Blog

16 Juin
0

Ce samedi 17 juin à 12h15, TV5 reçoit le Président Henri Konan Bédié (émission « Et si vous me disiez toute la vérité »)


A l’occasion de la remise du Prix Félix Houphouët-Boigny qui aura lieu le 27 juin prochain, Denise Epoté recoit dans son émission « Et si vous me disiez toute la vérité » l’ancien président de la Côte d’Ivoire et Protecteur de ce célèbre prix : Henri Konan Bédié.
Cette année, le prix sera remis à Giuseppina Nicolini, maire de la ville de Lampedusa (Italie) ainsi qu’à l’ONG française SOS Méditerranée, association oeuvrant pour le sauvetage en mer des migrants.
Le Prix Félix Houphouët-Boigny, instauré en 1989 par l’UNESCO, honore les personnes vivantes ou organismes en activité ayant contribué à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix. Le prix porte le nom de Félix Houphouët-Boigny, le premier président de la République de Côte d’Ivoire.
Attribué chaque année, le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix comprend un chèque de 122 000 euros à répartir au besoin entre les récipiendaires, une médaille d’or et un diplôme.
Il est décerné par un jury international composé de onze personnalités originaires des cinq continents et parrainé par Abdou Diouf, ancien président de la République du Sénégal.
Ce prix pour la recherche de la paix a été décerné la dernière fois en 2013, au président français, François Hollande en récompense à « sa haute contribution à la paix et à la stabilité en Afrique ».
Avec fratmat.info et presse.tv5monde.com

Lire la suite
16 Juin
0

Restructuration: Pr Maurice Kakou Guikahué (CSE) explique les nouveaux découpages et la feuille de route des délégués (Interview)

????????????????????????????????????


Après ses réunions de mardi (secrétariat exécutif), mercredi avec le groupe parlementaire (dans la matinée) et dans l’après-midi avec les délégués départementaux, communaux, les coordonnateurs du Grand Conseil et les inspecteurs du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué, chef du Secrétariat exécutif et président du groupe parlementaire, s’est entretenu avec la presse.
Les attaques contre le président Bédié
Nous en avons débattu et dans les heures qui viennent, vous aurez la réaction du Pdci-Rda.
Protestations contre la nomination de certains délégués
Nous avons travaillé, nous avons créé 208 délégations. Là-dessus, il n’y a pas de plainte. Tout le monde est d’accord sur la restructuration, mais, c’est le choix des personnes. C’est tout à fait normal. Chacun aurait voulu être le délégué. Sur 208 délégations, il n’y a que dans 6 délégations où il y a quelques plaintes. Nous, nous pensons que c’est un succès. Il n’y aura pas d’arbitrage, car le président a nommé. On a quand même fait une étude de terrain. Ce n’est pas parce que quelqu’un se plaint qu’il a raison. On sait pourquoi on a nommé les gens, donc, ça ne va même pas influencer le président, parce que c’est un travail de fond qu’on a fait. On n’a pas nommé les uns et les autres au hasard, on a évalué, avant de faire les propositions.
La feuille de route des délégués
C’est d’abord faire l’inventaire du personnel politique sur le terrain. On fait l’état des lieux. Est-ce que toutes les structures de base fonctionnent comme on l’aurait souhaité ? Ensuite, il y a un travail de recensement pour voir combien de militants nous avons. Puis, il faut mettre l’accent sur les cotisations et enfin, on demande aux délégués de nous faire un travail de fond sur 3 mois et à la fin de cette période, on va nous dire s’il y a des secrétaires à remplacer, s’il y a de nouvelles sections à créer, s’il y a des responsables de comité à remplacer et de nouveaux comités à créer. Ce du 15 juin au 15 septembre. Du 17 juin au 7 juillet, il y aura la passation de service entre les délégués nommés et leurs prédécesseurs. Et on a 3 mois pour travailler concrètement.
Accompagnement des délégués
On a donné un travail aux délégués, on va voir comment ils se comportent. Mais, il est attendu aussi que le parti s’occupe du financement, mais qu’ils soient sur le terrain et on va voir. On a multiplié le nombre de délégations pour réduire la charge de travail pour que ce travail soit fait facilement par plusieurs cadres.
Tutoring dans le District d’Abidjan
En fait, c’est une forme d’encadrement. On a pris des membres du Secrétariat exécutif pour les affecter à des délégations. L’idée de base, c’est qu’Abidjan, c’est 40% de l’électorat en Côte d’Ivoire. Et nous avons un objectif précis. Et les membres du Secrétariat qui sont à Abidjan peuvent aller sur le terrain pour échanger avec les militants de base, donner des informations fraîches, organiser des conférences pour former les uns et les autres. Et si nous pensons que cela se passe très bien, ça va dynamiser le parti à Abidjan.
Les tuteurs nommés pour les délégations d’Abidjan
On a regroupé certaines délégations. A Abobo 1 et 2, c’est Lénissongui Coulibaly. Abobo 3, c’est Me Sui Bi Goré, à Adjamé, c’est Mme Aminata N’diaye, à Anyama, c’est N’dri Kouadio Narcisse, à Attécoubé, c’est Bodi Théodore, à Bingerville et Songon, les deux délégations rurales d’Abidjan qui ont le même peuplement sont confiées à N’dioré Adèle. Cocody Nord Est, c’est Kouakou Habonouan Louis, Nord-Ouest, Adiko Roland, Cocody Sud, M’bengue Racine. Koumassi, c’est Kouassi Lenoir Emmanuel, Marcory et Plateau reviennent à Aminata Diop et Treichville aura pour tuteur, Silué Kagnon Augustin. A Yopougon, Andokoi Pk 17 et Yopougon Centre, c’est Mme Koné Colette et Yopougon Toits-Rouges et Yopougon Niangon, c’est Niamkey Koffi Robert. A Port-Bouet, le délégué est lui-même membre du secrétariat exécutif, c’est pourquoi, on n’y a pas affecté un tuteur. Et moi-même, en tant que secrétaire exécutif en chef, je coordonne tout cela.
Les récipiendaires du prix Houphouët-Boigny
C’est la 20 ème édition. Il y a 4 ans qu’on n’a pas décerné le prix. Cette fois-ci, il y a le maire de Lapedouza où transitent les immigrés et l’Ong Sos méditerranée qui s’occupent de ces personnes.
Activités du Secrétariat exécutif
Le Secrétariat exécutif est en congé pour 2 mois. C’est pour permettre aux secrétaires exécutifs d’aller dans leur région, sur le terrain. Parce qu’ils doivent accompagner les délégués. De maintenant (hier) jusqu’au 1er septembre, il n’y a plus de réunion du Secrétariat exécutif, sauf en cas de nécessité absolue.
Appel aux militants
Ce que la presse ne dit pas aussi, c’est que Port-Bouet est venue féliciter Fofana Siandou, le nouveau délégué. L’organe de presse qui a fait le compte rendu de Guitry n’a pas fait le compte rendu de Port-Bouet. Or, les deux événements ont eu lieu au même moment. Pendant que Gutry se plaignait, Port-Bouet a accueilli en triomphe Fofana Siandou, ici à la Maison du Pdci à Cocody. Nous ne sommes pas impressionnés par ces choses-là, parce que nous sommes politiciens. Dès qu’on donne une décision nette, s’il y a réaction, c’est la base qui réagit. Mais quand les gens mettent une semaine pour réagir, c’est que ce sont des montages. On demande aux militants d’être ouverts et d’être à l’écoute des délégués. On a nommé de nouveaux délégués et des anciens ont été renouvelés et nous sommes à une étape de préparation du terrain pour les enjeux du futur. Donc qu’ils se concentrent sur cela. Les histoires du genre Bédié a acheté des armes, tout ça ce sont des histoires, notre objectif, c’est le futur qu’on est en train de préparer. Comme je le dis, quand tu es un footballeur et qu’on te donne un pénalty, tu ne laisses pas le ballon pour aller te battre avec les supporters.
Propos recueillis par Sercom et Le Nouveau Réveil

Lire la suite
15 Juin
0

CONFÉRENCE RÉGIONALE DU PDCI-RDA DU GOH, DIMANCHE 18 JUIN 2017, À 11H00

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SEM HENRI KONAN BEDIE, PRESIDENT DU PDCI-RDA
SOUS LE PARRAINAGE DE SEM CHARLES KOFFI DIBY, VICE -PRESIDENT DU PDCI-RDA, PRESIDENT DE LA COORDINATION DE LA ZONE ZADI DU PDCI-RDA
SOUS LA PRÉSIDENCE EFFECTIVE DE L’HONORABLE MAURICE KAKOU GUIKAHUE, SECRÉTAIRE EXECUTIF DU PDCI-RDA
EN PRÉSENCE DE L’HONORABLE KOUASSI BODI THÉODORE, SECRÉTAIRE EXECUTIF CHARGÉ DES RELATIONS AVEC LE GROUPE PARLEMENTAIRE PDCI- RDA
GRANDE ASSEMBLÉE DES DÉLÉGUÉS DEPARTEMENTAUX ET COMMUNAUX, DES MEMBRES DES INSTANCES DU PDCI-RDA (BUREAU POLITIQUE, COMITĖ DES SAGES, GRAND CONSEIL RÉGIONAL), DES ELUS ET CONSEILLERS ECONOMIQUES, SOCIAUX, ENVIRONNEMENTAUX ET CULTURELS, MILITANTS DU PDCI-RDA, DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE SECTION, DES PRÉSIDENTES ET COORDONNATEURS DES UFPDCI ET JPDCI URBAINES ET RUALES DES DEPARTEMENTS DE GAGNOA ET DE OUMÉ.
DIMANCHE 18 JUIN 2017, À 11H00
MAISON DU PDCI-RDA DE GAGNOA
MISE EN PLACE TERMINÉE À 10H30
LE SECRÉTAIRE TECHNIQUE PERMANENT ADJOINT
COORDONNATEUR DE LA ZONE ZADI
KOUASSI BODI THEODORE

Lire la suite
13 Juin
0

PDCI-RDA/Coordination régionale du Grand Conseil du Gôh: Importante réunion présidée par Pr Maurice Kakou Guikahué (CSE du PDCI)…


Mme Brigitte Kakou Lou, coordonnatrice du Grand Conseil Régional du Gôh (Gagnoa – Oumé) invite tous les membres du Grand Conseil du PDCI-RDA de ladite Région, à prendre part à l’importante réunion d’orientation que présidera le Pr Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA, dimanche 18 Juin 2017 à 10h à la maison du parti de Gagnoa.
La présence de tous est vivement souhaitée.
La coordonnatrice
Mme Brigitte Kakou Lou

Lire la suite
12 Juin
0

Emilienne Bobi-Assa, Vice-présidente: «Nous, militants du PDCI, ne devons nullement perdre de vue la reconquête du pouvoir d’Etat…»

Les militants et sympathisants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, section du Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) se sont rassemblés sur les terres du Père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne et dudit parti politique, Félix Houphouët-Boigny, samedi 10 juin 2017, à Yamoussoukro, Place Jean Paul II, pour exprimer leur « soutien aux actions de paix des Présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié ». A ce meeting, la Vice-présidente du PDCI-RDA, Emilienne Bobi-Assa a lu la déclaration des femmes et des jeunes. Ci-dessous son discours intégral.
Mesdames et Messieurs, chers frères et soeurs, militants du PDCI-RDA,
Je voudrais de prime abord, vous exprimer ma profonde gratitude pour avoir effectué massivement le déplacement en dépit de vos occupations diverses. La mobilisation est totale.
Ensuite, vous me permettrez de saluer la présence fraternelle et distinguée de nos Frères et alliés responsables et militants des partis membres du RHDP.
Monsieur Le président du directoire de RHDP an méman essiéliké.
Honorables invités,
le rassemblement de ce jour, j’en suis convaincu, marquera le point de départ d’une série d’activités de notre parti qui ne doit plus s’arrêter.
Mesdames et messieurs,
à entendre ce qui se dit, à voir ce qui se vit, l’on peut dire que la Côte d’Ivoire est à la croisée des chemins. Le poids des difficultés sociales et les derniers événements sont là pour le prouver.
En pareil moment celui qui dirige notre pays, le Président Alassane Ouattara doit savoir que, s’il a le soutien de son aîné Henri KONAN BEDIE, il a aussi celui des militants du PDCI et particulièrement celui des femmes de notre grand parti.
Femmes et jeunes du PDCI-RDA, je vous exhorte à demeurer vigilants car, par ces temps de tumultes, beaucoup de choses se disent. Certains parlent pour discréditer le PDCI, le président BEDIE et son jeune frère Alassane Ouattara. D’autres parlent parce que la vision juste et sage du président BEDIE les empêche d’assouvir ou de réaliser leurs ambitions néfastes et revanchardes, ambitions non profitables à la Côte d’Ivoire.
Sachez-le, BEDIE n’a rien à cacher. Tout ce qu’il pense, tout ce qu’il veut et ce qu’il fait pour la Côte d’Ivoire, c’est ce que les vices présidents, les membres du Secrétariat Exécutif, les missionnaires du PDCI et les membres des instances envoyés par le Parti, viennent vous traduire, viennent vous expliquer. Et tout se résume en trois mots : paix cohésions et développement. Oui paix et cohésion en côte d’ivoire pour un développement harmonieux de notre pays. Faisons donc attention aux oiseaux de mauvais augures.
Au stade actuel de mon propos, je voudrais, au nom de mes sœurs du grand centre, militantes du PDCI – RDA, lancer un appel à tous et à toutes pour que la paix, la paix définitivement s’instaure dans notre pays.
Nous femmes, sommes fatiguées de pleurer; fatiguées de pleurer un enfant, fatiguées de pleurer un parent violemment attachés à notre affection, fatiguées de parcourir, à pieds, bébé au dos, baluchon sur la tête, des dizaines de kilomètres, fatiguées d’être obliger d’arrêter nos activités pour tout reprendre de zéro.
Que dire des jeunes, l’avenir de notre pays.
A chaque coup de feu, à chaque soubresaut, c’est le développement de la côte d’Ivoire qui est compromis, ce sont les investisseurs dont la confiance gagnée s’effrite et la destination Côte d’Ivoire qui n’est plus convoitée, mais plutôt sortie des programmes d’investissement.
La conséquence de tout ça, c’est l’avenir de nos jeunes et donc de l’État tout entier qui est en cause. Tout s’arrête ; plus de formations, plus d’expériences, plus d’emplois. Nous avons besoin d’aller de l’avant Et, notre jeunesse doit pouvoir lire l’avenir avec espoir, avec espérance.
C’est là l’obsession de BEDIE, C’est la préoccupation première du président Alassane Ouattara. C’est pourquoi, il nous faut les soutenir.
Mesdames et Messieurs, chers frères et sœurs,
La caravane est bien équipée, bien gardée et bien conduite, elle avance. Oui, notre pays, la Côte d’Ivoire avance.
Elle avance, certainement pas au rythme voulu par d’autres, mais elle avance en ayant en ligne de mire l’émergence. Parce que cet objectif est noble et porteur d’espoir. La route pour y parvenir est jonchée d’obstacles, de difficultés qu’il nous faudra ensemble, patiemment, surmonter avec le président BEDIE et le président Ouattara.
Pour cela, ces deux grands hommes d’Etat ont besoin de notre soutien et nous somme ici, aujourd’hui, pour le dire et le traduire.
Mesdames et messieurs, Est-ce-que vous soutenez Henri KONAN BEDIE ? Est-ce-que vous soutenez Henri KONAN BEDIE ? … Est-ce-que vous soutenez le président Henri KONAN BEDIE ? Je n’en doutais pas.
Si nous soutenons le président BEDIE, alors disons ensemble au président Ouattara que nous l’avons élu et nous sommes avec lui. Levons-nous et faisons un tonnerre d’applaudissement pour ADO.
Militants, militantes du PDCI, je ne pourrais terminer mon propos sans vous le dire, 2020 c’est maintenant.
Il est clair que le cap de 2020 au niveau national est caractérisé par l’émergence visée par le président
Alassane Ouattara notre élu. Mais, nous, militants du PDCI, ne devons nullement perdre de vue la reconquête du pouvoir d’Etat. Chacun d’entre nous, doit plus que jamais avoir cet objectif du président BEDIE en conscience et dans ses actes. Chacun de nous doit donc se sentir concerné, où qu’il se trouve, quoi qu’il fasse, par les activités de tout genre du PDCI RDA. Militants du PDCI, demeurons désormais mobilisés en permanence, car 2020, c’est maintenant.
2020, c’est ? … Maintenant
2020, c’est ? … Maintenant
2020, c’est ? … Maintenant, cultivons et entretenons la paix pour le développement de notre pays.
Je vous remercie !

Lire la suite
11 Juin
0

Maurice Kakou Guikahué (CSE), depuis Yamoussoukro: «La Côte d’Ivoire doit être protégée…car il n’y a aucun salut en dehors de la Paix et du Dialogue» (discours intégral)


Les militants et sympathisants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, section du Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) se sont rassemblés sur les terres du Père-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne et dudit parti politique, Félix Houphouët-Boigny, samedi 10 juin 2017, à Yamoussoukro, Place Jean Paul II, pour exprimer leur « soutien aux actions de paix des Présidents Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié ». A ce meeting, le Chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA représentant le Président Henri Konan Bédié, Maurice Kakou Guikahué, s’est adressé aux militants de son parti et aux Ivoiriens…discours intégral.

Monsieur le Vice-président de la République
Monsieur Jeannot AHOUSSOU KOUADIO, Vice-président du PDCI-RDA, Président de l’Association Cadres et Elus du Grand Centre
Messieurs les Vice-présidents du PDDI-RDA
Monsieur le Président du Directoire du RHDP
Messieurs les Secrétaires Généraux des Partis Politiques membres de l’Alliance du RHDP
Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique, du Comite des Sages, du Grand Conseil Régional
Vaillants Secrétaires Généraux de Section
Militantes et Militants
Honorables invités,
Mesdames et messieurs,
C’est avec fierté et honneur, que je prends la parole, au nom du SEM Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, à l’occasion de cette rencontre de remobilisation et de soutien à la Paix, au Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, à notre Président, le Président Henri KONAN BEDIE et au Gouvernement du Premier Ministre Amadou GON COULIBALY, si majestueusement organisée par notre Parti, le PDCI-RDA.
Avant tout propos, permettez-moi de vous transmettre les salutations militantes et fraternelles du Président du Parti.
Aussi, voudrais-je dire ma satisfaction et saluer la mobilisation qui a touché toutes les zones politiques de notre Parti dont les Militantes et Militants ont accouru de partout pour venir exprimer leurs sentiments de Paix.
Votre mobilisation de ce jour, vaut à elle seule mille discours.
La symbolique du choix de Yamoussoukro ravive en nous, le souvenir de ce personnage unique dans l’histoire de notre pays, Félix HOUPHOUET-BOIGNY, Apôtre de la Paix et père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne.
Le Président Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA vous remercie pour la tenue de ce rassemblement pour la paix et le soutien à son jeune frère, SEM Alassane OUATTARA ainsi qu’à sa personne.
Il vous remercie également pour ce soutien sans faille que vous n’avez cessé de lui témoigner dans son action à la tête du PDCI-RDA, l’héritage le plus précieux que Félix HOUPHOUET-BOIGNY nous a légué.
Je salue également le représentant du Premier Ministre Amadou GON Coulibaly, à qui nous voulons exprimer tout notre soutien et lui demandons de rester serein dans la conduite de l’Action gouvernementale.
Vives félicitations aux organisateurs de cette grande Rencontre !
Bravo, au Vice-président, Me Jeannot AHOUSSSOU KOUADIO, Président de l’Association des Elus et Cadres du PDCI-RDA du Grand Centre, initiatrice de cet événement.
Monsieur le Vice-président de la République, recevez l’expression notre infinie gratitude pour avoir rehaussé de votre présence, l’éclat de cette cérémonie.
Enfin, tous nos remerciements vont en l’endroit de Président et de tous les membres du Directoire du RHDP ainsi qu’à tous les invités ici présents, pour leur solidarité.
Militantes, Militants du PDCI-RDA,
Chers Invités
Depuis le début de l’année 2017, alors que nous avions amorcé une phase encourageante de redressement de notre Pays, sous la houlette de SEM Alassane OUATTARA, President de la République, notre pays connaît des remous sociaux et sécuritaires avec une recrudescence de la violence qui tend à prendre le pas sur le dialogue.
L’autorité est défiée, d’honnêtes citoyens sont agressés verbalement avec parfois des accusations gratuites et fallacieuses, des insinuations de mauvais goût; les incompréhensions d’antan se re profilent à l’horizon.
En ce qui nous concerne, au PDCI-RDA, ces temps sont révolus car nous avons pris pour notre part, le pari du pardon, de l’entente et de la réconciliation.
Nous nous sommes engagés dans un processus de Paix avec la ferme volonté de préserver ce beau pays bâti à la sueur de nos devanciers.
Cette option a nécessité d’énormes sacrifices allant jusqu’à la renonciation, pour un Parti politique aussi historique que le nôtre, à la candidature à l’élection présidentielle de 2015 afin de soutenir un de nos alliés du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), auquel nous avons librement adhéré et sans contrainte aucune.
Le Président Alassane OUATTARA a été plébiscité en octobre 2015 pour la poursuite du développement de notre Pays dans la Paix et la stabilité. Ce processus que nous avons entamé depuis 2010 et consolidé en 2015 mérite toute notre attention.
C’est le sens de cette magnifique réponse que vous donnez ce matin.
Persévérons donc dans notre action de soutien de tous les jours pour l’atteinte des objectifs que nous sommes assignés.
Le Président Henri KONAN BEDIE, notre Guide, le ciment de notre Parti, Homme de Paix, Houphouétiste accompli, mérite une chaîne de solidarité autour de sa personne comme vous le démontrez si parfaitement ce matin, afin qu’il puisse nous conduire vers des rivages paisibles.
Chers Militantes, Chers Militants
Chers Invités
Mesdames et Messieurs
A ce stade de mon propos, qu’il me soit permis de féliciter toutes celles et tous ceux qui ont été promus dans le cadre de la restructuration du Parti et de saluer la magnanimité du Président du Parti pour la levée de toutes les suspensions de militantes signe du Rassemblement de notre famille politique.
La côte d’Ivoire est une nation écoutée, qui a toujours eu une place de choix dans le concert des Nations, en témoigne notre récente réadmission au Conseil de Sécurité des Nations Unies, en qualité de membre non permanent.
Notre Pays qui s’honore de ce troisième mandat de membre du Conseil de Sécurité qu’il va entamer en janvier prochain et pour lequel nous disons notre admiration au Président Alassane OUATTARA, Président de la République, avait également présidé par le passé, l’Assemblée Générale de l’ONU et avait été médaillée d’or, lors de la commémoration du Cinquantenaire de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1998.
Un tel Pays doit être protégé comme la prunelle de nos yeux car il n’y a aucun salut en dehors de la Paix et du Dialogue.
C’est pourquoi, au nom du Président Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, je voudrais réitérer cet appel à la Paix, en demandant à tous de tourner définitivement le dos à la violence quelles que soient les raisons qui peuvent les motiver et d’être toujours dans le camp des artisans de Paix car comme nous l’a enseigné le Père Fondateur de notre Parti, il est plus facile de détruire que de construire.
Le Dialogue est l’arme des Forts.
Je vous remercie pour votre aimable attention.
Fait à Yamoussoukro, le 10 juin 2017
Pr Maurice KAKOU GUIKAHUE
Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Images fortes du meeting

Lire la suite
09 Juin
0

Réunion du Groupe parlementaire, mercredi 14 juin 2017…

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE, Président du Groupe Parlementaire PDCI-RDA, convie Mesdames et Messieurs les Honorables Députés dudit Groupe Parlementaire, à une réunion, le mercredi 14 juin 2017, à 10H00, au Siège du Parti, à Cocody.
Fait à Abidjan, le 8 juin 2017
Le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE

Lire la suite
09 Juin
0

Inspection, Délégations et Grand Conseil, Guikahué convoque…

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, convie Madame et Messieurs le Coordonnateur et les Vice-Coordonnateurs de l’Inspection, les Délégués Départementaux et Communaux et les Coordonnateurs du Grand Conseil Régional, à une séance de travail, le mercredi 14 juin 2017, à 17H00, au Siège du Parti, à Cocody.
Fait à Abidjan, le 8 juin 2017
Le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE

Lire la suite
09 Juin
0

91ème Secrétariat exécutif, mardi 13 juin 2017…

Mesdames et Messieurs les membres du Secrétariat Exécutif, sont conviés à la Quatre vingt- Onzième Session du Secrétariat Exécutif qui aura lieu, le mardi 13 juin 2017, à 17H00, au Siège du Parti à Cocody.
Fait à Abidjan, le 7 juin 2017
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE
Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Lire la suite
09 Juin
1

Restructurations du Parti, attaques contre le Président Bédié: Pr Kakou Guikahué (CSE) dévoile les 7 décisions de Bédié, les 208 nouvelles délégations, toutes les nominations et met en garde…

Restructurations du Parti, attaques contre le Président Bédié: Pr Kakou Guikahué (CSE) dévoile les 7 décisions de Bédié, les 208 nouvelles délégations, toutes les nominations et met en garde…

De retour de Paris où il a eu plusieurs séances de travail avec le Président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, le Chef du Secrétariat Exécutif (CSE), Pr Maurice Kakou Guikahué s’est prêté aux questions d’africanewsquick.net. Vous trouverez en fichiers téléchargeables les 7 décisions du Président Bédié. Entretien…

Vous venez de Paris où vous avez rencontré le président Bédié. Quels ont été les points  abordés dans vos séances de travail?

J’étais à Paris pour parachever le travail de restructuration  et de redynamisation du parti comme recommandé par le séminaire. Les recommandations de ce séminaire ont toutes été validées par le président du parti et  la mise en œuvre de ces recommandations a commencé. Il a nommé de nouveaux vice-présidents, il a remanié le secrétariat exécutif, il a nommé une nouvelle directrice de la communication, un directeur de l’administration électorale. Donc dans la restructuration, il était question d’aller à la base. A ce niveau, il fallait redimensionner les délégations départementales et communales, vu le travail qui sera dévolu à chacun d’eux. Ce travail a été fait et nous passons de 140 à 208 délégations. 57 délégations ont été touchées. . Nous avons fait de sorte que le redimensionnement  tienne compte des circonscriptions électorales et des territoires gérables. Nous n’avons pas excessivement de moyens, mais nous avons des ambitions.Donc, nous avons adapté le travail  à nos moyens. Comme les délégués se sont toujours montrés disponibles. Ils ont fait le travail, et ils ont été encouragés, nous avons multiplié le nombre de délégués pour une question de partage du travail. Ainsi, les délégations qui ont été touchées  sont  reparties partout sur le territoire national. Après ce travail, le président Bédié a actualisé la liste des inspecteurs en nommant des vice-coordonnateurs d’inspection pour renforcer l’équipe de monsieur Albert Kacou Tiapani,  coordonnateur d’inspection. Nous avions 7 coordonnateurs d’inspection. Nous passons à 19.Donc il y a en moyenne 3 vice-coordonnateurs par zone pour vraiment renforcer l’inspection. La plupart du temps, ce sont des délégués chevronnés. Nous avons  déterminé de façon précise une feuille de route que nous allons remettre aux délégués le mercredi ou jeudi prochain. Il y aura aussi une réunion des délégués cette même semaine. Il faut noter aussi que dans cette phase, l’inspection va avoir un rôle prépondérant à jouer. Il y a aussi l’actualisation de la liste des membres du Conseils de discipline  et les coordonnateurs des Grands conseil régionaux.

Combien de nouvelles délégations y a-t-il ?

Il y a 68 nouvelles délégations.

Quand est-ce que les militants connaîtront les animateurs de ces délégations ?

Dès demain (aujourd’hui, ndlr) les militants sauront tout sur les nouveaux délégués. Mais avant, nous avons quelques consultations. Je voudrais préciser que le président a utilisé beaucoup d’élus. Car, ils sont des personnes qui ont en général, une  base. Il y a également eu un rajeunissement des animateurs. Vous verrez des personnalités très jeunes. Sur 89 députés, il y a 44 qui ont été nommés délégués, il y a une vingtaine de maires  et deux à trois présidents de région. Le reste, ce sont des militants de base et des anciens délégués qui  ne sont pas des élus. Il y a des zones où nous n’avons pas de députés, mais que nous avons découpées. Dans ces zones nous avons mis des cadres qui ne sont pas forcément des élus. Dans les zones, où nous avons des élus, 55% des délégués de ces zones sont des élus. Dans l’ouest du pays, les délégués sont presque tous des élus. C’est le cas dans l’ouest montagneux, au centre etc. Mais il y a des zones où les délégués ne sont pas des élus. Par exemple au nord, nous n’avons que trois élus. Ce que je peux vous dire, c’est que les 4 élus du nord sont nommés délégués. Ce sont Boundiali, Katiola, Mankono, et Sifié. Dans cette zone,100%  des élus sont des délégués.

Est-ce qu’il y a eu des délégations qui ont été supprimées, notamment les délégations générales?

Nous avons travaillé sur les délégations départementales et communales. La deuxième phase va concerner les délégations générales. En ce qui concerne les délégations de l’extérieur du pays, le Secrétaire  exécutif en charge de ces délégations est en mission de prospection. Lorsqu’il reviendra, nous allons travailler sur ce dossier, et le président prendra les décisions. Avant de découper  les délégations, nous en discutons au secrétariat exécutif.

Vous décidez d’accorder un rôle plus accru à l’inspection, quels sont ces rôles ?

Nous avons d’abord installé toutes les bases. Donc il appartient à l’inspection de vérifier si ces bases fonctionnent. Le tout n’est pas d’installer. Encore faudra-t-il qu’elles fonctionnent. Nous pouvons avoir des rapports. Mais c’est l’inspection qui vérifiera la dynamique sur le terrain. Au regard des enjeux, nous ne pouvons pas nous fier à des informations théoriques pour construire un château en Espagne. Il faut du concret.Ce sont  les   informations de l’Inspection qui nous permettront de faire nos programmations et de revoir nos ambitions.

Il y a des délégués qui sont soucieux. Ils ne sont pas sûrs de conserver les délégations ?

Cela peut arriver, mais de façon générale, tous ceux qui ont joué un rôle ont eu une  promotion. Ils sont soit délégué où ils sont à un poste de responsabilité.

Avez-vous abordé avec le président Bédié la question des sanctions de certains membres du Bureau politique  et du Comité des sages ?

Tous ceux qui avaient été sanctionnés ne sont plus sous le coup de ces sanctions. Pour nous, ce sont des militants. Leur suspension  a été levée. Nous l’avons fait en deux temps. D’abord pour les personnes sanctionnées qui ont gagné les législatives. Nous avons reconnu qu’elles ont eu raison. Donc le président a levé systématiquement  leur sanction. Elles ont été rétablies dans leurs anciennes fonctions. Pour les autres, le président vient de lever la suspension. Depuis le 6 juin, date de signature de cette décision, personne n’est sous le coup d’une sanction.

Avez-vous un appel à l’endroit de ces personnalités ?

Les 70 ans du Pdci-Rda avaient pour thème : « Rassemblement et renaissance ».Donc, si nous voulons cette renaissance de notre parti et atteindre nos objectifs, il faut que nous nous rassemblions. Donc le président Bédié est dans une logique de rassemblement et du pardon de l’offense. Il a cette capacité de se transcender. Il prend cette décision pour que tout le monde revienne à la maison. Par exemple la sanction du député Yasmina Ouégnin a été levée. Si quelqu’un a une sanction qui a été prise par le Conseil de discipline, cette sanction demeure. C’est la suspension liée aux élections qui est levée. Nous sommes dans une dynamique de rassemblement.

On parle de KKB, de Banny, d’Essy Amara…

Pour nous, ce sont des militants. Tous ceux qui avaient été suspendus, la suspension est levée.

Désormais, ils peuvent participer à toutes les réunions ?

Ils peuvent participer à toutes les réunions. Ils ne sont plus suspendus. On a fait en deux temps. D’abord, on a levé la suspension de ceux qui avaient gagné les élections. On a considéré qu’ils avaient eu raison sur nous, parce qu’on ne les a pas présentés, ils se sont entêtés et ils ont battu ceux qu’on a présentés. Le président avait levé systématiquement les sanctions et d’ailleurs, il les a reconduits dans leur fonction. Et maintenant il a levé les sanctions des autres. Depuis le 6 juin, date de la signature de la décision, personne n’est suspendu encore au Pdci.

Est-ce que le Pdci va aller plus loin en faisant un pas vers ses militants qui ne sont plus sous les sanctions ?

Soyez plus précis.

En leur demandant de revenir à la maison Pdci ?

Mais, on dit que la suspension est levée. Donc, si bientôt, on convoque un bureau politique, ils viennent au Bureau politique. Ils ne sont plus suspendus. Au contraire, ils doivent venir vers nous pour dire qu’ils ont compris, que la suspension a été levée. Ils doivent participer aux activités. On a un meeting le samedi, ils peuvent aller au meeting.

Justement, pouvez-vous revenir sur ce meeting et en expliquer le contexte. Qui est invité, qui ne l’est pas ?

J’explique et j’espère que vous en ferez une bonne exploitation. C’est à la suite du séminaire de l’Association des cadres et élus du Grand centre que la décision a été prise par les intéressés d’organiser un meeting de remobilisation surtout avec le contexte des mutineries et des violences qui se sont passées. Ce, à Yamoussoukro, pour appeler à la paix. Et en tant que secrétaire exécutif, j’ai été invité à représenter le président Bédié. Donc, le secrétariat a analysé la situation et a dit qu’effectivement, les élus du Grand centre avaient raison. Ils ont eu l’initiative, mais nous allons rendre le meeting national. Au lieu que ce soit un meeting seulement du Grand centre, ce sera un meeting de tout le Pdci-Rda. Donc, nous avons lancé un appel à toutes les autres zones, qui sont au nombre de 6. Pour que les autres zones se mobilisent. Donc, c’est un meeting de remobilisation du Pdci-Rda pour soutenir la paix et ensuite dans le contexte pour soutenir le président de la République qui est notre président qu’on a élu, ensuite soutenir le président du parti et le Gouvernement. Donc, c’est un meeting du Pdci pour aller à la paix, parce que le Pdci veut lancer un message de paix dont la Côte d’Ivoire a besoin. C’est pourquoi, nous faisons ce meeting qui a d’ailleurs eu un grand écho. A travers toutes nos bases, les militants s’organisent pour venir à Yamoussoukro. Cependant, nous évoluons dans un environnement politique, comme je le dis toujours quand je finis mes discours. Nous sommes dans un groupement politique qu’on appelle le Rhdp. Donc, le secrétaire exécutif du parti a invité expressément le président du directoire du Rhdp, parce qu’on va pour un soutien à la paix, au président de la République, au président Bédié. Donc, on a invité le président du directoire du Rhdp, Amadou Soumahoro, à qui on a demandé même de prendre la parole au cours de ce meeting. Et également, les gens du centre parce que quand un membre des partis du Rhdp fait une cérémonie quelque part, il invite. Par exemple, au pré congrès du Rdr, ils ont invité les délégués des zones où il y a eu les précongrès. Ils les ont invités à la cérémonie d’ouverture et quand leurs travaux ont commencé, les responsables Pdci n’étaient plus présents. Donc, c’est de la même façon que les gens du Centre invitent les leaders du Rhdp. Par le maire Djibo, le gouverneur de Yamoussoukro, ce sont des élus Rhdp et la cérémonie a lieu au contre. Maintenant, les délégations qui arrivent d’ailleurs ne sont que des délégations Pdci. Au nord, à l’ouest, l’ouest montagneux, à l’Est, ce sont des délégations Pdci, mais le Centre invite des délégations Rhdp à la cérémonie. Donc, nous lançons un appel aux militants du Pdci, le Centre invite les cadres du Pdci, nous avons invité les membres du directoire, à savoir le président du directoire, les secrétaires de l’Udpci, du Mfa, du Pit. Mais, c’est un meeting du Pdci, c’est le Pdci qui se regroupe pour soutenir la paix, le président de la République, le président Bédié et le Gouvernement. C’est la raison pour laquelle, j’ai parlé de tenue Pdci recommandée. Des militants me demandent ça veut dire quoi ? Donc, écrivez, tenue Pdci exigée pour que ce soit clair dans les esprits. On veut inonder Yamoussoukro avec les tenues Pdci, les tee-shirts Pdci ou les tenues du Pdci de 1946 jusqu’ à ce jour.

Avant votre départ à Paris, il y avait un chronogramme qui avait été établi, avec l’occupation du terrain par les délégués etc, est-ce que ce chronogramme a été aussi validé par le président Bédié ?

Qu’est-ce que je vous avais dit ? Je vous avais dit que la liste des délégués allait être connue avant le 10 juin. Donc, notre chronogramme existe. Il tient. Le mercredi 14 juin, à 17 h, nous avons une réunion avec les délégués pour leur donner la feuille de route, parce que la feuille de route a été travaillée. Le président a mis ses observations, donc, nous avons un secrétariat le 13 juin qui va valider la feuille de route que nous allons donner le 14 aux délégués parce que le 15 juin le travail commence. Donc, le chronogramme est bien respecté.

Téléchargez ici… DECISION N°0017 DECISION N°018 DECISION N°0020 DECISION N°0021 DECISION N°0022 DECISION N°023
DECISION N°0024
 

Est-ce la liste des nouveaux délégués qui sera publiée ou celle de tous les délégués ?

Tous les délégués. Parce que quand le président fait un remaniement ministériel, même quand tu es ancien ministre, on dit ton nom. La liste sera connue demain (Ndlr : aujourd’hui).

Y a-t-il beaucoup de jeunes promus comme délégués ?

Oui, ils sont nombreux. Il y a des noms comme : Koné Mamadou, Danho Paulin, Aby Raoul, Fofana Siandou, Kouakou Juvénal, Aké Eli, Andou N’gouan Bernard, N’zalassé Francis est nommé délégué à Aboisso, Séka Camille, Yapo Valérie, Thierry Herman, Do Simon, N’zi Eliane, Kouadio François à Bocanda, Jean Louis Billon, le ministre Deh Isaac, Traoré Adam Kolia, Kra Konan Paul, N’zi Assamoua Désiré, Kragbé Serges à Fesco, Dakoury Ange Pierre, Améthier Jean Paul, Guéi Léonard, Dibaï Dodo Amédé, Meité Fofana, Camara Juliette, Sonan Donald, Kouakou Jean Marie, Zogbé Jules de Kounahiri, Anoblé Félix, Bakayoko Aliou…. Il y a des anciens noms. Par exemple, on a fait la promotion de Kané Sondé. Kah Zion reste. Il y a un jeune de Toumodi du nom de Konan Yao Simplice qu’on a nommé délégué.

Est-ce que les choix étaient difficiles ?

Les critères étaient clairs, les choix ne sont donc pas difficiles. On s’est donné des objectifs. Des gens qui en veulent et qui peuvent aider le parti. Ça, ce sont des critères et puis la jeunesse qu’on a insufflée. Car souvent, la jeunesse pense que c’est dans la nation. Ce n’est pas dans la nation seulement. C’est dans la gestion du parti. Parce que le congrès, du parti parle de la gestion du parti et c’est là qu’on a dit : renouveau, rajeunissement et renaissance. Et un congrès quand il arrête quelque chose, ça dure 5 ans. Ce n’est pas au lendemain du congrès qu’il faut crier qu’on n’a pas nommé de jeunes. C’est quand on va aller au prochain congrès qu’on va faire le bilan, quel est le bilan du rajeunissement et du renouveau ? Est-ce que du 12 ème congrès au 13 ème congrès, la gestion du Pdci est toujours la même qu’avant ? Est-ce qu’il y a eu changements ? Est-ce qu’on a fait appel à des jeunes ? C’est tout ça. C’est à ces questions qu’on va aller répondre au 13 ème congrès en 2018. Nous sommes en train d’appliquer les résolutions du congrès et ça va se ressentir dans tout ce que le président va prendre comme décision. La place aux jeunes. Vous avez vu le choix de la directrice de la Communication. Elle est jeune. Le directeur de l’Administration électorale est jeune. Au Secrétariat, à part Mme Amah Téhoua qui était déléguée qui reste, c’est 4 nouveaux qui viennent d’être nommés. Il y a Fofana Siandou, N’zi Désiré, Jean Louis Billon et Yapo Valérie. Donc, c’est un message que le président a voulu lancer en prenant 4 plus jeunes dans le secrétariat exécutif pour les mettre sur le terrain.

Monsieur le ministre, vous qui venez de rencontrer le président Bédié, quel est son état d’esprit après toutes ces allégations portées à son encontre à propos de l’affaire d’achat d’armes ?

Le président n’a aucun problème avec ça. Il est en bonne forme. Il s’est reposé, le président Bédié est serein. D’ailleurs, j’ai lu ce matin dans l’Inter le fond de la pensée. Kacou Mathias qui se dit proche de Guillaume Soro a fait une intervention. Il a fait une déduction logique de mathématiques. Il a fait une transition. Il dit que : A=B, donc, A=C. Il dit quoi : Bédié a financé la rébellion, c’est parce que c’est lui qui a créé l’ivoirité et la rébellion est venue contre l’ivoirité, donc, c’est lui qui a créé la rébellion. Donc, en créant l’ivoirité, il est le père de la rébellion. Il a fait une déclaration politique, donc, nous aussi, on va faire une déclaration politique. Je suis rassuré, nous on attend, mais le parti ne va pas s’arrêter-là. Et vous pouvez déjà l’écrire que le mardi prochain, au secrétariat exécutif, à la 91 ème session, ce point des attaques contre Bédié est inscrit en bonne et due forme et le secrétariat va s’en saisir. Ça devient un problème du Pdci. Parce que quand ils ont commencé, Adjoumani a réagi, moi-même, une presse m’a appelé, j’ai donné mon point de vue et ils continuent. Au fur et à mesure, ça continue. Donc, le Pdci, je vous le dis aujourd’hui, s’en saisit comme un problème, le Pdci va l’analyser et réagir. Quand le secrétariat va analyser, on verra maintenant quelle disposition prendre. Mais déjà, en tant que secrétaire exécutif, on a déjà confié le dossier au secrétariat chargé des Affaires juridiques, maintenant, on va le prendre comme question politique. Parce qu’on pensait que c’était des amusements, mais il y a une vacuité. Parce que quand tu lis, ça devient récurrent, il faut qu’on mette un holà. Donc, ça devient un problème du Pdci et le Pdci va analyser et donner sa position.

Quel est le programme du président Bédié à Paris ?

Il prépare la remise du 20 ème prix Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix.

Et depuis Paris, quel message adresse-t-il aux militants ?

Le message, venez à Yamoussoukro, samedi, je vais lire son message. Je suis porteur de son message aux militants, mais à travers le meeting de Yamoussoukro.

Le président Ouattara sera dimanche à Paris, est-ce qu’il est prévu une rencontre entre les deux hommes ?

Je ne connais pas l’agenda, mais ça m’étonnerait que ça ne se fasse pas. C’est quand j’étais dans l’avion que j’ai appris que le président Ouattara ira à Paris. Donc, je ne sais pas. Les présidents ont leurs agendas.

D’aucuns ont pensé qu’une rencontre allait se faire à Paris ?

Mais les deux personnalités se rencontrent tous les jours, donc, il n’y a aucun problème à cela.

Un appel ?

J’invite tout le monde à Yamoussoukro. Des gens disent sur les réseaux sociaux que tout est fini et c’est là que le Pdci se réveille. Moi, je pense que la paix se construit tous les jours.

Propos recueillis par GG TERASSI, on www.africanewsquick.net

Lire la suite