Blog

25 Avr
0

Célébration/Pdci-Rda: Gaston Ouassenan Koné, ses 80 ans et…Dieu, vive Dieu!

Le général de division, coordonnateur des activités des vice-présidents du Pdci-Rda, Gaston Ouassénan Koné a eu 80 ans, le mercredi 24 avril 2019. 80 ans, ça se célèbre! Et le général de division de la gendarmerie nationale à la retraite n’a pas boudé son plaisir pour remercier Dieu qui lui a fait grâce de ces 80 piges.
Alors, une messe d’action de grâce, pour la célébration du 80eme anniversaire de la naissance du Général Gaston Ouassénan Koné, a été dite le mercredi 24 avril 2019 à la Chapelle de la CEREAO des II Plateaux (Cocody).
Cette célébration, à la demande du Vice-Président du PDCI-RDA, était l’occasion toute trouvée pour rendre gloire à Dieu qui, dans sa grande bonté, lui a permis d’atteindre en bonne santé les 80 ans aujourd’hui.
La messe a enregistré, outre la présence des membres des familles Ouassénan et alliés, la présence d’illustres personnalités du PDCI-RDA telles que le Vice-Président Emile Constant Bombé et le Secrétaire Exécutif en Chef, le Professeur Maurice Kakou Guikahué.
C’est dans une ambiance de ferveur, de recueillement spirituel et surtout d’allégresse que s’est déroulée cette célébration eucharistique.
Le Prête, dans son homélie, n’a pas manqué de rappeler la présence et la puissance du Dieu-Créateur sur la vie de ses enfants, quand bien même le démon projette sur eux la mort.
«C’est Dieu qui donne la vie, lui seul qui peut la retirer. L’homme dont on fête les 80 ans aujourd’hui en est un témoignage vivant», a dit l’homme de Dieu, pensant à ce que le Vice-président Gaston Ouassénan Koné a subit, l’an dernier, avec l’affaire de son empoissonnement. Et Dieu a été au contrôle de sa vie ! Gloire au père céleste!
C’est donc avec des chants de joie et d’allégresse à l’endroit du Très Haut que la messe a pris fin.
Un cocktail-dinatoire a été offert aux convives au domicile du Vice-Président Ouassenan Koné.
Béatrice A.

 

Lire la suite
25 Avr
0

Revue de presse du jeudi 25 avril 2019

La rencontre entre le chef de L’État, Alassane Ouattara et les chefs traditionnels à Yamoussoukro, hier, le Conseil des ministres sont les sujets qui font la manchette de certains journaux. Toutefois, l’on enregistre à la manchette d’autres journaux, des attaques contre le PDCI et son président, Henri Konan BEDIE.

  • Politique nationale

 

Le Nouveau Réveil

 Formation du bureau de l’Assemblée nationale

 Les graves erreurs de Soumahoro

 

Le Nouveau Réveil, quotidien fidèle au PDCI-Rda, ouvre sa manchette avec la conférence de presse animée, hier, par les groupes parlementaires PDCI, Rassemblement et Vox Populi. Ces parlementaires, par la voix de Maurice Guikahué, Olibé Trazéré Célestine et Yasmine Ouégnin, ont dénoncé les pratiques d’Amadou Soumahoro. Ils l’accusent de vouloir faire une composition du bureau et des instances du parlement en foulant aux pieds les textes en vigueur. Toute chose qu’ils considèrent comme des dérives autocratiques.

 

 

Face aux chefs traditionnels à Yamoussoukro

Ouattara balise tout

  • « Bédié : Il n’y a pas de problème entre lui et moi »
  • « Soro : Il reste un fils… »
  • « CEI : Je ne vois pas l’indication de la changer »

Hier, à Yamoussoukro, pour la 3ème en 3 ans, le président Ouattara a rencontré les chefs traditionnels pour dissiper leurs craintes quant aux discours des hommes politiques, à l’approche de la présidentielle de 2020. Concernant les relations entre Bédié et Ouattara, le chef de l’Etat a affirmé, une fois encore, que le siège de la présidence du RHDP était toujours disponible et que le président Bédié pouvait revenir quand il le souhaitait. Concernant le président Soro Guillaume, le président Ouattara a dit que Soro restait son fils et que dans toute la famille, il y a des fils sages et des fils moins sages. Et qu’il n’y a aucun problème avec Soro Guillaume en tant personne. Concernant la CEI, le chef de l’Etat a dit qu’il ne voyait pas en quoi la CEI est responsable de ce qui s’est passé en 2010.

Après huit ans de loyaux services

Le Pca Kah Zion s’en va de La Poste

  • Allah Kouadio Rémi n’est plus Pca du Bnetd

Le Nouveau Réveil note que le Conseil des ministres a pris des décisions fortes, hier. Au nombre de ces décisions, des cadres du PDCI, Allah-Kouadio et Dénis Kah-Zion ne sont plus Pca respectivement du Bnetd et de La Poste.

 

L’Inter

 

Sur le même sujet, ce journal indépendant ouvre également sa manchette avec la révolte de certains députés contre le nouveau président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro qui a fait selon eux un bureau sans consulter les autres.

 

 

 

 

 

 

 

LG Info

Composition du bureau de l’Assemblée nationale

Le RHDP fait main basse sur tous les postes

Ce journal proche du FPI pro-Gbagbo a également ouvert sa manchette avec ce qui convient d’appeler Affaire « Composition de l’Assemblée nationale ». Et d’ajouter que cette situation a suscité la colère de Guikahué qui affirme qu’Amadou Soumahoro n’est pas un super député.

 

 

 

 

 

Le Mandat

La Mé, District d’Abidjan, Sud Comoe / Réception des chefs

 Mambé verrouille 2020 pour le RHDP

Selon ce journal proche du RHDP, le gouverneur du district d’Abidjan, Robert Beugré Mambé est à la tâche pour le compte du RHDP pour la présidentielle en 2020. Le Mandat soutient que M Mambé est celui-là même qui va être au four et au moulin pour baliser et boucler les régions de La Me, le District d’Abidjan et les Grands ponts.

 

 

 

 

 

Le Patriote

Bédié, Soro, CEI, Présidentielle 2020

 Ce que Ouattara a dit aux chefs et rois

 Ce journal proche du RHDP a ouvert sa manchette avec la rencontre Ouattara et les chefs traditionnels. Mais, Le Patriote s’est intéressé aux assurances données par le chef de l’Etat aux chefs traditionnels. Pour Ouattara, il n’y a pas de feu en la demeure.

 

 

 

 

 

 

Frat Mat

Conseil des ministres

D’importantes nominations dans l’administration

  • Des décisions prises pour renforcer le développement

Le journal gouvernemental ouvre sa manchette avec le Conseil des ministres, d’hier, à Yamoussoukro. Lors de ce rendez-vous, Frat Mat révèle que d’importantes mesures ont été prises en vue du renforcement du développement. A cet effet, le porte-parole du gouvernement a affirmé qu’il aura de nouvelles routes pour désenclaver des zones frontalières et la ratification de l’accord de prêt n’200020003252 d’un montant de quarante-deux millions trois cent dix mille d’Euros, soit 27 milliards 753 540 670 F CFA, conclu le 28 février 2018, entre la Bad et la République de Côte d’Ivoire en vue du financement du projet d’amélioration de l’accès à l’électricité en milieu rural (Paemir).

 

 

L’Expression

 

Copinage, clientélisme, passe-droit

 

Voici les 7 plaies du PDCI de Bédié

 

  • Guikahué, Ndri Narcisse et Djénébou pointés du doigt

 

  • N’Zuéba, seul en son palais à Daoukro
  • Ce, journal proche du RHDP ouvre sa manchette avec une analyse sur le PDCI et son président, Henri Konan BEDIE.

Selon ce journal, le palais de Daoukro sonne de plus en plus creux ces derniers temps : de nombreux hauts cadres proches de Bédié ont tourné le dos à leur ancien patron qui se retrouve seul. Ce journal soutient que des personnalités et non des moindres ont pris la tangente pour le RHDP. Et ce, à cause des comportements de Guikahué, N’dri Narcise et Djénébou Zongo qui ont joué en la défaveur de Bédié.

 

 

Le Rassemblement

Dérives au PDCI-Rda

  • Bédié fait pleurer un jeune militant

« Président ne les écoutez pas ! »

Ce journal proche du RHDP publie en intégralité la libre opinion d’un conseiller municipal de Tiémélékro, secrétaire de section-PDCI-Renaissance, Assande Yao Bernard. Celui-ci souhaite de ses vœux le rapprochement Bédié-Ouattara. Car selon, des proches de Bédié ont un agenda caché, celui de livrer le PDCI au FPI.

 

 

 

 

Soir Info

 

Situation politique en Côte d’Ivoire

Quelque chose se prépare contre Soro Guillaume

  • Vive tension à l’Assemblée nationale
  • Fronde contre Amadou Soumahoro

Selon ce journal indépendant, les traces de Soro Guillaume dans la région du Hambol seront bientôt effacées. Le top départ, selon Soir info, vient d’être lancé par le ministre Bruno Koné et Mariam Traoré dépitée de Tengrela. Ces derniers, à en croire le journal, initieront des tournées de « déconstruction »de la mécanique de Soro Guillaume.

 

 

 

  • International

 

Mali

 

A cause de la récente flambée de violence intercommunautaires dans le centre du Mali, 263 personnes se sont réfugiées dans deux camps de fortune situés dans la périphérie de Bamako, la Capi.

 

Rd Congo

Jeannine Mabunda Lioko a été élue, sans surprise, présidente de l’Assemblée nationale, mercredi 24 avril 2019.

 

 

Lire la suite
23 Avr
0

Le mouvement “PDCI action 225 diaspora” effectue sa rentrée politique

“PDCI action 225 diaspora”, un mouvement de soutien au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et à son Président Henri Konan Bédié, a effectué sa rentrée de politique marquant également sa sortie officielle.

Cette cérémonie s’est tenue, samedi, à Paris en présence du secrétaire exécutif chargé de la mobilisation et de l’organisation du PDCI-RDA, Akossi Bendjo, apprend-on auprès des responsables de cette structure.

« Notre démarche s’inscrit dans l’esprit d’une Côte d’Ivoire nouvelle et apaisée. Celle qui donne envie comme jadis, à l’époque du père fondateur Félix Houphouet-Boigny. Cette époque, où la terre d’Eburnie, signifiait l’union de ses fils et de ses filles, l’amour fraternel et surtout l’oasis rare de paix, dans lequel tous vivaient en harmonie, sans distinction religieuse, ethnique, sectaire et qui faisait pâlir ses voisins d’envie », a soutenu la présidente du mouvement, Marie-Chantal Durand.

Selon Mme Durand, son mouvement entend faire des meetings pacifiques pour remobiliser et rassembler des militants et sympathisants, autour des “idéaux de paix, de réconciliation, de progrès pour tous et du bonheur partagé prôné par le PDCI RDA et son président Henri Konan Bédié”.

PDCI Action 225 Diaspora fera également, a fait savoir sa présidente, du volet social, une priorité qui consistera à aider des personnes démunies en Côte d’Ivoire, et orienter d’autres militants de la diaspora et en Côte d’Ivoire, dans des démarches administratives.

Le mouvement prévoit donc rester actif sur le terrain au plan national comme international, a-t-elle assuré.

PDCI action 225 projette une autre rentrée politique sur Abidjan dans le courant de la deuxième semaine du mois de mai, au cours de laquelle le mouvement projette de faire le recensement des militants et la sensibilisation et la mobilisation des indécis et des déçu.

Ce mouvement revendique plus de 3000 membres à travers le monde entier et a pour mission de soutenir les actions du PDCI-RDA dans la Diaspora.

(AIP)

kkf/tm

Lire la suite
23 Avr
0

Revue de presse du Mardi 23 avril 2019

La célébration de la fête de Pâques en Côte d’Ivoire a été un prétexte pour plusieurs personnalités politiques et religieuses d’appeler à la paix. Au delà de cet événement, les journaux se sont intéressés à la bataille du Nord entre Soro Guillaume et le RDR.

 

 

Le Nouveau Réveil

 

Jean-Louis Billon depuis le Centre :

 « On ne verrouille pas un peuple, on lui garantit des droits et des libertés »

Ce journal proche du PDCI-Rda ouvre sa manchette avec un entretien de Jean-Louis Billon. Parrain de la fête de Pâques à Sinzebo, village de la Sous-Préfecture, Jean-Louis Billon a livré le message du président du PDCI-Rda, Henri Konan BEDIE, celui de la reconquête du pouvoir 2020. Et non sans manquer de les inviter à se tenir prêt.

Message de Pâques du président Bédié :

« Nous sommes la Côte d’Ivoire. Gardons l’espérance en notre pays » A la faveur de la fête de Pâques, le président du PDCI-Rda, Henri Konan BEDIE, a adressé un message d’espérance aux Ivoiriens. Aussi a-t-il souhaité à tous des moments de joie et les a invités à garder espoir en l’avenir.

  • Menacé de mort depuis quelques jours, Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI-Rda :

« Si ces gens veulent me liquider, ça veut dire que je suis sur la bonne voie »

« Je maintiens mon engagement »

Dans le viseur de tueurs depuis quelques jours selon la presse, le Secrétaire exécutif du PDCI-Rda, Maurice Kakou Guikahué s’est ouvert à Le Nouveau Réveil. Dans un entretien, M Guikahué dit avoir informé la communauté nationale et internationale de la situation. Toutefois, il reste convaincu que cette situation ne va pas le refroidir dans le combat pour la survie de son parti.

  • Dadiékro, village du président Bédié

Nanan Kouassi Komenan Jacob a reçu ses attributs de chef du village

Selon Le Nouveau Réveil, le samedi 20 avril, veille de Pâques, Nanan Kouassi Jacob, chef de village de Dadiékro, village qui a vu naître le président Henri Konan BEDIE, a été intronisé. Le président Bédié a honoré de sa présence la cérémonie.

 

Fraternité Matin

Célébration de la Pâques / Jean-Pierre cardinal Kutwa aux Ivoiriens :

 « Sortez du tombeau de la rancune et du mépris »

Le journal gouvernemental ouvre sa manchette avec l’homélie de l’archevêque d’Abidjan, Jean Pierre Kutwa, à la faveur de la messe de la Pâques à la Cathédrale Saint d’Abidjan. Dans son message, il a invité les Ivoiriens à sortir du tombeau de la rancune et du mépris des autres.

  • Côte d’Ivoire-Portugal

Une délégation ivoirienne conduite par le ministre d’Etat, ministre de La Défense, Hamed Bakayoko, qui effectue un séjour du 21 au 22 avril au Portugal, a signé un accord de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Portugal.

 

 

LG Info

Affaire ‘’ écoutes téléphoniques’’

 Soro dans le viseur de Ouattara

 

Ce journal proche du FPI-pro Gbagbo, se fondant sur les révélations du bihebdomadaire, Jeune Afrique, écrit que l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, pourrait ne pas échapper à un mandat d’arrêt international, à cause de son implication supposée dans le coup d’état manqué de 2015, au Burkina Faso. LG Info soutient que cette affaire dite ‘’écoutes téléphoniques’’ peut constituer une arme que le camp Ouattara envisagerait utiliser contre Soro Guillaume, qui ne passe pas de jour sans lancer des flèches en direction du pouvoir.

 

  • Situation politique en Côte d’Ivoire

Soro prépare une importante décision

  • Des proches de Ouattara :
  • « On a fini avec lui. Trahir Ouattara, cela se paie »
  • L’ex-Pan réplique : « J’entends que je suis fini, on verra bien »

Soir Info ouvre sa manchette avec les manœuvres de Guillaume Soro dans sa quête pour le pouvoir en 2020. Selon ce journal, l’ex-président de l’Assemblée nationale n’est guère disposé à s’effacer après son départ de la tête de l’hémicycle. Selon Soir Info, Soro Guillaume, dans sa bataille avec le RDR, a tissé des liens avec les présidents Faure Gnassingbé au Togo, Denis Sassou Nguesso, au Congo ainsi qu’avec Théodore Obiang, fils du chef d’Etat équato- guinéen.

 

L’Inter

En meeting à Dabakala

 Soro dit ses 4 vérités à Ouattara

« J’ai été rebelle pour que Alassane soit président »

  • « Les gens ont la mémoire courte »

Ce journal indépendant a rendu compte du meeting de l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, à Dabakala. Meeting qui vient clore sa tournée dans la région. Lors de ce rassemblement à Dabakala, sans enfiler de gants, Soro Guillaume a frappé fort le pouvoir Ouattara. « Nous nous sommes battus pour que Alassane Ouattara soit au pouvoir. Mais quand même, permettez-nous de dire la vérité ! Dès que tu veux dire la vérité, tu es renvoyé. Des gens pour qui nous nous sommes battus, nous critiquent aujourd’hui, nous traitent de rebelle. Ah bon ! C’est aujourd’hui que moi je suis rebelle ? J’ai été rebelle pour que Alassane Ouattara soit président. Et c’est ça la vérité. Les gens ont la mémoire courte », a indiqué Soro lors de son meeting.

  • Crise au FPI

 Affi se déchaîne encore

« La vie du FPI ne peut pas s’arrêter à Gbagbo »

Le président du FPI, Pascal Affi N’guessan n’a pas encore digéré le coup de Bruxelles. Recevant le samedi 20 avril 2019, à sa résidence, les militants FPI du district 3 Abidjan-Lagunes, Pascal Affi Nguessan a lancé des piques contre ses détracteurs. « (…) On s’est battu tous pour que Laurent Gbagbo retrouve la liberté. On le respecte parce qu’il est le fondateur du parti et parce qu’il a conduit le parti jusqu’à la victoire en 2000, mais la vie ne s’arrête pas à lui et à ça et la vie du FPI ne peut pas s’arrêter à lui ni à ça », a lancé le natif de Bongouanou.

 

Le Patriote

Soro en balade d’intoxication au Nord

 Rien que de la démagogie !

  • Le faux combat d’un pyromane-pompier

Le Patriote, proche du RHDP, n’a pas fait de cadeau à Guillaume Soro. Selon ce journal, l’ex-président de l’Assemblée nationale ne dispose d’aucun moyen pour ni de solution miracle pour le Nord qu’il a pourtant administré pendant près de 10 ans en tant que patron des ex-forces nouvelles et dont le règne s’étendait à toutes les richesses de cette zone. Sa tournée dans le Nord n’a pour seul but de noircir le travail de Ouattara.

 

 

 

Le Mandat

Paquinou dans le Lôh Djiboua

 Amédé Kouakou à ses parents Baoulé : « Houphouët-Boigny nous a laissé la paix et non le Pdci-Rda »

Le Ministre Amédé Kouakou a saisi le prétexte de la fête de Paquinou pour poursuivre sa mission pour le compte du RHDP. Dans le Loh Djiboua où il a passé la fête, il a lancé des piques au PDCI. « Ce que Houphouët-Boigny a laissé, c’est la paix et non le PDCI-Rda », a indiqué Amédé Kouakou.

 

 

 

 

  • International

Exilé à Abidjan depuis près de 5 ans

Compaoré veut rentrer au Burkina

L’ex-président burkinabé, Blaise Compaoré en exil à Abidjan, souhaite retourner au Burkina Faso. L’information a été révélée par Jeune Afrique dans son édition numéro 3041 du 21 au 27 avril 2019. Selon ce journal, l’idée de retour a été notifiée au président Roch Kaboré, par le président Alassane Ouattara, en début du mois d’avril à Dakar au Sénégal.

  • Algérie

Opération « mains propres en Algérie » Une fratrie de milliardaires qui a fait fortune sous le long règne d’Abdelaziz Bouteflika a été arrêtée alors que le sort de l’homme plus riche du pays demeure confus.

  • Sri Lanka

Les pouvoirs publics au Sri Lanka ont déclaré l’état d’urgence à partir de minuit hier lundi 22 avril 2019 et mis en cause un mouvement islamiste local, le National Thowheeth Jama’ath comme étant à l’origine des attaques suicides qui ont fait 290 morts, bilan encore provisoire.

 

 

Lire la suite
23 Avr
0

Après la Ficad : L’honorable Akoto Olivier dédie au président Bédié sa médaille d’Officier du mérite national de la Culture de Côte d’Ivoire

Après l’organisation de la 15e édition de la Foire internationale de la Culture et des arts de Daoukro (Ficad), l’initiateur et Commissaire général, Olivier Akoto, qui a été élevé au rang d’Officier dans l’ordre du mérite de la Culture de Côte d’Ivoire, est allé présenter sa médaille qu’il dédie au président Henri Konan Bédié, son parrain honoraire et haute autorité morale de la Ficad. Il explique son action.
« Nous sommes venu saluer et dire merci au président Bédié et lui présenter la médaille de la décoration qui nous a été décerné à l’occasion de la 15e édition de la Ficad où l’Etat de Côte d’Ivoire a bien voulu nous élever au rang d’Officier dans l’ordre du mérite de la Culture en Côte d’Ivoire. Distinction qui a été faite par le ministre de la Culture et de la Francophonie, le ministre Maurice Kouakou Bandaman à qui nous disons merci et saluer par la même occasion le chef de l’Etat de Côte d’Ivoire qui a reconnu notre mérite d’acteur culturel, d’animateur et de la promotion de la Culture, du tourisme de la Côte d’Ivoire. Merci encore. Et donc nous avons dédié cette médaille à toute la jeunesse entreprenante ivoirienne et leur dire qu’il faut vivre d’espoir, il ne faut pas désespérer, il faut oser, il faut croire en l’avenir. Il n’y a pas de bonheur ailleurs, le bonheur se trouve en Côte d’ivoire. Il faut croire en son rêve, il faut persévérer, il faut travailler, au bout du travail il y a la réjouissance, la récompense. Cette médaille est donc dédiée à la jeunesse ivoirienne. En même temps, je dédie cette médaille naturellement au président Henri Konan Bédié qui est la haute autorité morale de la Ficad. Le président Bédié, très tôt, a cru en notre projet, il a porté le projet pendant 15 ans. Donc cette médaille est à son actif et nous disons encore merci au président Henri Konan Bédié », a confié l’honorable Akoto Olivier, Commissaire général de la Ficad.
DIRCOM PDCI-RDA

Lire la suite
23 Avr
0

Le Club des Chevaliers d’Abidjan chez le président Bédié

Après les festivités de la Foire internationale de la Culture et des arts de Daoukro (Ficad), Amoa Yao Constant, président du Club des chevaliers d’Abidjan, partenaire de ladite foire, à la tête d’une forte délégation, a rendu visite au président Bédié, président du PDCI-Rda. Il explique les motivations de cette visite d’une structure apolitique à un homme hautement politique.

« Le club des chevaliers, c’est un club service, apolitique. Notre objectif est à 100% dans le social. Aider les populations démunies, aider les personnes en souffrance. Et c’est dans ce cadre que nous sommes arrivés à Daoukro pour la Ficad. Nous avons aidé une école, la réhabilitation physique de l’école, ainsi 25 kits de premier secours aux 25 écoles de la commune de Daoukro. L’objectif de notre visite, le président Bédié étant le garant moral de la Ficad, comme l’a dit l’honorable Akoto Olivier, il était vraiment important que nous lui rendions visite pour échanger avec lui et lui signifier que dans le cadre des œuvres sociales, et dans le rayon de toute la Côte d’Ivoire d’ailleurs, nous serons présents. Etant chez lui et lui étant le chef, il est bien évident que nous passions le saluer. C’est pour cela que nous sommes venus à sa résidence et qu’il a bien voulu nous recevoir », a confié, à sa sortie d’audience, Amoa Yao Constant.
DIRCOM PDCI-RDA

Lire la suite
23 Avr
0

Intronisation du chef de Dadiékro, en présence du Président Henri Konan Bédié

Le samedi 20 avril, veille de la Pâques et « Paquinou » chez les Baoulé, Nanan Kouassi Komenan Jacob, chef du village de Dadiékro, village qui a vu naître le président Henri Konan Bédié, dans la région de l’Iffou et le département de Daoukro, a été intronisé en présence du président du PDCI-Rda, ancien président de la République de Côte d’Ivoire.

Dans son discours de bienvenue, Konan Akpoué Alexis, au nom du comité d’organisation et des populations, dira que « le samedi 20 avril 2019 est une date qui sera marquée en lettres d’or dans l’histoire de notre village et restera à jamais gravée dans la mémoire de toutes les populations de Dadiékro, car ce jour voit l’aboutissement d’une volonté populaire, l’intronisation du nouveau chef de Didiaékro. Oui, mesdames et messieurs, nous sommes ici réunis pour un évènement exceptionnel, l’intronisation du chef de Dadiékro. Soyez les bienvenus ». Il a ajouté que « Dadiékro vit, chargée de symboles et d’histoires, d’histoire au singulier avec grand ‘’H’’. En effet, Dadiékro, ce petit village qui a vu naître un jour du 5 mai 1934, l’un des plus illustres fils de notre cher pays, la Côte d’Ivoire. J’ai nommé son excellence monsieur Henri Konan Bédié. Digne fils de la tribu Nambèh, c’est dans ce petit village béni qu’il a plu à Dieu de faire apparaître notre messie Henri Konan Bédié. C’est donc sur cette terre qu’il va apprendre à marcher avant d’entamer sa marche glorieuse. Fidèle compagnon et éminent disciple du président Félix Houphouet-Boigny, l’incontesté et l’incontestable bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne, auprès de qui il a assumé de hautes responsabilités. Ambassadeur, ministre, président de l’Assemblée nationale avant de lui succéder comme chef de l’Etat et président de la République. Le président Henri Konan Bédié a toujours été aux côtés de nos parents pour qui il représente, aujourd’hui, ce grand baobab protecteur. Nanan Bédié, infatigable bâtisseur de la région de l’Iffou, observateur permanent des personnes démunies, promoteur inconditionnel de nos intellectuels, votre présence à nos côtés, à ce jour spécial d’intronisation d’un de vos fils, plus qu’un soutien, est une bénédiction. Oui Nanan Bédié, héritier original du président Houphouët-Boigny, i-yô-môh ! Les mots ne suffiront jamais pour vous traduire notre attachement indéfectible à votre personne et à vos actions. C’est donc très reconnaissant que toutes les populations de Dadiékro, en cette heureuse circonstance, mobilisées comme un seul homme, vieux et jeunes, hommes et femmes, citadins et ruraux, analphabètes et intellectuels sont massivement sorties pour venir vous adresser solennellement et sans intermédiaire leurs vifs remerciements et vous traduire leur infinie et renouvelée gratitude pour les nombreuses actions en leur faveur ».

Il a égrené la longue liste des projets et actions de développement du président Bédié dans la région de l’Iffou. Il a également fait un clin d’œil aux élus locaux dont le président de la région de l’Iffou, Traoré Adam-Kolia et Olivier Akoto, député.

Pour Bédié Ernest qui parlait au nom de la famille Komenan N’zi dont il est le mandataire : « La famille Komenan N’zi, soutien maternel de l’impétrant, celui-là même qui vient d’être intronisé chef de ce village, avec l’onction morale de tous les villages frères ici représentés et sous la conduite éclairée du guide Nanan Bédié Koffi Marcelin, chef de la tribu Nambèh, voudrait traduire sa gratitude à tous ici présents pour toutes ces actions multiformes, désintéressées et sincères ». Il retrace la vie du nouveau chef avec précision. Puis ajoute que « Chef, on l’est de naissance et on le tient de Dieu, nul ne saurait être fait chef par hasard. Nanan Kouassi Komenan Jacob demeure un exemple pour sa famille et pour son prochain. L’homme est un chef de famille accompli. »

Le nouveau chef, Nanan Kouassi Komenan Jacob, quant à lui s’est réjoui de l’officialisation de sa fonction avec la remise officielle par le préfet de région, préfet de Daoukro, de son arrêté. « C’est un sentiment de joie qui m’anime aujourd’hui. Déjà j’étais à la tâche, aujourd’hui, je suis connu du grand monde, ma mission va être un peu plus facile parce que j’ai déjà des relations avec tous ceux qui sont venus. Donc je voudrais remercier tous ceux qui sont venus. En particulier, Monsieur le président Bédié, notre parrain et l’organisateur de la Ficad, le député Akoto Olivier », a-t-il dit.

DIRCOM PDCI-RDA

Lire la suite
20 Avr
0

Département de Gagnoa: Une Coordination des Baoulés militants du PDCI-RDA créée pour faire échec au Rhdp et lutter pour la victoire du Pdci en 2020

Amani N’dri, coordonnateur principal de la Coordination départementale des Baoulés militants Pdci-Rda vivant à Gagnoa, soutenu par Mme Antoinette Yoboué, membre du Bureau politique et d’autres cadres Baoulés, a organisé une rencontre d’échanges et de mise en commun des idées avec les Baoulés des cantons de la cité du fromager, pour la victoire du Pdci-Rda en 2020. C’était le mercredi 17 avril 2019, de 11h à 14h, au siège départemental dudit parti à Gagnoa.
A l’issue de la rencontre, non seulement, le coordonnateur principal a été confirmé, mais aussi, les responsables cantonaux de cette nouvelle coordination ont été choisis pour organiser les Baoulés dans leurs différents cantons de Gagnoa (commune et sous préfecture), de Ouragahio et de Guibéroua (communes et sous préfectures).
Au sortir de cette rencontre qui s’est déroulée en langue Baoulé, bien sur, le coordonnateur principal nous a expliqué les raisons et les objectifs de cette nouvelle Coordination des Baoulés du département de Gagnoa.
Amani N’dri, professeur d’Espagnol et responsable dans un établissement scolaire secondaire de Gagnoa ville et président de cette coordination s’explique: «Nous avons mis en place cette coordination pour mobiliser les membres de la Communauté Baoulé pour le Pdci-Rda en vue des élections de 2020 pour la victoire de notre parti.». Il a précisé que «la Coordination a un rôle de sensibilisation, de mobilisation en commençant par l’enrôlement qui va venir pour que les frères et sœurs se fassent enrôler, parce que nous avons constaté que parmi les membres de cette communauté, ils sont nombreux qui n’ont pas de pièce d’identité. Nous allons les sensibiliser, les aider à se faire confectionner ces pièces afin de participer efficacement et effectivement à ces élections qui vont venir».
Pourquoi donc seulement la communauté Baoulé ? Il dira que «c’est vrai que ce n’est pas seulement ce peuple qui soit dans cette situation de sans papier, mais pour le Pdci, nous avons choisi de mobiliser cette communauté qui regorge d’assez de militants de ce parti ancien qui n’ont pas de papier pour voter pour le parti qu’ils aiment dans le département de Gagnoa puis dans la région du Gôh. Avant d’aller balayer chez ton voisin, il faut commencer par rendre chez toi-même propre. Et, c’est bien au regard des résultats des dernières élections locales et régionales que nous avons décidé de nous organiser. Donc, nous cherchons d’abord tous les Baoulé Pdci, les enrôler au ficher national du parti ensuite de la nation, qu’ils aient leurs cartes de militants du Pdci-Rda et leur Carte nationale d’identité (Cni) pour voter, avant d’aller vers les Baoulé qui ne sont pas du Pdci, parce qu’il y en a ici et partout ailleurs. Et si possible, nous allons aussi voir nos frères et sœurs des autres communautés vivant à Gagnoa».
Puis de conclure qu’«en fait, nous voulons respecter la volonté de nos chefs traditionnels qui ne doivent plus faire de la politique partisane pour rester coller à leur nouveau statut et règlement que leur confère la Charte de la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels, tout en les respectant et les honorant selon leur rang de guide pour toute la communauté et pour qu’ils se consacrent rien qu’à la cohésion sociale, aux règlements des litiges sans parti pris. Nous, nous allons faire la politique, dissocier la chefferie traditionnelle d’avec la politique, en sensibilisant, mobilisant nos compatriotes pour la victoire du Pdci-Rda et selon la volonté et le choix du président Henri Konan Bédié que nous reconnaissons comme notre chef de famille politique. Et nos chefs traditionnels et coutumiers ne seront plus gênés par la politique. Nous voulons aussi aider efficacement notre frère, le chef du Secrétariat exécutif du parti, Pr Maurice Kakou Guikahué qui est un haut cadre de notre région du Gôh et qui se bat presque seul face aux gros moyens de nos frères qui sont partis de l’autre côté pour faire disparaitre le Pdci-Rda d’Houphouet-Boigny et le fondre dans ce ‘’machin’’ sans issue et d’avenir qu’on appelle Rhdp unifié. Nous allons très bientôt faire des tournées pour dire à nos frères et sœurs que le seul parti capable de nous sortir de la misère, c’est bien ce parti, le Pdci-Rda, qui a délivré nos parents du travail forcé, du colon et qui nous a donnés notre indépendance sous la houlette du président-fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouet-Boigny. Nous allons donc recenser, d’abord les Baoulé Pdci avant d’aller vers les Baoulé non Pdci et pourquoi pas vers nos frères des autres communautés qui vivent dans la région du Gôh ? La réussite de notre mission sera de voir le Pdci-Rda du président Félix Houphouet-Boigny, légué aux Ivoiriens, à travers Henri Konan Bédié, revenir au pouvoir d’Etat en 2020, le gérer et finaliser le projet de Nation, la Nation du père-fondateur où on ne parle pas de rattrapage, tribalisme, régionalisme et autres ‘’isme’’ diviseurs des Ivoiriens pour le bonheur de vivre et d’appartenir à ce jadis beau pays appelé la Côte d’Ivoire».
ANGE NICAELLE LYRANE, à Gagnoa

Lire la suite
16 Avr
0

Pr Kakou Guikahué, S.E en chef du Pdci-Rda recadre les pro-Rhdp unifié: «Le président Bédié n’est en palabres avec personne… que les gens cessent de traumatiser les militants»

Le secrétariat exécutif en chef a eu une importante réunion, lundi 15 avril 2019, avec les délégués départementaux et communaux au siège du Pdci-Rda à Cocody. Pr Maurice Kakou Guikahué qui a présidé la rencontre en a fait un résumé à la presse.

Recomposition des délégations: Guikahué met les délégués en mission
«Nous avons rencontré les délégués pour une séance de travail. Le 5 avril dernier, nous les avons rencontrés pour une prise de contact et cette fois, il s’agissait de voir comment, on opérationnalisait toutes les délégations qui ont été créées. Parce que le président du parti a créé 106 délégations nouvelles. Donc, nous sommes maintenant à 338 délégations. 333 délégués ont été nommés parce que nous n’avions pas encore de consensus sur les désignations de Ferké, de Minignan, de N’gattakro et Daoukro. Nous avons donc rencontré ces délégués pour les mettre en mission pour qu’ils restructurent rapidement leur délégation. Il y a deux types de délégations. Il y a les délégations qui n’ont pas été touchées. Pour celles-là on dit qu’il faille actualiser, d’autant plus que sur le terrain, il y a eu des mouvements. S’il y a des secrétaires qui ne sont plus là, qu’il y en a qui sont décédés, il faut qu’ils réactualisent les sections et les comités de base. D’autre part, il y a des délégations qui ont été découpées, donc, il fallait faire la répartition des anciens secrétaires de sections et puis voir comment renforcer les sections et les délégations pour former les bureaux. Nous leur avons donnés jusqu’à la fin du mois d’avril. Du 29 avril jusqu’au 7 mai, il y aura des rencontres par zone avec les inspecteurs pour faire les passations des charges. Une fois que les passations sont faites, on leur donne tout le mois de mai pour l’immatriculation des responsables politiques et à partir du mois de juin, le secrétariat rentre en action pour valider tous les bureaux et au mois de juillet, le président va valider toutes les sections qui ont été mises en place. Parce que n’est secrétaire de section que la personne qui est immatriculée et qui est à jour de ses cotisations. C’est la même chose pour les comités de base ainsi que les membres des bureaux des comités de base. Donc, nous avons le mois de mai et le mois de juillet pour nous mettre à jour», a expliqué Pr Maurice Kakou Guikahué.

«Le président Bédié n’est en palabres avec personne…»
«Par ailleurs, vu que sur le terrain, il y a divers sons de cloches, avec des gens qui vont sur le terrain pour parler de réconciliation entre les présidents Ouattara et Bédié, et puisque c’est devenu un discours ces dernier temps, je leur ai dit que le président Bédié n’est en conflit avec personne. Le président Bédié n’est pas en conflit avec le président Alassane Ouattara. Le Pdci n’a pas quitté le Rhdp sur un coup de tête. Le problème qui a été posé, c’est que la création du Rhdp unifié nécessitait la dissolution du Pdci-Rda. C’est ce que le président Bédié a refusé. Aujourd’hui, le président Bédié est le Chef d’un parti politique, il est le Chef du Pdci-Rda. Le président Alassane Ouattara est le chef d’un parti politique, le chef du Rhdp unifié. Donc, il peut y avoir des dialogues ou des discussions entre les partis politiques et cela ne pose aucun problème. Le président Alassane Ouattara est le président de la République donc, il a le droit de convoquer les partis politiques et d’échanger avec eux. Dans un pays démocratique, quand il y a des problèmes le chef de l’Exécutif consulte tous les acteurs politiques que sont les chefs des partis politiques ou les anciens présidents de la République. Donc si le président Alassane Ouattara veut échanger avec le président Bédié, cela m’étonnerait que le président Bédié refuse. Que les gens cessent de traumatiser les militants en mettant dans leur esprit qu’il y a des palabres entre le président Bédié et le président Alassane Ouattara. Tout simplement le Pdci-Rda a refusé d’être dissous. Est-ce que refuser la dissolution de son parti politique, c’est être en palabres avec des gens ? Je ne pense pas. Les gens qui parlent de réconciliation, si pour eux réconcilier les présidents Bédié et Ouattara, c’est demander au président Bédié de mettre le Pdci-Rda à la disposition du Rdr, pour que le Rdr puisse accroitre ses activités, cette réconciliation, nous ne l’a voulons pas. Parce que pour se réconcilier on doit se respecter et l’on réconcilie des personnes de même valeur qui existe. Si le Pdci-Rda et le président Bédié n’existent plus, quelle réconciliation nous allons faire. Ensuite, il y a des gens qui disent qu’ils sont Rhdp unifié et ils sont du Pdci-Rda. Mais l’existence du Rhdp unifié égal à la mort du Pdci-Rda. Comment peut-on être militant d’un parti qui est mort? Que les militants ne se laissent pas abusé par ces discours contradictoires. Qu’ils restent sereins. Le président a nommé de nouveaux délégués, et ces nouveaux délégués viendront vers eux, qu’ils les écoutent. Nous allons mobiliser les bases, nous nous préparons pour participer à toutes les tâches nationales à savoir l’établissement des cartes nationales d’identité, le recensement général de la population, le recensement électoral, la réforme de la CEI. Le Pdci-Rda est prêt à participer à toutes ces opérations pour que nous ayons la victoire en 2020. Que nos militants ne se laissent pas distraire. Le président Henri Konan Bédié n’a pas fait de palabre avec quelqu’un pour que des gens soient toujours en train de chanter la réconciliation entre Bédié et Ouattara. Ceux qui disent cela sont ceux qui créent les germes de conflit pour exister. Donc ils font des palabres artificiels pour qu’ils existent. Car si on ne parle plus de cela, ils ne pourront plus exister. Que les militants du Pdci-Rda soient rassurés, le président Bédié n’est en palabres avec personne», a conclu le Chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué.
Propos recueillis par Gilles Richard OMAEL et D. Sory

Lire la suite
14 Avr
0

Hommage du Pdci-Rda à Samba Traoré, inhumé samedi à Williamsville: Mme Henriette Konan Bédié pleure son ‘’fils’’, la tristesse et l’émotion étaient fortes…

Décédé le mardi 26 mars suite à une agression, Samba Traoré a été inhumé, ce samedi 13 avril 2019 au cimetière de Williamsville à Abidjan. Mais avant, le Pdci-Rda dont il était le président du mouvement de soutien ‘’Renouveau Pdci’’, a rendu un hommage mérité au combattant…au Lion, comme tous l’appelaient. C’était au siège dudit parti politique à Cocody, en présence de Mme Henriette Konan Bédié, l’épouse du président du parti, M. Henri Konan Bédié.
Plusieurs témoignages sur la vie et le militantisme de Samba Traoré ont permis de le connaitre à titre posthume. N’gbala Brou Dominique, son compagnon du ‘’Renouveau Pdci’’, n’a pas pu achever son discours. En sanglots, le protocole de Mme Bédié a dû l’enlever au pupitre pour le consoler. Quant à Karholin Korka, vice-président de ‘’Renouveau Pdci’’, il fera pleurer Mme Bédié. «Cette contrée ignorée dont nul voyageur ne revient, évoque pour moi, ce pays où tu résides désormais, mon cher Samba Traoré. Samba nous a quittés, ce mardi 26 mars 2019 et va reposer désormais dans cette terre du cimetière de Williamsville. Pour moi, le président, le compagnon, le leader du ‘’Renouveau Pdci’’ n’est pas mort, car un leader ne meurt jamais ! Samba, il m’est encore difficile de prononcer cette élégie, tant le chagrin m’étreint et tant l’inattendu de ton décès nous émeut… Vas en paix président Samba, vas car nous sommes fiers de toi parce que tu as mené le bon combat. Si nos adversaires pensent nous avoir envoyé un signal fort en t’assassinant, ils se trompent car la jeunesse du Pdci-Rda est encore plus déterminée et ne reculera devant rien. En 2020, après la victoire, je te promets que nous te célébrerons», a dit, entre des sanglots qu’il avait du mal à contenir, Karholin Korka. Mais il tient et continue. Pendant qu’il parlait, Mme Bédié enlevait, discrètement, ses lunettes pour essuyer les larmes jusque-là contenues, mais qu’elle ne pouvait plus contenir tant l’émotion était forte. Toutefois, elle est restée digne dans cette douleur visible.
Le chef du Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué, avant de poser la médaille de Chevalier sur le cercueil de Samba Traoré, a tenu à rappeler son courage pendant les dernières élections municipales à Port-Bouet. «Il est parti dans le fleur de l’âge, mais nous retenons de lui, l’image d’un grand combattant. Si, aujourd’hui, Dr Emmou a été élu maire de Port-Bouet, c’est aussi grâce au combat de Samba et ses amis sur le terrain. Qu’il soit cette graine qui tombe dans le sol, qui germe et donne beaucoup de fruits. Tes amis l’ont dit. Ton combat continue et nous te célébrerons en 2020 quand ce combat portera le Pdci-Rda au pouvoir d’Etat. Vas combattant, vas président et repose en paix», a dit en substance, le numéro deux du parti, celui qu’on appelle affectueusement ‘’capitaine courage’’. Puis il l’élève, au nom du président Bédié, au grade de Chevalier et remet sa médaille à sa mère ‘’pour continuer à entretenir la flamme militante du Pdci-Rda que son fils avait allumée’’.
Pour le porte-parole de la famille, Samba n’a pas vécu inutilement. Il a su se trouver une famille politique où on l’aimait vraiment. ‘’Nous avons vu comment le Pdci, depuis l’annonce du décès de notre fils Samba, a été à nos côtés et à toutes les étapes. Nous voudrions exprimer toute notre gratitude au président Bédié, au Secrétaire Exécutif Guikahué et à toutes les instances du parti qui sont venus nous soutenir dans cette douleur inqualifiable. Samba est mort, mais un leader ne meurt pas, il renaitra’’, a-t-il dit.
Gilles Richard OMAEL, africanewsquick.net

Lire la suite