Blog

21 Fév
0

Gagnoa-‘’Face au peuple’’/Etape 5, Ourépa (Canton Zabia): Guikahué, président du groupe parlementaire Pdci, promet la cohésion sociale aux populations de la sous préfecture dès 2019

 

Le député Maurice Kakou Guikahué continue sa tournée d’informations et d’échanges dans sa circonscription électorale. Après Serihio pour le canton Zikobouo, Sakua pour le canton Paccolo, Guéyo-Bamo pour le canton Bamo, Dodougnoa pour le canton Guébié, la délégation du député était ce jeudi 21 février à Ourépa dans le canton Zabia. Cette 5e étape a eu la particularité d’avoir la présence d’un agent de l’Anader (Agence nationale d’appui au développement rural).
Comme dans tous les cantons qu’il a déjà visité et où il a expliqué les 35 lois votées en 2018 par l’Assemblée nationale, le ‘’rituel’’ a été respecté. Mobilisation, accueil populaire, libation et bénédiction, discours de bienvenue couplé des vœux du nouvel an, message du chef Canton puis exposé du député pour rendre compte des activités du parlement pour le compte de la deuxième année de la première législature de la troisième République, en 2018. Maurice Kakou Guikahué a encore insisté sur les deux lois portant Modernisation de l’Etat civil de Côte d’Ivoire et la loi portant procédure spéciale de régularisation de toutes les situations anormales dans cet état civil ivoirien.
Avant les échanges, est intervenu Coulibaly Seydou, représentant le directeur régional de l’Agence nationale d’appui au développement rural (Anader). Pour lui, ‘’on n’impose pas de projet à quelqu’un. Ce sont les jeunes qui proposent des projets et nous faisons la formation adéquate avant la recherche du financement. Cependant, il est mieux de se mettre en groupe d’intérêt commun et proposer un projet’’. Il a pris l’engagement d’aider les jeunes à se former. ‘’Je prends l’engagement, au nom du directeur régional, de former tous ceux qui ont des projets. Nous avons un centre de formation à Gagnoa où on peut former les initiateurs de projets. Nous avons aussi un système de ‘’call center’’ pour tous vos renseignements’’, a-t-il confié.
A l’entame des échanges, c’est Djédjé Gnakalé qui a ouvert le bal pour féliciter le député pour toutes ses actions en faveurs des populations et relevé que ‘’c’est une grande première dans notre région qu’un député fait ce que vous faites. Enfin, nous avons un député. C’est maintenant que je me rends compte qu’en Côte d’Ivoire, un député élu revient pour rendre compte à ses mandants. Merci monsieur le ministre’’.
Plusieurs préoccupations ont été soulevées dont l’école ivoirienne qui ne marche pas correctement (‘’il est inconcevable qu’un élève du Cp1 au Cm2 ne sache pas lire correctement’’, selon un responsable de Coges qui propose des visites surprises dans les classes pour voir la réalité des choses), les affrontements intercommunautaires, le problème de la filière hévéa, etc.
Répondant aux préoccupations de ses mandants, l’honorable Maurice Kakou Guikahué dira, concernant l’école, que ‘’les députés ont invité la ministre Kandia Camara depuis 2017, invitation réitérée en 2018, mais elle ne s’est jamais présentée devant les députés pour qu’ensemble on trouve les solutions aux maux de l’école ivoirienne. Elle aurait pu, depuis 2 ans, éviter la situation actuelle qui se présente’’. Pour la question de la filière hévéa, le président du groupe parlementaire Pdci, dira qu’il f1ut avoir espoir. ‘’Très bientôt la question de l’hévéa va se régler. Il y avait un problème d’encadrement de la filière, cela a été réglé par une loi votée en 2017, nous sommes à la phase de la mise en place du système de protection des producteurs. Ayez donc espoir, ça va se régler très bientôt’’, a-t-il rassuré.
En ce qui concerne les affrontements intercommunautaires, le député Guikahué a dénoncé certaines règles de fonctionnement des villages. ‘’On ne peut pas dire que le peuple Bété est le peuple le plus hospitalier et constater dans le même temps des conflits meurtriers. Ce n’est pas normal. Je pense que c’est parce qu’il n’y a pas de code de conduite dans les villages qu’il y a ces conflits qui empêchent l’amorce du développement durable. Quand y’a palabres, on ne peut pas faire le développement’’, a-t-il dénoncé avant de prendre l’engagement de remédier à toutes ces crises qui ont eu lieu à Grébré (dans le canton Niabré) et à Boussoupalégnoa (dans le canton Paccolo. ‘’Dans mon manifeste qui regroupe toutes mes promesses électorales, il y a la cohésion sociale et la paix que j’ai promises. Cette année 2019, je vais inviter tous les chefs de village, les chefs de famille et tous les chefs de communauté des 7 cantons qui composent ma circonscription. On va faire une grande réunion pour échanger sur les règles de base de fonctionnement des villages qui vont ramener la cohésion sociale et la paix entre toutes les communautés vivant sur le territoire de Gagnoa sous-préfecture. Je prends cet engagement pour le développement se fasse’’, a-t-il conclu et promis.
Sercom Pdci-Rda, à Gagnoa

 

Lire la suite
21 Fév
0

Réconciliation nationale : Les anciens de la Fesci demandent pardon au président Bédié

Les anciens de la Fesci ( Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’ivoire) réunis au sein d’une union dénommée Una-Fesci et dirigée par Ahipaud Martial, étaient, mercredi 20 février, à la résidence du Président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié.

Venus lui demander pardon, pour tous les actes désobligeants qu’ils ont posés à son encontre au moment où ils étaient étudiants, ces anciens de la Fesci ont obtenu le pardon du du  » Sphinx de Daoukro », et cela au nom de la réconciliation nationale qu’il prône. « J’ai écouté l’objet essentiel de votre déplacement ici, à savoir le pardon que vous demandez pour tous les actes de jeunesse que vous avez posés tout au long de l’existence de la FESCI jusqu’à votre relais par les nouveaux fescistes, ceux qui sont là actuellement, et aussi jusqu’à la création il y a sept ans, de la structure qui vous regroupe tous aujourd’hui. C’est à mon tour au nom de tous les anciens hommes politiques qui sont de mon temps dont je suis devenu aujourd’hui le doyen, que j’accepte cette demande de pardon », leur a dit le président Bédié, après qu’ils aient donné les nouvelles de leur présence sur la terre de Daoukro. Le président du Pdci – Rda d’ajouter : » Donc, vous êtes pardonnés au nom du peuple ivoirien au nom duquel je parle, puisque je parle de paix, de réconciliation. La paix, la réconciliation, c’est, vous le savez bien, l’objectif que je continue de poursuivre jusqu’ici. C’est la raison pour laquelle vous avez entendu dire que je mets en place une plateforme de tous les fils et toutes les filles de la Côte d’Ivoire qui partagent une vision de paix, de réconciliation pour le développement de notre pays ».

Dans ce sens, il les a invité à rejoindre cette plateforme et surtout à s’inscrire dans la dynamique de la réconciliation nationale. « Quelles que soient vos sensibilités politiques, vous êtes invités tous à vous inscrire dans cette dynamique de réconciliation et de paix », leur a t-il conseillé. Le président de l’Una-Fesci, Ahipeaud Joseph Martial, a dit au président Bédié que c’est vraiment avec une émotion particulière qu’ils sont venus vers lui parce qu’il représente ce qu’ils appellent les icônes de notre pays. Et d’expliciter les raisons de la création de la Fesci :  » Ceux qui ont créé ce mouvement au début des années 90, avaient une certaine vision de notre pays et estimaient qu’on devait entrer dans l’ère démocratique, comme cela se faisait un peu partout dans le monde. Cette organisation a rencontré une espèce d’hostilité, parce que vous qui étiez aux affaires à cette époque avec le président Félix Houphouet Boigny, qui en tant que leader historique des indépendances de notre continent avait bâti une vision et était entrain de faire quelque chose d’exceptionnel dans l’Afrique moderne. Et nous sommes venus comme des enfants intrépides mélanger tout » Puis, « Effectivement, M. le président, nous avons mesuré ce que nous avons fait et nous avons essayé de faire notre critique. Et nous voyons effectivement à un moment donné que nous ne nous sommes pas bien comportés.

Nous avons posé des actes qui ont eu des effets collatéraux. Au nom de l’ensemble de tous ces anciens responsables, militants de base, sympathisants du mouvement qui avons posé des actes qui ont certainement blessé, créé des situations inopportunes, nous souhaitons, reconnaître leur tord en demandant pardon et de promettre qu’ils contribueront à la réconciliation nationale :  » Au nom de cette organisation, nous demandons pardon. Et nous voulons, en mettant en place l’union des anciens de la Fesci, effectivement contribuer à la réconciliation et à la cohésion nationale ». Avant lui, Kouadio Djué Eugène, ancien secrétaire général de la Fesci, a donné les premières nouvelles en indiquant que les anciens de la Fesci sont ceux qui ont fini avec l’université et qui sont dans la vie active, dans toutes les structures socioprofessionnelles. Et de dire qu’ils sont venus également lui présenter la structure qu’ils ont mise sur pied.
Dircom Pdci-Rda

 

Lire la suite
20 Fév
0

Pr Kakou Guikahué, président du groupe parlementaire Pdci, explique les lois sur l’état civil et la nouvelle procédure: Sans papiers, faux noms, faux âges, fausses mères, faux pères, … une amnistie signée pour tout régulariser

Pr Kakou Guikahué, président du groupe parlementaire Pdci, explique les lois sur l’état civil et la nouvelle procédure: Sans papiers, faux noms, faux âges, fausses mères, faux pères, … une amnistie signée pour tout régulariser

L’honorable Maurice Kakou Guikahué profite de ses vacances parlementaires pour expliquer les lois votées en 2018 au cours des rencontres citoyennes d’informations et d’échanges intitulées ‘’Face au peuple’’. Depuis dimanche 17 février, dans le canton Zikobouo, lundi 18 février dans le canton Paccolo et mardi 19 février dans les cantons Bamo et Guébié. Il bouclera les 7 cantons de sa circonscription les jeudi 21 avec le canton Zabia et vendredi 22 pour les cantons Niabré et Guia. Voici ce qu’il a dit en substance à ses mandants sur la loi portant état civil et la loi portant procédure spéciale d’harmonisation de l’état civil.

«Mesdames et messieurs, pour la deuxième année de notre mandat, l’Assemblée nationale s’est réunie du 2 avril au 30 décembre 2018. Le travail a été satisfaisant. Nous avons étudié et voté 35 lois par rapport à 2017 où nous avions voté 24 lois, donc nous avons voté 11 lois de plus. Il y a eu 3 lois organiques, 18 lois ordinaires, 11 lois qui autorisent le président de la République à prendre des ordonnances, une loi qui autorise le président de la République à ratifier un accord international et 2 résolutions. Je ne vais pas revenir sur ces 35 lois. Mais dans les lois que nous avons votées, j’ai choisi 2 qui sont très importantes, parce que ces lois vont avoir une influence sur votre vie de tous les jours. On a voté une nouvelle loi pour l’état civil et on a voté une loi spéciale pour les déclaration des naissances. La nouvelle loi sur l’état civil a été votée en novembre 2018. Vous savez, l’état civil, quand l’homme nait, on doit savoir qu’il est né. On fait son jugement. Quand il se marie, on fait un papier, s’il meurt, on doit faire un papier pour dire qu’il est mort. C’est cela qui constitue l’état civil. Il fallait donc l’organiser. Cet état civil est nécessaire pour un Etat moderne, parce que c’est l’état civil qu’on prend pour planifier le développement. Si par exemple, on veut construire une infrastructure pour 500 habitants, on arrive et vous dites que vous êtes 1000. On demande au chef de faire sortir tous ceux qui ont jugement, si ceux qui ont un jugement sont 100, pour l’Administration, il y a 100 habitants dans votre village, même si on voit que vous êtes nombreux, mais ce sont les 100 qui sont pris en compte parce que ce sont eux que l’Administration connait. On ne peut donc pas envoyer l’infrastructure de 500 habitants dans un village de 100 habitants, et vous allez perdre cette infrastructure, pourtant vous êtes bien plus que 1000. Donc l’état civil est très important pour le développement. Ça permet de faire les statistiques pour planifier le développement. Et la maîtrise de l’Etat civil est très importante pour un gouvernement», a développé l’honorable Guikahué.
Il a donné quelques raisons pour lesquelles beaucoup de gens ne font pas de jugement, entre autres le délai imposé de 15 jours, puis de 3 mois, le laxisme de certains administrateurs et agents de l’état civil tout en égrenant plusieurs conséquences du manque du jugement pour un enfant bien qu’intelligent pour sa réussite à l’école et dans la vie.
«Pour maîtriser l’état civil et éviter d’avoir des personnes sans papiers, nous les députés, nous avons décidé que dans tous les dispensaires ou maternité, quand la femme accouche, la sage femme ou l’infirmier qui vous donnait l’attestation de naissance pour aller faire l’acte de naissance, désormais, ce sont eux-mêmes qui vont aller donner ce papier au sous-préfet pour écrire dans le registre des naissances et faire le jugement. Vous, maintenant, vous êtes assis à la maison. Si donc la femme accouche, le papier qu’on vous donnait équivaut à un jugement sans rien payer ni vous déplacer. Le jour que vous voulez faire une copie du jugement, vous allez à la sous-préfecture, vous payez seulement le timbre de 500 Fcfa et vous avez votre copie. Il y a aussi des femmes qui sont têtues, elles accouchent à la maison ou au champ. Donc les sous-préfets vont mettre dans chaque village, soit un cadre, soit le chef, mais quelqu’un de dynamique, un agent qui dès qu’il apprend un accouchement ou un décès, fait un papier qu’il envoie au sous-préfet qui automatiquement retranscrit cela dans un registre à cet effet et délivre le papier correspondant. Donc bientôt, les sous-préfets vont venir choisir des personnes, des représentants qui vont surveiller les naissances et les décès pour lui faire tous les rapports de l’état civil dans chaque village, en temps réel. On ne veut plus voir des enfants qui n’ont pas d’extrait de naissance ou de jugement supplétif dans nos villes et villages. Voici donc la loi qu’on a votée. Si on s’est donné tout ce travail pour assainir notre état civil, il ne faut pas que seulement certains en profitent et que chez nous ici, on n’en profite pas.
Je voudrais vous dire, cette affaire de jugement, ce n’est pas la carte d’identité. On doit faire le jugement de tout le monde, mêmes les étrangers. Ce n’est pas la peine de faire palabres en disant que tel ou tel est Burkinabè, Malien, Guinéen, etc. On doit faire le jugement de tout le monde quelque soit la nationalité. Sur les nouveaux jugements, maintenant on va mettre le nom du père, de la mère et leurs nationalité. Donc au moment de faire la carte d’identité, au vu du jugement, on délivre la carte nationale d’identité aux Ivoiriens et la carte de séjour aux non ivoiriens. Donc ne faites pas de palabres pour ça. Et puis, comme notre vocabulaire n’est pas riche, on appelle tous ceux qui ne sont pas du village, étrangers. Mais comprenez que toutes les ethnies venues d’ailleurs sur le territoire de Côte d’Ivoire ne sont pas étrangères au pays Bété. Donc Baoulé, Senoufo, Koulango, Abron, Wê, Yacouba, Agni, Ebrié, etc. ne sont pas étrangers à Gagnoa. Donc, maintenant, les mamans, allez y accoucher à la maternité, dès que vous accouchez, le jugement de votre enfant est aussitôt fait.
Alors, vous allez dire que ça ce sont les nouveaux qui vont naître, et les anciens ? On a pris une autre loi qu’on appelle la loi spéciale de procédure. Parce que si tu es né et que tu n’as pas de jugement, tu es comme un mouton dans le village, tu n’es pas connu. Il y a des gens qui sont nés, ils ont 50 ans, 60 ans 80 ans, ils n’ont pas de jugement. Ce n’est pas normal. Il y a aussi des gens, comme ils veulent aller à l’école, ils ont diminué leur âge. Maintenant, on a voté une procédure, tu peux dire ton vrai âge et on refait ton jugement cadeau. Ou bien, tu veux aller à l’école, tu prends jugement de ton frère, donc ce n’est pas ton vrai nom. On dit maintenant que tous ceux qui veulent avoir leur vrai nom ou vrai âge, c’est permis. On va f1ire l’opération. Tous ceux pour des raisons diverses ont eu des âges et des noms, ils peuvent désormais faire leur papiers avec leurs vrais noms et âges. Quelque soit ta situation, si tu veux la régulariser, c’est permis. Bientôt, les sous-préfets vont venir dans chaque village pour tout rectifier. N’ayez pas peur. Présentez vous au sous-préfet et expliquez votre cas. Il va le régler. Tous ceux qui pensent qu’on va les mettre en prison parce qu’ils ont fraudé, je dis non, tous le monde a été amnistiés pour cette opération qui va se dérouler sur 2 ans et sur toute l’étendue du territoire ivoirien. Et pendant ces 2 ans, ce sont les préfets et sous-préfets qui vont se déplacer pour venir vers vous et l’opération est gratuite. Mais attention, si le sous-préfet vient dans ton village et qu’il est parti sans que tu ne règles ton problème, si tu vas après le trouver dans son bureau, ou bien si tu te caches et que les deux ans passent sans faire ton papier, ce sera près de 25000 Fcfa que tu vas payer pour avoir ton papier. Donc apprêtez vous pour la réussite de cette opération dans notre circonscription», a conclu le député, président du groupe parlementaire du PDCI-RDA, Pr Maurice Kakou Guikahué.
Gilles Richard OMAEL, à Gagnoa

 

Lire la suite
19 Fév
0

Nommé vice-président du Pdci-Rda Le ministre Amara Essy exprime sa gratitude au président Bédié

Les militants du Pdci-Rda de Kouassi-Datékro, localité de la région du Gontougo, étaient en attraction, samedi dernier. A l’occasion de la cérémonie d’hommage au président Henri Konan Bédié, ils se sont massivement mobilisés pour non seulement réaffirmer leur attachement au parti ainsi qu’à son président, mais également démontrer aux yeux de tous la vivacité du Pdci-Rda. Hier lundi, le ministre Amara Essy, fils de Kouassi-Datékro, l’un des artisans du succès de cette cérémonie, a conduit une délégation à Daoukro pour faire un compte rendu détaillé au président Henri Konan Bédié. Le ministre Amara Essy, qui vient d’être élevé au rang de vice-président du Pdci-Rda, a saisi l’occasion de sa rencontre, hier avec le président de son parti, pour lui exprimer toute sa gratitude et sa reconnaissance pour la confiance qu’il lui témoigne.

Après les échanges de nouvelles empreints de beaucoup de convivialité auxquels ont pris part tous les membres de la délégation qui ont duré un quart d’heure environ, le président Bédié et son hôte de marque se sont entretenus en privé durant trois quarts d’heure. A la suite de l’entrevue, le président Bédié a convié ses invités à un déjeuner avant que ceux-ci ne prennent congé de lui.

PAUL KOFFI

Lire la suite
18 Fév
0

HENRI KONAN BÉDIÉ NOMME DES VICE-PRÉSIDENTS

Sont nommés vice-présidents du PDCI-RDA, les personnalités dont les noms suivent:
– ESSY AMARA
-YOBOUE LAZARE
-KOUSSOUGRO  CHRISTOPHE

Lire la suite
15 Fév
0

LE CONSEIL DE DISCIPLINE SE REUNIT CE LUNDI 18 FEVRIER

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier, sont conviés à une réunion dudit Conseil, le lundi 18 Février 2019, à 16H00, au Siège du Parti à Cocody.
Fait à Abidjan le 15 Février 2019.
Monsieur AOUA TOURE
1er Vice Président du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier

Lire la suite
15 Fév
0

Contribution/Ange DAGARET-DASSAUD (membre du Bp): «Le chef et la parole sont deux faces d’une même pièce»

La parole était au commencement. Et avec la parole, DIEU créa le monde. Et la parole est devenue vie. Elle est sacrée. A l’image de DIEU, elle identifie DIEU Lui-même, dans les Livres Saints, la Torah, la Bible et le Coran ; par conséquent, elle identifie l’homme créé par le Saint Créateur du Ciel et de la Terre. Parce que l’homme est fait à son Image et à Sa Ressemblance. Donc, l’homme est un petit Dieu qui n’a pas le droit de parler pour parler. Sa parole ne doit pas le rattraper et l’homme ne doit pas être rattrapé par sa parole.
Si un simple homme ne doit pas être rattrapé par sa parole ni rattraper sa propre parole ; à plus forte raison l’AUTORITÉ, le CHEF !!!
Ce pourquoi en Afrique, il est dit : “Le chef ne parle pas!” pour éviter de dire n’importe quoi!
Dans nos contrées villageoises et traditionnelles, le chef a un ou des porte-paroles parmi ses notables. Leur rôle consiste essentiellement À PORTER LA PAROLE DU CHEF POUR ÉVITER QUE LA PAROLE DU CHEF NE LE RATTRAPE. Le chef ne ment pas. Il ne se contredit pas ni ne rattrape pas sa parole parce qu’il est l’autorité. Ce pourquoi il est dit : “Le chef a parlé!” “Le chef a dit!”, “Le chef a déclaré!”
En Afrique, est-il aussi dit, “TOURNE SEPT FOIS TA LANGUE AVANT DE PARLER!” ; c’est pour ne pas que l’homme ne se trompe ni ne se contredise.
Les Blancs l’ont tellement si bien compris qu’ils ont institué des porte-paroles dans toutes leurs organisations et leurs institutions modernes. Même la piètre CPI a un ou des porte-paroles.
Ceux-ci prennent toujours langue avec les chefs pour ne pas se tromper en disant haut ce que le chef a murmuré ou dit dans leur oreille.
De nos jours, les chefs africains modernes comme ils sont si forts et si puissants, et qu’ils n’ont aucun respect ni considération pour leurs peuples. Croient-ils aussi qu’ils ont encore des droits de vie et de mort sur leurs compatriotes, puisqu’ils peuvent les arrêter et les libérer comme ils veulent quant ils veulent. Alors, ils peuvent se permettre de dire une chose le matin, une autre à midi et leur contraire le soir.

La bouche du chef n’est-elle pas comme celle d’un petit enfant. Parce que le petit enfant ne ment pas! Si le chef ment ; à qui le peuple va-t-il se fier? Raison pour laquelle Saint-Exupéry soutient que “ La vérité, c’est ce qui simplifie le monde, et non ce qui crée le chaos.”

Fait à Cocody, le 15 février 2019
Ange DAGARET-DASSAUD, chef de famille.
Fils de chef, petit fils et arrière petit fils des chefs KOUASSI DAGARET Jérôme, KOUASSI YAO Maurice, DRAIMONT YAWO, GOUEGA Obrou, DASSAUD Djagba, GOUAMENE Bably

Lire la suite
15 Fév
0

Nouvelle plateforme de l’opposition: Adjé Dominique (ex-Rdr) marque son adhésion au projet du président Bédié

Adjé Dominique, anciennement membre influent du Rdr, notamment à Bouaflé, qui a décidé de tourner le dos à la case pour sa nouvelle formation politique, le Parti pour la République et la démocratie (Prd), compte prendre sa place au sein de la nouvelle plateforme politique qu’initie le président du Pdci-Rda. Mercredi dernier, il s’est rendu à Daoukro pour non seulement présenter ses civilités au président Henri Konan Bédié mais lui porter de vive voix son projet.
Le Nouveau Réveil

Lire la suite
15 Fév
0

Situation sociopolitique ivoirienne/Geneviève Bro Grébé, depuis Daoukro: «Le président Bédié nous a rassurés…»

Geneviève Bro Grébé était, ce jeudi 14 février, l’hôte du président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, à sa résidence de Daoukro, pour échanger sur divers sujets relatifs, surtout la situation sociopolitique. A sa sortie d’audience, Bro Grébé a explicité l’objet de sa visite chez le  » Sphinx de Daoukro  » :  » Je suis à la tête d’une délégation du mouvement citoyen, pour une nouvelle Côte d’ivoire, qui est une organisation de la société civile. Nous sommes venus saluer Sem le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda. Nous sommes venus par rapport à la situation qui prévaut en Côte d’ivoire et qui ne nous rassure pas. Nous sommes venus donc, nous confier au président Bédié, lui demander des conseils, voir ce que les fils et filles de la Côte d’ivoire peuvent faire ensemble, pour apaiser les coeurs, pour renouer avec la paix en Côte d’ivoire ». Ce sont donc selon l’ancienne ministre, les raisons de sa présence sur le sol de Daoukro. Et de dire que le président Bédié a été rassurant : « Le président Bédié nous a rassuré par rapport aux initiatives qu’il a déjà pris, pour essayer de mettre les Ivoiriens ensemble, pour essayer d’ouvrir le dialogue avec les tenants du pouvoir et chercher ensemble les solutions idoines à nos problèmes ». Geneviève Bro Grébé a, selon elle, reçu les encouragements du président Bédié, par rapport à son initiative de concerter toutes les forces vives de la nation.  » Le président Bédié nous a encouragé à aller de l’avant, par rapport au périple que nous faisons, pour rencontrer les leaders des partis politiques et les leaders de la société civile », conclura t-elle.
Dircom Pdci

Lire la suite
14 Fév
0

GAGNOA-RENCONTRES CITOYENNES: LE DEPUTE GUIKAHUE EN TOURNÉE PARLEMENTAIRE 2019 (DU 17 AU 22 FEVRIER 2019)

GAGNOA-RENCONTRES CITOYENNES: LE DEPUTE GUIKAHUE EN TOURNÉE PARLEMENTAIRE 2019 (DU 17 AU 22 FEVRIER 2019)

L’Honorable Maurice Kakou Guikahué, député de la circonscription de Dougroupalégnoa, Doukouyo, Gagnoa sous-préfecture, Gnagbodougnoa et Sérihio, porte à la connaissance des populations qu’il fera une tournée parlementaire dite ‘’Rencontres citoyennes d’informations et d’échanges’’ dans ladite circonscription.
Le programme de cette tournée s’établit comme suit :
DIMANCHE 17 FÉVRIER 2019: 10H00: Sérihio (CANTON ZIKOBOUO)

LUNDI 18 FÉVRIER 2019: 10H00: Sakua (CANTON PACCOLO)

MARDI 19 FÉVRIER 2019:
10H00: Guehio Bamo (CANTON BAMO)
15H00: Dodougnoa (CANTON GUEBIE)

JEUDI 21 FÉVRIER 2019
10H00: Ourépa (CANTON ZABIA)

VENDREDI 22 FÉVRIER 2019:
10H00: Digbeugnoa (CANTON NIABRE)
15H00: Toutoubré (CANTON GUIA)

FAIT À ABIDJAN, LE 12 FÉVRIER 2019
PR MAURICE KAKOU GUIKAHUE

 

Lire la suite