CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE FPI/PDCI
MARDI 14 SEPTEMBRE 2019
DECLARATION LIMINAIRE

Mesdames et Messieurs les journalistes,
Mesdames et Messieurs les professionnels de la communication,
Nous voudrions, au nom des directions du Front Populaire Ivoirien (FPI), du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire- Rassemblement Démocratique Africain (PDCI-RDA) et des plates formes CDRP et EDS, vous remercier pour avoir répondu si nombreux à notre invitation. Nous voudrions surtout vous exprimer toute la gratitude des grandes familles PDCI et FPI pour le soutien incommensurable que vous apportez, chaque jour, aux partis politiques et organisations sociales en lutte pour l’encrage de la démocratie dans notre pays.
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Le 07 mai 2019, sur instruction de Son Excellence le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, une délégation de haut niveau de son parti, conduite par le Secrétaire Exécutif en chef, le professeur Maurice Kacou Guikahué, a rendu une visite de courtoisie à Son Excellence le président Laurent Gbagbo, président du FPI à Bruxelles.
Le 23 mai 2019, conformément à la tradition africaine, une délégation du FPI, conduite par le docteur Assoa Adou, Secrétaire Général du Parti, s’est rendue à Daoukro pour remercier le président Bédié et lui exprimer la reconnaissance du président Gbagbo.
Le 29 juillet 2019, Son Excellence, le président Henri Konan Bédié, accompagné de son épouse s’est rendu personnellement à Bruxelles où il a exprimé, de vive voix, sa compassion et son soutien à son jeune frère, Son Excellence le président Laurent Gbagbo pour toutes les épreuves subies depuis la fin de la crise poste électorale de 2011.
Au cours de leurs échanges à Bruxelles, les deux personnalités ont tenu à exprimer « leur compassion et leur solidarité au peuple de Côte d’Ivoire pour les traumatismes et les nombreux préjudices subis pendant cette crise ». Les deux anciens chefs d’Etat, après avoir déploré les graves atteintes portées aux acquis démocratiques, ont non seulement convenu de « l’urgente nécessité d’œuvrer pour le retour d’une paix définitive et durable en Côte d’Ivoire », mais ils ont lancé « un vibrant appel à tous les partis politiques, aux associations, à toutes les organisations de la société civile et à toutes les communautés vivant en Côte d’Ivoire à s’engager résolument dans la voie de la Réconciliation Nationale pour asseoir une paix sociale durable et définitive, facteur de développement, de prospérité et de vie harmonieuse entre toutes les composantes de la Nation ivoirienne ».
Mesdames et messieurs les journalistes,
C’est dans la mise en œuvre de cet appel conjoint, bien compris par le FPI, le PDCI et tous les partis et organisations membres des plates formes Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) et la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP), que ces partis ont entrepris depuis quelques temps de mener des actions communes sur le terrain et de se soutenir mutuellement dans le combat pour l’avènement d’une vraie réconciliation en Côte d’Ivoire.
Plus qu’une urgence, la réconciliation nationale est devenue aujourd’hui une nécessité vitale pour notre pays, comme l’oxygène l’est pour le corps humain ; tant la Côte d’Ivoire est sinistrée et gravement malade de la gouvernance des dirigeants actuels. Conséquence : Les ivoiriens vivent au quotidien dans un environnement d’insécurité, caractérisé par des agressions répétées menées par des enfants, des délinquants de la rue appelés « microbes », des bandits et autres coupeurs de route qui opèrent avec des armes de guerre.
La récurrence des affrontements intercommunautaires qui se soldent par des dizaines de morts, de nombreux dégâts matériels et des déplacements massifs de populations, nous interpelle sur la gravité de la fracture sociale et sur les factures qui exposent notre pays à une situation sociale potentiellement explosive.
De la décrépitude de notre système éducatif au fardeau de la dette qui aliène davantage la Côte d’Ivoire en passant par la déliquescence du système sanitaire, la détérioration continuelle de notre écosystème aggravée par le phénomène de l’orpaillage clandestin et l’adoption, au forceps, d’une commission électorale non consensuelle, ce sont autant d’indicateurs sociopolitiques qui plantent un lugubre décor d’une nouvelle crise, peut être plus grave, à l’horizon 2020, si rien n’est fait avant.
Mesdames et messieurs les journalistes,
Vous conviendrez avec nous que devant un tableau aussi sombre qu’inquiétant que présente l’état de la Nation, il n’y a qu’un seul remède qui convienne aujourd’hui pour redresser la situation et préserver les ivoiriens du gouffre certain dans lequel le pouvoir Ouattara veut les conduire : C’est la Réconciliation Nationale.
Dans ces conditions, l’appel de Bruxelles lancé par les présidents Bédié et Gbagbo sonne pour nous comme une interpellation de notre conscience individuelle et collective sur les enjeux pour l’avenir de la Côte d’Ivoire, notre patrimoine commun.
Le meeting du 14 septembre prochain, à Abidjan Sud, est donc une occasion solennelle d’un nouveau départ que nous voulons prendre ensemble pour sauver la Côte d’Ivoire du chao dans lequel les gouvernants actuels veulent l’enfermer. Il s’agit de nous engager avec courage, détermination, amour pour la patrie et sans calcul politicien dans un sursaut national pour l’avènement d’une réconciliation qui brise définitivement la glace de méfiance, artificiellement installée entre les filles et les fils de ce pays du fait de la politique de rattrapage ethnique. Les ivoiriens doivent retrouver le sourire et cesser de se regarder en chien de faïence dans une Côte d’Ivoire réconciliée sans faux fuyant, qui passe par un dialogue constructif entre tous les acteurs de la scène sociopolitique.
C’est à cette réconciliation que les présidents Bédié et Gbagbo appellent instamment les gouvernants, les partis politiques, les organisations de la société civile, les responsables religieux et coutumiers, bref, toutes les composantes de la société ivoirienne sans exclusive. Nous n’avons pas le droit de décevoir ce grand espoir suscité par ces deux hommes d’Etat qui ont su remonter, avec courage et détermination, le cours de l’histoire pour une Cote d’Ivoire réconciliée, solidaire et prospère. Tous à Abidjan Sud, le samedi 14 septembre 2019.
Nous vous remercions
Déclaration lue par Koné Boubacar, Vice-président du Fpi

Lire la suite
09 Sep
0

Paris (France): Chaleureuses retrouvailles entre les Présidents Henri Konan BEDIE et Guillaume Kigbafori SORO

Le samedi 07 septembre 2019, le Président du Comité Politique, Son Excellence Guillaume Kigbafori SORO, Ex-Président de l’Assemblée Nationale de la République de Côte d’Ivoire, accompagné de Madame la ministre Affoussiata BAMBA-LAMINE, a rendu une visite de courtoisie à Son Excellence, le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, en sa résidence privée de Paris. Le Président Henri Konan BEDIE était assisté de son Directeur de Cabinet, Monsieur N’DRI Kouadio Pierre Narcisse.

DIRCOM PDCI-RDA

Lire la suite
06 Sep
0

Soro Kanigui (Raci) après une audience avec Guikahué (Pdci) : «Le président Bédié fait beaucoup d’efforts…Nous devons travailler pour libérer la Côte d’Ivoire»

Soro Kanigui, président du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), avec une forte délégation de son parti, a eu une audience avec le Chef du Secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), Pr Maurice Kakou Guikahué, ce vendredi 6 septembre 2019, au siège du parti du président Henri Konan Bédié, à Cocody. A sa sortie d’audience, il a expliqué les raison de sa présence avec cette importante délégation au siège du Pd i-Rda. Explications.
«Nous sommes venus avec une délégation importante du RACI, saluer le Secrétaire exécutif du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué, le féliciter pour tout le grand travail qu’il fait pour rassembler l’opposition significative ivoirienne.
Nous sommes aussi venus pour échanger avec lui sur l’actualité sociopolitique de la Côte d’Ivoire, tenir compte de son analyse parce que vous savez que c’est un homme d’expérience. Et pour nous, il était nécessaire de venir nous abreuver de cette expérience.
Nous avons également échangé sur la vie de la plateforme. En tout cas, en ce qui nous concerne au Raci, nous sommes venus le rassurer pour lui dire qu’il pouvait rassurer SEM le président Henri Konan Bédié, sur notre volonté au Raci, de travailler pour la réconciliation nationale, et surtout aider la Côte d’Ivoire à définitivement tourner le dos à la crise que le pays connait. Le président Bédié fait beaucoup d’efforts et il est important que nous puissions lui apporter notre appui pour que les choses aillent de l’avant.
Ce qui nous intéresse, c’est comment nous pouvons organiser la société ivoirienne autour de nos grands leaders de l’opposition. La vraie opposition pour que la Côte d’Ivoire puisse avoir une nouvelle alternative.
Vous savez, la situation que nous traversons, il faut avoir suffisamment de force pour résister à toutes les tentations. Et nous, nous collaborons avec ceux qui ont cette force de résister aux tentations. Pour le reste, ça ne nous intéresse pas.
Nous sommes ensemble, nous resterons ensemble. Et nous devons travailler pour libérer la Côte d’Ivoire de toutes ces crises. Et je pense que nous allons y arriver».
Propos retranscrits par G.R. OMAEL

Lire la suite
27 Août
0

Les Soroïstes de France au Président Bédié : « Vous êtes le reflet de la paix en Côte d’Ivoire »

Audiences du Président du PDCI-RDA, à Paris

Les Soroïstes de France au Président Bédié:« Vous êtes le reflet de la paix en Côte d’Ivoire »

L’union des Soroïstes de France, mouvement proche de Guillaume, a été reçue en audience, la semaine dernière, par le Président Henri Konan Bédié. Tamadou Fousseni, son président, a conduit une délégation au domicile du Président du PDCI-RDA pour le saluer et lui exprimer leur soutien. « Nous sommes vos enfants et nous savons qu’il y’a une injustice qu’il faut réparer il n’ya pas plus houphouétiste que vous. Nous avons appris beaucoup de chose grâce à vous. Nous sommes avec votre fils Guillaume Soro. Nous vous donnons la destinée de la Côte d’Ivoire. Nous vous soutenons pour que l’erreur qui a été faite soit réparée », a t-il martelé. Souleymane Traoré au nom du mouvement « GKS » qui lui également a été reçu en audience en compagnie de ses camarades, a résumé ses propos à l’endroit du Président Bédié en ces termes : « Vous êtes le reflet de la paix. L’histoire vous donne aujourd’hui raison. Vous êtes un homme de paix, un homme de réconciliation ».

Le Président Bédié les a remerciés pour leur visite et pour les propos tenus à son endroit. Il leur a, en outre, fait savoir qu’il est en contact permanent avec leur mentor Guillaume Soro. « on se voit incessamment ». Leur a t-il fait savoir. Le Président du PDCI-RDA a, par ailleurs, salué le travail de ces mouvements de soutien au côté de l’ex-président de l’Assemblée Nationale, président du CPC.  Et leur a fait part de sa joie de les savoir membre de la nouvelle plate-forme en gestation, qui, a-t-il fait savoir, vient sortir la Côte d’Ivoire de l’ornière. « il ne faut pas relâcher la lutte. « Continuez jusqu’à la victoire au soir du scrutin du présidentiel » leur a dit le Président Bédié.

 

Mouvement , Union des Soroîstes conduit par son Pdt TAMADOU Fousseni posant avec le Pdt BEDIE.

« Le Mouvement Citoyen Côte d’Ivoire Débout », une autre organisation proche de Guillaume Soro, a aussi été reçu en audience. Mme N’guessan Nadine sa présidente, a fait savoir ceci au Président Bédié : « Monsieur le Président, vous êtes tout comme hier, aujourd’hui, l’espoir de tout un peuple, de toute une nation. Car votre volonté de soustraire et protéger le PDCI de l’obscurantisme et le dogmatisme dans lequel voulait plonger du RHDP RDR ou RHDP UNIFIE, selon les circonstances, a permis à tous les démocrates ivoiriens et panafricains d’espérer à un lendemain meilleur et prospère pour notre pays. Car le PDCI-RDA, pour tous les ivoiriens, reste le parti de la stabilité, de la paix mais également le parti de référence pour les acquis et avancée démocratique dans notre pays ». Son mouvement, a-t’elle précisé, « se tient prêt à soutenir toutes les initiatives politiques qui visent à promouvoir la démocratie, la paix, la réconciliation et l’égalité des chances dans notre pays, car les décisions politiques doivent être au profit du peuple et non d’un clan comme nous le constatons malheureusement depuis plusieurs mois dans notre beau pays ».

Le Président du PDCI-RDA s’est dit heureux de leur détermination à œuvrer pour la démocratie en Côte d’Ivoire.

Paul Koffi

Infos Drcom Pdci-Rda

 

 

Lire la suite
27 Août
0

Le S.E Guikahué fait des révélations sur Duncan, Siandou, N’doli… et affirme: «Le président Bédié a eu raison et aura encore raison»

Le chef du Secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) était face aux militants de son parti à Daoukro, samedi 24 et dimanche 25 aout à Abengourou. C’était dans le cadre de ses tournées dans les 6 zones politiques. Après donc les zone Sud à Abidjan, zone Ouest dite zone Zadi à Daloa et la zone ouest montagneux à Duekoué, il s’est rendu dans les zones Centre et Est. Ces deux dernières rencontres ont vu la mobilisation extraordinaires des membres des instances évalués à plus de 3000 à Daoukro et 2000 à Abengourou.
Après avoir livré la feuille de route du personnel politique de terrain (les diligences et les stratégies pour la victoire en 2020) de tout le Centre du pays réuni à Daoukro et de l’Est réuni à Abengourou, et en attendant la zone Nord le 31 aout prochain, le Secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué, s’est prononcé sur l’actualité sociopolitique en Côte d’Ivoire.

Bédié a eu raison, il aura encore raison
(…) Le président Bédié a interpellé le gouvernement et il a fait des recommandations. Il a dit que je voudrais inviter le gouvernement à la fermeture des sites d’orpaillage clandestin. Quand le 15 juin, il a parlé de l’orpaillage, les gens se sont levés partout avec des communiqués, le menaçant même d’arrestation etc. Tout le monde s’y est mis même jusqu’au sommet de l’Etat. Quelques jours après, le ministre Jean Claude Kouassi qui était ministre des Mines est devenu ministre des orpailleurs clandestins. Il n’y a plus de jour sans qu’il parle d’orpaillage clandestin. C’est devenu son travail. Quand vous avez dans un pays quelqu’un d’un certain âge qui a été fonctionnaire, ambassadeur, ministre, président de l’assemblée nationale, maire, président de la République, quand il dit quelque chose, il faut réfléchir avant d’agir. Donc, le président Bédié a eu raison. Deuxièmement, il a dit, il faut désarmer, ensuite, il faut régler les conflit fonciers en s’appuyant sur la loi de 98. Et il a dit qu’il faut lutter contre la fraude sur la nationalité. Ils ont dit, le président Bédié est devenu xénophobe. Mais je dis encore, vu l’âge et l’expérience du président Bédié, quand il dit quelque chose, il faut écouter. Ça n’a même pas duré. 12 jours après, l’ancien haut-parleur en panne du Pdci, que le Rdr a pris pour faire sa sono, est parti s’asseoir devant le monde entier pour dire, ‘’oui nous au Rhdp, on n’a pas peur, on fait recenser les étrangers pour augmenter notre électorat’’. Bédié a eu raison encore. Bédié a proposé la prorogation de deux ans des cartes nationales d’identité qui arrive à expiration en juin 2019. En y ajoutant deux ans, ça fait juin 2021. On traversait donc les élections. Quand Bédié a dit ça, le président prend un décret, il proroge d’un an. Donc jusqu’en juin 2020. Mais pensez-vous qu’en 3 mois, quelqu’un peut fabriquer 6 millions de cartes d’identité ? Donc Bédié va avoir encore raison. Quand juin va arriver, Ouattara va augmenter d’un an encore et ça va faire les deux ans. Donc Bédié aura encore raison.

La victoire en 2020, c’est un impératif catégorique
Avant le dernier bureau politique, le président Bédié a reçu tous les délégués le 22 juin à Abidjan. Il leur a rappelés les activités prioritaires et il leur a dit : en 2020, nous n’allons pas aux élections, en 2020, nous allons prendre la présidence. C’est deux choses, parce que si on te dit : on va aller participer aux élections, la façon de se préparer n’est pas la même chose que quand on dit qu’on va aller prendre la victoire. Donc, les délégués savent que 2020, ce n’est pas pour aller s’amuser, c’est pour aller ramener la victoire. C’est un impératif catégorique et nous le pouvons. En 2010, on a fait élire le Rdr, en 2015, on a fait élire le Rdr. Mais quel est ce parti qui fait élire les gens? Si tu sais faire élire quelqu’un, c’est que tu peux te faire élire toi-même. Donc, au lieu d’aller donner la victoire cadeau, on dit cette fois-ci, nous-mêmes, on garde la victoire. Donc, il n’y a pas de problème, on va gagner. Ne vous inquiétez même pas, travaillez seulement…

Soyez solides derrière l’idéologie
(…) Quand on est dans un parti politique, il faut savoir faire la différence entre ce qui est structurel et ce qui est conjoncturel. Le conjoncturel par exemple, en 2015, le président Bédié nous dit : Ouattara n’est pas Pdci, mais il va devenir notre candidat. Ça c’est conjoncturel parce que ça, ça passe. Le structure, c’est quand on dit que le Pdci doit être dissout. Vous voyez la différence ? Le président a dit non ! Parce que là, on touche à l’idéologie. Si le Pdci est dissout, toute votre pensée est dissoute (…). Ici, qu’est ce qui nous unit, c’est le Pdci. Si demain, le Pdci est dissout, c’est comme si on a tué votre façon de pensée. Parce que le parti politique, c’est une façon de voir la vie, c’est le regroupement des personnes, des individus qui ont la même vision et on ajoute la conquête du pouvoir pour l’exercer ou le conserver. Maintenant, les secrétaires de section, vous suivez trop les gens. Il faut être solide derrière l’idéologie. Si le chef dit quelque chose, vous l’analysée. Est-ce que ça va contre l’idéologie du parti ou non. Si aujourd’hui, le Pdci dit : allons-y prendre les armes, vous devez dire non. Parce que vous avez adhéré au Pdci parce que vous n’êtes pas des gens violents. La violence ne vous ressemble pas. Ça c’est une entrave idéologique. Mais si on dit de choisir Seri Bi ou Amoikon Banga, il n’y a pas d’idéologie. A cause de ça, il y a des gens qui quittent le parti ou qui rament à contre courant. Il faut suivre un parti dans la discipline. Vous êtes militants, ça vient de militaire. Tu fais d’abord et tu demandes après.

Duncan, N’doli, Aouélé, Siandou, ne gagneront plus d’élection en Rhdp
Je vais prendre deux exemples qui m’ont frappé. Port-Bouet, Aka Anghui meurt, on cherche quelqu’un. On veut faire une promotion interne. Je dis au président: le petit Siandou Fofana est intéressé. On le prend donc, on l’installe à Port-Bouet, on prépare le terrain. On lui confie tout le monde, secrétaires de section. Il travaille. Aux municipales, il est candidat. Il vient nous voir et il dit : monsieur le président si je porte l’étiquette Pdci, je vais perdre les élections à Port-Bouet. J’ai dit : monsieur le président, quiconque ne va pas porter l’étiquette du Pdci à Port-Bouet ne gagnera pas les élections. Vous voyez, il y a des coins ou le Rhdp ne peut pas gagner. A Aboisso, si demain Aka Aouélé est Rhdp (parce que là, il a été faux Rhdp. Il était Pdci et au dernier moment où il ne nous restait plus de temps pour mener la lutte, il est devenu Rhdp). Demain s’il est vrai Rhdp, on va voir. Bongouanou, Rhdp ne sera jamais élu là-bas. En 2013, je suis allé faire trois jours à Bongouanou pour soutenir Ahoua N’doli, on était camarades, Duncan nous a donné plein d’argent. Duncan est venu à la clôture. Il y a un chef de village qui m’a appelé discrètement. Il m’a dit : moi j’aime ton affaire, mais je te dis que tu es venu perdre ton temps. Ici là, on est Pdci et puis si c’est Fpi, on ferme un peu les yeux. Mais Rhdp, ne peut rien gagner ici. On a fait les élections et on a été étalé. 2018, le même Ahoua N’doli a recommencé en tant que Rhdp, il a été étalé. Donc, il y a des endroits comme ça. Le Pdci est dans le sang. Je reviens au cas de Port-Bouet. Le président fait appel à l’indépendant Emmou Sylvestre. On s’en va sur le terrain, il y a 28 secrétaires de section, 220 présidents de comité de base. 23 des 28 secrétaires de sections virent du côté de Fofana Siandou. Il ne nous reste que 3 secrétaires de section. Je dis qu’à cela ne tienne, rapidement, en ma qualité d’organisateur, j’ai convoqué une réunion de tous les comités de base. Ils étaient 220. Ils m’ont dit que le Pdci va gagner les élections parce que dans les 220 personne n’a bougé. Donc, faites attention avec les bases que vous dirigez. Deuxième exemple : Cocody. 85 secrétaires de section. Je convoque les secrétaires de section et je constate qu’il n’y a que 5 qui soutiennent Jean Marc Yacé. Les autres se sont divisés entre N’gouan Mathias et Koné Colette. On a convoqué les comités de base. 540 présidents, aucun n’a bougé, Yacé a gagné les élections. Donc, secrétaires de section, reprenez votre place sinon les comités de base vont être déçus de vous. Il ne faut pas suivre l’argent, il ne faut pas suivre l’homme, il faut suivre l’idéologie du parti. Si le parti est en faute, il vous appartient d’envoyer des délégations nous expliquer et on va vous écouter. Il y a des ministres, des vice-présidents, qui sont partis. Quelqu’un m’a dit Guikahué, restes tranquilles, on est en stratégie. Je dis mais si tout le monde fait stratégie, il n’y a plus Pdci (…).

Pourquoi la campagne sera facile en 2020
La campagne est facile, l’élection de 2020, c’est la révolte. Quand vous êtes avec quelqu’un et qu’il vous trahi, vous vous révoltez. Donc révoltons-nous. En 2020, ce n’est pas quelqu’un qu’on va voter, c’est nous-mêmes. C’est notre cri de révolte, c’est l’acte de révolte. Pourquoi, on a soutenu les gens deux fois et maintenant qu’ils ne nous soutiennent pas, on va se soutenir nous-mêmes. C’est ce que ça veut dire (…). Houphouët a dit que pour faire la politique, il faut être courageux, il faut être endurant, il faut être persévérant et il faut être patient. Si tu as ces quatre qualités, tu peux aller loin. Nous pensons que c’est long. Gbagbo et le Fpi sont arrivés en 1990, en 2000 soit 10 ans après ils ont pris le pouvoir. Le Rdr est né en 1994, après ils ont pris le pouvoir. Nous, nous avons quitté le pouvoir en 2000. En 2020, ça fait 10 ans, donc le Pdci sera élu. C’est automatique, c’est un cycle de 10. C’est écrit comme ça dans les astres. Tous les astres sont en train de s’aligner pour que le Pdci gagne les élections. Mais vous me lancez un ballon et j’ai les bras croisés, est-ce que ça ne va pas passer ? Mais si j’ouvre les bras, je le prends. Donc, le travail qu’on fait là, c’est pour ouvrir les bras. Sinon Dieu nous emmène le pouvoir, il ne faut pas qu’on le refuse, on nous dit de travailler, de faire le recensement, les cartes d’identité. Mais si tu fais tout ça et que Dieu a décidé que ce n’est pas pour toi, ça passe à côté de toi. Est-ce les armes qu’on n’a jamais vu dans ce pays ? 2010, qui avait l’armée, qui avait le pouvoir, qui avait l’argent ? Ouattara a gagné. Donc, ne vous inquiétez pas. Comme a dit Guillaume Soro, les chars sont impolis (…). Donc, enlevez la peur dans votre esprit. Quand vous vous retrouvez, vous dites : les gens là, ils ne vont pas s’amuser, mais qui s’amuse avec politique ? Enlevez ça de vos esprits. Mais vous aussi, ne vous amusez pas. Si eux, ne s’amusent pas, ne vous amusez pas aussi (…).

Houphouët s’est réconcilié avec Gbagbo
Les gens viendront vous dire que Gbagbo a insulté Houphouët et voilà Bédié qui aujourd’hui, fait la paix avec Gbagbo. Ils sont en retard. En 88, Houphouët a envoyé son avion en France pour prendre Gbagbo pour venir. N’est-ce pas la réconciliation ça ? Ne vous inquiétez pas pour Houphouët, lui, avant de mourir, il a fait sa réconciliation avec Gbagbo. Bédié montre qu’il est le digne héritier, donc, il se réconcilie avec Gbagbo. Mais c’est Gbagbo même qui doit avoir quelques regrets. En 1996, on était au gouvernement, Bédié a dit à Gbagbo on va discuter. Choisis des personnalités de ton parti qui vont entrer au gouvernement. Ils étaient d’accord avec les Ahoua N’guetta, ils ont fait des réunions avec le ministre Bombet etc. Après un mois, Gbagbo a rompu, il est parti en disant qu’il ne vient plus aux réunions. C’est comme ça que ça a échoué. Donc, ce n’est pas une affaire de maintenant. Et puis Gbagbo quand il était président, n’y avait-il pas des personnalités du Pdci dans son gouvernement ? Alors ? Il a insulté Houphouët et puis vous êtes dans son gouvernement. C’est aujourd’hui que vous savez qu’il a insulté Houphouët (…)?

Giga meeting à Yamoussoukro, le 19 Octobre
Les gens font la propagande du genre, ils ont pris 40% des militants du Pdci, il n’y a plus personne au Pdci, mais, nous, nous allons démontrer le contraire. Le président a décidé. Le 18 octobre est une date historique pour le Pdci-Rda, d’abord c’est le jour anniversaire du président fondateur Félix Houphouët Boigny et le jour de la création du Rda. On va organiser des cérémonies à Yamoussoukro, mais comme c’est un vendredi, le samedi qui suit, soit le 19 octobre, on va organiser un grand rassemblement de tous les militants. Celui qui ne veut pas de la disparition du Pdci doit être au meeting. Ce n’est pas une affaire où on va trier les gens. Venez à moto, à bicyclette, à dos d’âne, en camion, à pied… dites aux gens que c’est un grand jour. Le meeting sera présidé par le président Bédié lui-même. Ce jour-là, il va parler à Houphouët. Il va dire à Houphouët : voici le parti que tu m’as laissé, il y a eu des vicissitudes comme en 1950, il y a eu le désapparentement, certains sont partis, d’autres ont résisté, tu as gardé le Pdci. En 2018, on a vécu la même situation, certains sont partis, ton Pdci est là. On est venu chercher ta bénédiction pour aller prendre le pouvoir en 2020.

Grande réunion du Bureau politique en novembre pour préparer la convention
C’est après ça qu’on va tenir en novembre une grande réunion du Bureau politique qui va décider les dates, le thème, l’organisation, le lieu de la convention d’investiture de notre candidat. Pour le rassemblement du 19 octobre, je veux au moins 100 000 personnes. Il faut que Yamoussoukro soit noir de monde. Parce que là, chacun vient montrer qu’il est Pdci. J’insiste là-dessus. C’est très important… »
Propos recueillis par GT et DS

Lire la suite
25 Août
0

Le Fpi France au président Bédié: «Nous vous prions de peser de tout votre poids, pour le retour rapide en Côte d’Ivoire du Président GBAGBO…»

Le préside t Henri Konan Bédié a accordé une audience, jeudi 22 aout, à une délégation du Front populaire ivoirien (Représentation France, Fpi-France) conduite par Claudel GUIGUI, Membre du comité de contrôle en charge de l’Europe. Ci-dessous le discours du Fpi-France.

Audience du Président Henri Konan BÉDIÉ du 22 Août 2019
Discours du FPI France

Excellence le Président Henri Konan BÉDIÉ,
Président du PDCI RDA,

La Front Populaire Ivoirien en France, par ma voix, vous remercie et vous témoigne de sa gratitude pour votre combat pour la restauration de la Côte d’Ivoire et surtout, votre engagement à œuvrer à la réconciliation des filles et fils de notre patrie.
Le FPI France vous réitère ses remerciements suite à la visite que vous aviez rendu, en toute humilité, à votre cadet le Président Laurent GBAGBO, le 27 juillet 2019 à Bruxelles.
Cette visite au Président Laurent GBAGBO, qui est le fruit de plusieurs séries de rencontres aussi bien à Abidjan qu’à Daoukro entre les Directions du PDCI RDA et du FPI, a fait naître chez les Ivoiriens l’espoir exaltant d’une Côte d’Ivoire réconciliée.
Excellence, Monsieur le Président,
Nous vous prions de continuer dans cette démarche et de peser de tout votre poids, dans la mesure du possible, pour le retour rapide en Côte d’Ivoire du Président GBAGBO auprès des siens; car sa présence contribuera grandement à la réconciliation, à l’unité nationale et à la paix.
Excellence Monsieur le Président,
Nous nous réjouissons de la franche collaboration entre le PDCI RDA et le FPI car les valeurs défendues par votre Parti au nombre desquelles la paix, chère au Président Félix Houphouët BOIGNY, et le combat du FPI pour la liberté et la démocratie seront le socle d’une Côte d’Ivoire retrouvée.
Excellence Monsieur le Président,
Le FPI France, par ma voix, vous apporte son soutien pour tous les actes que vous posez dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire.
Merci Excellence.

Délégation du FPI France :
– Claudel GUIGUI, Membre du comité de contrôle en charge de l’Europe, Chef de délégation
– Marcelle OBROU, Secrétaire de la Représentation, représentant Georgette NEKALO (Représentante du FPI France Métropolitaine)
– Marcel ACHO, Secrétaire Général de la section FPI Paris XIV

Lire la suite
25 Août
0

Paris-Le Mouvement citoyen ‘’Côte d’Ivoire debout’’ à Bédié: «Président, le pays nous appelle, nous devons mettre fin à la dictature grimpante et L’ORPAILLAGE POLITIQUE en cours actuellement»

Le séjour parisien du Président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, n’est pas de tout repos, depuis le 29 juillet avec la visite historique qu’il a rendu à son jeune frère l’ex-président Laurent Gbagbo à Bruxelles. Chaque jour, ce sont des délégations qui se succèdent à sa résidence parisienne. Il a encore accordé des audiences ce jeudi 22 aout 2019.
Il a échangé avec Mme N’GUESSAN Nadine, Pdte du mouvement citoyen Côte d’IVOIRE DEBOUT et sa délégation ; Les artistes Serge KASSY, Abou GALLIET et François KENCY ; le mouvement GKS conduite par Souleymane TAORE dit Souley de Paris ; les artistes comédiens dont Eléonor Kouamé et Asirifix Armand; le Mouvement Union des Soroîstes conduit par son Pdt TAMADOU Fousseni ; les femmes Patriotes pour GBAGBO qui ont offert un pagne à l’effigie du Pdt GBAGBO au Pdt BEDIE et des Journalistes. Ci-dessous la Motion du mouvement citoyen Côte d’Ivoire Debout.

Excellence Mr le président Henri Konan Bédié président du PDCI RDA Cher père.
Mesdames et Messieurs
Permettez avant tout propos que je puisse vous adresser toute ma gratitude pour l’immense honneur que vous nous faites en nous accueillant à votre résidence malgré vos nombreuses charges et responsabilités, soyez en remercier.
Mr le président cette rencontre de ce jour revêt pour notre Mouvement une grande espérance, car l’ouïe qui nous écoutera est celle en laquelle le père fondateur, son excellence, le président Félix HOUPHOUET BOIGNY avait fait confiance, ce qu’il avait décidé à vous confier le destin de notre pays la Côte d’Ivoire et le grand parti pour lequel il s’est tant battu toute sa vie.
Oui, Mr le président vous êtes tout comme hier, aujourd’hui l’espoir de tout un peuple, de toute une nation, car votre volonté de soustraire et protéger le PDCI RDA de l’obscurantisme et le dogmatisme dans lequel voulait le plonger les responsables du RHDP-RDR ou RHDP UNIFIÉ selon les circonstances.
Votre posture a permis à tous les démocrates ivoiriens et panafricains d’espérer en un lendemain meilleur et prospère pour notre pays, car le PDCI RDA pour tous les ivoiriens, reste le parti de la stabilité, de la paix mais également le parti de référence pour les acquis et avancées démocratiques dans notre pays.
Mr le président, en ce moment précis de mon intervention, permettez que je vous présente le mouvement citoyen CÔTE D’IVOIRE DEBOUT dont j’ai la responsabilité de conduire une délégation aujourd’hui chez vous afin de vous solliciter pour faire aboutir certaines de nos préoccupations à travers la plateforme d’espérance que vous êtes en train de peaufiner en Côte d’Ivoire.
Excellence Mr le président,
Le mouvement citoyen Côte d’Ivoire debout est un rassemblement d’Ivoiriens de tout bord politique et social résidants dans les quatre coins du monde qui, face aux reculs démocratiques de ses dernières années en Côte d’Ivoire, ont décidé de se retrouver et participer à l’éducation démocratique de nos populations afin d’éviter à notre nation les heures sombres qu’elle a connues très récemment.
Aussi, avons-nous décidé de soutenir tous les mouvements progressistes, citoyens et tous les mouvements de gauche, car sociaux-démocrates, notre objectif est de mettre comme le stipule notre slogan, LE PEUPLE AU COEUR DE LA DÉMOCRATIE, ce qui, aujourd’hui malheureusement, n’est pas le cas en Côte d’Ivoire.
Le mouvement citoyen CÔTE D’IVOIRE DEBOUT se tient prêt à soutenir toutes initiatives politiques qui visent à promouvoir la démocratie, la paix, la réconciliation et l’égalité des chances dans notre pays, car les décisions politiques doivent être au profit du peuple et non d’un clan comme nous le constatons malheureusement depuis plusieurs mois dans notre beau pays.
Mr le président, le pays nous appelle, ensemble nous devons mettre fin à la dictature grimpante et L’ORPAILLAGE POLITIQUE en cours actuellement pour bâtir notre pays dans le bonheur.
Excellence Mr le président, je voudrais avant de clore mon intervention soumettre à votre sagacité quelques réflexions et propositions de notre mouvement afin que vous puissiez les transmettre aux illustres membres de votre plateforme dans l’espoir qu’une attention particulière y soit accordée lors de vos discussions politiques concernant les échéances présidentielles de 2020 car notre mouvement à également d’autres centres d’intérêts comme la lutte contre la corruption, l’accès à l’éducation pour tous qui va au delà des prochaines élections présidentielles.
Le mouvement citoyen CÔTE D’IVOIRE DEBOUT propose Mr le président.
1 ) – la réforme consensuelle de la commission électorale.
2 ) – La Mise en place du recensement citoyen dès l’âge de 16 ans et le reversement automatiques des recensés dans la liste électorale dès leurs 18 ans atteint.
3 ) – la demande de justificatif d’inscription sur la liste électorale pour certains concours exclusivement réservés aux Ivoiriens pourrait booster les inscriptions sur cette liste.
4 ) – ouverture permanente de la liste électorale toute l’année pour les majeurs non inscrit dans les administrations désignées jusqu’à 4 mois avant les élections.
Toutes ces mesures Mr le président permettront aux différents acteurs politiques et aux mouvements citoyens d’orienter leurs actions citoyennes participants ainsi à l’éducation civique et démocratique de nos populations et prévenir les difficultés pouvant entraîner des contestations sur la fiabilité de la liste électorale.
Enfin pour clore le chapitre des propositions, le mouvement CÔTE D’IVOIRE DEBOUT demande
5 ) – la gratuité de la carte Nationale D’identité et la mise en place d’une loi actant la gratuité de la CNI ainsi que son renouvellement à la fin de sa validité comme cela est le cas au Sénégal.
Voilà Mr le président les quelques préoccupations et raisons qui nous conduisent aujourd’hui chez Vous, chez Nous.
Tout en vous remerciant une fois encore pour l’honneur que vous nous faites en nous accordant cette audience, nous CÔTE D’IVOIRE DEBOUT vous remercions pour l’acte de paix et de réconciliation que vous avez posé en rendant une visite à votre jeune frère LAURENT GBAGBO et surtout pour votre bienveillance à l’égard de notre leader générationnel GUILLAUME KIGBAFORI SORO votre protégé et vous exhortons à continuer au rassemblement et à la réconciliation des Ivoiriens et des Ivoiriennes quelques soient leurs bords politiques ou religieux dans toutes les contrées de notre pays ainsi que dans la communauté Diasporique.
Je suis Mme N’Guessan Nadine présidente du mouvement citoyen CÔTE D’IVOIRE DEBOUT et je suis accompagné par :
Mr Kouyate Oumar, vice président de Côte d’Ivoire debout et de Mr Jules Brou, le secrétaire général.
Je tenais également à saluer le précieux travail qu’abat Mr Yves Landry Boua au sein du Pdci RDA et auprès des partis et mouvements frères de la diaspora car c’est ensemble que nous y arriverons.
Je vous remercie.
Paris le 22 août 2019
Mme N’Guessan Nadine, présidente

Lire la suite
23 Août
0

Décès de DJ Arafat et Faustine Brou (Sainte Cécile): La compassion et les condoléances du président Bédié et du Pdci transmises par la S.E Yapo Valerie aux familles respectives des disparus

Fauché dans la fleur de l’âge lors d’un accident de la circulation, l’artiste musicien Dj Arafat, Zeus ou commandant Zabra pour les intimes, est décédé le dimanche 11 août 2019. Les funérailles auront lieu les 30-31 août prochains. Au menu, un hommage mondial lors d’une gigantesque soirée artistique lui sera rendu. Suivi le lendemain de la levée du corps et de l’inhumation au cimetière de Williamsville, malgré sa fermeture, a-t-on appris du comité d’organisation des obsèques.
Profondément affligé par ce deuil, le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, qui avait une grande estime pour cet artiste de renommée mondiale, a dépêché une forte délégation conduite par Mme Valérie Yapo épouse Adaï, secrétaire exécutive chargée de la Culture et de la francophonie, au domicile du sommet du Coupé-décalé, DJ Arafat sis à Cocody Angré cité Groupement 4000D, villa 328, pour traduire la compassion, le soutien et le réconfort du Pdci-Rda et son président. C’était le jeudi 22 août 2019, en début de soirée (18h15). Elle était accompagnée de Ange Isaac Appia, secrétaire exécutif chargé des nouvelles adhésions, du directeur de l’identification du Pdci-Rda, de la déléguée Pdci de Cocody I, des membres du bureau politique et du grand conseil, de Mlle Jeannette Amani, présidente de la coordination des femmes secrétaires de section et de Jean-Claude Koua, membre du Grand conseil.
A cette occasion, Mme Adaï, avec une voix étreinte par l’émotion, a usé de mots choisis avec sagesse et mesure, pour livrer le message du président Bédié à la famille éplorée. « Nous apportons la compassion du Pdci-Rda dans son entièreté. Quand le président Henri Konan Bédié a entendu la mauvaise nouvelle, il a réagi, parce que DJ Arafat était comme son petit-fils. Il venait lui rendre visite quand il pouvait. Le président Bédié a été vraiment touché. Etant donné qu’il est en Europe, il nous a demandé de venir apporter la compassion de tout le Pdci Rda à la famille éplorée, parce que le secrétaire exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué, aussi, est absent. Il nous a instruits de participer à toutes les étapes des obsèques. Il y aura une délégation à la veillée, à la levée du corps et à l’enterrement » a-t-elle déclaré en présence de Valentine Logbo, dite Tina Glamour, génitrice du défunt, son épouse Carmen et son fils qui vient d’arriver de Paris. En retour, Marc Zopo, porte-parole des familles éplorées, digne dans la douleur, dissipée quelque peu par les cantiques distillés par le chœur ‘’Redemptoris’’, a traduit les vifs remerciements au président Bédié, au Pdci-Rda et à sa délégation.
Juste après, la délégation s’est rendue à la cité Sodefor de Cocody, au domicile de la secrétaire de la paroisse Ste Cécile de Cocody Vallon, Mme Faustine Brou, qui a été tuée, récemment, pour exprimer le soutien et le réconfort du Pdci-Rda à la famille éplorée et à l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire.

SERGE AMANY (Le Nouveau Réveil)

Lire la suite
22 Août
0

Les groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox populi ‘’préoccupés par cette immixtion personnelle du Président de la Commission de l’UA dans la grave situation qui prévaut sur la CEI’’

POINT DE PRESSE
DES GROUPES PARLEMENTAIRES PDCI-RDA RASSEMBLEMENT ET VOX POPULI RELATIF A LA PUBLICATION DU PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L’UNION AFRICAINE SUR LA LOI PORTANT RECOMPOSITION DE LA COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE (CEI) DE LA COTE D’IVOIRE

L’opposition parlementaire à l’Assemblée nationale composée des Groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox populi a pris connaissance de la note du Président de la Commission de l’Union Africaine (UA) publiée le lundi 19 aout 2019 sur le site internet de cette organisation par laquelle il « se félicite de ce que l’arrêt rendu par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ait été pris en compte tel qu’en atteste le préambule des motifs du projet de loi introduit au Parlement. »
Préoccupés par cette immixtion personnelle du Président de la Commission de l’Union Africaine dans la grave situation qui prévaut actuellement sur la Commission Electorale Indépendante de la Côte d’Ivoire et par la récupération opportuniste qu’en fait le Pouvoir ivoirien dans les organes de presse qui lui sont soumis, les Groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox populi tiennent à faire les précisions suivantes
1. Dans son arrêt du 18 novembre 2016 dont il s’agit, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuple, jugeant que la loi N° 2014-335 du 18 juin 2014 portant organisation, attribution et fonctionnement de la Commission Electorale Indépendante(CEI), instituait une Commission électorale non indépendante et non impartiale, déséquilibrée au profit du pouvoir, a ordonné à l’Etat de Côte d’Ivoire de reformer ladite loi pour la rendre conforme aux instruments internationaux auxquels l’Etat de Côte d’Ivoire est partie ;
2. La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples avait ordonné à cette occasion, à l’Etat de Côte d’Ivoire de lui soumettre dans un délai d’un (01) an, un rapport sur l’exécution de sa décision rendue le 18 novembre 2016. Depuis l’expiration de ce délai, soit le 18 novembre 2017, le Président de la Commission de l’Union Africaine n’avait pas jugé utile de se prononcer sur cette alarmante situation, préférant laisser les Ivoiriens à leur triste sort ;
3. Le processus d’élaboration de la nouvelle loi sur la CEI s’est déroulé sans la participation des partis politiques de référence de l’opposition et sans les organisations représentatives de la société civile en raison des divergences avec le Gouvernement qui proposait une simple recomposition en lieu et place d’une véritable réforme de la CEI telle que stipulé dans l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme ;
4. La Loi n°2019-708 du 05 aout 2019 portant recomposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI) telle qu’adoptée par les deux chambres du Parlement ivoirien, en maintenant les représentants du Président de la République et du Ministre en charge de l’Administration territoriale au sein de la commission centrale d’une part et en excluant la société civile des commissions locales d’autre part, ne répond aucunement à l’esprit d’un dialogue inclusif entre toutes les parties prenantes. Promulguée au forceps, cette loi consacre clairement le déséquilibre de la CEI au profit du Pouvoir actuel et est indéniablement porteuse de germes conflictuels ;
5. La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuple a été saisie d’une requête par les parlementaires de l’opposition ivoirienne aux fins de permettre à cette haute juridiction régionale de juger de la conformité de cette loi avec ses injonctions.
Au regard de ce qui précède, les Groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox Populi:
• Déplorent cette publication inappropriée du Président de la Commission de l’Union Africaine qui ne se fonde malheureusement que sur l’exposé (préambule) des motifs du projet de loi pour exprimer sa satisfaction. Il n’est pas inutile de préciser, à toutes fins utiles, que l’exposé des motifs n’est que la partie d’un projet ou d’une proposition de loi qui a pour but de présenter les raisons de fait et de droit qui justifient, selon son auteur, l’adoption du texte. Il ne saurait donc être assimilé à la loi, c’est-à-dire le texte adopté par le Parlement et promulgué par le Président de la République ;
• Restent très attentifs aux suites que la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuple donnera à leur requête et sont confiants que cette décision ne saurait nullement être influencée par la position personnelle sur la base d’une lecture limitée et erronée du Président de la Commission de l’Union Africaine qui manifestement a été mal informé par le pouvoir en place sur la vraie situation en Côte d’Ivoire ;
• Se souviennent avec le sens de la responsabilité devant la Nation ivoirienne toute entière des violences meurtrières survenues à l’occasion des élections présidentielles de 2010 et des élections locales de 2018 et réitèrent leur engagement à user de toutes les voies de recours possibles en vue d’aboutir à l’installation d’une commission électorale, indépendante, impartiale et équilibrée qui répond aux standards internationaux avec pour seule ambition de sortir définitivement la Côte d’Ivoire du spectre de la violence électorale par l’organisation d’élections transparentes, justes et démocratiques ;
• Appellent les organisations régionales et internationales éprises de paix et de justice à accompagner la Côte d’Ivoire dans sa quête de la réconciliation nationale et d’une paix durable propices à un développement économique et social stable dans la durée ;
• Invitent, avec insistance, le Président de la République à reprendre, à nouveau, les négociations avec toutes les parties prenantes significatives pour la mise en place effective d’une CEI véritablement consensuelle, en vue de marquer la volonté de la construction d’une Cote d’Ivoire démocratique et prospère pour chacun de nos compatriotes ainsi que pour les générations futures.
Les groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox Populi saisissent, ensemble, l’opportunité du présent point de presse, pour renouveler leur ferme engagement, aux populations qui vivent en Côte d’Ivoire, aux entreprises publiques et privées, aux institutions régionales et internationales, aux partenaires au développement, à mettre en œuvre en toute occasion possible, la force d’un dialogue franc et sincère pour retrouver le vrai chemin tracé par le père fondateur de notre Nation, le Président Félix Houphouët Boigny. Les générations futures nous serons reconnaissantes d’avoir fait ensemble des sacrifices dans le seul intérêt d’un bonheur au bénéfice de tous, au bénéfice de la diversité qui fait la richesse de notre beau pays, la Côte d’Ivoire.
Fait à Abidjan, le 22 août 2019
Pour les Groupes parlementaires
PDCI-RDA, RASSEMBLEMENT et Vox-Populi
Déclaration lue par le député Olivier Akoto,
Porte-parole du groupe parlementaire PDCI-RDA

Lire la suite
21 Août
0

Réconciliation nationale : Une délégation du Pdci-Rda conduite par le SE Guikahué chez Charles Blé Goudé (Cojep) à La Haye (Communiqué final)

La HAYE, Le 21 Août 2019
Rencontre entre la délégation du PDCI-RDA, conduite par le Professeur
Maurice Kakou GUIKAHUE, Secrétaire
Exécutif en Chef du PDCI-RDA et celle conduite par Charles Blé GOUDE, Président du COJEP.
Une délégation du PDCI-RDA, mandatée par Son Excellence, Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA et conduite par Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA dont Monsieur N’DRI Narcisse , Directeur de cabinet du Président BEDIE, a été reçue à La Haye par le Ministre Charles BLÉ GOUDÉ, Président du COJEP et ses collaborateurs, dont le Directeur de Cabinet, Monsieur DIABY Youssouf .


Cette rencontre s’est déroulée en deux temps :
1 – les civilités,
2- le huis-clos entre le Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA, Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE, chef de délégation et le Président du COJEP, Monsieur Charles Blé GOUDE.
Au cours de l’échange des civilités, Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE a affirmé ceci :
«Nous sommes venus, au nom du Président du PDCI-RDA, Son Excellence Henri Konan BEDIE , te saluer, t’exprimer sa compassion et aussi te féliciter pour le choix porté sur ta personne en qualité de Président du COJEP.
Le Président Henri Konan BEDIE souhaite que, dans les prochains jours, tu sois totalement libre et que tu reviennes rapidement en Côte d’Ivoire.
Enfin, il te remercie d’avoir facilité l’adhésion du COJEP à la plate-forme mise en place par les partis politiques de l’opposition significative ivoirienne.»
En retour, le Président Charles Blé GOUDE a remercié le Président Henri Konan BEDIE pour avoir dépêché une délégation de haut niveau pour le saluer.
Il s’est dit heureux et très honoré par cette visite conduite par son aîné le Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA.
Il a, enfin, exprimé sa joie et sa reconnaissance et celles de ses collaborateurs pour l’affection témoignée en leur endroit par le Président Henri Konan BEDIE.
Pour le PDCI-RDA, le Professeur Maurice KAKOU-GUIKAHUE
Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA
Pour le COJEP, le Président Charles BLÉ GOUDÉ

Lire la suite