Blog

04 Mar
0

RÉAMÉNAGEMENT TECHNIQUE DU SECRETARIAT EXÉCUTIF DU PDCI-RDA (communiqué)

Au cours de l’année 2018 et devant les velléités de liquidation du Parti, Son Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, avait resserré le Secrétariat Exécutif, en ramenant le nombre de ses membres de trente-six (36) à vingt-quatre(24).
Après le sixième Congrès Extraordinaire, tenu, le 15 octobre 2018 à Daoukro et au vu des diligences assignées au Secrétariat Exécutif pour les prochaines années en vue de la préparation de la convention de désignation de notre candidat et l’élection présidentielle d’octobre 2020, un renforcement du Secrétariat Exécutif, par le redimensionnement des fonctions de certains Secrétaires Exécutifs et la création de nouveaux postes de Secrétaires Exécutifs ont été rendus nécessaires.
Ainsi, des postes de Secrétaires Exécutifs ont été scindés et de nouveaux créés.

1- Les Secrétaires Exécutifs dont les postes sont scindés:
1-1- Le Secrétaire Exécutif chargé des Commissions Techniques Nationales et du Suivi de l’action Gouvernementale donne:
* le Secrétaire Exécutif chargé des Commissions Techniques Nationales;
*et le Secrétaire Exécutif chargé du Suivi de l’action Gouvernementale.

1-2- Le Secrétaire Exécutif chargé des Communautés et du Monde rural donne:
* le Secrétaire Exécutif chargé des Communautés;
*et le Secrétaire Exécutif chargé du Monde rural.

1-3- Le Secrétaire Exécutif chargé des Relations Extérieures et des Délégations Générales donne:
* le Secrétaire Exécutif chargé des Relations Extérieures
* et le Secrétaire Exécutif chargé des Délégations Générales.

2- Les nouveaux postes de Secrétaires Exécutifs créés:
* le Secrétaire Exécutif chargé des relations avec le secteur privé ;
* le Secrétaire Exécutif chargé des changements climatiques et du Développement Durable ;
* Le Secrétaire Exécutif chargé de la culture et de la Francophonie.
Le nombre des membres du Secrétariat Exécutif passe de ce fait, de vingt huit(24) à vingt neuf(29).

Le nouveau Secrétariat Exécutif est le suivant:

FONCTION NOM ET PRENOMS
1. Secrétaire Exécutif du Parti, Chef du Secrétariat Exécutif Pr. KAKOU GUIKAHUE Maurice
2. Secrétaire Exécutif Chargé de l’Organisation et de la Mobilisation AKOSSI BENDJO Noël
3. Secrétaire Exécutif Chargé des Sections, des Délégations Départementales et Communales SERI BI N’GUESSAN Privat
4. Secrétaire Exécutif Chargé de la Formation et de l’Institut Politique du Parti NIAMKEY KOFFI Robert
5. Secrétaire Exécutif Chargé des Elections ADIKO François Roland
6. Secrétaire Exécutif Chargé des Commissions Techniques Nationales N’DRI KOUADIO Pierre Narcisse
7. Secrétaire Exécutif chargé des Études, de la Prospective et des Finances TANOH Thierry
8. Secrétaire Exécutif Chargé des Affaires Juridiques SUY BI Gohore Emile (Me)
9. Secrétaire Exécutif Chargé de l’Information, de la Communication, et de la propagande BILLON Jean Louis
10. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations Extérieures BAMBA Youssouf
11. Secrétaire Exécutif Chargé des Délégations Générales EHOUMAN Bernard
12. Secrétaire Exécutif Chargé des Affaires Sociales DIOP Aminata Louise Jeanne (Mme)
13. Secrétaire Exécutif Chargé de la Sécurité et du Service d’Ordre KOUASSI LENOIR Emmanuel
14. Secrétaire Exécutif Chargé des Femmes AMON Adèle Adjo Epse N’DABIAN (Mme)
15. Secrétaire Exécutif Chargé des Jeunes KAMAGATE Brahima
16. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec les Partis Politiques Nationaux EZALEY Georges Philippe
17. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec les Groupes Parlementaires du PDCI-RDA BODI KOUASSI Théodore
18. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec les Elus locaux et les Conseillers Economiques et Sociaux, environnementaux et culturels du Parti DOULAYE Coulibaly
19. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec les Syndicats, les ONG, les Groupes Socio professionnels et les Mouvements Associatifs N’DIAYE Aminata (Mme)
20. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec les Enseignants militants du PDCI-RDA N’DIORE Aya Adèle (Mme)
21. Secrétaire Exécutif Chargé du Bulletin de Liaison du Parti ZION KAH Denis
22. Secrétaire Exécutif chargé, des Relations avec les Communautés M’BENGUE Abdoulaye dit Racine
23. Secrétaire Exécutif chargé de la Culture et de la Francophonie Valérie YAPO Epse ADAÏ (Mme)
24. Secrétaire Exécutif Chargé de l’Insertion Professionnelle des Jeunes GBA Daouda
25. Secrétaire Exécutif Chargé des Nouvelles Adhésions et du Recrutement AKA APPIA Ange Isaac
26. Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec le Secteur Privé KOUMA KONE Karidia (Mme)
27. Secrétaire Exécutif Chargé du suivi de l’Action Gouvernementale BOGUI Ziriyo
28. Secrétaire Exécutif Chargé du Monde Rural BRINDOUMY Soumaïla
29. Secrétaire Exécutif Chargé des changements climatiques et du développement durable Ahmadou OUATTARA

En ce qui concerne les Ressources Humaines, le Président du Parti a décidé

1- Le maintien au Secrétariat Exécutif des anciens membres du Secrétariat Exécutif ; avec cependant, le changement de postes de deux (02) Secrétaires Exécutifs,
– Madame KOUMA KONE Karidia, Secrétaire Exécutif chargé des Femmes devient Secrétaire Exécutif chargé des relations avec le Secteur Privé;

– Madame YAPO Valérie ADAI, Secrétaire Exécutif chargé de l’Insertion Professionnelle des Jeunes devient Secrétaire Exécutif chargé de la Culture et de la Francophonie.

2- La nomination de sept (07) nouvelles personnalités. Il s’agit de:

1. Mme AMON Adèle Adjo Epse N’DABIAN
2. M.EZALEY Georges Philippe
3. M.BRINDOUMY Soumaila
4. M.AHMADOU OUATTARA
5. M. BOGUI ZIRIYO
6. M. GBA Daouda
7. M. YOUSSOUF BAMBA.

Fait à Abidjan, le 3 mars 2019

NDRI KOUADIO Pierre Narcisse

Secrétaire Exécutif chargé des
Commissions Techniques Nationales
Porte-parole du PDCI-RDA

 

Lire la suite
04 Mar
0

Côte d’Ivoire-Guikahué (SE du Pdci) fait des révélations : «Bédié est le ‘’débloqueur’’ des situations difficiles »

Le Forum national du Pdci-Rda et son président Issa Koné ont animé un meeting à Bingerville pour magnifier le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, pour ses actions en faveur de la paix et la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. Africanewsquick.net vous propose l’intégralité du discours-enseignement du chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué.

‘’J’avais préparé un discours. Mais, je ne vais pas le lire. Je vais parler avec mon cœur.
Avant tout propos, le président Henri Konan Bédié me charge de vous dire que le PDCI-RDA est un esprit et que jamais il ne disparaitra. Le président Henri Konan Bédié me charge aussi de vous dire que le PDCI-RDA est un esprit à ne pas plagier. Il veut dire à tous ceux qui étaient au Pdci et qui ne veulent plus du Pdci que nous sommes dans un pays de liberté, ils peuvent aller créer leur parti mais, de grâce, qu’ils laissent le mot PDCI-RDA.

Je voudrais profiter de cette occasion pour vous transmettre les salutations et les encouragements du président Bédié, dire merci à monsieur le délégué qui est un responsable. Partout où on parle du Pdci, il est présent. Le Pdci doit être au-dessus de tout amour propre. Chacun a une histoire au Pdci. Il y a des gens qui ont été frustrés au Pdci, mais d’abord le PDCI-RDA, c’est une conviction.

Je voudrais saluer Ami N’diaye pour le dynamisme qu’elle imprime à son département avec les syndicats et les groupes socioprofessionnels. Et de mémoire, c’est la première fois que les groupes sont allés saluer la dernière fois le président à Daoukro pour présenter leurs vœux de bonne et heureuse année 2019. Félicitations.

Je voudrais saluer Issa Koné pour l’initiative du Forum. Merci aussi au parrain Djomo Hyacinthe. Je voudrais le féliciter pour deux raisons.

Vous nous donnez une tribune pour parler. Nous ne parlons pas seulement à ceux qui sont ici présents, mais nous parlons à la Côte d’Ivoire entière. Merci de nous donner cette tribune. Et merci aussi d’avoir eu l’idée d’organiser ce meeting.

Vous savez, c’est le président Henri Konan Bédié qui a besoin de foule. Pour moi, en tant qu’animateur, où i, y a deux militants, je suis là. Même s’il n’y avait qu’une demi bâche, je serais content. Parce que je sais qu’il y a au moins une représentation du Pdci à Bingerville. Donc ne nous occupons pas de la mobilisation, il fallait le faire et vous l’avez fait. Merci.

Vous magnifiez aujourd’hui le président Henri Konan Bédié. En trois mots, qui est l’homme Bédié ? Parce que c’est pour lui que nous sommes là. Bédié, je le baptise le débloqueur des situations difficiles en Côte d’Ivoire.

Première situation. Rébellion en 2002. Linas Marcoussis. On convoque tout le monde. On arrive dans la salle. Tous ceux qui étaient du côté de la rébellion disent à Mazo qui était le responsable : ‘’On veut l’organisation d’élections anticipées’’. Si donc il y a des élections anticipées, la présidence de Gbagbo s’arrête tout de suite le 23 janvier 2003. Bédié prend la parole. Il dit, je suis venu à Paris pour parler de la Côte d’Ivoire. J’ai subi un coup d’Etat, je ne permettrai pas que quelqu’un d’autre subisse un coup d’Etat en Côte d’Ivoire parce qu’on ne sait pas où on va et cela ne va pas s’arrêter. Je le répète, pour les gens du Fpi. Si on doit faire des élections anticipées et arrêter le mandat de Gbagbo maintenant, moi Bédié, je sors de la salle et je rentre en Côte d’Ivoire. Les gens ont dit, on va faire la réunion, Gbagbo reste président et on va discuter. Premier point.

Deuxième situation. Le président Henri Konan Bédié sera l’un des fondateurs du Rhdp. Disons la vérité. C’est à Accra en marge des discussions sur la crise ivoirienne au Ghana, Alassane Ouattara, Paul Akoto Yao, Anaky Kobena, ils sont allés trouver Bédié dans sa chambre. Ils ont dit à Bédié, tu es notre aîné, la situation est difficile, il faut sauver la Côte d’Ivoire. Regroupe les héritiers politiques d’Houphouet-Boigny. C’est comme ça que le Rhdp est né. Donc, aujourd’hui, si tu fais Rhdp sans Bédié, c’est pas Rhdp. Tu peux l’appeler autrement parce que l’esprit est parti. Vous voyez, je parle. Je suis composé de deux choses : la matière et l’âme. C’est pourquoi quand quelqu’un meurt, on dit il a rendu l’âme. La matière se décompose, mais l’âme reste intacte. Bédié c’est l’esprit. Tu n’as pas Bédié, tu n’as pas la Côte d’Ivoire.

Pourquoi on doit magnifier Bédié ? Chers amis, merci d’organiser cette manifestation pour magnifier Bédié. Il y a des choses qui se disent. Bédié ivoiritaire! En 2010, deuxième tour de la présidentielle, quand Bédié appelait le peuple du Pdci pour soutenir Alassane Ouattara, il n’était pas ivoiritaire ? En 2015, quand Bédié sacrifiait les ambitions de tous les cadres du Pdci en leur disant asseyez vous pour que Ouattara soit le candidat unique du Rhdp, Bédié n’était pas ivoiritaire? C’est aujourd’hui que Bédié est ivoiritaire. Donc ça vous arrange, Bédié bon. Quand Bédié veut dire la vérité, il est ivoiritaire. Il n’y a pas quelqu’un qui aime plus la Côte d’Ivoire que Henri Konan Bédié.

C’est de la même façon que Bédié lance une plateforme dont vient de parler le délégué. Merci monsieur le délégué. Soyez prêts. Si la plateforme prend à la base, elle prend au sommet. Il ne faut pas faire comme le Rhdp qui était au sommet et qui n’est jamais arrivé à la base. Nous allons donc commencer par la base pour arriver au sommet. Bédié lance l’idée d’une plateforme non idéologique. Tu de gauche, tu es de droite, tu es du centre, tu es d’en haut, tu es d’en bas, d’où que tu viennes, tu as ta place dedans. Pourquoi ? Parce que c’est pour parler de la réconciliation de la Côte d’Ivoire. Est-ce que la réconciliation de la Côte d’Ivoire a couleur de parti politique ? Voilà Bédié qui est le débloqueur des situations difficile en Côte d’Ivoire.

Je voudrais dire en un mot, Henri Konan Bédié est une chance pour la Côte d’Ivoire. Et merci jeunes d’organiser cette cérémonie. Ceci étant, Bédié est le ciment de l’unité du PDCI-RDA. Parce qu’il y en a qui se promène, ils disent qu’ils sont renés. Ils se promènent pour dire que Bédié est vieux, Bédié ne peut pas parler à la place des jeunes. Non. Au PDCI-RDA, il n’y a pas de conflit de génération. Nous qui vous parlons, quand je suis devenu ministre de la Santé, j’avais 40 ans. Bédié lui-même quand il est devenu ministre, il avait 25 ans. Et si vous avez remarqué, chaque fois qu’il a un congrès du Pdci-Rda, c’est le plus jeune qui fait le discours de clôture. 1965, Bédié. 1970, Akoto Yao. 1980, Alphonse Djédjé Mady. En 1995, Véi Bernard. Et tout dernièrement, au 12ème Congrès, c’est Yapo Valerie. Donc nous avons une tradition.

Au Pdci, y’a pas de conflit de génération. Mais il faut être valable. Et comme l’a dit tout à l’heure monsieur Djomo Hyacinthe, quand on est jeune, on doit être idéaliste.

Je voudrais m’adresser aux jeunes. Vous dites que vous êtes Pdci. La jeunesse, c’est un état de passage. Quand vous êtes avec moi et que je vous donne 2000, 2000, mais après quand vous allez vieillir, je ne vous donnerai plus rien parce que je m’en vais prendre d’autres jeunes. Et vous devenez quoi ? Mais si vous êtes avec moi, vous devez avoir la conviction que je dois vous aider à vous épanouir pour grandir. Donc quand on jeune, on doit être idéaliste. Il y a le temps pour chaque chose. Et aujourd’hui, malgré les divisions, vous êtes venus. Je vous tire mon chapeau et vous dire merci, les jeunes de Bingerville.

Au Pdci, après les situations que nous venons de voir, le président a rencontré toutes les couches au mois de janvier. Et nous avons une restructuration. Très bientôt, nous allons créer de nouvelles délégations. C’est prêt. On redimensionne les délégations pour donner la chance à beaucoup pour encadrer. Et partout où un ancien délégué partira, le président Bédié a décidé de mettre un jeune délégué. Vous l’avez vu à Port-Bouët, vous l’avez vu à Treichville, un peu partout. Parce qu’il faut des gens qui veulent prouver et qui travaillent.

Nous avons également mis en place une veille juridique pour faire face à tous les procès. Et la semaine prochaine (Ndlr, cette semaine), nous mettons en place la jeunesse scolaire et estudiantine par la nomination du Comité provisoire de gestion de la Jpdci estudiantine et scolaire. En suite, quand tout cela sera fait, on va vous appeler à la mobilisation. C’est pourquoi, je voudrais encore dire merci à Djomo Hyacinthe qui a dit tout à l’heure qu’il faut bouger. Les meetings ne suffisent pas. Au-delà des meetings, il faut aller sur le terrain. On veut des hommes de terrain. Ça, c’est au plan interne.

Mais je vais vous donner quelques nouvelles du pays. Mais avant cela, je voudrais dire aux jeunes que le président Houphouet-Boigny, dans la formation qu’il nous a donnée, peut-être que vous n’avez pas eu cette chance, mais nous aussi, nous devons avoir notre façon de former. Quand j’étais président du MEECI, on avait une réunion tous les 3 mois et il parle. Il ne dit pas prenez les bic, mais il vous parle. C’était un enseignement. Il a dit, dans la vie quand tu fais quelque chose, il faut avoir 4 éléments. Il faut être courageux, il ne faut pas avoir peur. Quand tu as une idée, il faut être courageux. Donc le courage, l’endurance, il peut y avoir des difficultés mais il faut croire en ton idée. Il y a la persévérance et la patience. Donc tout ce que vous entreprenez pour que cela réussisse, i, faut être courageux, patient, endurant et persévérant. Si vous n’avez pas ces 4 éléments, n’allez nulle part. Même si vous êtes dans votre lit, si la mort veut venir vous chercher, la mort vient vous chercher là-bas.

Aujourd’hui, la Pdci-Rda parle de la réforme de la CEI. Oui, aujourd’hui, le Pdci-Rda est bien placé pour parler de la réforme. Parce que tu ne peux pas critiquer ce que tu ne connais pas. De 2013 à 2018, nous avons fait toutes les élections. On dit c’est bon, ce n’est pas bon, mais nous on a fait. En plus, le président national de la CEI, c’est un militant du Pdci-Rda. Mais nous disons que l’erreur peut être humaine, mais c’est persévérer dans l’erreur qui est diabolique. Nous disons qu’il n’y a que Dieu qui soit infaillible. On peut se tromper. Même la religion. Le Notre Père. On disait ‘’ne nous soumettez pas à la tentation’’, on dit aujourd’hui ‘’ne nous laissez pas entrer en tentation’’. Même le ‘’notre père’’ qui est dans la Bible, le Pape a retouché. On nous dit que la CEI, c’est consensus, on ne peut pas bouger. Consensus là, est-ce que c’est le Coran, est-ce que c’est l’Evangile, est-ce que c’est la Tora ? En 1957, les Ivoiriens ont fait un consensus pour faire le parti unique. En 1990, ils ont rompu le consensus pour faire multipartisme.

En 2013, on s’est mis ensemble pour faire une CEI dite consensuelle. On a vu ce que ça donne. Nous au Pdci-Rda, on dit une CEI qui organise une élection de maires et puis y’a des morts, c’est pas bon. Il faut changer. Donc hier, on était au consensus, aujourd’hui le consensus est rompu. On veut une CEI réformée en profondeur. Même la Cour africaine des droits de l’homme nous a interpellés pour dire que notre CEI est mauvaise. Nous, au Pdci, on aurait pu dire que c’est notre enfant qui est le président de la CEI, donc ne veut pas changer. Mais si tu es dans le village, tu as donné ton enfant qui fait quelque chose qui est mauvaise et que les villageois critiquent, et tu dis que comme c’est mon enfant, tu vois toi-même que c’est mauvais et tu dis que c’est pas mauvais ? Youssouf Bakayoko, c’est notre enfant. Il a dirigé la CEI. On le félicite. Mais la structure devant laquelle il est là, c’est pas bon donc qu’on change. Et c’est ce que le Pdci décide.

Alors, on a fait une très grande réunion des 24 partis politiques hier (Ndlr, vendredi 1er mars). On dit, on parle d’une même voix. Si on nous appelle un à un, on ne va pas. Mais si on nous appelle ensemble, on s’en va. Même EDS, parce que les chefs sont là. Dans un village, deux sont en palabre. Quand tu vas manger chez un, l’autre est fâché. Quand tu vas manger chez l’autre, le premier est fâché. Tu vas arrêter de manger ? Quand nous on va saluer Affi, Eds est fâché. Quand on va saluer Eds, Affi est fâché. Mais, dans le monde qui est le monde, dans la vie, tremblement de terre réussit ça hein. Il n’y a que les montagnes qui ne se croisent pas. Mais s’il y a deux montagnes et qu’il y a tremblement de terre, ça vient ensemble. Et le président Bédié a décidé de réconcilier les Ivoiriens. Donc le président Bédié veut réconcilier la partie du Fpi qui est Affi avec la partie du Fpi qui est Eds. C’est pourquoi nous fréquentons les deux parties.

Donc quand on fait les déclarations avec Affi, nous aussi on va parler avec Eds. Bédié va plus loin. Le président Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale, il est dans la plateforme. On dit hier mais pourquoi Soro n’a pas signé ? Mais c’est parce que Soro n’a pas de parti politique. Quand son parti, le Raci va être reconnu, il va être dedans, on a déjà fait plusieurs réunions avec eux. Donc ne regardez pas ce que vous voyez à la télévision là. C’est la face que vous voyez de l’iceberg qui est profond. C’est important. Parce que quand tu veux réconcilier les gens, tu ne cries pas sous tous les toits, je vais réconcilier, je vais réconcilier. Le président Houphouet-Boigny a dit quand la panthère ne fait pas de bruit, c’est qu’elle n’a pas encore sa proie. Et c’est dans cette philosophie que nous travaillons. Donc la plateforme, elle est non idéologique. C’est une plateforme de réconciliation. Et le président Bédié va plus loin. Quel que soit celui qui gagne les élections en 2020, il est obligé de faire un gouvernement d’union nationale. Parce que, si tu ne fais pas de gouvernement d’union nationale la Côte d’Ivoire ne peut pas être débloquée. Voici un pays qui s’appelle la Côte d’ivoire, son équipe nationale est finaliste de la Coupe d’Afrique, Drogba rate un penaltie, on perd la coupe et y’a des Ivoiriens qui fêtent. Mais c’est pas un pays. Et c’est dedans qu’on est.

Vous voyez, plus le pays se développe, on dépénalise les délits. Ça veut dire mettre quelqu’un en prison, ce n’est pas la seule condamnation. Aux Etats-Unis, il y a des fautes graves, on dit paye 20 millions. Privation de liberté, ce n’est pas une solution. Parce que, une fois que tu sors de prison, tj es transformé, tu n’as plus peur de prison. Il est vacciné. C’est pourquoi, pour les journalistes, on a dépénalisé le délit de presse. On peut mettre des amendes. Mais mettre un syndicaliste en prison, ça présente mal. C’était au 19e et 20e siècle. Mais on est au 21e siècle. Même le grand Houphouet-Boigny a essayé ça. Ça n’a pas marché. La vie, c’est une sédimentation de la somme d’expériences. Et tous les jours qui passent, tu retiens un peu. C’est pourquoi, on dit quand on devient âgé, on devient sage. Parce qu’on apprend de la vie. La vie est une école. Le puissant Houphouet-Boigny a mis les syndicalistes en prison, ça a donné quoi ? Deux jours après il les a libérés. Il a fait des réquisitions, ça adonné quoi ? Zéro. On ne peut pas réquisitionner un professeur. Donc la réquisition ne marche pas, les radiations non plus. Il faut le dialogue.

Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, si vous enlevez les Bédié, Ouattara et Gbagbo, mais tous ceux qui sont aujourd’hui au gouvernement, dans les syndicats, c’est une répartition des tâches, on a tous fait l’université à Abidjan. On se connait. C’est pas parce que tu es ministre que tu étais plus intelligent que nous à l’école. Il y a des syndicalistes qui étaient brillants face à des gens qui sont ministres. Même dans le gouvernement, il y a des anciens syndicalistes qui sont membres du gouvernement aujourd’hui.

Et puis en politique, les places, ça change. Aujourd’hui tu es au gouvernement et l’autre est syndicaliste, peut-être dans 5 ans, tu seras syndicaliste et lui sera dans le gouvernement. Tout le monde peut devenir ministre. Donc faisons attention. C’est la raison pour laquelle je vais interpeller mes amis qui sont au gouvernement qui ont été des universitaires. Cette histoire de dire, on va nommer les doyens de facultés. Mais c’est une régression. Même sous Houphouet-Boigny, on votait nos doyens. On vote le doyen, on ne nomme pas un doyen. C’est pas la peine qu’ils induisent Alassane Ouattara en erreur. Il y a des gens qui ont été meecistes, syndicalistes, ils ne peuvent pas être aujourd’hui autour d’une table et on va dire Ouattara nomme doyen. Ça sonne faux. Le chef du département est élu par ses pairs. Le doyen est élu par les professeurs. On peut nommer tout. Mais ce n’est pas la peine de rentrer à l’université. Il faut respecter la franchise universitaire. Donc plus on avance, on va à l’émergence en reculant ? Non. On ne peut qu’améliorer. Et on doit améliorer.

La plateforme avance. Bientôt vous allez voir sur les écrans, je suis en train de saluer Gbagbo. Parce qu’il y a un temps pour se battre et y’a un temps pour se réconcilier. Le temps des palabres est fini. Le temps de la réconciliation est arrivé. Je suis venu dire à Bingerville, que le temps de la réconciliation est arrivé. Le temps de la cohésion est arrivé. Le Pdci, c’est un parti de tolérance. Le Pdci, c’est un parti de dialogue. Le Pdci-Rda, c’est le parti de paix et de fraternité’’.

Propos retranscrits par Gilles Richard OMAEL

 

Lire la suite
01 Mar
0

Réforme de la CEI : «Les Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne appellent à des discussions sur l’environnement des élections» (Communiqué final)

Réforme de la CEI : «Les Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne appellent à des discussions sur l’environnement des élections» (Communiqué final)

 

COMMUNIQUE FINAL DE L’ASSEMBLEE PLÉNIÈRE DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE RELATIVE À LA RÉFORME DE LA COMMISSION ÉLECTORALE INDÉPENDANTE
(CEI)

Ce vendredi 01 mars 2019, les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne se sont réunis en assemblée plénière, au siège du PDCI-RDA, pour examiner et adopter le document portant réforme de la Commission Électorale Indépendante (CEI).

En effet, après la réunion du 21 janvier 2019, convoquée et présidée par Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement de la République de Côte d’Ivoire, il a été demandé aux Partis politiques de transmettre individuellement au Ministère de l’intérieur, sous quinzaine, leur proposition de projet de réforme de la commission électorale indépendante.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont adressé un courrier, en date du 30 janvier 2019, indiquant à Monsieur le Premier Ministre, l’impérieuse nécessité de mettre en place un cadre de concertation élargie, impliquant tous les partis politiques, sans exclusive, la Société civile et le Gouvernement.
L’objectif de la mise en place de ce cadre élargi de concertation répond au souci, des Partis Politiques de l’opposition ivoirienne, de parvenir à une réforme consensuelle et profonde de la commission électorale indépendante. La simple recomposition de celle-ci, comme l’envisage le gouvernement, ne suffira pas à remplir cet objectif.
Les Partis politiques de l’opposition ivoirienne notent, avec regret, que leur requête est demeurée sans suite, à ce jour.

Les Partis politiques de l’opposition Ivoirienne ont décidé de parler d’une même voix et de proposer un document unique, conforme à l’arrêt rendu le 18 novembre 2016 par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.
La CEI doit être un organe indépendant et impartial qui protège le droit à l’égalité devant le suffrage. Elle doit être l’instrument qui organise la dévolution des mandats électifs dans la paix et le respect des droits de tous.

Aussi, les Présidents des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne ont- ils adopté, ce jour, le projet de réforme de la CEI qu’ils défendront au cours des rencontres du cadre de concertation élargie.

Au-delà de la réforme de la CEI, les Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne appellent à des discussions sur l’environnement des élections ; à savoir, l’établissement des cartes Nationales d’identité arrivées à expiration, le recensement électoral, la révision du code électoral pour l’adapter à la constitution du 08 novembre 2016 et le cadre institutionnel relatif aux élections en Côte d’Ivoire.

Les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne renouvellent leur demande adressée au gouvernement de la République de Côte d’Ivoire pour la tenue d’une large concertation pour une réforme profonde et consensuelle de la Commission Electorale Indépendante.

Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne expriment leur attachement au respect de l’indépendance de l’organe en charge des élections consacré, de façon non équivoque, par la constitution en son article 51.
Les Présidents des Partis politiques de l’opposition Ivoirienne félicitent les membres du comité des experts des Partis Politiques de l’opposition Ivoirienne pour la qualité des documents élaborés et leur demandent de rester saisis des documents relatifs à la révision du code électoral, à la loi organique portant composition, organisation, attributions et fonctionnement de la nouvelle structure en charge des élections en Côte d’Ivoire, au découpage électoral et à l’organisation des élections.

Fait à Abidjan le 01 Mars 2019

LES PARTIS ET GROUPEMENTS POLITIQUES
DE L’OPPOSITION IVOIRIENNE

Lu par Pierre-Narcisse N’DRI, Directeur du cabinet du président du Pdci-Rda

Lire la suite
01 Mar
0

Le président Bédié à propos des propositions de l’opposition: «La qualité des travaux et la pertinence de nos observations facilitent la finalisation des projets de code électoral…»

Discours de Son Excellence Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA
lors de la Plénière de l’Assemblée des Partis Politiques de l’Opposition Ivoirienne relative à la réforme de la Commission Électorale Indépendante. (CEI)

Vendredi 01 Mars 2019, à 11h 00 mn au siège du PDCI-RDA.

 

deuxième intervention du Président du PDCI-RDA.

 

Mesdames et Messieurs les Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne, nous sommes au terme de nos travaux de ce jour.

Que pouvons-nous retenir en substance ?
Je note, avec vous, que nous avons eu raison de mener ces travaux de réflexion sur la réforme de la Commission Electorale Indépendante.

En effet, la qualité des travaux de nos experts et la pertinence de nos observations facilitent la finalisation des projets de code électoral et de la loi organique relatifs à l’organe en charge des élections à créer.

Tel est notre objectif majeur qui est de doter la Côte d’Ivoire d’un organe électoral crédible, transparent et accepté par tous les acteurs politiques et nos concitoyens appelés à exercer leurs droits de vote en toute liberté et sécurité.

Mesdames et Messieurs les Présidents des partis politiques de l’opposition, cet objectif doit être atteint pour restaurer la démocratie et rassurer les populations ivoiriennes
en période électorale.
L’exercice de rapprochement réussi par nos partis politiques, depuis le 30 janvier 2019 à ce jour, est la preuve que nous sommes capables de conduire, dans le respect de la diversité de nos opinions, des réflexions conjointes pour asseoir et consolider la démocratie et l’état de droit en Côte d’Ivoire.

Mesdames et Messieurs les Présidents des partis politiques de l’opposition, nous venons, ce matin, d’exprimer notre engagement politique, devant la nation et le monde entier, pour faire triompher ces deux concepts que sont :« la démocratie et l’état de droit ».

Ces deux concepts constituent les fondements essentiels de la paix et de la cohésion sociale, pour tout peuple qui aspire à la stabilité, au développement et au progrès social.

Mesdames et Messieurs les Présidents :
-nous devons apprendre la démocratie, nous familiariser avec elle et l’enseigner à nos militants dans nos formations politiques respectives ;
-nous devons œuvrer à l’affirmation de l’état de droit et le promouvoir partout pour l’égalité de tous devant la loi.

Je me réjouis, autant que vous, que nous ayons pu nous exprimer d’une même voix et que nous ayons également proposé un document unique relatif à la réforme profonde de la commission électorale indépendante, actuellement en vigueur.

J’ose espérer que le gouvernement de la République de Côte d’Ivoire saura saisir l’opportunité que nous lui offrons pour s’investir dans la tenue d’une concertation élargie pour une réforme consensuelle et profonde de la commission électorale indépendante.

Je réaffirme que l’organe, en charge des élections à créer, doit être indépendant et impartial et être à même de protéger le droit à l’égalité devant le suffrage. Il doit être l’instrument qui organise la dévolution des mandats électifs dans la paix et le respect des droits de tous.

C’est sur ces mots pleins d’espoir que je voudrais adresser, à nouveau, au nom de mes pairs, mes vives et chaleureuses félicitations aux membres du Comité des experts de nos partis politiques.

Je soumets, dès à présent, à votre approbation le document de réforme de la commission électorale indépendante.

Acclamation de l’Assemblée des Présidents des partis politiques de l’opposition ivoirienne

Fait à Abidjan, le vendredi 01er mars 2019
Henri Konan BEDIE
Président du PDCI-RDA

Lire la suite
28 Fév
0

Opposition ivoirienne: Signature de la Plateforme des partis politiques sur la réforme de la CEI, ce vendredi 1er mars…en présence du président Bédié

Les partis de l’opposition potentiels membres de la plateforme non idéologique initiée par le président Bédié et encouragée par l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, ont tenu une importante réunion, mercredi 27 février 2019, au siège du Pdci à Cocody. Ils ont pris des décisions importantes en ce qui concerne la réforme en profondeur de la Commission électorale indépendante (CEI) et tout le processus électoral.

Ainsi, la signature de la plateforme des partis politiques sur la CEI aura lieu, en présence du président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda et tous les présidents des autres partis politiques membres de cette plateforme, ce vendredi 1er mars 2019, à 10h30, à la Maison du PDCI-RDA à Cocody.

Dircom Pdci-Rda

Lire la suite
26 Fév
0

Ecole ivoirienne: Devant les graves dérives, le PDCI-RDA exhorte les uns et les autres à privilégier le dialogue, la Paix afin de ne pas envenimer la situation socio politique déjà délétère

Ce mardi 26 février, le Pdci-Rda s’est prononcé sur la situation de l’école ivoirienne dont les enseignants sont en grève depuis plusieurs semaines. C’était au siège du parti à Cocody.

 

DECLARATION DU PDCI RDA RELATIVE
A LA SITUATION DE L’ECOLE IVOIRIENNE.

 

Depuis le mardi 22 janvier 2019, le PDCI-RDA constate avec préoccupation, que les enseignants toutes catégories confondues, observent une grève initiée par leurs différents syndicats en vue d’obtenir du gouvernement, des solutions aux différents points de discordes, relatifs à de meilleures conditions de travail et de vie.
Sans aucune lueur d’espoir de réouverture des écoles, des Collèges, des Lycées et des universités, suite à la rupture des négociations, l’école ivoirienne est totalement paralysée par une grève illimitée, qui inquiète sérieusement les parents d’élèves.
Les revendications syndicales portent, entre autres, sur les mesures pédagogiques, les conditions matérielles de travail, la réintégration des grévistes radiés, la nomination des doyens des UFR.

Cette situation a dégénéré avec l’arrestation de deux leaders syndicaux et membres de la Coordination des Enseignants du supérieur et les chercheurs de Côte d’Ivoire et surtout les violences graves et illégitimes exercées sur des enseignants à Bouaké.
Devant ces graves dérives, le PDCI-RDA :
− appelle, avec insistance, les parties prenantes à la reprise des négociations dans un climat apaisé et démocratique, ainsi qu’au respect des engagements pris lors de la signature de la trêve sociale ;
− condamne l’emprisonnement et les radiations des responsables syndicaux ;
− invite le Gouvernement à sauvegarder les acquis démocratiques de l’université et la protection de la liberté syndicale ;
 exhorte les uns et les autres à privilégier le dialogue, la Paix afin de ne pas envenimer la situation socio politique déjà délétère.

Fait à Abidjan le 26 février 2019

P/ Le PDCI-RDA
Aminata NDIAYE
Secrétaire Exécutif Chargé des Relations avec les Syndicats,
les ONG et des Groupes Socio professionnels
et les Mouvements Associatifs
Porte-Parole du PDCI-RDA

Lire la suite
26 Fév
0

Objectif 2020: Le président des transporteurs PDCI, Lacina SANOGO mobilise les militants de France

Au lendemain de l’arrivé en France de monsieur Lacina SANOGO, président des transporteurs PDCI à Abidjan, de passage à Paris le 20/02/2019 pour un court séjour. C’est dans le 13ème arrondissement de Paris que plusieurs rencontres meublent ses quelques jours de congés.
– Une réunion avec des membres du bureau de la Délégation Générale du PDCI-RDA de Paris, en présence de son Délégué Général. Cordiale et fraternelle étaient les échanges. Le Délégué a présenté la petite équipe qui l’accompagnait et en avait profité pour lui faire un tour rapide de nos activités.

– Ensuite, une rencontre toujours dans Paris du côté de Belleville, avec la JPDCI de Paris Ile de France. Monsieur SANOGO a prodigué des conseils à notre jeunesse sur l’importance de son implication pour la victoire du PDCIRDA aux élections de 2020.
– Le Président Lacina SANOGO a fait le constat des difficultés dans lesquelles fonctionne notre Délégation Générale et a promis de remonter au sommet, nos besoins.

– Une troisième rencontre, toujours à Paris vers la Place d’Italie. Cette fois, encore accompagné de quelques responsables du PDCI de Paris, en présence de Monsieur DIOMANDE, président des transporteurs Ivoiriens et du PDCI de l’Ile de France. Dès l’ouverture de la séance, monsieur DIOMANDE souscrit son adhésion afin d’obtenir sa carte de militant. Bel exemple de motivation du président des transporteurs de Paris Ile de France.

– Monsieur DIOMANDE prend l’engagement de nous inviter à participer à la prochaine grande réunion de leur syndicat pour dire aux participants les raisons profondes d’appartenir aujourd’hui au PDCI-RDA du Président Aimé Henri Konan BEDIE.

– Joignant l’acte à la parole, le Délégué Général du PDCI-RDA Paris Ile de France a remis symboliquement au président DIOMANDE, une cinquantaine de fiches d’adhésion pour procéder à une pré-collecte des données y compris les frais au grade des impétrants. Notre rencontre se termine dans une très bonne ambiance avant de prendre congé de nos invités en remerciant particulièrement et chaleureusement le Président Lacina SANOGO pour ces belles initiatives.
Le Délégué Général

Lire la suite
26 Fév
0

DÉCISION N°0008-2019/ PP/ CAB DU 25 FEVRIER 2019 PORTANT NOMINATION DU COORDONNATEUR DE LA VEILLE JURIDIQUE DU PDCI-RDA

– Vu la constitution de la République de Côte d’Ivoire
– Vu la loi N° 93-668 du 9 août 1993 relative aux Partis et Groupements Politiques
– Vu les Statuts du PDCI-RDA
– Vu la Résolution N°01/04/1012013 portant adoption et application immédiate des modifications des Statuts
– Vu la Résolution N°02/04/10/2013 donnant mandat au Président du Parti de nommer dans les deux mois, les membres des Organes crées par le XI I ème Congrès Ordinaire
– Vu la Décision N’0063/ 2018/ PP/ CAB du 16 Octobre 2018 modifiant la décision N°0033/2018/ PP/ CAB du 19 Juillet 2018, portant nomination des membres du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA ;
– Vu la résolution du Sème Congrès Extraordinaire, portant prolongation du mandat du Président du Parti ;
– Vu les nécessités de service

DÉCIDE

Article 1 : Monsieur BLESSY Jean Chrysostome est nommé Coordonnateur de la Veille Juridique du PDCI-RDA

Article 2 : La présente décision prend effet, à compter de la date de sa signature

Article 3: Le Secrétaire Exécutif, Chef du Secrétariat Exécutif, le Secrétaire Exécutif chargé des Études, de la Prospective et des Finances, sont chargés, chacun en ce qui le concerne de l’exécution de cette décision qui sera publiée et communiquée partout où besoin sera partout où besoin sera.

Lire la suite
26 Fév
0

DÉCISION N°001-20191 PP1 CAB DU 25 FEVRIER 2019 PORTANT NOMINATION DE LA DIRECTRICE DE LA BOUTIQUE DU PDCI-RDA

– Vu la constitution de la République de Côte d’Ivoire
– Vu la loi N° 93-668 du 9 août 1993 relative aux Partis et Groupements Politiques
– Vu les Statuts du PDCI-RDA
– Vu la Résolution N°01/04/1012013 portant adoption et application immédiate des modifications des Statuts
– Vu la Résolution N°02/04/10/2013 donnant mandat au Président du Parti de nommer dans les deux mois, les membres des Organes crées par le XI I ème Congrès Ordinaire
– Vu la Décision N’0063/ 2018/ PP/ CAB du 16 Octobre 2018 modifiant la décision N°0033/2018/ PP/ CAB du 19 Juillet 2018, portant nomination des membres du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA ;
– Vu la résolution du Sème Congrès Extraordinaire, portant prolongation du mandat du Président du Parti ;
– Vu les nécessités de service

DÉCIDE

Article 1 : Madame DAMOI Désirée est nommée Directrice de la Boutique du PDCI¬RDA.

Article 2 : La présente décision qui abroge toutes les dispositions antérieures prend effet, à compter de la date de sa signature.

Article 3: Le Secrétaire Exécutif, Chef du Secrétariat Exécutif, le Secrétaire Exécutif chargé des Études, de la Prospective et des Finances, sont chargés, chacun en ce qui le concerne de l’exécution de cette décision qui sera publiée et communiquée partout où besoin sera partout où besoin sera.

Lire la suite
23 Fév
0

Daoukro, Guillaume Soro échange avec le Président Bédié

Ce jour samedi 23 février 2019, le Président du Comité Politique,Son Excellence Guillaume Kigbafori SORO a rendu une visite de courtoisie, à Daoukro,à Son Excellence, Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA.
Cette occasion leur a permis d’aborder les questions qui rythment la vie de la Nation.

Entre autres, le Président du Comité Politique a fait le rapport sur la crise récente survenue à l’Assemblée Nationale, les conditions et les raisons de sa démission, bien que la Constitution, la loi fondamentale, ne le permettait guère.
Mais au nom de la paix, le Président du Comité Politique a posé cet acte sans précédent.
Le Président du PDCI-RDA en a mesuré toute la portée, a salué la sagesse de l’acte et y a perçu la philosophie de paix prônée par le Président Félix Houphouët-Boigny et le PDCI-RDA.

Les deux présidents se sont engagés à travailler à la mise en place de la Plate-Forme si chère au Président Henri Konan BEDIE et ont convenu d’une importante et décisive concertation dans les tous prochains jours.

Directions Communication :
PDCI-RDA et Comité Politique

Lire la suite