Blog

22 Oct
0

REMERCIEMENTS POUR LES JOURNEES POLITIQUES DES 18 ET 19 OCTOBRE 2019

La Direction du PDCI-RDA a organisé les 18 et 19 octobre 2019, à Yamoussoukro, des Journées Politiques, en Hommage au Président-Fondateur du PDCI-RDA, Felix HOUPHOUET- BOIGNY, dans le cadre de la commémoration du 114ème anniversaire de sa naissance.
Les festivités commémoratives ont été marquées par une messe d’action de grâce célébrée, le vendredi 18 octobre 2019, par Mgr. Alexis TOUABLY YOULO, Évêque du Diocèse d’Agboville et Administrateur Diocésain de Yamoussoukro et un meeting de remobilisation des militants du PDCI-RDA, un an après son 6ème Congrès Extraordinaire, qui a décidé du retrait du PDCI-RDA, du RHDP sous toutes ses formes.
Face au succès éclatant des manifestations, SE Henri KONAN BEIDE, Président du PDCI-RDA:
• remercie Mgr Alexis TOUABLY YOULO et le clergé de Yamoussoukro pour la qualité de la célébration et la densité de l’homélie prononcée au cours de la messe d’action de grâce:
• félicite le Comité d’organisation avec à sa tête, le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, le Délégué Communal du PDCI-RDA, le Maire Jean KOUAKOU KOUADIO GNRANGBE, les Délégués Départementaux et Communaux, les membres des Instances du Parti, les Secrétaires Généraux de section, les Présidents des comités de base, les responsables des UFPDCI et des JPDCI, les Présidents et Présidentes des Groupes et Mouvements de soutien au PDCI-RDA et au Président Henri KONAN BEDIE, les militantes, militants, sympathisantes et sympathisants du PDCI-RDA pour la mobilisation exceptionnelle du 19 octobre 2019 caractérisée par un déferlement inédit de militants sur la place Jean Paul II de Yamoussoukro;
• salue la présence remarquée des représentantes de l’Ambassade de France et de l’Union Européenne, des autorités coutumières et de la Cour Royale de Sakassou;
• exprime sa gratitude aux Présidents et responsables des Partis Politiques membres des plateformes CDRP, EDS, aux ONG et au Ministre ANAKY KOBENAN pour leur solidarité et leur engagement pour une Côte d’Ivoire réconciliée et rassemblée;
• félicite les forces de défense et de sécurité de la place de Yamoussoukro pour le parfait encadrement sécuritaire des manifestations ainsi que la presse nationale et internationale pour la large couverture médiatique du meeting du 19 octobre 2019;
Le Président du PDCI-RDA, fort de la réussite des cérémonies des 18 et 19 octobre 2019 et face à la ferveur des militants qui ont répondu massivement à son appel en dépassant largement les 500.000 militants au meeting du 19 octobre 2019 :
– invite les responsables politiques du terrain et tous les militants de base à se mobiliser dès ce jour pour exécuter la diligence prioritaire des trois (3) prochains mois; à savoir, la confection des pièces d’identité pour leur enrôlement sur les listes électorales;
– exhorte les militantes et militants du PDCI-RDA à renforcer l’esprit de sacrifice et d’engagement pour le parti et la ferveur militante observés lors du meeting du 19 octobre 2019, auquel ils se sont rendus massivement sans contrainte;
-demande à tous les militantes, militants, sympathisantes et sympathisants du PDCI-RDA de rester debout, soudés, vigilants, sereins, mobilisés et à l’écoute permanente des mots d’ordre de la Direction du Parti.

Fait à Abidjan, le 21 octobre 2019
P. Le Président du PDCI-RDA
P.O. Le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE

Lire la suite
20 Oct
0

DISCOURS DE MONSIEUR KOUACOU GNRANGBE K. JEAN MAIRE DE LA COMMUNE DE YAMOUSSOUKRO

  • Excellence Monsieur Henri KONAN Bédié, Président du PDCI-RDA ;
  • Mesdames et Messieurs les représentants des missions diplomatiques :
  • Mesdames et Messieurs les vices présidents ;
  • Monsieur le Secrétaire Exécutif en Chef ;
  • Mesdames et Messieurs les membres des instances de notre grand parti ;
      • Délégués Départementaux et Communaux ;
      • Bureau Politique ;
      • Grand Conseil ;
  • Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux de section ;
  • Mesdames et Messieurs les Présidents de comités de base ;
  • Mesdames et Messieurs les responsables des structures spécialisées ;
  • Mesdames et Messieurs les représentants des partis politiques frères ;
  • Honorables chefs coutumiers, 
  • Mesdames et Messieurs les représentants de la presse nationale et internationale. 

Mesdames et Messieurs les militants et sympathisants du PDCI-RDA, je suis infiniment heureux de m’adresser à vous en ma double qualité de Maire mais surtout de délégué Départemental du PDCI-RDA. 

 «  La vie du Président Félix HOUPHOUET BOIGNY fut exceptionnelle. Ce fut, comme il est trop banal de le dire, un destin exemplaire. Un destin à l’échelle de notre humanité dont l’empreinte a marqué pour toujours l’Afrique et le monde par la force de ses convictions, la justesse de ses analyses et avant tout, par sa recherche permanente de la paix en toutes circonstances. »

Cette citation est de vous Monsieur le Président Bédié. Elle cadre parfaitement Félix HOUPHOUET BOIGNY.

Vous avez synthétisé en ces quelques mots celui qu’adversaires et disciples s’accordent à appeler le Sage, l’apôtre de la paix !

En cette journée mémorable, je voudrais avec déférence et joie saluer les vrais héritiers que vous êtes, vous les vrais Houphouëtistes unis et rassemblés ici à Yamoussoukro pour honorer et surtout porter témoignage de sa pensée profonde et vivifiante, de son action grandiose de développement, de sa philosophie humaniste basée sur la tolérance, la solidarité, l’amour et la paix.

Grâce à son génie politique, Félix Houphouët BOIGNY a su fédérer toutes les énergies et toutes les compétences depuis son mémorable discours du stade Géo André en tendant la main à ses adversaires, dans la concorde, dans le respect car il a su convaincre et non contraindre ses opposants à une marche forcée vers le parti unique. 

Mesdames et Messieurs,

Chers frères et sœurs militants du PDCI-RDA,

En cette journée du souvenir, de la reconnaissance et de l’engagement pour l’avenir, je suis certain que les  militants du PDCI-RDA s’engageront à se conformer aux idéaux cardinaux du PDCI-RDA prônés par Félix Houphouët BOIGNY, dont le pardon. 

Oui chers frères et sœurs, pardonnons l’offense, les quolibets, les anathèmes virulents, les reniements et démissions spectaculaires et incompréhensives dans nos rangs.

Même si les défections nous ont fait mal, très mal, ne rejetons pas nos frères et sœurs militants du PDCI-RDA pris dans la tourmente des vents contraires. Maintenons-leur la main tendue! Nous nous retrouverons. Comme dans la parabole de l’enfant prodigue, ouvrons leur nos cœurs et nos bras car Félix HOUPHOUET BOIGNY disait toujours que son cœur était si petit qu’il n’y avait pas de place pour la haine, mais seulement de l’amour. Remplissons nos cœurs d’amour, de compassion et de compréhension. 

Dans sa sagesse légendaire, Nanan Félix HOUPHOUET BOIGNY nous a enseigné ceci : « il y a une école qui ne délivre jamais de diplômes ; c’est l’école de la vie ». Or Félix HOUPHOUET BOIGNY est en lui-même une école. 

Parmi ces nombreux disciples, Henri KONAN Bédié est un héritier issu du sérail qui a fait ses classes lentement, patiemment.

 Bédié rassure par sa longue expérience et sa fidélité au PDCI-RDA. Chers militants, Bédié inspire confiance : nous avons raison de le suivre, suivons-le !

C’est le lieu d’adresser une reconnaissance particulière au Président  Henri KONAN Bédié. 

Oui, Monsieur le Président Bédié, vous avez déjoué le piège visant la dissolution du PDCI RDA par absorption. Vous avez évité la seconde mort d’HOUPHUOUET BOIGNY en sauvegardant le plus beau et le plus symbolique de son héritage : le PDCI RDA, son instrument de lutte politique et son outil de développement. Je voudrais avec déférence, fierté et avec joie, vous remercier.

Vous êtes sans aucun doute le digne héritier et le continuateur de l’œuvre de Félix HOUPHOUET BOIGNY. Nous te suivons !

Militantes, militants, sympathisants du PDCI RDA, je m’en voudrais de terminer cette allocution sans m’acquitter d’un devoir de reconnaissance. 

Au nom des populations de Yamoussoukro, des élus et cadres, au nom des chefs traditionnels et religieux, je voudrais dire merci à vous tous, rassemblés ici ce matin. Venus du Nord, du Sud, du Centre, de l’Est et de l’Ouest, vous prouvez par cette présence massive et joyeuse la vitalité du PDCI RDA, qui, comme le roseau plie mais ne se casse jamais. Avec vous et grâce à vous, le PDCI vivra, vivra, vivra.

C’est ici que je m’arrête. 

Lire la suite
20 Oct
0

ALLOCUTION DE MONSIEUR KAMAGATE BRAHIMA PRESIDENT DU COMITE D’ORGANISATION PRATIQUE

• Excellence Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA ;

• Monsieur le Secrétaire Exécutif, chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA, Pr Maurice Kakou GUIKAHUE ;

• Mesdames et Messieurs les vice-présidents du PDCI-RDA ;

• Distingués membres des instances de notre grand parti, en vos rangs, grades et qualités ;

• Militantes, militants ;

• Honorables invites ;

• Mesdames, messieurs.

C’est pour moi un insigne honneur de prendre la parole à l’occasion de notre grand rassemblement de ce jour, au nom du comité d’organisation pratique des cérémonies commémoratives de la date anniversaire de la naissance du père fondateur, le Président FELIX HOUPHOUET BOIGNY.

Monsieur le Président du PDCI-RDA ;

Mesdames, Messieurs ;

Date historique, le 18 Octobre, marque l’anniversaire de la naissance de FELIX HOUPHOUËT BOIGNY, Premier Président de la Côte d’Ivoire et fondateur de notre Grand parti, le PDCI-RDA.

Pour célébrer cet évènement, le PDCI-RDA et son président Henri Konan BEDIE, digne successeur du bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne et modèle ont décidé d’organiser des journées politiques d’hommage à cette personnalité hors pair, aux qualités multidimensionnelles que fut FELIX HOUPHOUËT BOIGNY.

C’est donc à juste titre que ces journées ont pour thème général : Honneur et gloire à FELIX HOUPHOUËT BOIGNY. Le PDCI-RDA, 25 ans après, avec Henri Konan BEDIE.

Après le vendredi 18 octobre 2019, journée consacrée à la prière et au recueillement qui ont ravivé dans la mémoire collective des militantes et militants du PDCI-RDA, le souvenir du président FELIX HOUPHOUËT BOIGNY, nous voici réunis aujourd’hui, samedi 19 Octobre 2019, pour ce grand meeting de remobilisation et de vérité.

Monsieur le Président, le PDCI-RDA est rassemblé autour de vous sur cette place mythique Jean Paul II de Yamoussoukro pour vous exprimer également le soutien total de vos militantes et militants.

Qu’il me soit permis de souhaiter, au nom du comité d’organisation, la bienvenue à toutes et à tous. Qu’il me soit permis aussi de vous demander d’avoir une pensée particulière pour celui dont j’assure l’intérim, le Secrétaire exécutif chargé de la mobilisation et de l’organisation, le Maire Noël Akossi BENDJO en exil.

Je salue très respectueusement le Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA et Superviseur Général de l’organisation de la présente cérémonie. Je lui exprime ma profonde gratitude pour la confiance placée en notre équipe. Enfin je remercie les membres du comité d’organisation, avec à leur tête le Professeur Maurice Kakou GUIKAHUE, Chef du Secrétariat Exécutif, Coordonnateur Général du comité d’organisation pour son encadrement et son assistance.

Le succès de ces journées d’hommage repose sur tous ceux qui de près ou de loin nous ont apporté leur précieux concours.

Cependant, je voudrais solliciter votre indulgence, à tous et à toutes, pour les éventuels imperfections, désagréments et manquements que vous constaterez.

Mesdames et Messieurs,

Militants et Militantes du PDCI_RDA

Chers invités

Je voudrais clore mon propos en souhaitant un bon meeting à toutes et à tous sous la protection et la bénédiction de Felix Houphouët Boigny.

Vive le PDCI-RDA,

Vive Henri Konan BEDIE ;

En avant pour la victoire du PDCI-RDA en 2020 ;

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.

Je vous remercie.

Fait à Yamoussoukro, le 19 octobre 2019

KAMAGATE BRAHIMA

Président du Comité d’Organisation pratique

Lire la suite
20 Oct
0

Henri Konan Bédié, depuis Yamoussoukro, crache des vérités crues au régime Ouattara: «Notre Parti n’a pas détruit, il n’a fait que bâtir et construire sans verser une seule goutte de sang humain»

COMMEMORATION DU 114ème ANNIVERSAIRE DE LA NAISSANCE DE FELIX HOUPHOUET-BOIGNY.

« HONNEUR ET GLOIRE À FELIX HOUPHOUET-BOIGNY, LE PDCI-RDA, 25 ANS APRÈS, AVEC HENRI KONAN BEDIE »

SAMEDI 19 OCTOBRE 2019- 11H00- PLACE JEAN PAUL II- YAMOUSSOUKRO

ADRESSE DE SON EXCELLENCE HENRI KONAN BEDIE
PRÉSIDENT DU PDCI-RDA

« GRATITUDE- EXEMPLARITE- LEÇONS POUR DEMAIN »

Monsieur le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA,
Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents,
Mesdames et Messieurs les membres du Secrétariat Exécutif,
Mesdames et Messieurs les Présidents et Représentants des Partis Politiques, membres des plateformes CDRP et EDS,
Excellences Mesdames et Messieurs les représentants du Corps diplomatiques et des organisations internationales,
Mesdames et Messieurs les membres des Instances du PDCI-RDA,
Mesdames et Messieurs les Invités,
Militantes et Militants du PDCI-RDA,
Mes chers Compagnons.

Invocations aux mânes de Félix HOUPHOUËT-BOIGNY et des pères fondateurs du PDCI-RDA

Voilà cent quatorze ans, que naquit ici en terre « Akouè », Félix Houphouët-Boigny, celui-là même qui allait marquer toute l’histoire contemporaine de la Côte d’Ivoire moderne, de sa colonisation à son Indépendance.

A l’occasion de la commémoration de ce 114ème anniversaire, le PDCI-RDA a décidé de rendre un vibrant hommage au Grand homme qu’il fut pour la Côte d’Ivoire, pour l’Afrique et pour le monde.
Vous êtres venus de toutes les contrés, malgré les routes chaotiques , malgré les routes biodégradable.

Félix Houphouët-Boigny aura, en quelques neuf décennies, été de tous les combats et aura marqué de son sceau toute l’histoire de la Côte d’Ivoire moderne et contemporaine.

On peut rappeler sa lutte contre le système colonial et ses pratiques avilissantes tels que le travail forcé, l’impôt de capitation et les réquisitions arbitraires et plus précisément :

– la création le 10 juillet 1944 du SYNDICAT AGRICOLE AFRICAIN, lequel constitua l’instrument de lutte et de défense des intérêts des agriculteurs nationaux ; et inspira la promotion de l’agriculture comme socle du progrès de notre pays ;

– l’adoption de la loi Houphouët-Boigny du 11 avril 1946, portant abolition du travail forcé ;

– la création le 09 avril 1946 du PDCI suivi du RDA le 18 octobre 1946, instrument d’intégration politique et sociale des pays africains sous tutelle coloniale pour l’émancipation politique des peuples africains et également l’instrument de lutte politique qui a permis l’accession à l’indépendance de la Côte d’Ivoire.
C’est dans ce contexte que le PDCI-RDA a exercé le pouvoir d’Etat de 1960 à décembre 1993.
Héritiers de cette œuvre immense, Nous ne le remercierons jamais assez.

A ses côtés, durant trois décennies, nous avons appris et contribué à asseoir un état de droit fondé sur ce qu’est :

1- une organisation politique efficiente à l’écoute, proche et au service du peuple;

2- une organisation étatique bien structurée et efficace dans l’évaluation des besoins nationaux et l’atteinte des objectifs socio-économiques pour le bien-être des populations;

3- une organisation sociale harmonieuse axée sur une interaction permanente entre une administration locale de développement et les entités coutumières;

4- une diplomatie active, source d’un rayonnement incontestable de la Côte d’Ivoire dans le monde.

La conduite et la réussite d’une telle œuvre, durant trois décennies, démontre que Félix HOUPHOUET-BOIGNY a su incarner l’unité nationale et offrir le progrès social attendu des concitoyens, que nous sommes, dans notre diversité régionale, ethnique, religieuse, culturelle et sociale.

Sa conception de l’homme politique qui, selon lui, doit être constamment au service et à l’écoute de son peuple pour l’épanouissement et l’émancipation de celui-ci, lui a permis de conquérir le cœur de ses concitoyens qui l’ont appelé affectueusement :« le père de la nation ».

Honneur et gloire à FELIX HOUPHOUËT-BOIGNY, qui nous a légué une Côte d’Ivoire prospère, unie, hospitalière et solidaire des autres pays.

Chers Compagnons,

C’est cet homme de progrès, apôtre de la paix, bâtisseur infatigable de la Côte d’Ivoire moderne, et de consensus national, que nous célébrons aujourd’hui.

Chers compagnons
« Sur la route des temps nouveaux », rappelons-nous la mise en garde du père fondateur qui disait en 1978 : « Au soir de notre lutte commune pour l’émancipation de l’Afrique, le rang solide, compact, que nous formions s’est quelque peu désagrégé. Car certains des nôtres, impatients, n’ont pas compris la patience calculée de ceux qui veulent s’armer davantage d’efficacité pour assurer le meilleur devenir à notre pays. »

Hélas, ces propos si édifiants n’ont guère résisté à l’impatience de certains.

Comme l’a rappelé dans son discours, Monsieur Maurice Kakou GUIKAHUE, Secrétaire Exécutif en chef, le PDCI-RDA a démontré sa force et son implantation nationale en résistant à toutes les tentatives d’affaiblissement et de liquidation de notre grand parti.

En ce jour solennel de la célébration du souvenir du Président Félix Houphouët-Boigny, nous voudrions remercier et féliciter toutes les militantes et tous les militants qui ont participé, de près comme de loin, à cette grande victoire dans la lutte contre la déstabilisation du PDCI-RDA.

Nous disons, ici et maintenant, que les vrais et seuls disciples de Félix Houphouët-Boigny sont les militantes et militants qui ont protégé et protègent la maison du père, le PDCI-RDA.

Comme, mon jeune frère Laurent DONA FOLOGO, qui a évité le 1er coup d’Etat en Côte d’Ivoire en 1993.
Les vrais militants, c’est vous, militants de base, Présidents de comité, Secrétaires généraux de Sections, Jeunes, Femmes et tous les cadres confondus, qui composez le nouveau PDCI-RDA, revigoré et déterminé à reconquérir le pouvoir d’Etat en 2020.

C’est pourquoi nous devons veiller à la sincérité et la régularité de la prochaine élection présidentielle, à travers entre autres les activités suivantes :

• La poursuite de toutes les actions répétées judiciaires en cours, pour mettre
définitivement fin à l’utilisation frauduleuse et abusive du logo de notre parti le PDCI-RDA par le parti unifié RHDP ;

• La dénonciation de tous les abus de déstabilisation des partis politiques de l’opposition ivoirienne orchestrés par les tenants du parti unifié RHDP.

• Le rejet des décisions d’une justice aux ordres qui ne fait que condamner arbitrairement nos militants.

• La poursuite de toutes les actions répétées afin de parvenir à la mise en place effective d’une CEI consensuelle et indépendante, conforme aux normes internationales et capable d’organiser des élections transparentes, apaisées, justes, crédibles.

A ce propos, je voudrais vous informer officiellement que la requête adressée, par les groupes parlementaires de l’opposition ivoirienne, dont le PDCI-RDA, à la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, exprimant notre opposition à l’application de la nouvelle loi sur la CEI a été jugée recevable par cette Cour.

Nous espérons une conclusion heureuse dans les prochains mois.

C’est le lieu de saluer nos frères et amis des Partis Politiques qui ont non seulement répondu à notre appel de la constitution de la plateforme non idéologique des partis de l’opposition mais également ceux qui ont répondu favorablement à notre invitation.
Par ailleurs, nous saluons la présence de nos frères de la plateforme EDS.

Ainsi, avec les partis politiques membres de la plate-forme CDRP et ceux de la plate-forme EDS, appuyés par les forces vives de la société civile, nous mettrons en œuvre nos engagements conjoints pour parvenir à la réconciliation nationale, seul gage de l’unité nationale, de la stabilité politique définitive et durable en Côte d’Ivoire.

Ces engagements visent également, outre les interpellations que nous avons déjà faites au Gouvernement sur l’orpaillage clandestin, la protection des forêts classées, le règlement des conflits fonciers nés de l’occupation illicite des terres cultivables par des non-ayants droit, la fraude sur la nationalité, la prorogation de la durée des Cartes Nationales arrivées à expiration en juin 2019 et la gratuité des cartes d’Identités pour les nouveaux ayants droits, les nouveaux majeurs .

1- la libération de tous les prisonniers politiques, civils et militaires ;
2- le retour de tous les exilés civils et politiques y compris le Président Laurent GBAGBO et le ministre BLE Goudé.

Chers frères et chères sœurs,
nous assistons à des dérives dangereuses et totalitaires qui menacent gravement notre chère République.

Oui cette république que nous avons bâtie patiemment, dans la paix et la concorde, durant plus d’un demi-siècle.

Nous ne devons pas fléchir, car l’heure est grave ; notre république est menacée, faute d’une justice impartiale et égale pour tous.

Chers concitoyens, ne cédons pas à la peur, sinon nous serons complices et comptables de l’effondrement de la République qui protège et défend les valeurs essentielles de paix sociale, de concorde et de cohésion nationale, indispensables à toute vie harmonieuse dans notre nation.

Réveillons-nous pour dire non à cette dictature rampante.

Aujourd’hui, nous sommes à un tournant décisif pour notre Parti.

A l’approche de l’élection présidentielle prochaine, le PDCI-RDA, ses alliés et sympathisants sont plus que jamais déterminés pour reprendre les rênes de ce pays, pour enfin le reconstruire selon la vision, du Père Fondateur.

Cette vision s’appuie sur une jeunesse dynamique, l’union de tous, le travail assidu de chacun et la discipline sans laquelle il ne peut y avoir de progrès, ni de paix durable dans le cœur des ivoiriens.

Chers Compagnons, si nous sommes déterminés; alors Rien, je dis bien RIEN ne nous arrêtera.

Le PDCI-RDA est un parti qui a toujours été, est et restera très ambitieux pour notre pays. Notre parti, fidèle aux valeurs des Pères Fondateurs n’a introduit ni violence ni armes dans ce pays.

Notre Parti n’a pas détruit, il n’a fait que bâtir et construire sans verser une seule goutte de sang humain.

Au PDCI-RDA nous voulons l’épanouissement de femmes, autonomes sur le plan économique afin qu’elles jouent un rôle déterminant dans le développement du pays.

Au PDCI-RDA, nous voulons que la justice soit la même pour tous.

Nous voulons des populations qui vivent dans la paix et la sérénité.

Nous voulons une Côte d’Ivoire prospère et gagnante sur tous les plans, avec un secteur privé fort et des champions nationaux qui créeront des emplois pour notre jeunesse, de la valeur ajoutée pour notre économie et assureront une formation de nos compatriotes.

Oui, militantes et militants, nous sommes là, debout et déterminés à en finir avec ces situations difficiles pour les ivoiriens:

– Le niveau de l’éducation de nos enfants a baissé en qualité et en rendement : comment imaginer qu’aujourd’hui qu’un enfant scolarisé sur deux quitte l’école avant la classe de 6ème ?

– Les jeunes sont de moins en moins qualifiés pour un marché de l’emploi qui nécessite des compétences précises. Voilà pourquoi nos jeunes sœurs et frères ne trouvent pas d’emploi et sont livrés à eux-mêmes;

– La jeunesse n’a plus de repères et est trop souvent abandonnée à son triste sort, poussée vers des dérives violentes et avilissantes;

– Selon un récent rapport de l’Union Européenne, 9 emplois sur 10 sont dans le secteur informel, laissant sans protection sociale nos filles et fils;

– Le système de santé ivoirien est aujourd’hui l’un des plus mauvais de la sous-région avec des taux élevés de mortalité infantile et maternelle, et une qualité des soins médiocre;

– Le pouvoir d’achat, malgré les taux de croissance annoncés pompeusement, est de plus en plus faible et de nombreuses familles sont vouées à la précarité, voire la mendicité.
Beaucoup de famille ne peuvent pas scolariser leurs enfants.

Face à cela, nous assistons aujourd’hui à une gouvernance opaque, une administration au service du RHDP au sein de laquelle les cadres des autres partis politiques sont martyrisés ou tout simplement mis sur la touche.
La compétence n’est donc plus un critère de sélection ou de promotion.

Sur ce lieu sacré, terre natale de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, nous nous tournons résolument vers le futur !

Nous allons réaliser la vraie réconciliation des filles et fils de la Côte d’Ivoire, dans la fraternité et le dialogue, en rassemblant tous ceux qui aiment vraiment notre chère patrie au-delà de tout intérêt personnel et de tout système opaque et clientéliste.

Nous allons travailler à réduire les inégalités et les injustices.

Nous allons procéder activement à une redistribution des richesses de la croissance que nous allons générer, aux profits des plus pauvres.

Oui nous allons donner aux plus pauvres une meilleure qualité de vie, une vie moins chère et l’espoir de meilleurs lendemains.

Nous allons privilégier la compétence et non l’appartenance ethnique, clanique et religieuse.

Nous allons réinstaurer un État de droit où la justice sera la même pour tous.

Nous allons réformer notre système éducatif afin d’en faciliter l’accès pour le plus pauvres, d’en améliorer la qualité et le mettre en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi.

Voilà comment, nous allons donner du travail à notre jeunesse.

Nous allons améliorer le système de santé de notre pays afin que les plus pauvres puissent avoir des soins de qualité et une plus grande espérance de vie.

Nous allons reformer l’armée afin qu’elle soit Républicaine et nous protège des agressions extérieures et des terroristes.
Nous allons restructurer notre police afin qu’elle assure la discipline et la sécurité que tous les ivoiriens attendent.

Nous allons redynamiser notre économie en améliorant nos infrastructures à l’intérieur du pays, en décentralisant nos industries, en améliorant le rendement de notre agriculture en instaurant un environnement des affaires parmi les meilleurs au monde.

Le PDCI-RDA, à sa prochaine convention va élire le candidat qui sans aucun doute, grâce au soutien de tous, nous permettra de gagner les élections présidentielles de 2020.

Président Félix Houphouët-Boigny vous avez dit : « Ce que veut l’Ivoirien, c’est le partage de la richesse et non de la misère. Et pour ce faire, il doit, avant tout, contribuer à créer ces richesses. » Le PDCI-RDA va œuvrer à transformer ce vœu des ivoiriens en réalité.

Nous demandons à nos frères, sœurs amis qui partagent notre vision de la Côte d’Ivoire de se joindre au PDCI-RDA, de militer activement afin que nous gagnions ensemble les élections l’année prochaine. Nous leur demandons de faire leurs papiers d’identité, de s’inscrire sur les listes électorales afin que leurs voix comptent et contribuent à la victoire de l’opposition en 2020.

Mes chers Compagnons, tels sont les engagements que nous devons mettre en œuvre, avec opiniâtreté et abnégation, en liaison avec les forces vives de la nation qui demeurent déterminées à nos côtés.

Soyons forts devant l’adversité.

Défendons avec détermination et courage notre chère Côté d’Ivoire.

Préservons la liberté de son esprit et la pureté de son cœur.
L’échec n’est pas une option à envisager, car unis et déterminés, nous disposons des moyens légaux et légitimes pour reconquérir le pouvoir d’Etat.

Allons tous travailler à la victoire en 2020.

Ta flamme cher Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, ne s’éteindra jamais.
Nous tous ici, nous y veillerons !
A ton tour guide nous et aide-nous à atteindre ces nouveaux horizons du Bonheur !

Vive les partis politiques membres des plates formes : CDRP et EDS ;
Vive le PDCI-RDA !
Vive la Côte d’Ivoire et tous ses habitants !
Je vous remercie.
Fait à Yamoussoukro, le 19 octobre 2019
Henri Konan BEDIE
Président du PDCI-RDA

Lire la suite
20 Oct
0

Le S.E Kakou Guikahué, depuis Yakro aux Ivoiriens: «N’ayez pas peur, il n’y rien»

MEETING DU SAMEDI 19 OCTOBRE 2019- 11H00- PLACE JEAN PAUL II
DE YAMOUSSOUKRO

ALLOCUTION DU SECRÉTAIRE EXÉCUTIF DU PDCI-RDA
PR MAURICE KAKOU GUIKAHUE

N’AYEZ PAS PEUR, IL N’Y A RIEN

LE PDCI, PARTI FONDÉ POUR SERVIR LE VAILLANT PEUPLE IVOIRIEN TOUJOURS VIVRA……

LE PDCI POUR GAGNER TOUS LES COMBATS TOUJOURS VIVRA……

LE PDCI-RDA TOUJOURS VIVRA VIVRA VIVRA.

Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des organisations internationales
Mesdames et Messieurs les Présidents et Représentants des Partis Politiques des Coalitions pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) et Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS)
Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents du PDCI-RDA.
Mesdames et Messieurs les membres du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA
Mesdames et Messieurs les membres des Instances du Parti
Honorables Guides Religieux et Chefs Traditionnels
Mesdames et Messieurs
Chers Invités
Militantes et Militants du PDCI-RDA
Chers Amis de la Presse Nationale et Internationale.

Rassemblés sur cette emblématique place, Jean-Paul II, de Yamoussoukro, pour rendre, ce jour, un hommage appuyé au Président- Fondateur de notre grand Parti, le PDCI-RDA, parti bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne, j’ai l’agréable plaisir de vous saluer pour votre présence qui rehausse l’éclat de notre manifestation.

Monsieur le Président,

Lors du Bureau Politique du 27 juin 2019, vous nous avez instruit à l’effet d’exécuter sans délai, des diligences tant internes pour la remobilisation et la redynamisation du Parti, qu’externes pour la consolidation de notre coopération avec les Partis politiques de l’opposition, à travers la mise en place d’une plateforme non idéologique des Partis politiques et le renforcement des liens avec les plateformes partenaires.

Après quatre mois d’activités des membres de la Direction du Parti, des Délégués et de tous les responsables de base, nous voici, ce samedi 19 octobre 2019, à Yamoussoukro, pour vous présenter :
• la masse des valeureux militantes et militants du PDCI-RDA, revigorés et déterminés, accourus de tous les hameaux, villages et villes de Côte d’Ivoire ;
• les Présidents et représentants des Partis Politiques qui ont répondu à votre appel de la mise sur pied d’une plateforme non idéologique pour une Côte d’Ivoire réconciliée et rassemblée, la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) ;
• le Président et les représentants des Partis politiques membres de la plateforme, Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), plateforme avec laquelle, nous menons le combat d’une Commission électorale Indépendante (CEI) réformée et consensuelle.
Toutes les diligences que vous nous avez assignées ont été réalisées. On peut noter principalement :
• les actions judiciaires engagées pour le retrait du logo du PDCI-RDA de celui du parti unifié RHDP ;
• la signature de la charte de la plateforme non idéologique des partis politiques de l’opposition ivoirienne et des forces vives de la nation éprises de paix et d’équité, devant contribuer à la Réconciliation nationale et à la paix sociale, la « Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix » (CDRP) ;
• la mise en place du cadre de concertation élargie et la poursuite du combat pour la modification de la loi relative à la Commission Electorale Indépendante avec les Partis politiques de la plateforme EDS et les groupes Parlementaires de l’opposition.

Militantes et Militants
La force et la vigueur de notre grand Parti pour la lutte contre les complots, la tentative de modification de la constitution et la reconquête du pouvoir d’Etat en octobre 2020, passe par une mobilisation permanente du Parti, du sommet à la base, de toutes les structures spécialisées et opérationnelles pour la poursuite de la réalisation effective de toutes nos activités sur le terrain.
Cette mobilisation est plus que nécessaire car après l’échec cuisant de la liquidation de notre Parti en 2018, des actions de déstabilisation sont menées contre notre Parti par l’instrumentalisation de la justice ivoirienne.
Au nom de son indépendance, nous demandons au pouvoir judiciaire d’user de son autorité pour que le droit soit dit en toute impartialité et en toutes circonstances.
Ce sera ainsi faire œuvre de justice que soient annulées courageusement, les décisions iniques concernant :
• Noël AKOSSI Bendjo, condamné à tort par contumace ;
• Valentin KOUASSI NDRI, condamné sans délit constitué, à garder le silence et à ne pas participer à des activités publiques ;
• Jacques MANGOUA, victime d’un complot et ;
• AMANI Moise, condamné pour délit d’opinion.
Nous devons, ensemble dénoncer et condamner les tueries de paisibles citoyens lors des élections locales d’octobre 2018, des événements de Beoumi, de la manifestation pacifique de soutien à Jacques MANGOUA, à Djebonoua et du jeune SORO KOGNON, à Korhogo.

Nous exigeons que des enquêtes crédibles soient diligentées pour retrouver, juger et condamner les auteurs de tous ces meurtres odieux

Mesdames et Messieurs,
Militantes et Militants.
Dans le déroulement de notre programme politique nous voici à une étape décisive avant le lancement de la préparation de la convention de désignation de notre candidat, à l’élection présidentielle d’octobre 2020, après ce grand regroupement.

Aussi, ma joie est-elle indicible et le devoir, agréable pour moi de me tenir aux côtés et d’être le collaborateur d’un monument de la politique ivoirienne, du disciple valeureux, l’original et non la copie, l’héritier authentique de FELIX HOUPHOUËT-BOIGNY.
J’ai nommé Son Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, le légataire du testament politique et le dépositaire légitime de l’héritage du cerveau politique de premier ordre, FELIX HOUPHOUËT-BOIGNY, Père de la Nation Ivoirienne.

Pour nous, le Président Henri KONAN BEDIE, est une somme d’expériences ayant gravi tous les échelons : brillant étudiant, diplomate, ministre, élu local, parlementaire et Chef d’Etat.

Il fut celui qui inaugura les discours de clôture des congrès du PDCI-RDA, confiés aux jeunes. Il prit les rênes du parti, en 1994, à la suite du rappel à Dieu, du Président-Fondateur ; Felix HOUPHOUET-BOIGNY : il y a 25 ans.

Henri KONAN BEDIE est une personnalité qui occupe la scène politique nationale de 1959 à nos jours. Au service de la Côte d’Ivoire et du PDCI-RDA depuis 60 ans, il fut et demeure un acteur déterminant de notre histoire nationale.

Henri Konan BEDIE est une figure politique incontournable, comme en témoigne son parcours exceptionnel de haut cadre, technocrate accompli et d’homme politique averti. Syndicaliste estudiantin chevronné, il a toujours su prendre la défense de la cause de ses semblables.

En parcourant le livre de sa vie, Henri KONAN BEDIE est également un homme du pays rural, planteur et exploitant agricole, attaché à la terre. On ne le dit pas assez, il fut aussi un Président- paysan à l’instar de Felix HOUPHOUET-BOIGNY.

N’en déplaise à ses détracteurs, il faut dire haut et fort, que Henri KONAN BEDIE n’est pas un inconnu pour les générations d’Ivoiriens et que sa vie n’est pas une parenthèse dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Si vous entendez parler de Chaîne PAC en Côte d’Ivoire, c’est Henri KONAN BÉDIÉ.

Homme de paix, Henri KONAN BEDIE, et ce malgré, un coup d’Etat qui mis malheureusement fin à son programme d’affranchissement de notre pays du poids de la dette et qui le conduisit à l’exil, revint, comme régénéré par l’adversité, pour reprendre sa place dans une Côte d’Ivoire, en proie à la guerre et aux crises successives résultant, chaque fois, de la rupture de la légalité constitutionnelle.

Homme de réconciliation vraie, Henri KONAN BEDIE, a su faire montre de sa fibre patriotique et de sa stature d’homme d’état, non seulement en participant à toutes les actions entreprises dans le cadre de la recherche de la paix, mais surtout en jouant un rôle déterminant de Marcoussis à Ouagadougou, en passant par Accra et Pretoria et en rendant visite à Laurent GBAGBO, en liberté conditionnelle, à Bruxelles.
Je voudrais vous rappeler qu’à Marcoussis quand il s’est agi d’élections anticipées c’est Henri KONAN BÉDIÉ qui a défendu Laurent GBAGBO pour qu’il achève son mandat.

Comme Felix HOUPHOUET-BOIGNY, dont il est le disciple, Henri KONAN BEDIE a lancé les Appels de Daoukro et d’Abidjan pour la stabilité de la Côte d’Ivoire, puis pour le rassemblement et la réconciliation Nationale.

Militantes et Militants
Mesdames et Messieurs

Dans cette Côte d’Ivoire, en quête de consensus, de fraternité vraie, de réconciliation et où tout reste à faire, la présence de Henri KONAN BEDIE, homme d’Etat de stature internationale, homme généreux, homme de parole, sérieux, fiable et non menteur et de sacrifice est une raison d’espérer dans des lendemains meilleurs.

Alors, debout, mobilisons-nous, pour constituer une chaîne de solidarité agissante au tour de Henri KONAN BEDIE pour nous conduire vers des rivages meilleurs en 2020, car notre pays a plus besoin d’actions de développement que de complots.

N ‘ayez pas peur, il n’y a rien.
N’ayez pas peur, il n’y a rien
N’ayez pas peur, il n’y a rien

Je vous remercie.

Fait, à Yamoussoukro, le 19 octobre 2019

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE
Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Lire la suite
17 Oct
0

Le S.E Guikahué, depuis Akpessékro (Yakro) confirme: «La cérémonie d’hommage à Houphouët-Boigny ce vendredi 18 et le meeting du samedi 19 auront bel bien lieu»

Pr Maurice Kakou Guikahué veut tenir le pari de la grande mobilisation des militants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda) sur les terres du père-fondateur dudit parti politique, à Yamoussoukro, Place Jean Paul ll. Pour l’objectif d’environ 100 mille militants visé, le chef du Secrétariat exécutif s’est rhabillé de son manteau d’ancien patron de l’organisation et de la mobilisation du parti, ce jeudi 17 octobre. Il est allé galvaniser les militants d’Akpessékro, village de Konian Kodjo, à quelques 7km dans la commune de Yamoussoukro. Ci-dessous les morceaux choisis du message fort qu’il a livré en présence de la chefferie dudit village. Et c’est valable pour tous les militants de la Côte d’Ivoire.

«Je suis venu parce que vous avez dû apprendre qu’il y aura un grand évènement. Demain, c’est la date anniversaire de la naissance du président Félix Houphouët-Boigny, et à sa date anniversaire, comme c’est un monsieur qui ne faisait pas les choses au hasard, il a choisi la date de son anniversaire pour créer le Rda et le Pdci est une section du Rda. Donc le 18 octobre lorsqu’on fête sa date anniversaire, on fête en même temps le Pdci-Rda. C’est dans ce cadre là que nous avons dit cette année nous allons fêter ça spécialement. D’habitude nous faisons la messe à Abidjan ou on vient à Yamoussoukro on fait la messe à la Basilique mais cette fois ci on fait une fête spéciale. Aujourd’hui (ndlr : jeudi 17 octobre) on a appelé tous les professeurs pour leur enseigné qui est Houphouët-Boigny. Demain (vendredi 18 octobre), il y aura une messe à la cathédrale Saint Augustin, une prière à la grande mosquée et tous les militants qui viendront de partout en Côte d’Ivoire vont aller s’incliner sur sa tombe. Et le samedi matin à partir de 8 heures, il y a un grand rassemblement, un meeting à la place Jean Paul II, c’est ce qui est l’élément que nous ne faisons pas d’habitude», a dit Pr Guikahué avant de donner les vraies raisons de ce rassemblement.
«Pour quoi ce meeting ? Houphouët-Boigny, quand il partait, il a laissé beaucoup de choses ; il nous a laissé la paix en Côte d’Ivoire et il nous a laissé quelque chose de grand qu’on appelle le Pdci-Rda. Et moi qui vous parle j’ai été président du Meeci, Mouvement des étudiants et élèves de Côte d’Ivoire, pendant 4 ans. C’est-à-dire le mouvement des élèves et étudiants qui voulaient apprendre le Pdci-Rda. Si on a fait le Meeci, c’était pour ne pas que le Pdci finisse. A partir du moment où le président Houphouët a créé une école qu’on a appelé le Meeci, c’était un message fort qu’il donnait aux ivoiriens, à savoir que le Pdci ne doit pas finir, ne doit jamais disparaitre. Les choses ont évolué nous avons fait le Rhdp et nous sommes venus vous expliquer. Les amis avec qui nous sommes, que nous avons aidé à devenir grand lorsque notre tour est arrivé de devenir grand, ils disent qu’on devienne un d’abord or si nous devenons un, moi je n’existe plus. Alors Bédié dit on ne peut pas dissoudre le Pdci. Voilà pourquoi le Rdr et nous, on s’est séparé. Si quelqu’un vient ici pour raconter des choses, la vérité du pourquoi on s’est séparé, c’est parce que les autres disaient de dissoudre le Pdci-Rda et que Bédié a dit non. Donc quelqu’un vient vous dire allez voir Bédié pour qu’ils se réconcilie avec Ouattara, nous notre problème, ce n’est pas cela, mais le fait qu’on veuille qu’on dissout le Pdci-Rda. Nous sommes tous ici, chacun à sa façon de penser donc certains ont suivi le Rdr parce que le Rhdp c’est le nouveau nom du Rdr. Ils ont pris les grands cadres de chez nous, on ne peut pas dire que ça ne nous fait pas mal, les Ahoussou, Jean Claude Kouassi et autres. Mais quand ils sont partis, il y a d’autres qui sont restés comme Gnrangbé, moi je suis resté. Et vous voyez l’histoire ça se répète toujours ; en 1949, il y a eu les évènements du cinéma Comancico à Treichville où tous les grands cadres du Pdci ont été mis en prison à Grand Bassam. Donc prison de militants du Pdci, il y en a qui ont déjà fait. Les Mangoua qu’on met en prison, c’est comme on a mis les Ekra en prison à cause de la politique. Donc voici l’histoire qui se répète. Il y a en a qui sont morts, Biaka Boda est mort en 1950, il y a un petit qui vient de mourir à Djébonoua. L’histoire se répète. Mais tout ça quel résultat ça a donné ? Ça a donné le résultat que le Pdci a donné l’indépendance et a pris le pouvoir. Donc si vous regardez bien ce qui est entrain de se passer là, en octobre prochain c’est le Pdci qui va revenir au pouvoir», a-t-il dévoilé.
Et de poursuivre : «Mais nous venons faire le meeting pour quoi, nos amis avec qui on était là, ils se promènent partout pour dire qu’ils ont pris tout le monde au Pdci, que le Pdci n’existe plus et que tous les villages baoulés ne sont plus Pdci mais Rhdp. C’est pour quoi moi j’ai dis au Président Bédié on va aller à Yamoussoukro. Le président a accepté et on vient à Yamoussoukro. Demain comme je l’ai dit, il y aura les prières mais samedi c’est le Président Bédié lui-même qui préside le meeting. Pour revenir à l’histoire en 1950 quand Houphouët a dit que le Pdci quitte le parti communiste ce qu’on a appelé le dés-apparentement, il y a eu de grands cadres qui sont partis parce qu’ils n’étaient pas d’accord avec Houphouët. Ils ont quitté le Pdci mais Houphouët est resté avec les militants de base comme vous et le Pdci a pris le dessus. Ils ont les grand titres, ils sont partis mais vous chef, lorsque vous votez, c’est une voix, quand celui qui a fait la libation vote, c’est une voix, quand Ahoussou vote, c’est une voix, donc en matière de vote on est même chose. Moi-même j’ai une voix, ma servante a une voix. Donc si vous êtes nombreux, lorsqu’on votera ce sont les plus nombreux qui l’emporteront.
Le président Bédié vient le samedi à Yamoussoukro pour dire au monde entier que les gens vous disent que le Pdci s’est vidé, qu’il n’existe plus et que tout le monde est devenu Rhdp, que c’est faux voici la réalité. Donc dans ce village d’Akpessekro, il ne faudrait pas que quelqu’un reste au village ici. Que les malades soient guéris car il faut que tout le monde soit à Yamoussoukro. en 1957, le président Houphouët a appelé les gens au stade Géo-André actuel stade Houphouët-Boigny, les gens ont répondu à l’appel, ils sont partis à vélo, à pied, d’autres même on ne sait pas comment ils sont arrivés là-bas mais le stade était plein. C’est ce que nous voulons pour la place Jean Paul II ; venez écouter le Président Henri Konan Bédié pour ne pas qu’on vous dise on, vous devez dire moi-même j‘y étais, j’ai entendu, j’ai vu. Nous sommes entrain de refaire le Pdci nouveau car ceux qui sont partis, vous qui êtes restés vous êtes plus nombreux, alors venez vous montrer. Le Pdci est là venez nombreux. Parce que nos adversaires disent qu’on est plus nombreux parce qu’ils veulent utiliser cela pendant les élections. Ils veulent tricher aux élections et nous on veut tout bloquer en même temps pour dire au monde entier que voici le Pdci. Les gens viendront de partout, de toute la Côte d’Ivoire certes, mais c’est d’abord une affaire de Yamoussoukro. C’est pour cela que je suis venu. Je sais que vous êtes déjà au courant, les chefs sont informés, le secrétaire général a fait son travail, je sais que vous êtes mobilisés.
Curieusement la semaine où on dit Pdci va faire son meeting là, c’est là que les soldats viennent s’entrainer à Yamoussoukro. Ils ne peuvent pas faire ça la semaine prochaine ou ne pouvaient-ils pas le faire la semaine d’avant ? pourquoi c’est maintenant ; c’est pour cela que je suis venu me montrer pour dire que, je suis déjà dans Yamoussoukro, que le meeting aura bel et bien lieu. Je ne peux pas être déjà Yamoussoukro et le meeting n’aura pas lieu. Donc si quelqu’un vous dit que c’est à cause du meeting qu’il y aura ça et ça il faut lui dire que c’est faux, le meeting aura lieu et le Président Bédié sera là (ndlr, il est arrivé ce jeudi à 17h). Il y aura du monde et toutes les grandes chaines de télévision et de radio seront là pour montrer cela au monde entier et leur dire est ce que Bédié a encore quelqu’un derrière lui. Nous irons répondre à la question est ce que Bédié a encore quelqu’un derrière lui. C’est votre présence massive qui le dira et on doit vous voir à la place Jean Paul II», a conclu Pr Maurice Kakou Guikahué.
Propos retranscrits par Gilles R. OMAEL et JPL, à Yamoussoukro

Lire la suite
17 Oct
0

Communiqué du Pdci-Rda relativement aux manœuvres militaires à Yamoussoukro: Les cérémonies des 18 et 19 octobre sont maintenues

Par communiqué de l’Etat-major des Armées du 15 octobre 2019, les populations Ivoiriennes et singulièrement celles de la Région de Yamoussoukro ont été informées de l’exécution d’un exercice militaire le mercredi 16 octobre 2019.
Dans ce communiqué, l’Etat-major Général des Armées rassure les populations que cet entrainement ne perturbera pas leurs activités et les invite par conséquent à vaquer tranquillement à leurs occupations.
De cette assurance, le PDCI-RDA confirme la tenue effective des journées politiques prévues les 18 et le 19 octobre 2019 à Yamoussoukro.
Par conséquent, la Direction du PDCI-RDA, invite ses militantes, militants, sympathisantes et sympathisants, à se mobiliser massivement pour participer au grand meeting du samedi 19 octobre 2019, à la place Jean Paul II de Yamoussoukro, à partir de 08h00.
Fait à Abidjan, le 16 octobre 2019
Pour la Direction du PDCI-RDA
Le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA
Pr Maurice KAKOU GUIKAHUE

Lire la suite
16 Oct
0

Meeting du 19 octobre à Yamoussoukro: Kah Zion et le vice-président Emile Constant Bombet mobilisent les militants de l’Ouest montagneux

 

La zone Ouest Montagneuse du Pdci-Rda prépare activement le giga meeting du 19 octobre, à Yamoussoukro. Hier en fin d’après-midi, les cadres se sont donné rendez-vous, à la Maison du parti, à Cocody, pour une réunion préparatoire. La séance était présidée par le ministre d’Etat Emile Constant Bombet, vice-président du Pdci. A ses côtés, à la table de séance, Dr Vei Bernard, vice-président, le ministre Désiré Gnonkonté, député, délégué départemental de Taï, le secrétaire exécutif et maire Denis Kah Zion, délégué de Toulepleu et coordonnateur Pdci-Rda de la Zone Ouest Montagneuse, Vei Bernard, vice-président et Dr Gba Daouda, secrétaire exécutif, coordonnateur de la zone Ouest Montagneuse et délégué de Man 1. Il y avait également des inspecteurs du parti, des membres des hautes instances, des responsables de jeunes et des femmes, etc. Ils sont issus des 3 régions de la zone, à savoir le Guémon, le Cavally et le Tonkpi. On a pu noter que la mobilisation se fera au niveau des régions. Mission a été donnée aux délégués de travailler à une forte représentation de l’Ouest Montagneux à ce grand rendez-vous du parti. En introduction, le vice-président Bombet qui a excusé le doyen Touré Aoua (également vice-président mais empêché) a indiqué que le rendez-vous de Yamoussoukro, les 18 et 19 octobre, est une démonstration de la cohésion du parti. « C’est moins le message qui va être délivré que la dynamique du parti à démontrer. Le Pdci-Rda sur les terres de son fondateur, feu le président Félix Houphouët-Boigny, c’est tout un symbole. Et l’Ouest Montagneux ne doit pas être absent. Notre zone doit plutôt marquer une présence remarquable » a souligné le ministre d’Etat Bombet. Le délégué de Toulepleu, le maire Kah Zion, a, après les échanges, résumé les décisions prises, à cette rencontre. « Ceux qui font partie de la Coordination ont leur programme mais le grand nombre est attendu, le 19 octobre. On va vous communiquer le lieu de rassemblement où nous devons stationner nos véhicules, de sorte que quand on finit, on puisse repartir facilement. Il a été décidé, à cette séance, qu’un minimum de responsables politiques de base par délégations y soit. Nous devons nous organiser par région en convois, en aller comme en retour, pour une question de sécurité. Troisièmement, c’est les prises en charge. Nous prenons en charge le personnel politique que nous déplaçons (restauration, transport). Des banderoles seront élaborées pour nous rendre visibles. Les délégués sont appelés à communiquer le nombre des personnes qui seront déplacées. La tenue du Pdci-Rda est exigée » a clarifié le maire de Toulepleu et coordonnateur Pdci-Rda dans la zone ouest montagneuse. Au titre des informations, le vice-président Bombet a rendu compte de la rencontre entre le président Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda et son “fils’’, Kouadio Konan Bertin dit KKB, le lundi dernier. « Comme vous êtes des délégués, il est bon que, de temps en temps, on vous donne certaines informations. Hier (Ndlr, lundi), KKB a demandé à rencontrer le président Bédié. Il était accompagné de 70 personnes. Après quelque temps d’hésitation, KKB a résolu de revenir dans sa maison. Il a dit avec beaucoup d’humilité, en présentant des excuses à son “père’’ et à ses parents qui étaient là. Nous sommes dans une bataille politique et ce qui compte en politique, c’est moins le discours que l’on fait que le nombre. Quand, vous avez des gens qui partent, à un moment donné, et qu’ils comprennent la nécessité de revenir, au sein de leur famille. Il faut saluer cela. Il était important qu’on vous donne cette information puisque les journaux vont en parler et les commentaires iront bon train, quand il s’agit des actions de cette nature. Le président Bédié m’avait demandé d’être présent. Nous avons reçu KKB et nous l’avons écouté. Il est bon que vous le sachiez. Même ceux qui sont partis, beaucoup hésitent aujourd’hui. Donc, continuons la marche » a laissé entendre le vice-président» Mais avant que le vice-président de la Coordination des vice-présidents du Pdci-Rda ne lève la séance, Dr Vei Bernard, vice-président, a également tenu à saluer la présence du ministre d’Etat Bombet, une figure de proue du parti, au plan local que national. « Autour de nos aînés, nous devons être solidaires et travailler à la cohésion et à la solidarité pour un parti fort dans notre zone », a-t-il dit.
JB KOUADIO (Le Nouveau réveil)

Lire la suite
15 Oct
0

Yamoussoukro-Les Akouè bénissent Bédié et parlent à Ouattara: «Si vous ne respectez pas le totem de votre père, c’est que vous n’êtes pas houphouétistes…»

Faire le point des préparatifs du meeting du PDCI, samedi 19 octobre 2019 dans la capitale politique avec le président du comité d’organisation national, Kamagate Brahima, le président du comité d’organisation local, le maire Gnrangbe Kouakou Jean, ainsi que les présidents ou vice-présidents des différentes commissions, ont tenu une importante réunion à la Mairie de Yamoussoukro. C’est ce à quoi a obéit la mission qu’a effectué le secrétaire exécutif en chef du PDCI, Pr Maurice Kakou Guikahue à Yamoussoukro. Accompagné de plusieurs membres des instances du parti dont Jean Louis Billon, des députés, des délégués, le premier collaborateur du président Bédié a achevé sa mission par une séance de travail à la mairie de la ville. Mais avant, il a d’abord visité la place Jean-Paul Il pour s’enquérir de l’aménagement que prévoient faire, le président de la commission logistique M Heilms François et son équipe. En organisateur averti, Guikahué a aussi donné des conseils d’usage en ce qui concerne l’emplacement des chapiteaux, du podium, de la tribune officielle etc. Lui et sa délégation ont ensuite rendu une visite de courtoisie au préfet, puis à L’abbé Nestor où il a été question de la messe auquel participera le président Bédié, vendredi 18 octobre à 10h. La rencontre du comité d’organisation avec la communauté musulmane étant prévue pour 15h, hier, le secrétaire exécutif en chef du PDCI a mis le cap sur la résidence familiale du président Houphouët-Boigny où il à été reçu par le chef de canton des Akouè, nanan N’goh Kouassi lll.

Les Akouè donnent leur bénédiction à Bédié
Le porte parole de nanan N’goh Kouassi lll, chef du canton des akouè a été sans équivoque, lundi 14 octobre. Au non due chef, il a salué la décision du président Bédié avant de lui accorder toute sa bénédiction. «Le totem du père, c’est ça qui est le totem de l’enfant. C’est Houphouët-Boigny qui les a mis au monde. Si vous ne respectez pas son totem, c’est que vous n’êtes pas houphouetistes… Bédié et vous même, vous avez la haute bénédiction. Vous êtes les enfants d’Houphouet Boigny, on vous bénit. Nanan compte sur vous… On vous souhaite bonne chance. Guikahué, vous êtes un homme puissant, vous n’avez pas peur, vous êtes un guerrier, vous avez le sabre du guerrier et quand vous parlez, les ivoiriens sont contents. Le baoulé respecte la tradition et les instructions du père. Nanan va donner le message. Les baoulé vont sortir massivement samedi pour que quand le président va venir, il voit les baoulé d’abord et ensuite la population», a déclaré le porte parole à l’endroit de Guikahué.
Gilles R. OMAEL et DS, à Yamoussoukro

Lire la suite
15 Oct
0

Le SE Maurice Kakou Guikahué parle au peuple Akouè, à Yamoussoukro: «Il faut rendre Bédié fort pour prendre le pouvoir en 2020»

 

Le chef du Secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, Pr Maurice Kakou Guikahué était sur le terrain à Yamoussoukro, lundi 14 octobre. Objectif, échanger avec les présidents et autres membres des commissions de la coordination de l’Organisation des événements des 18 (anniversaire de Félix Houphouet-Boigny) et 19 (giga meeting). Mais avant la réunion, l’ex-Sga chargé de la mobilisation et de l’organisation du parti doyen, a rendu visite au chef canton des Akouè, Dahouet Boigny. Ci-dessous des extraits de propos de Guikahué.
(….) Les autres se promènent dans le monde entier pour dire qu’ils sont les plus nombreux. Donc, nous avons décidé avec le président Bédié de venir à Yamoussoukro pour parler à Houphouët-Boigny pour lui dire que dans le parti qu’il nous a laissé, il y a des gens qui sont sortis pour aller ailleurs et voici ceux qui sont restés. Et en même temps dire au monde entier que ceux qui disent qu’ils ont tout pris au PDCI ne disent pas la vérité. Des militants sont partis mais le PDCI est là. Donc, c’est un meeting de démonstration, pas pour les Ivoiriens, mais surtout pour l’opinion internationale parce que ce jour là, il y aura beaucoup de médias. Ils vont prendre des photos pour les diffuser dans le monde entier. Comme ça quand les autres iront dire qu’ils ont vidé le PDCI, les gens vont leur dire que c’est faux. Voilà l’enjeu du meeting de Yamoussoukro. Tout le monde doit sortir. Nous, nous disons qu’on veut 100 000 personnes, mais l’espace Jean Paul Il doit déborder. C’est pour venir faire allégeance à Houphouët-Boigny, parce que Houphouët-Boigny n’a pas créé le Rhdp. Je l’ai dit à Divo. Bédié n’a pas créé le PDCI, Houphouët-Boigny n’a pas créé le Rhdp. Le seul parti que Houphouët-Boigny a créé, c’est le PDCI. Pourquoi on va à l’école ? Les blancs ont créé l’école pour ne pas que la pensée des gens finisse. Si on arrête l’école, 10 ans après, il n y aura plus de pensée. Donc, l’école c’est pour enseigner quelque chose. Maintenant quelle est l’école où on enseigne la pensée d’Houphouet ? C’ est le PDCI. Mais le jour où le PDCI disparaît, la pensée d’Houphouet ne sera plus transmise. Donc, 10 ans plus tard, cette pensée d’Houphouet n’existera plus. Moi, j’ai fait l’école du PDCI au Meeci. J’étais directeur d’école du PDCI parce que je fus président du Meeci. Si l’école PDCI est dissoute, comment on va continuer la formation. Si le PDCI disparaît, la pensée d’Houphouet s’arrête. Même Jacques Chirac avait sa carte du PDCI. Dans ses mémoires, il a dit qu’il a deux pères spirituels. De Gaulle et Houphouët-Boigny. Quand on va en France, les gens demandent comment va le PDCI. Les français connaissent le PDCI. Donc quelqu’un ne peut se lever comme ça pour dire que le PDCI est dissout. Voici le combat, on veut montrer au monde entier que le PDCI qu’Houphouet a légué est là. L’histoire se répète avec ce qui s’est passé en 1950. En 1950 pendant la répression on tuait les gens. Il y a eu Dimbokro, Bouafle, Séguéla. Houphouët-Boigny a dit, on change notre stratégie en décidant de se dégager du parti communiste qui n’était pas au gouvernement pour rester au PDCI. Parce que les Mathieu Ekra étaient en prison. Il y a des intellectuels qui n’ont pas accepté. C’est pourquoi Houphouët-Boigny a rompu avec Daboursier alors que celui-ci était le secrétaire du RDA depuis Bamako. Daboursier est parti. Il a entraîné des cadres avec lui mais les militants de base sont restés avec Houphouët-Boigny. Après, ils sont revenus demander pardon à Houphouët-Boigny qui a accepté. C’est la même chose. Ils ont voulu dissoudre le PDCI en 2018, des cadres sont partis mais Bédié est resté comme Houphouët-Boigny et les militants de base sont restés. Donc, c’est l’histoire qui se répète. ce qui est arrivé a Houphouët-Boigny en 1950, c’est ce qui arrivé à Bédié en 2018. Et de la même manière dont on a rendu le PDCI fort pour prendre l’indépendance, c’est de cette même manière il faut rendre Bédié fort pour prendre le pouvoir en 2020. Voici le sens du meeting. C’est pourquoi on ne l’a pas fait à Abidjan et on a choisi Yamoussoukro pour montrer le nouveau PDCI après le départ de ceux qui ne sont pas durs de coeur. Nous, nous sommes la, Houphouët-Boigny va nous bénir et on va prendre le pouvoir.
Propos recueillis par Gilles R. O et DS

Lire la suite