Blog

10 Juil
0

Redynamisation du PDCI-RDA à Mankono: Wassi Kanaté met les Secrétaires généraux de section en mission… «Objectif: la victoire en 2020»


Après le séminaire de la direction du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), le président Henri Konan Bédié a remis une feuille de routé aux délégués départementaux et communaux (anciens et nouveaux). Du coup, tout bouge au sein du parti doyen, depuis le 15 juin 2017.
Ce dimanche 9 juillet, c’est le député-délégué départemental PDCI-RDA de Mankono (Centre-Nord ivoirien), l’honorable Wassi Kanaté, qui a mis les Secrétaires généraux de section (SGS) en mission sur le terrain du Béré.
«J’ai sélectionné, de façon stratégique, une trentaine de SGS sur les 58 de notre département de Mankono, pour les mettre en mission de préparation du terrain, avant notre mission de remobilisation prévue en fin juillet. Nous allons occupé tout le terrain jusqu’en 2020», a déclaré à la presse, le délégué Wassi Kanaté, à l’issue d’une réunion stratégique qu’il a convoquée dans un hôtel de la place à Abidjan-Zone 4, rue du Canal.
«Le Président Bédié nous a donné une feuille de route. Et, le département de Mankono veut participer, de façon active, à la victoire du PDCI-RDA en 2020 pour la présidentielle», a-t-il expliqué avant d’ajouter que «nous nous sommes réunis en noyau restreint pour concocter notre stratégie. Nous avons expliqué la feuille de route des délégués aux SGS et remis les moyens de mobilité, les documents et des argumentaires nécessaires pour la mission de préparation du terrain aux responsables des sections.»
Pour le représentant du Président Bédié dans le département de Mankono, «aucun militant, aucun sympathisant et aucun électeur capables de donner une large victoire au PDCI en 2020 dans notre département ne doivent être négligés. Nous devons tous nous convaincre qu’en 2020, le PDCI-RDA doit reconquérir le pouvoir d’Etat en Côte d’Ivoire. Nous devons avoir cet objectif en tête.»
Sercom PDCI-RDA Mankono

Lire la suite
08 Juil
0

Projet de gouvernement du Pdci pour 2020: Le S.E N’dri Kouadio et les Commissions techniques lancent la réflexion


Les différentes entités du Pdci-Rda se préparent pour les futures échéances de 2020. Hier, c’est le Secrétaire exécutif chargé des Commissions techniques nationales, N’dri Kouadio Pierre Narcisse, qui a convoqué toutes les 27 commissions à un moment de réflexion au siège du Pdci-Rda. Il s’est agi, pour ces commissions, de commencer à réfléchir sur le programme de gouvernement du Pdci pour 2020 et de permettre à chacune des commissions de s’approprier la feuille route dressée par le président Henri Konan Bédié en vue des échéances futures. « Nous avons évoqué la question de la redynamisation des commissions techniques et de façon unanime, une réunion plus détaillée avec chacune des Commissions aura lieu les jours prochains. Et ce, en vue de permettre à chaque Commission de s’approprier la feuille de route telle que déclinée par le président du parti, Henri Konan Bédié », a indiqué le secrétaire exécutif chargé des commissions. Aussi n’a t-il pas manqué de souligner que les commissions techniques nationales réfléchiront à l’élaboration du programme de gouvernement du Pdci pour 2020. « Les Commissions ont été mises en place au sortir du 12ème Congrès du Pdci-Rda. Il est bon, dès lors que nous nous engageons dans un processus nouveau avec un secrétariat exécutif, avec une feuille de route nouvelle et avec en projection l’élaboration d’un programme de gouvernement du parti que l’ensemble des membres de chacune des Commissions et leurs bureaux soient associés à cette œuvre du Pdci-Rda », a fait savoir N’dri Kouadio Pierre Narcisse. A l’en croire, sur les 27 commissions techniques nationales, 25 ont produit des documents de base et d’orientation. « L’ensemble de ces documents va faire l’objet de retraitement puisque ces objets datent de fin 2015 et ce, relativement aux échéances de 2015. Les nouveaux documents que nous devons élaborer doivent prendre en compte les préoccupations de la vie de la nation, des populations, de l’administration, du secteur privé jusqu’à 2017-2020. C’est un document à la fois technique et politique. Il doit recueillir les ambitions, les perspectives et les aspirations du peuple. Nous nous situons dans une perspective d’avant 2020. Nous ne pouvons pas vous donner une date butoir, mais jusqu’en 2020, en période électorale, nos équipes (techniciens, débateurs) seront préparés », a-t-il ajouté.
J.N
In Le Nouveau Réveil du vendredi 7 juillet 2017

Lire la suite
07 Juil
0

Kouakou Dakpa, inspecteur du Pdci à Abengourou : «Le candidat du Rhdp en 2020 doit être issu du Pdci»


«Celui qui veut le pouvoir ne peut compter que sur ses militants et sympathisants. Le candidat du Rhdp aux prochaines élections présidentielles de 2020 doit être issu de notre parti politique. Nous y tenons fermement. Pour cela nous devons nous mettre en ordre de bataille pour le soutenir». Ces propos ont été ténus, le mercredi 5 juillet dernier, par Kouakou Dakpa, ex-maire de la commune de Bondoukou, inspecteur du Pdci-Rda. C’était lors de la passation des charges à la délégation départementale du Pdci qui s’est ténue au siège du parti situé en face de la compagnie ivoirienne d’électricité à Abengourou.
A cette rencontre, la délégation départementale a été scindée en trois zones. Il s’agit de la délégation Abengourou1 composée de la commune et de la sous-préfecture ; Abengourou 2 regroupant les sous-préfectures de Yakassé-Féyassé et d’Aniassué et celle d’Abengourou 3 prenant en compte les sous-préfectures de Zaranou, Ebilassokro et Niablé. Respectivement dirigées par Amoakon Kouakou Banga, Adou N’Gouan Bernard et Konin Kablan. Selon Amoikon Kouakou Banga, le Pdci est en perpétuelle mouvement d’adaptation par rapport à l’avenir. Mais pour atteindre cette objectif, il a paru nécessaire au Pdci de réorganisant le parti. «Une formation politique est créée pour conquérir le pouvoir. Notre objectif est de reconquérir le pouvoir. Notre objectif en 2020 est que le candidat du Pdci soit soutenu par le RHDP pour le choix du candidat aux présidentielles prochaines » .
Jean Goudalé
Publié le vendredi 7 juillet 2017 | Notre Voie

Lire la suite
05 Juil
0

Dr Juvenal Kouakou (nouveau délégué Yopougon Andokoi-Pk17) aux SGS: «Le parti veut le pouvoir d’Etat en 2020, il faut arrêter de tricher dans le travail»


Une passation de charges manquée, les documents administratifs de la délégation non reçus de la part de l’ancien délégué Abolé Kouassi Edouard, pour des raisons de santé de ce dernier, le nouveau délégué, Dr Juvenal Kouakou, a convoqué, par le nouveau permanent, Roger Kouamé, une réunion de prise de contact avec les Secrétaires généraux de section (SGS), le dimanche 2 juillet, au groupe scolaire Saint Alain de Gesco. Ils ont concocté une stratégie pour la victoire du PDCI-RDA en 2020.
En présence de 25 SGS sur les 28 que compte la délégation, Roger Kouamé (permanent de la délégation) a présenté le nouveau délégué, Dr Juvenal Kouakou, et ouvert la réunion par des informations relatives au fonctionnement de ladite délégation qui «renferme le 1/3 des électeurs de toute la commune de Yopougon et où des quartiers continuent de se créer. Une délégation évolutive en extension et en population», selon lui.
C’est pourquoi, après avoir présenté, donné les objectifs assignés aux délégations et expliqué la feuille de route des délégués du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), Juvenal Kouakou a suggéré un découpage du territoire sous son contrôle en 6 zones stratégiques de travail. «Avec l’étendue de notre territoire et son extensibilité, nous allons créer 6 zones de travail avec des chambres de gestion regroupant les SGS de ces zones, mettre en place un collège de décision avec les SGS qui vont se retrouver par zone coordonnée par un SGS qui ne sera pas au-dessus des autres SGS. Il faut réussir à occuper tout le terrain qui s’étend chaque jour avec la création de nouveaux quartiers et faire un travail de fourmis qui permettra à notre délégation de devenir la meilleure de toutes les délégations du pays», a proposé le nouveau délégué, non sans ouvrir le débat. «Je suis philosophe, donc ouvert au débat d’idées. Rien ne vous sera imposé, nous allons décider ensemble, de façon collégiale, parce que, c’est en équipe unie que nous allons réussir la mission à nous confiée par la direction du parti», a-t-il ajouté avant de rappeler que «le PDCI-RDA veut reconquérir le pouvoir d’Etat en 2020, donc il faut qu’on arrête de tricher dans le travail. Celui qui rate 3 réunions successives sans raison ou motif valable sera remplacé».
Après des débats des plus fraternels, le nouveau délégué et ses SGS ont convenu de découper leur délégation en 8 zones de travail au lieu de 6 comme proposé par le nouveau délégué pour faire un travail de fourmis et réussir à occuper efficacement le terrain pour la victoire du PDCI-RDA aux différentes élections à venir et surtout à la présidentielle de 2020. Ils se sont donné une semaine pour envahir le territoire de Yopougon Andokoi-PK 17 et évacuer toutes les difficultés qu’ils rencontreront, le dimanche 9 juillet prochain.
Gilles Richard OMAEL, on www.africanewsquick.net

Lire la suite
04 Juil
0

Passation des services dans les délégations, feuille de route des délégués-Noël Akossi Bendjo, S.E en chef par intérim du Pdci-Rda: «Nous bougeons mais sans bruit…»


Le Pdci-Rda est en marche. Le programme de redynamisation de la base se poursuit. Hier encore au siège du Pdci à Cocody, le secrétaire exécutif chargé de l’Organisation et de la mobilisation, Noel Akossi Bendjo, intérimaire du secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice Kakou Guikahué, en mission en France, présidait une séance de travail. Avec lui, Pr Séri Bi Guessan, secrétaire exécutif, chargé des Délégations et M Lasme Meless François, inspecteur du parti, secrétaire permanent de l’Inspectorat du Pdci-Rda. Approchés, ces personnalités ont dit faire le bilan de la passation des services entre les délégués et peaufiner le calendrier de rencontres des Jpdci et Ufpdci pour leurs missions d’inventaires et de relance des activités sur le terrain. « Nous rendons compte au quotidien de la démarche technique de l’organisation des passations des services, des calendriers, des Inspections, de tous les moyens logistiques et d’intendance au secrétaire exécutif intérimaire » a indiqué Pr Séri Bi Guessan. Avant d’ajouter que les choses sont en marche. « Nous sommes effectivement dans le canevas de calendrier qui a été tracé. Nous espérons que d’ici le 15 juillet, tout sera bouclé. Et la dernière partie du mois de juillet jusqu’ à la fin du mois de septembre. C’est donc, la restructuration sur le terrain pour que le personnel politique du Pdci-Rda soit effectif, existe et qu’ à tout moment, on puisse les contacter. Et ensuite, il y aura la grande phase de mise en route de la machine ». Quant à l’inspecteur du parti, M Lasme Meless François, il dira que « nous suivons le processus et les inspecteurs sont décidés à se mettre à la tâche pour qu’on ait un Pdci plus fort et bien restructuré ».

Feuille de route des délégués-Noël Akossi Bendjo, S.E en chef par intérim du Pdci-Rda: «Nous bougeons mais sans bruit…»
Le programme qui a été prévu pour les passations des services se font selon le calendrier qu’on avait indiqué. Sur 208 Délégations, 139, sont concernées par la passation des services. Le secrétaire exécutif en charge des Délégations avait annoncé qu’on démarrait à Abidjan. Donc, du week-end passé jusqu’ à ce matin, Abidjan est pratiquement bouclé sauf deux Délégations, à savoir Cocody et Port-Bouet parce que les délégués sont à l’étranger. Sinon, toute l’organisation était en place, les inspecteurs, tout le monde, mais, on s’est organisé pour que ça se fasse à partir de jeudi, que tout Abidjan soit terminé. Notre objectif, c’est qu’à la fin de la semaine, on ait à peu près 50% des passations de réalisé et les autres 50% qui restent, se feront la semaine d’après. Jusqu’au 15 juillet, nous pensons donc que nous aurons bouclé. Mais cela dit, c’est tout à fait normal que jusqu’ à la fin, il y ait quelques Délégations qui restent pour des ajustements, des réglages. Donc, on pense que même si on arrive à 90%, 95%, le 15 juillet, ce serait quelque chose de bien et les 5%, on le fera par la suite. On voudrait vraiment rassurer les militants, en leur disant que la restructuration du parti après Bingerville, se fait selon le calendrier indiqué, notre objectif est de faire un travail sur le terrain. On parle peu, mais on agit beaucoup dans l’objectif de faire en sorte qu’on consacre notre énergie sur le terrain. Le secrétaire exécutif en charge des Délégations, le professeur Séry Bi qui est avec moi, est à la tâche, tous les jours, avec le ministre Tiapani qui est le coordonnateur de l’Inspection pour que la planification se fasse et la planification est faite. Et, il y a M. Lasme qui est le secrétaire permanent de l’Inspection qui travaille en toute harmonie avec le secrétaire exécutif, chargé des Délégations pour que la planification, la mise à disposition des inspecteurs et aussi les conditions de déplacement des inspecteurs soient réalisées pour que les missions ne souffrent pas de dérapages. Le secrétaire exécutif en chef en mission est informé tous les jours, au quotidien de l’évolution des passations et comme il est surplace à Paris, on sait qu’il a des séances de travail avec le président Henri Konan Bédié. Le président a donc été mis au courant du programme de travail qui est fait sur le terrain. Nous attendons les jeunes qui sont à Paris. Le président de la Jpdci urbaine et celui de la Jpdci Rurale, étaient allés soutenir le président pour la remise du Prix Félix Houphouët-Boigny. Nous avons prévu avec le professeur Séry Bi, les rencontrer cette semaine pour la mise en œuvre du programme d’installation de l’ensemble des structures des jeunes sur toute l’étendue du territoire. Donc, nous allons y travailler cette semaine pour finaliser le calendrier et les mettre en mission. Dès la semaine prochaine, nous allons rencontrer les femmes et leur programme sera également établi de façon à ce que les femmes se mettent, elles aussi, en mouvement sur toute l’étendue du territoire. En conclusion, ce qu’on peut dire, c’est que le plan de redéploiement du parti sur le terrain s’exécute avec la plus grande précision. Les équipes sont à pied d’œuvre à tous les niveaux pour que tout se passe bien. Nous profitons de l’occasion pour dire aux délégués qui ont été nommés que tout ce qui est en train d’être fait, doit s’appuyer sur l’efficacité et la disponibilité des délégués. Les équipes iront sur place pour les passations des services, les jeunes et les femmes iront surplace, mais, ils s’appuieront sur les Délégations. Donc, tous les délégués doivent organiser leurs équipes pour l’accueil de toutes ces missions dans de meilleures conditions possible. C’est à ce titre que l’objectif que nous recherchons sera atteint. Voilà ce que nous disons pour rassurer tour le monde, pour dire que nous bougeons mais sans bruit ».
In Le Nouveau Réveil du mardi 04/07/17

Lire la suite
03 Juil
0

Côte d’Ivoire 2020: Guillaume Soro a rencontré le Président Henri Konan Bédié, à Paris

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro a rencontré ce week-end, à Paris, Henri Konan Bédié, le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), un grand allié au pouvoir, a-t-on appris dimanche de sources concordantes.

Sur son compte Facebook, M. Soro partage s’être « réveillé ce matin (dimanche) à l’atterrissage de l’Airbus A380 en provenance d’Abidjan pour Paris », sans autres précisions.

L’échange entre les deux personnalités politiques ivoiriennes a eu lieu dimanche dans la capitale française, précise à APA une source proche du chef du parlement ivoirien.

L’actualité politique majeure en Côte d’Ivoire, aujourd’hui, tourne autour de l’alternance au pouvoir au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), la coalition au pouvoir.

Selon des sources proches de MM. Soro et Bédié les deux hommes ont ostensiblement discuté de la situation politique du pays. Sur sa page Facebook, le président du Parlement ivoirien a avant cette entrevue exprimé des pensées politiques.

A la sortie de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle (France) il « me vint innocemment à l’esprit cette citation d’Alexandre Dumas, qui résonne encore (…) comme une leçon de vie: Il peut exister, dans la vie, des services tellement grands, qu’à ceux-là à qui ils ont été rendus, s’ils ne sont vraiment pétris de valeurs morales cardinales, il ne leur reste plus, et en guise de reconnaissance que la trahison. », a-t-il écrit.

L’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié séjourne depuis quelques semaines à Paris, où il a récemment participé à la remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à l’Unesco.

Avec APA

Lire la suite
30 Juin
0

Après la remise du Prix Houphouët-Boigny: Le président Bédié a donné des consignes fermes au cours d’une audience à la JPDCI, à Paris

Les présidents de Jpdci ont été reçus par le président Bédié, jeudi, à Paris.
La jeunesse du Pdci-Rda vient d’être honorée par la direction du parti. Elle qui a été autorisée à dépêcher une forte délégation à la cérémonie de remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à Paris. Conduite par Kamagaté Brahima, secrétaire exécutif chargé de la Jeunesse du Pdci-Rda, ladite délégation a été reçue, hier jeudi, en audience par le président Henri Konan Bédié à sa résidence privée. Les deux présidents des deux structures de jeunesse, Jpdci urbaine et Jpdci rurale, ainsi que leurs collaborateurs, ont eu l’insigne honneur d’échanger avec le président du parti.

Le président Henri Konan Bédié les a félicités pour leur forte mobilisation lors de la cérémonie du Prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix. Leur rappelant le thème du Prix cette année, un thème plus que d’actualité, le phénomène des migrants qui touche aussi notre pays, le président Bédié a invité les jeunes à cerner l’ampleur du problème posé. Par la suite, il a demandé à la jeunesse de son parti, une fois de retour à Abidjan, de continuer à travailler pour le rayonnement du Pdci-Rda.

Source : Le Nouveau Réveil du vendredi 30 juin 2017.

Lire la suite
27 Juin
1

Discours du Président Henri Konan Bédié, Protecteur du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, à la cérémonie de remise du Prix. Paris, 27 Juin 2017


Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et cher jeune frère ;

Excellence Monsieur Abdou DIOUF, Parrain du Prix et cher frère ;

Madame Irina BOKOVA,Directrice générale de l’UNESCO ;

Madame Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie ;

Son ExcellenceJoaquin CHISSANO, Président du Jury ;

Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères de la République Française, représentant du Président de la République Française ;

Monsieur Lejeune MBELLA MBELLA, Ministre des Relations extérieures de la République du Cameroun, représentant le Président de la République du Cameroun ;

Madame Maria BÖHMER, Ministre adjointe aux Affaires Etrangères, Représentante spéciale du Ministère fédéral des Affaires Etrangères pour le Patrimoine Mondial, les Conventions Culturelles et les Programmes éducatifs et scientifiques de l’UNESCO ;

Madame et Messieurs les membres du Jury

Honorables invités ;
Mesdames et Messieurs ;

Avant tout, je voudrais ici saluer la mémoire d’un humaniste convaincu, le défunt Président Mario Soares, membre du Jury de ce Prix, qui aura consacré sa vie à répandre sa conviction d’une liberté inaliénable. Nos pensées les plus pieuses se tournent vers lui et sa famille.

Excellences,
Mesdames et Messieurs ;

Qu’il me soit permis de vous adresser nos plus vifs remerciements pour avoir accepté de prendre part à cette cérémonie de remise de Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix qui incarne la volonté d’un Homme, feu le Président Houphouët-Boigny, d’honorer les personnes vivantes ou les organismes en activité ayant contribué à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix.

Je voudrais saluer, tout particulièrement, la présence de Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire.

Monsieur le Président et cher frère,

Votre présence constante à nos côtés témoigne de votre engagement résolu en faveur de la paix, la sécurité et le bonheur des populations ivoiriennes.

Depuis votre accession à la Magistrature Suprême, en effet, vous avez à cœur la modernisation de la Côte d’Ivoire. A cet égard, vous avez inscrit l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens comme pilier de votre stratégie gouvernementale car la pauvreté, le terrorisme, les épidémies, l’insécurité alimentaire et climatique constituent aujourd’hui les nouvelles menaces à la paix et la sécurité internationales.

Avec la brillante élection de notre pays, le 2 juin dernier, au Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2018-2019, vous franchissez une nouvelle étape dans votre quête inlassable de la Paix dans le monde. Soyez-en félicité et remercié, Monsieur le Président.

Je voudrais enfin rendre un hommage solennel, à Monsieur Alioune Traore, qui depuis la création du Prix en 1989, a œuvré en tant que Secrétaire exécutif. Cher Frère, recevez ici, toute notre reconnaissance pour votre contribution inestimable et nos souhaits les meilleurs pour votre nouvelle vie de jeune retraité.

Excellences,
Mesdames et Messieurs ;
Comme vous le savez certainement, le Jury du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix a décidé de décerner le Prix 2017, à Madame Guiseppina Nicolini, Maire de Lampedusa, (Italie) ; ainsi qu’à l’ONG SOS Méditerranée France, pour leurs efforts déployés en vue de sauver la vie des réfugiés et des migrants, en les accueillant avec dignité.

Madame le Maire, Monsieur le Représentant de SOS Méditerranée, ce Prix est une juste récompense de vos actions, car la vie humaine n’a pas de prix. Si les gouvernements des pays, touchés par cette crise, déploient des moyens importants pour la régler, vos actions en constituent la touche humaine.

Par votre audace et votre ténacité, votre action est au nombre de celles qui traversent l’histoire et les siècles. C’est pourquoi je me réjouis sincèrement de la décision unanime du Jury de vous décerner le Prix et je souhaite que vos efforts soient encouragés pour obtenir encore plus de résultats.

Face au défi de la migration illégale auquel est confronté le monde autour du Bassin de la méditerranée notamment, cette nomination doit être perçue comme une opportunité historique. Elle doit avoir le mérite de jeter les bases d’une coopération fructueuse et remodelée, entre l’Afrique et l’Europe, en vue de juguler cette crise humanitaire d’un genre nouveau.

Dans ce contexte, les attentes de la Communauté internationales sont grandes, et elles en appellent, surtout, à la responsabilité de tous, pour un engagement fort, en faveur de cette jeunesse mû par l’eldorado de nouveaux horizons d’espoir, et son lot de vicissitudes.

Je mesure donc la présence de monsieur Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, représentant le Président Emmanuel Macron, qui traduit l’importance que son pays accorde à cette question relative à nos frères en détresse.

Honorables invités

Après plusieurs années passées à lutter contre ce phénomène, force est d’admettre, qu’il est urgent d’accorder une attention soutenue aux problémesde l’emploi des jeunes, qui constitue le véritable enjeu, dans le cadre de la lutte contre la migration illégale.

Nous ne devons pas perdre de vue, que ce nouvel agenda, pour être viable, devra s’appuyer sur des sources durables de financement comme les ressources domestiques mais également faire appel à des sources novatrices de financement.

Le choix des récipiendaires de l’édition 2017 du Prix Houphouët-Boigny se veut un exemple. Il nous rappelle qu’il ne faut rien oublier de nos valeurs de solidarité, du respect de la vie et des droits de l’homme. Elles sont inscrites dans le passé, et se perpétuent dans le présent, pour nourrir le futur, d’une sève insatiable de paix.

C’est pourquoi, la référence au Président Félix Houphouët-Boigny, infatigable apôtre de la Paix, ne saurait être un simple rappel, à l’objet même de cette cérémonie, qui nous rassemble. C’est dans ce sanctuaire, qui incarne la sauvegarde du Patrimoine mondial de l’humanité, qu’a été instauré en 1989 le Prix qui porte son nom.

Il nous revient alors de le protéger, ce patrimoine de sauvegarde universelle, dont il est un socle sacré de rayonnement au service de la paix. Chacun de nous, dans son for intérieur, a pour devoir de deviner l’horizon, et de chercher à s’interroger sur les périls aux facettes nouvelles dans la construction de la paix.

Cette quête individuelle dessinera notre exigence collective et inséparable des valeurs qui façonneront notre monde pour bâtir la paix.
Une paix sans cesse réinventée, la paix autorité sur tout.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Lire la suite
26 Juin
0

Côte d’Ivoire: Le Président Henri Konan Bédié, maître de cérémonie pour la paix à Paris

L’ancien chef d’État ivoirien remettra le prix pour la recherche de la paix demain 27 juin au siège de l’Unesco, à Paris.
Henri Konan Bédié remettra le 27 juin à l’Unesco le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix à la maire de la ville italienne de Lampedusa, Giuseppina Nicolini, ainsi qu’à l’ONG SOS Méditerranée pour leurs efforts déployés en vue de sauver la vie des réfugiés et des migrants et de les accueillir avec dignité.
« Cette femme a beaucoup œuvré pour sauver des vies humaines, et particulièrement des Africains. Elle mérite ce prix », explique Bédié. Créée en 1989, la récompense honore les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix, dans le respect de la charte des Nations unies et de l’acte constitutif de l’Unesco.
Par le passé, le prix a été attribué à Yasser Arafat, Yitzhak Rabin, Nelson Mandela, à la communauté de Sant’Egidio, à l’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva ou encore à Abdoulaye Wade et à François Hollande.
RFI.FR

Lire la suite
24 Juin
0

En prélude à la remise du Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix, le Président Bédié fait le point avec Irina Bokova à Paris


Le leader du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, présent à Paris depuis quelques semaines, a rencontré ce samedi Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a-t-on appris de source officielle.
Les échanges entre les deux personnalités ont essentiellement porté sur la cérémonie de remise du prix Félix Houphouet-Boigny pour la recherche de la paix qui se tient mardi prochain à Paris au siège de l’UNESCO.
Le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix a été créé en 1989 par une résolution parrainée par 120 pays et adoptée par la 25e session de la Conférence générale de l’UNESCO.
Avant sa disparition, le Président ivoirien Félix Houphouët-Boigny a désigné comme Parrain du Prix, M. Abdou Diouf, ancien Président de la République du Sénégal, et comme Protecteur du Prix, M. Henri Konan Bédié, ancien Président de la République de Côte d’Ivoire, tous les deux intuitu personae.
Cette année, le prix a été décerné à Mme Giuseppina Nicolini, maire de la ville de Lampedusa (Italie) et à l’ONG SOS Méditerranée (France) pour leurs efforts déployés en vue de sauver la vie des réfugiés et des migrants et de les accueillir avec dignité.
Mme Denise Houphouët, ambassadeur de la Côte d’ivoire à l’Unesco a pris part à la rencontre.
Avec abidjan.net

Lire la suite