Blog

19 Avr
0

PDCI-RDA (Urgent!): LE SÉMINAIRE DE FORMATION DES CADRES DIRIGEANTS SE FERA A ABIDJAN ET NON PLUS A YAMOUSSOUKRO (Communiqué)

Lire la suite
19 Avr
0

Parrain de la 9ème Edition du FEMUA: Le Président Bédié magnifie et célèbre la jeunesse

Parrain de la 9ème Edition du FEMUA: Le Président Bédié magnifie et célèbre la jeunesse
Ce mardi 19 avril 2016 s’est ouverte la 9ème édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA), sous le parrainage du Président du PDCI-RDA, Aimé Henri Konan Bédié (en pleine célébration des 70 ans de son parti). Ci-dessous le discours-apologie à la jeunesse en général et celle de Côte d’Ivoire, en particulier.

Monsieur le Ministre de la Culture,

Mesdames et Messieurs les Ministres

Distinguées Personnalités,

Monsieur le Commissaire général du FEMUA,

Mesdames, Messieurs,

Jeunes de Côte d’Ivoire et d’ailleurs,

FEMUA-9-Ouverture-Bedie-0003

FEMUA-9-Ouverture-Bedie-0015

FEMUA-9-Ouverture-Bedie-0041

FEMUA-9-Ouverture-Bedie-0047

FEMUA-9-Ouverture-Bedie-0049

FEMUA-9-Ouverture-Bedie-0056

Je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui pour l’ouverture de la 9ème édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA) qui a pour thème cette année « jeunesse et développement ».
Je voudrais tout d’abord vous remercier pour l’honneur que vous m’avez fait en venant solliciter mon parrainage, pour cette manifestation culturelle d’envergure internationale.

Je tiens à vous dire combien j’apprécie d’être avec vous à cette occasion qui est la matérialisation de la rencontre entre la culture et la jeunesse ivoirienne, africaine et internationale.

Le thème de cette année « Jeunesse et Développement », associé à cet évènement culturel nous tient particulièrement à cœur car sans jeunesse il n’y a point de développement.

C’est dire l’importance de la jeunesse dans toute organisation. Et pour preuve, la jeunesse représente 30 pour cent de la population mondiale.

Les adolescents et les jeunes représentent, à ce jour, un quart de la population mondiale soit 1,8 milliards de personnes âgées de 10 à 24 ans. En Afrique, on dénombre près de 200 millions de jeunes de 15 à 24 ans (OCDE).

En Côte d’Ivoire, 36,2% de la population a un âge oscillant entre 15 et 34 ans, et l’ensemble des personnes ayant moins de 35 ans représente 77,7% de la population totale soit plus de 17 millions de personnes sur les 23 millions de personnes que compte notre pays, la Côte d’Ivoire à ce jour. C’est dire combien le paysage sociopolitique ivoirien a rajeuni en l’espace d’une décennie. Il est donc indispensable aujourd’hui plus qu’hier, d’associer la jeunesse aux décisions influençant la vie économique, sociopolitique et culturelle de notre pays.

L’association de la jeunesse avec la culture d’un pays permet aisément de favoriser l’épanouissement de ce pays dans tous les domaines artistiques et culturels, avec la promotion de jeunes talents.

Le groupe Magic System fait partie de cette génération de jeunes, qui par leur talent et leur détermination, ont réussi à se hisser au rang des formations musicales de renom, autant au niveau national, qu’à l’échelle internationale.

Nous nous souvenons encore, au début des années de crise qu’a connue notre pays, de l’album 1ergaou produit par ce groupe, qui leur a valu un tube et un succès presque planétaire. Mais au-delà de cette réussite, c’est le rayonnement de tout un pays, la Côte d’Ivoire, que les Magic System, par le biais de la musique et de la culture ont assuré.

Monsieur Traoré Salif dit A’Salfo, Ambassadeur de l’Unesco, chargé de la Promotion de la paix et de l’Alphabétisation, Commissaire général du FEMUA et le Magic System, par l’organisation de ce festival, contribuent au développement de notre pays, la Côte d’Ivoire, à travers la promotion et la valorisation de notre patrimoine culturel plus précisément la mise en valeur des arts et musiques du quartier qui les a vu naitre et grandir, le quartier de Marcory Anoumabo.

Cette initiative est à saluer, à accompagner et à instituer, pour que les générations futures s’en imprègnent et voient à travers elle, l’apport de la jeunesse dans la préservation d’un climat de paix et de sérénité, propice au développement de notre pays. Cet apport se traduit par la valorisation de l’action culturelle et musicale, car ne dit-on pas que la culture, et en particulier la musique adoucit les mœurs ?

J’adresse mes vives félicitations aux organisateurs de cet évènement majeur, le Magic System, pour leur choix porté sur notre personne pour le parrainage de cet évènement. Je salue l’ensemble des participants à cette manifestation, pour leur contribution remarquable à la réussite de cette belle fête de la culture et de la jeunesse.

Je déclare ouverte, ouverte la 9ème édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo.

Bon festival à tous.

Je vous remercie.

Henri Konan BEDIE

Lire la suite
19 Avr
0

70ème anniversaire du PDCI-RDA / Journée dédiée aux femme du PDCI-RDA: discours Mme Henriette Bédié

Monsieur le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA,
Madame et messieurs les vice-présidents du parti,
Madame la Présidente du PDCI-RDA,
Mesdames les Présidentes des sections des femmes du PDCI-RDA,
Mesdames et Messieurs les vice-présidents de parti,
Monsieur le Maire,
Mesdames et messieurs les élus,
Tous en vos rangs, grades et qualités.

A l’occasion de la commémoration des 70 ans de notre parti, il a plu aux dirigeants de dédier une journée spéciale aux femmes se rappelant le combat héroïque et le rôle salvateur de ces pionnières depuis cette marche du 24 décembre 1949 jusqu’à l’accession à l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Pour tous les rôles que jouent les femmes, il est plus qu’important de marquer un temps d’arrêt afin de saluer avec véhémence votre bravoure, votre loyauté et votre fidélité au PDCI-RDA.

En effet, comment rappeler 70 années de parcours semé de bonheur, d’embûches et parfois du don de soi sans se souvenir du rôle éminemment important joué par les plus illustres aux plus anonymes d’entre nous.

Pour les innombrables souvenirs se bousculant dans ma tête, le temps d’un discours ne suffira pas à égrener tant de beaux moments et de faits historiques ayant marqué un tournant décisif, très important dans la vie de notre parti et que dis-je, dans la vie de notre nation tout entière.

C’est pourquoi, à toute, ces vaillantes et valeureuses femmes porteuses de notre idéal de combat et ayant incarné nos luttes émancipatrices, je voudrais, à ce stade de mon propos, que nous nous levions dans un premier temps pour saluer leurs augustes mémoires pendant une minute de silence.

Je vous remercie.

En même temps, l’émotion qui m’étreint laisse place à la joie, l’enthousiasme et à la ferveur militante, symbole de leur réussite, de notre union et du flambeau qu’elles nous ont légué.

C’est en reconnaissance à leur grandeur pour nous, femme d’ici et d’ailleurs, par un hourra d’acclamation que nous vous demandons de laisser éclater votre joie en les acclamant.
Acclamons-les encore !

Je vous remercie pour cet acte de reconnaissance.

C’est l’occasion de dire un grand merci à son Excellence Monsieur le Président HENRI KONAN BEDIE qui, à divers échelons du parti, fait de la politique du genre sa priorité.

Avec le thème de la célébration des 70 ans du PDCI-RDA : «RASSEMBLEMENT ET RENAISSANCE »,
Tout peut changer!!! Tout doit changer!!! Et tout devrait changer, pour la militante du PD CI. Le futur du PDCI est à ce prix !

Je termine en disant bon anniversaire pour les 70 ans!

Vive les femmes du PD CI-RDA ! Pour que vive un PDCI toujours rayonnant et toujours prêt pour la victoire.

Je vous remercie.

Lire la suite
19 Avr
0

70ème anniversaire du PDCI-RDA / Journée dédiée aux femme du PDCI-RDA: allocution de Madame KOUMA KARIDIA KONE, Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA chargé des femmes, Présidente du comité d’organisation de la journée des femmes

• Madame Henriette KONAN BEDIE, Présidente d’honneur de l’UFPDCI,

• Professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI – RDA,

• Messieurs les Présidents d’Institutions

• Madame et Messieurs les Vice-Présidents du PDCI-RDA,

• Mesdames et Messieurs les Ministres,

• Monsieur le Maire de la Commune de Grand-Bassam,

• Mesdames et Messieurs les Membres du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA,

• Monsieur le Secrétaire Général par Intérim du RDR et la Délégation qui vous accompagne

• Mesdames et Messieurs les Elus,

• Mesdames, Messieurs les membres du Bureau Politique et du Comité des sages,

• Mesdames et Messieurs les Délégués départementaux et Communaux,

• Mesdames les Présidentes des Structures Féminines des Partis Membres du RHDP,

• Chères Militantes et Militants du PDCI,

• Chers amis de la Presse,

• Mesdames et Messieurs.
C’est avec beaucoup d’émotion que je prends la parole en ma qualité de Présidente de la journée dédiée aux femmes du PDCI-RDA pour traduire au Président Henri KONAN BEDIE la reconnaissance des femmes du Parti, pour l’honneur qu’il leur fait à l’occasion des cérémonies des 70 ans d’existence du PDCI-RDA.

En effet, les femmes militantes sont massivement présentes dans ce stade de Grand-Bassam avec toutes les Personnalités féminines siégeant dans les Instances du Parti, les Elues sont présentes ainsi que les femmes Ministres, les Secrétaires Générales de Section, les Présidentes Départementales et Communales et même les Présidentes des Comités de Base avec à leur tête, les Présidentes Nationales de l’UFPDCI Urbaine et Rurale.

C’est donc en leur nom à toutes ainsi qu’au nom des Militantes de Base de toutes les Régions de Côte d’Ivoire, que je voudrais m’adresser à vous.

Madame Henriette KONAN BEDIE, Présidente d’honneur de l’UFPDCI,

Toutes les femmes du PDCI-RDA, vos filles, vos sœurs, vous disent merci d’être présente pour leur consacrer une partie de votre temps précieux.

Bien avant, je voudrais exprimer mon profond respect à S.E.M. Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA. Je voudrais vous prier de bien vouloir lui traduire toute notre admiration et notre soutien.

Votre fibre maternelle qui couve depuis longtemps les femmes de Côte d’Ivoire est pour nous le gage que vous semez, aux côtés de votre illustre époux, la bonne graine qui assurera la pérennité de l’œuvre que les devancières ont entreprise depuis les origines jusqu’à ce jour.

Que le Seigneur Notre Dieu vous garde encore longtemps auprès de nous pour nous conseiller et nous materner.

Monsieur le Chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA, coordonnateur général des festivités des 70 ans du PDCI, vous nous avez apporté appui et conseils. Merci de nous avoir conseillées et orientées pour que la fête soit belle.

Je voudrais également dire un mot spécial à Monsieur le Maire de la commune qui nous accueille.

Monsieur le Maire de Grand-Bassam, depuis la décision d’organiser la journée nationale des femmes, vous avez consacré votre temps, votre énergie pour faire en sorte que cette commémoration des 70 ans du PDCI-RDA soit une réussite. Vous avez par ma voix la reconnaissance de toutes les amazones du PDCI-RDA.

Nous savons tous le malheur qui a frappé votre belle cité historique, les femmes du PDCI-RDA se joignent aux nombreuses âmes sensibles de Côte d’Ivoire et du monde entier pour vous exprimer toute leur sincère compassion.
Encore merci Monsieur le Maire et délégué communal de Grand Bassam.

Mesdames, Messieurs les membres des Instances de notre Grand Parti, vous avez répondu à l’invitation de vos sœurs militantes. Votre présence nous rassure et nous réconforte sincèrement, Soyez en remerciés.

A présent, je voudrais me tourner vers les Invités spéciaux de la Direction de notre Parti et les personnalités sœurs du RHDP pour vous dire toute notre joie et nos remerciements de vous voir parmi nous dans ce stade de Grand-Bassam, lieu chargé d’histoire et de symboles.
Merci d’avoir fait le déplacement, Merci pour cette marque de solidarité et de fraternité.

• Mesdames et Messieurs,

Le 70e anniversaire du PDCI-RDA offre l’occasion de jeter un regard en arrière sur la vraie raison de notre présence ici à Bassam. Grand-Bassam n’est pas seulement la première capitale de la Côte d’ivoire, ou la cité balnéaire de réputation internationale ou la grande cité historique. Grand-Bassam est aussi et avant tout pour nous militants du PDCI RDA, la cité des grandes luttes menées par les femmes pour la défense des droits politiques élémentaires.

Des témoignages édifiants ont été faits par les pionnières de cette lutte émancipatrice. Nous en avons de Mesdames : Margueritte SACOUM, N’DOLI Amoin, Georgette OUEGNIN, Odette YACE et bien d’autres femmes.
Ces braves dames, au péril de leur vie et celui des Pionniers de l’époque, ont combattu vigoureusement l’ordre colonial. Ainsi elles prirent une part active à la grève des achats en 1949 en même temps qu’elles ont organisé la marche sur la prison de Grand-Bassam. L’essentiel de leur lutte a consisté à épauler les dirigeants du PDCI-RDA.

C’est le lieu et le moment de dire ou de rappeler à toutes les militantes que l’UFPDCI-RDA n’est pas le fruit d’un hasard. Elle n’est pas exclusivement le résultat d’une simple activité intellectuelle. Elle découle d’une longue et belle histoire hélas peu connue de nos militantes. Dans mon adresse, il n’est pas nécessaire de faire ici tout le récit historique du combat féminin. Mais en relation avec le comité scientifique, une brochure qui retrace les grandes périodes de l’histoire des combats, est en cours d’élaboration et sera mise à la disposition de toutes militantes.

Mais la tradition académique veut que l’on insiste sur des faits majeurs à l’occasion de cette commémoration des 70 ans du PDCI RDA. Ainsi permettez-moi de revenir sur certains faits importants notamment celui de la marche des femmes.

En effet, des militants de premier plan du PDCI-RDA furent incarcérés à Grand-Bassam, les femmes organisèrent une imposante marche sur la prison de Grand-Bassam en vue d’obtenir leur libération. Parmi les militants injustement emprisonnés se trouvaient 8 membres du Comité Directeur du PDCI-RDA qui sont :

Bernard DADIE, Mathieu EKRA, Lama CAMARA, Sery KORE, Jean-Baptiste MOCKEY, Albert PARAISO, Philippe VIEYRA, Jacob WILLIAMS.

Les récits historiques nous renseignent qu’à l’époque coloniale jusqu’à nos jours, les femmes ont fait preuve d’un héroïsme exemplaire qui leur a permis de jouer un rôle capital dans le combat que mène le PDCI-RDA avec la création de son Comité féminin.
Face aux atrocités des colons, contre l’arbitraire, contre la violence et contre le mépris des droits élémentaires de l’homme, les femmes du PDCI-RDA se sont levées pour dire NON, NON ET NON à l’Ordre colonial.

Le 24 Décembre 1949, environ 4000 militantes ont manifesté contre la détention arbitraire des dirigeants du RDA. Elles ont été battues, blessées parmi elles les dames comme Marie KORE ont fait la prison.

Des noms célèbres de femmes de cette période de gloire résonnent encore dans nos têtes comme si cela datait d’hier : Anne-Marie RAGGI, Marie KORE, SACOUM Margueritte, Odette YACE.

Ce n’est donc pas par hasard que deux d’entre elles, Madame OUEZZIN Macoucou et Madame Georgette YACE firent leur entrée au Comité Directeur du PDCI-RDA. Cette percée des femmes ne s’est pas arrêtée là.
Quelques années après l’Indépendance, l’AFI (Association des Femmes Ivoiriennes) est créée le 03 Octobre 1963 sous l’impulsion de Madame Thérèse HOUPHOUET BOIGNY, avec pour but de réaliser la promotion de la femme ivoirienne et d’apporter sa contribution à la réalisation du progrès social.

Madame Thérèse HOUPHOUET-BOIGNY, passe le relais à Madame Jeanne GERVAIS en 1974 qui, à son tour donnera la place à Madame AKA ANGHUI Hortense en 1984.
Madame AKA ANGHUI, militante de conviction infatigable, toujours présente aux côtés de ses filles qui tentent d’imiter sa persévérance et son endurance, restera aux commandes du mouvement jusqu’en 1990, date du multipartisme. Merci Maman AKA ANGHUI pour l’exemple que vous nous donnez à suivre.

En 1990, le contexte politique change avec la remise en cause du parti unique qui entraîne la réinstauration du multipartisme : le PDCI-RDA en tire les conséquences en faisant les réajustements rendus nécessaires lors de son 9e Congrès Ordinaire tenu du 1er au 5 octobre 1990 à Yamoussoukro.

L’AFI devient ainsi l’UFPDCI dont le congrès constitutif se tient du 15 au 18 Octobre 1992 à Yamoussoukro pour élire sa première Présidente en la personne de Madame COFFI Léopoldine TIEZAN, véritable chef d’état-major des forces féminines dans une période difficile.
En Aout 2003, c’est au tour de Madame DAO COULIBALY Henriette d’être élue 2ème Présidente de l’UFPDCI-RDA. Malheureusement, elle nous quitte de façon prématurée le 15 Octobre 2013. Nous saluons ici sa mémoire.

Puis vint l’année de la grande réforme de l’organisation féminine du parti ; la réforme a eu lieu à l’issu du 12ème Congrès Ordinaire en 2012
Comme vous le savez, la nouvelle vision de SEM HENRI KONAN BEDIE a abouti à un changement en profondeur des organisations spécialisées du Parti, notamment les Structures Féminines.

Ainsi, l’UFPDCI a été scindée en deux (02) branches :
– L’UFPDCI Urbaine
– L’UFPDCI Rurale.

Le 12ème Congrès recommande également la création d’un poste de Secrétaire Exécutif chargé des Femmes qui a pour missions notamment de :

– Concevoir et mettre en œuvre la politique du Parti en matière de femmes ;

– Encadrer et coordonner les activités des présidentes Nationales de l’UFPDCI Urbaine et rurale et des autres organisations des femmes militantes du PDCI-RDA ;

Quant aux deux Présidentes Nationales élues de l’UFPDCI (Mme EHUI AGNERO Odette, présidente Nationale de l’UFPDCI Urbaine et Mme AKA Véronique Présidente Nationale de l’UFPDCI Rurale).
Elles sont toutes les deux chargées de l’animation opérationnelle des structures féminines de la base, chacune selon son ressort territorial. Cette restructuration répond donc à un souci d’encadrement de proximité pour une mobilisation plus dynamique.

• Madame Henriette KONAN BEDIE, Présidente d’honneur de l’UFPDCI,

• Mesdames et Messieurs,

Voici en quelques mots les grandes lignes du mouvement des femmes du PDCI-RDA depuis les origines jusqu’à nos jours. Mais l’action des femmes ne s’est pas limitée à cette marche pour le droit et la justice. Les femmes ont massivement occupé des postes ministériels pour l’amélioration des conditions de la femme en Côte d’Ivoire.

A travers ce survol du rôle des femmes au sein du PDCI – RDA, il est incontestable que la femme a été de tous les combats auprès des hommes.

• Madame la Présidente d’honneur,
• Distingués militants et militantes du PDCI-RDA,
• Messieurs, chers Militants du PDCI-RDA,

Je ne saurais terminer mon allocution sans mentionner la particulière promotion des femmes sous l’autorité de SEM Henri KONAN BEDIE. Examinons bien l’évolution des rôles et la place des femmes dans les instances du parti. Elles sont aujourd’hui Vice-présidente du parti, membres dans différentes directions qui se sont succédées, membres du bureau politique, déléguées départementales et communales, secrétaires générales de section, membres des grands conseils régionaux etc.

Encore plus significatif, les femmes du Parti sont présentes: au Gouvernement, élues de la nation. Elles sont dans la haute fonction publique. Ce résultat est très encourageant puisse qu’il classe le PDCI-RDA en tête des formations politiques qui font de l’inclusion de la dimension genre dans toute politique de développement. Merci encore monsieur le Président.

C’est bien de se souvenir des faits historiques importants car un militantisme sans repères est un militantisme fragile. Mais le combat doit se poursuive par nous les dignes héritières. Le combat doit être celui du bien-être familial, le combat d’une économie solidaire.

Et que vive le PDCI-RDA toujours plus fort, et plus conquérant dans une Côte d’ivoire émergente.

Je vous remercie de votre aimable attention

Mme KOUMA Karidia KONE
Secrétaire Exécutif chargée des Femmes du PDCI-RDA
Présidente de la Journée dédiée aux femmes

Lire la suite
19 Avr
0

Marche des femmes du parti démocratique de Côte d’Ivoire à Grand-Bassam, 67 ans après celle de leurs « pionnières »(REPORTAGE)

Munies d’ustensiles de cuisine et vêtues dans le style des années 50, plus d’une centaine de femmes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) scandaient samedi à Grand-Bassam: « libérez! », en hommage à la marche historique des « pionnières » du parti en 1949 pour réclamer la libération de leurs époux emprisonnés par l’administration coloniale dans cette cité balnéaire.

Marche des femmes du parti démocratique de Côte d’Ivoire à Grand-Bassam, 67 ans après celle de leurs « pionnières » (REPORTAGE)

De la mairie jusqu’au stade municipal de Grand-Bassam (43 km d’Abidjan) en passant par le « pont de la victoire », symbole de cette marche « historique », ces militantes du Pdci avaient à leur tête des responsables féminines dont l’épouse de leur leader, Henriette Konan Bédié, vêtues pour la plupart du pagne du parti.

Pendant ce trajet sous un soleil de plomb, elles ont imité Séry Marie Koré, Marguerite Sacoum ou encore Odette Yacé, des femmes qui ont fait montre d’un « grand courage en osant défier le colonisateur », selon madame Koffi, participante à la marche.

Ces femmes dont des portraits étaient visibles parmi les marcheuses, « méritent cet hommage pour que toutes les générations se souviennent de leur acte. Parmi elles, certaines ont (arboré) les couleurs de la France pour se rendre au point de rassemblement sans soupçons », ajoute-t-elle, visiblement heureuse de reproduire une scène vieille de 67 ans.

Militante depuis 1974, Affoué Lucie Kacou ne pouvait « pas manquer cette marche », en souvenir de sa grand-mère Aya Kouamé qui a participé à celle de 1949. Mme Kacou Tiéné raconte que cette dernière a été reçue et décorée plus tard par feu Félix Houphouët-Boigny, premier président ivoirien, parce qu’elle avait été « blessée à la poitrine » à Grand-Bassam.

Tout de blanc vêtue, cette responsable de groupe d’animation au sein du Pdci et danseuse d’Adjanou (danse traditionnelle ivoirienne) donne fièrement ses impressions : « ça fait partie de mon histoire. J’ai entendu parler de cette marche quand j’étais plus jeune, aujourd’hui j’ai refait le parcours et c’est une grande joie pour moi ».

Au-delà de l’aspect symbolique, c’est un « message » que ces femmes veulent véhiculer, à savoir une manifestation de « soutien » aux habitants de la ville de Grand-Bassam, cible d’une attaque terroriste qui a fait 19 morts le 13 mars, explique Mme Kacou Tiéné : « nous sommes venues dire que nous sommes avec eux ».

Le 24 décembre 1949, un groupe de femmes du deuxième plus vieux parti africain, après l’ANC en Afrique du sud, ont marché sur Grand-Bassam en partance d’Abidjan pour réclamer la libération de leurs époux.

En février 1949, sous l’ère coloniale, des responsable du Pdci-Rda dont Sery Koré, Mathieu Ekra ou encore Jean-Baptiste Mockey ont été interpellés et détenus à la prison de Grand-Bassam après des incidents lors d’un meeting.

MYA

Lire la suite
18 Avr
0

Célébration des 70 ans du PDCI-RDA: Les femmes de l’UFPDCI se souviennent du 24 décembre 1949, Guikahué (N°2) les élève dans l’Ordre du Bélier

Célébration des 70 ans du PDCI-RDA: Les femmes de l’UFPDCI se souviennent du 24 décembre 1949, Guikahué (N°2) les élève dans l’Ordre du Bélier

Le Stade municipal de Grand Bassam a servi de cadre ce samedi aux festivités de l’Union des femmes du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (UFPDCI), dans le cadre de la célébration des 70 ans dudit parti. Un hommage a été rendu aux pionnières du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire.

Les anciennes Premières Dames, Marie Thérèse Houphouët Boigny, Henriette Bédié, mesdames Madeleine Tchikaya, Allah Thérèse et plusieurs autres ont été élevées au Grade de Grand officier dans l’Ordre du Bélier.

Marche UFPDCI à BASSAM 8

Marche UFPDCI à BASSAM 10

Marche UFPDCI à BASSAM 11

Marche UFPDCI à BASSAM 12

Marche UFPDCI à BASSAM 13

Marche UFPDCI à BASSAM 14

Marche UFPDCI à BASSAM 15

Marche UFPDCI à BASSAM 16

Marche UFPDCI à BASSAM 17

Marche UFPDCI à BASSAM 18

Marche UFPDCI à BASSAM 19

Les ministres Raymonde Goudou-Coffie, N’Dri Yoman Thérèse, l’épouse du Premier ministre Duncan, Clarisse Duncan, , Ouattara Sita Coulibaly (…) et Oulaï Madeleine ont été faites Commandeur dans l’Ordre du Bélier. Mesdames N’Dia Marie Ange Kouamé, Laurette Yacé, Koizan Berthe (…) et Mme Gauze ont, quant à elles, été élevées au Grade d’Officier dans l’Ordre du Bélier.

C’est par une marche partie de la Mairie de Bassam au stade municipale de Bassam en passant le pont de Bassam, que les festivités ont démarré. Un point d’honneur a été fait aux « braves et vaillantes » marcheuses de Grand Bassam, parmi lesquelles Anne Marie Ragi, Sery Marie Koré, Marguerite Sacoum et Denise Gado.

Elles ont fait partie des meneuses de la « mémorable et héroïque » marche du 24 décembre 1949 sur Grand Bassam, pour exiger la libération de leurs époux incarcérés par l’administration coloniale. Henriette Sery Koré, coépouse de Sery Marie Koré, Yaé Delphine et Léopoldine Coffie ont rendu témoignage successivement de la marche du 24 décembre 1949 sur Grand Bassam, la création de l’Association des Femmes Ivoiriennes (AFI), qui se muera plus tard en UFPDCI.

La présidente d’honneur de l’UFPDCI, Henriette Bédié a salué la bravoure des Femmes du PDCI et a loué leur fidélité au parti septuagénaire. L’ancienne Première Dame a appelé au changement, inévitable pour le parti au regard des exigences actuelles de la vie politique nationale.

Le maire Philippe Ezaley a exprimé la joie et la gratitude du Premier ministre Daniel Kablan Duncan et des militants du PDCI de Grand-Bassam, Bonoua et Bongo pour le choix de la cité de Grand Bassam pour abriter les festivités de la journée d’hommage aux femmes du PDCI. Il a rendu hommage au président du PDCI, Henri Konan Bédié pour ses actions réalisées à la tête du Parti. « Nous sommes fiers de ce que le Président Bédié a fait pour ce pays que lui a confié Félix Houphouët Boigny », a dit le maire de Grand Bassam et Délégué départementale du PDCI.

Les festivités des 70 ans du PDCI ont débuté le samedi 9 avril dernier à Treichville.

Élisée B. (abidjan.net)

NB : Le titre est de la rédaction de africanewsquick.info

Lire la suite
18 Avr
0

Célébration des 70 ans du PDCI-RDA: Les Femmes ont marché sur la ville de Grand-Bassam en souvenir du 24 décembre 1949

Célébration des 70 ans du PDCI-RDA: Les Femmes ont marché sur la ville de Grand-Bassam en souvenir du 24 décembre 1949

Les femmes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) ont marché, ce samedi, dans les rues de Grand-Bassam (Sud d’Abidjan) pour se souvenir de la marche du 24 décembre 1949 sur la prison de cette ville pour réclamer la libération des hommes qui y étaient détenus par le colonisateur, a constaté APA sur place dans la première capitale ivoirienne.

Marche UFPDCI à BASSAM 5

Marche UFPDCI à BASSAM 6

Marche UFPDCI à BASSAM 7

Cette marche qui s’inscrit dans le cadre des festivités commémoratives des 70 ans du PDCI a été ponctuée par un défilé des militantes composées de toutes les couches socioprofessionnelles (ministres, députés, maires, commerçantes, ménagères…) avec à leur tête l’ex-Première Dame Henriette Konan Bédié.

Marche UFPDCI à BASSAM 2

Marche UFPDCI à BASSAM 3

Marche UFPDCI à BASSAM 4

La marche a commencé au rond point de Grand-Bassam jusqu’à la mairie en passant par le Pont de la victoire long de quelques mètres et reliant les deux quartiers de la ville (France et Petit Paris) et qui symbolise la fameuse marche de Décembre 1949 ou un groupe de femmes (2000) parties d’Abidjan sont venues réclamer la libération de leurs époux incarcérés par l’administration coloniale.

Certes, elles n’eurent pas gain de cause mais elles obtinrent une victoire importante dans l’histoire de la Côte d’Ivoire indépendante. La journée de ce samedi a été dédiée exclusivement aux femmes, conformément au programme de ce dixième anniversaire du PDCI ouvert le 9 avril dernier par le Président Henri Konan Bédié et doit s’achever le 30 avril prochain par un dîner gala à Abidjan.

Le PDCI a été créé le 9 avril 1946 à l’espace Etoile du Sud de Treichville, commune au Sud d’Abidjan.

APA

NB : Le titre est de la rédaction de africanewsquick.info

Lire la suite
16 Avr
0

Célébration des 70 ans du PDCI: 28 anciens et familles ont été décorés Grands-officiers du parti septuagénaire

Dans le cadre de la célébration des 70 ans de leur parti, 28 anciens et familles du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) ont été décorés grands-officiers de leur formation politique, le mercredi 13 avril 2016 à la Maison du parti à Cocody.

Au nombre des 28 anciens et familles ayant reçu leurs médailles de grands-officiers du Pdci des mains du président du Conseil de discipline et de l’Ordre du Bélier de leur parti, Touré Ahoua, se trouvent, entre autres, Bernard Dadié, Lambert Amon Tanoh, Aboulaye Diallo, Mme Jean Konan Banny, Oka Amani Mathurin, Benson Essan Jean, Mme Agnès Ebagnitchi-Taïba, Nkoumo Mobio, Ahouné Firmin, Aka Anghui Joseph, Emile Constant Bombet et les familles Delafosse, Becom, Zegbé N’Guessan, Mme Jeanne Gervais, Akoto Franços, Lamine Touré et Sikali Yéo. Au nom des récipiendaires, Soro Gnikani, neveu de Sikali Yéo, a exprimé ses remerciements à Henri Konan Bédié, le président du Pdci qui a honoré de sa présence cette journée des anciens de son parti. « Nous souhaitons que le parti aille de l’avant et que la jeunesse soit à vos côtés pour la reconquête du pouvoir », a-t-il ajouté.
Quant à Adèle NDjoré, présidente de la commission chargée de la journée des anciens dans le cadre de la célébration des 70 ans du Pdci, elle a mis en exergue l’intérêt qu’accorde son parti à cette classe d’âge célébrée. « Nous avons visité certains de nos doyens. Nous avons été comblés. Nous avons reçu beaucoup de choses. Et nous avons compris que l’essentiel au Pdci, c’est l’homme », a souligné Adèle NDjoré, avant l’ouverture de la journée des anciens du Pdci, déclarée par Maurice Kacou Guikahué, Secrétaire exécutif et coordonnateur de la célébration des 70 ans de ce parti.

Etaient également présents à cette journée du Pdci dédiée aux anciens, des personnalités comme l’ancien ministre des Affaires étrangères Essy Amara, l’ex-Premier ministre Charles Konan Banny et la député de Port-Bouët Hortense Aka Anghui.

Alex A

Lire la suite
16 Avr
0

Treichville /Célébration des 70 ans du Pdci-rda : Après le succès du 9 Avril, Amichia François appelle les militants à une forte mobilisation le 24 avril

Amichia : ‘’Démontrons que la flamme reste allumer à Treichville’’
Les festivités marquant les 70 ans d’existence du Pdci-rda, parti crée par Félix Houphouët Boigny sont en train d’atteindre leur vitesse de croisière. Commune historique qui a engendré le parti doyen, précisément à l’étoile du sud, Treichville a été le point de départ de ces célébrations le samedi 9 avril. C’est ainsi que le mercredi 13 avril 2016, le délégué Communal du Pdci-rda, François Albert Amichia a convié les militants et sympathisants de sa commune à une rencontre à la permanence. ‘’J’ai tenu à venir ici pour vous remercier pour votre mobilisation exceptionnelle le samedi dernier. Nos femmes, nos hommes et nos jeunes nous ont fais honneur. Les remerciements qui vous sont adressés, sont ceux de notre Président Bédié, de notre secrétaire exécutif le Professeur Maurice Kakou Guikahué et du président du comité d’organisation pratique Akossi Bendjo. Oui Treichville sait faire les choses en grand !’’, a-t-il-précisé. Les manifestations commémorant le 70eme anniversaire du Pdci-rda sont prévues sur trois semaines. Par ailleurs, le délégué Communal de Treichville François Albert Amichia a exhorté les militants de sa base à s’impliquer a toutes les grandes échéances durant cet anniversaire. ‘’ Nous avons certes assuré par notre mobilisation le 9 avril dernier, mais nous devons faire plus et nous en avons la capacité. Samedi prochain, nos femmes sont appelées à se rendre à Grand Bassam pour la «Journée des Femmes». Il faut que nos femmes sortes nombreuses et disciplinées. Nous allons prendre toutes les dispositions pour vous permettre d’y participer en toute quiétude. Les jeunes également seront sollicités pour « la journée des jeunes » à la maison du Parti à Cocody le mardi 19 avril prochain, nous comptons sur eux aussi pour une demonstration de force. Le 24 avril, les 70 ans du Pdci seront consacrés exclusivement à Treichville. C’est à cette date qu’on saura que le Pdci-rda est réellement né à Treichville. Nous allons à travers nos femmes, nos hommes, nos jeunes, montrer au monde et à la Côte d’Ivoire que nous sommes les dignes héritiers du Président Houphouët et que la flamme reste allumée à Treichville’’, a-t-il-conclu.

Ce jubilé de platine, âge de la maturité et de l’expérience est un moment de souvenir et de réflexion profonde pour le repositionnement du parti dans les défis futur.

Lire la suite
15 Avr
0

70e anniversaire du Pdci: Les anciens célébrés, décorés, ils réclament la reconquête du pouvoir d’Etat aux jeunes

70e anniversaire du Pdci: Les anciens célébrés, décorés, ils réclament la reconquête du pouvoir d’Etat aux jeunes

La Maison du parti a abrité une importante cérémonie hier. Une importante journée a été dédiée aux pionniers du Pdci en présence d’Henri Konan Bédié, président du Pdci.

Ouvert samedi dernier à l’Etoile du Sud à Treichville, le 70e anniversaire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci)  se poursuit. La journée du mercredi 13 avril a été marquée par une grande cérémonie d’hommage et de reconnaissance aux anciens du parti septuagénaire.

70eme-anniversaire-PDCI-RDA-Journee-des-anciens-0002

70eme-anniversaire-PDCI-RDA-Journee-des-anciens-0016

70eme-anniversaire-PDCI-RDA-Journee-des-anciens-0035

IMG_5671

IMG_5721

Emile Constant Bombet, Hortense Aka Angui, Essy Amara, Georges Ouégnin, Amon Tanoh Lambert… pour ne citer que ceux-là, n’ont pas boudé cette fête qui leur a été dédiée. Cette journée baptisée « journée des anciens » a été l’occasion de réunir les grandes figures du parti fondé par le président Félix Houphouët-Boigny, bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne. Une atmosphère pleine de nostalgie a régné à la Maison du parti qui a abrité cette cérémonie. Témoignages et souvenirs se sont côtoyés.  Des salutations fraternelles et de petites causeries pour se rappeler les beaux moments de l’histoire du parti, mais aussi des sourires ont été observés de partout. C’est dans cette ambiance conviviale entretenue par les artistes Allah Thérèse et le célèbre humoriste Bamba Bakary que le président du Pdci, Henri Konan Bédié est arrivé autour de 17 h à l’auditorium de la Maison du Pdci, sous des acclamations nourries. Le Secrétaire exécutif du parti, Maurice Kakou Guikahué, le porte-parole Kouassi Adjoumani et quelques membres du Secrétariat  exécutif ont été présents à ce grand rendez-vous. Pour la circonstance, la fanfare a aussi fait sortir le grand jeu. Elle a permis à des anciens d’exécuter des pas de danse. Adèle N’dioré, présidente du Comité d’organisation de cette journée a félicité ces anciens qui ont tout le temps œuvré à la bonne marche du parti. Elle a traduit la volonté de sa commission à ces dinosaures du parti présidé par le Sphinx de Daoukro.

IMG_5754

IMG_5759

IMG_5785

IMG_5790

IMG_5804

IMG_5807

Celle de réserver  le meilleur à ses grands hôtes du jour. Reconnaissant le mérite de ces barons du parti, elle a fait savoir que «  l’essentiel au Pdci, c’est l’homme ».  Le Secrétaire exécutif du Pdci qui a officiellement ouvert la fête des anciens, n’a pas eu à se prononcer longuement. L’un des temps forts du rendez-vous a été le film-témoignage qui a été présenté au public. Jean-Konan Banny, Emile Kei Boguinard,  Abdoulaye Diallo et Amon Tanoh Lambert ont été les pionniers et anciens collaborateurs du président Félix Houphouët Boigny qui se sont prononcé dans ce film. Ils ont retracé quelques faits nostalgiques de leur parti. Ce moment a retenu les attentions dans la salle. Surtout celles des plus jeunes. Une trentaine d’anciennes figures du Pdci ont été décorées lors de cette journée. Le premier-vice président du Conseil de discipline du parti et de l’Ordre du Bélier, le doyen Aoua Touré, a été celui qui a remis ces distinctions à ces pionniers. Les récipiendaires ont été faits Grands officiers dans l’ordre du Bélier. Leur porte-parole, M. Soro, a traduit leur reconnaissance  au président Bédier qui n’a pas passé leur mérite sous silence. A l’en croire, ils ont été très comblés par ces distinctions. Au nom des récipiendaires, il a souhaité que le parti aille toujours de l’avant. Puis, il a souhaité que les jeunes soit à leur côté pour la reconquête du pouvoir.

Moussafa Cissé

Lire la suite