Blog

17 Sep
0

Arrivée hier de Paris, Mme Henriette Konan-Bédié révèle : «La Côte d’Ivoire est toujours débout à l’étranger…»

Le Gala de  » Servir » aura-t-il lieu cette année ? Arrivée hier lundi 16 septembre d’un long séjour parisien, Mme Henriette Bédié, dans cet entretien, donne la réponse.

Quelles sont les activités que vous avez menées durant votre séjour ?
J’ai profité de mon séjour en France pour mener plusieurs activités sociales. On peut citer la fête des mères de la diaspora que j’ai parrainée, le concours Awoulaba, etc. J’ai été très heureuse de retrouver toutes mes filles en Europe. J’ai été une fois de plus heureuse de savoir que la Côte d’Ivoire est toujours débout à l’étranger. La mobilisation était totale et la fête très belle. J’ai aussi mis à profit ce séjour pour le compte de la Fondation  » Servir ».

Le traditionnel Gala de  » Servir  » aura-t-il lieu cette année ?
Je vais rapidement réunir mon équipe et après, on verra.

Quelles sont les nouvelles fraîches du président Bédié, votre époux ?
Le président Bédié va très bien. Il sera parmi vous très bientôt.
Avec Le Nouveau Réveil

Lire la suite
15 Sep
0

Samedi 14 septembre-Giga meeting de l’opposition significative au parc des sports : Voici l’intégralité du discours de Maurice Kakou Guikahué

 

Je ne vais pas vous faire un long discours. Je vous dis merci au nom du président Henri Konan Bédié et du président Laurent Gbagbo qui sont les initiateurs de cette rencontre. D’habitude, vous nous appelez pour nous reprocher qu’on est dans les bureaux pour faire des discours. Cela remonte à hier. À partir d’aujour’hui, on reste debout. Cette rencontre est un meeting de préparation et d’introduction. Vous nous avez honorés, en venant nombreux. Même si vous n’étiez pas nombreux, le fait que des militants du Pdci et ceux du Fpi font un meeting ensemble, c’est historique, c’est déjà gagné. A cela, vous avez ajouté la mobilisation. Félicitations ! Nous, nous consommons local. Nous avons voulu parler aux gens d’Abidjan. Des gens voulaient venir de l’intérieur, nous leur avons demandé de rester sur place là-bas car nous irons dans ces zones. Nous voulons voir ce que vaut Abidjan, en termes de mobilisation. C’est un entraînement. On ne vous a pas transportés pour vous rendre ici. Il n’y a pas d’eau, pas de sardines, pas de riz, pas de pain, sans argent mais vous êtes venus. Vous êtes venus parce que vous voulez le changement en Côte d’Ivoire. La Cei doit changer. La Carte nationale d’identité doit être gratuite. On ne doit plus emprisonnez de député en Côte d’Ivoire sans que l’immunité parlementaire ne soit levée. On ne doit plus envoyer de gens encagoulés pour arrêter des dirigeants politiques. On ne doit plus interdire à un homme politique de faire des discours en public. Etes-vous d’accord ? (Applaudissements dans la foule). C’est pour cela que nous vous avons appelés. Vous avez réalisé une prouesse. En une semaine, on vous a annoncé la tenue du meeting et voilà, vous êtes venus nombreux. On vous a dit que la sécurité ne serait pas garantie. Certains ont hésité mais aujourd’hui, ils ont vu la réalité. Comme ceux qui m’ont devancé à ce pupitre l’ont développé, dans ce pays, il faut qu’il y ait la réconciliation. Un président vient au pouvoir pour gérer les hommes. Houphouët nous a toujours dit qu’«il n’y a de richesses que d’hommes ». Tu vas faire des ponts, des gratte-ciels, des Chu, réparer tous les puits, offrir des millions aux gens mais si les cœurs sont noirs, rien ne pourra marcher. Il nous faut donc aller à la réconciliation. C’est pour cela que nous sommes venus à ce meeting pour vous dire que les présidents Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo, l’ex président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro et le ministre Charles Blé Goudé ont opté pour cette posture identique de réconcilier les Ivoirines. Il est donc clair que cette posture d’annoncer la réconciliation est dans l’intérêt de tous les fils et toutes les filles de notre pays. Il faut se réconcilier pour que la paix véritable arrive. Sans stabilité, sans paix, il n’y a pas de développement. La restauration de la réconciliation est facteur de l’instauration d’un climat apaisé. Chers militants, chers compatriotes, il est plus que nécessaire de se libérer des entraves du passé. Ce qui est passé est passé. Nous devons regarder l’avenir, en posant deux actes pour lesquels, je vous demande déjà de vous mobiliser.
Le premier acte, c’est la libération complète de tous les prisonniers de la crise postélectorale. La loi d’amnistie qui a été promulguée le 06 août 2018, à la veille de la fête de l’Indépendance par le président Alassane Ouattara, en faveur des personnes poursuivies pour des infractions commises en lien avec la crise postélectorale, qu’elle soit appliquée également aux militaires. Ce ne sont pas les individus qu’on amnistie, c’est un fait qu’on amnistie. L’amnistie, c’est de tout effacer, tout oublier. Si tu enlèves certains que tu laisses d’autres, c’est que tu n’as rien oublié. L’amnistie doit être complète pour que tout le monde puisse être libéré.
Le second acte à poser dans l’optique de la réconciliation, est que le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé qui ont été acquittés de crime contre l’humanité reviennent en Côte d’Ivoire. Et avec eux, tous les exilés parce que l’article 22 de la Constitution interdit à tout Ivoirien d’être en exil. Il faut que les procès politiques contre des adversaires politiques prennent fin. Houphouët-Boigny a dit qu’on fait la politique pour vivre. C’est pour cela qu’il faut se réconcilier. Quand vous avez un adversaire, il faut prier tous les matins pour qu’il vive pour voir comment vous agissez afin qu’il vous donne raison. S’il est mort, qui viendra vous juger ? Ce meeting est le premier du genre. Il y en aura d’autres. Prochainement, c’est “Opération inondation’’ du Plateau avec le stade Félix Houphouët-Boigny. La réconciliation vraie et la paix qui constituent la seconde religion pour la Côte d’Ivoire prônée par le président Houphouët-Boigny sont à ce prix. Au nom de tous les organisateurs, je voudrais vous dire merci d’être venus, d’avoir bravé la pluie. Quand vous avez renversé les chaises sur vos têtes, à partir de la tribune, c’est un spectacle fabuleux dont on peut faire un film.
Sercom Pdci-Rda

Lire la suite
15 Sep
0

Après la mobilisation extraordinaire du Parc des sports: Guikahué annonce l’‘’Opération inondation du Plateau’’…

Combien étaient-ils, les militants du Pdci-Rda et du Fpi, ce samedi 14 septembre 2019, au Parc des Sports d’Abidjan Treichville ? Difficile de le dire. Toujours est-il que ce lieu choisi pour le meeting historique de l’opposition réunie au sein de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et pour la Paix (CDRP) a refusé du monde. Les militants du Pdci-Rda et du Fpi et leurs alliés ont effectué nombreux le déplacement. Un public honorable auquel les dirigeants de la nouvelle coalition en gestation ont eu l’éloquence de s’adresser pendant des heures.
Le dernier à prendre la parole, à cette tribune, le chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda, Maurice Kakou Guikahué traduira toute sa satisfaction pour la mobilisation réussie non sans insister sur le rapprochement que le Fpi et son parti sont en train de construire. « Même si vous n’étiez pas nombreux, le fait que des militants du Pdci et du Fpi fassent ensemble un meeting, c’est historique et c’était déjà gagné. Mais, à ce CV historique, vous avez ajouté la mobilisation. Félicitation », indiquera le plus proche collaborateur du président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, avant d’ajouter plus loin, à l’endroit de ces militants en symbiose : « Il est plus que nécessaire de se libérer des entraves du passé. Ce qui est passé est passé. Nous devons regarder l’avenir en posant des actes pour lesquels je vous demande déjà de vous mobiliser parce qu’on doit l’obtenir ».
A propos, le premier défi que le N°2 actuel du Pdci appelle à relever, c’est la libération complète de tous les prisonniers de la crise post-électorale. Pour lui, en effet, la loi d’amnistie du 6 août 2018 devra s’appliquer également aux militaires. Parce que, justifie-t-il, « ce ne sont pas des individus qu’on amnistie, c’est un fait qu’on amnistie ».
Ensuite, Maurice Kakou Guikahué exige le retour au pays de l’ex-président, Laurent Gbagbo et son dernier ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, acquittés de tous les crimes dont ils ont été accusés devant la Cour pénale internationale. Avec ces deux personnalités, le chef du Secrétariat exécutif du Pdci appelle à la création de conditions idoines devant permettre à tous les autres exilés de regagner leur pays.
Au niveau des batailles que le Pdci compte mener ensemble avec son nouvel allié du Fpi et les autres, Guikahué a mis l’accent sur le changement de la Commission électorale indépendante (Cei), la gratuité de la Carte nationale d’identité (Cni), mais aussi la lutte pour les libertés individuelles afin, souligne-t-il que plus jamais aucun député n’aille en prison sans la levée de son immunité ou qu’aucun dirigeant politique ne soit arrêté ou interdit de faire des discours publics.
‘’Opération inondation du Plateau’’
Parlant de la réconciliation, le thème central du rassemblement du jour, le ministre Guikahué tout l’intérêt que représente ce chantier pour la Côte d’Ivoire. Toute chose qui fonde le rapprochement entre les grands leaders de l’opposition qui forment aujourd’hui la CDRP. «Dans ce pays, pour que les choses se passent, il faut qu’il y ait la réconciliation. Tu vas tout construire, mais si les cœurs sont noirs, ça ne peut pas marcher. Nous sommes venus vous dire que les présidents Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo, l’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, et Charles Blé Goudé ont été pour cette posture identique de réconcilier les Ivoiriens. Cette perspective est l’intérêt de toutes les filles et les fils dans ce pays. Sans stabilité, sans paix, il n’y a pas de développement », a lancé le député de Gagnoa sous-préfecture qui annonce des challenge plus importants encore à venir, en terme de mobilisation de l’opposition. « Ce meeting, c’est un entrainement. C’est un meeting de préparation, d’introduction. On ne vous a pas transporté, il n’y a pas eu de l’eau, du riz, rien (…). A partir d’aujourd’hui, on reste debout. Prochainement, on sera 10 fois plus nombreux. Prochainement, ce sera ‘’Opération inondation du Plateau’’ avec le Stade Félix Houphouët-Boigny’’ », a annoncé le ministre Guikahué, pour qui la réconciliation et la paix prônées par le président Houphouët-Boigny passent par cette mobilisation.
Avec F.D.BONY (abidjan.net)

Lire la suite
13 Sep
0

Le S.E Maurice Kakou Guikahué parle aux militants et aux Ivoiriens : «Ce samedi 14 septembre, ce sera un meeting fondateur de la vraie réconciliation, le pays nous appelle»

Dans le cadre des visites aux délégations départementales et communales, le chef du Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué a échangé, ce jeudi 12 septembre au quartier Maroc avec le personnel politique de Yopougon-Cité verte et de Yopougon Niangon.
Les délégués Kouassi Kangah Léo (Yopougon-Cité verte) et Doumbia Dramane (Yopougon Niangon) ont fait le plein de leurs Secrétaires de section et des présidents de comité de base pour écouter et échanger pendant près de 2h, l’envoyé du président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA.
Après avoir traités tous les sujets d’actualité du parti et de la nation ivoirienne, avec en ligne de mire la présidentielle de 2020, le S.E en chef a lancé un appel à la grande mobilisation des militants de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP, plateforme non idéologique du président du Pdci-Rda) et d’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS du Fpi de Laurent Gbagbo) pour le meeting conjoint PDCI/FPI au Parc des sports à Treichville, le samedi 14 septembre 2019 dès 9h. Intégralité du message de son appel aux Ivoiriens.
«Chères militantes, chers militants, je voudrais vous dire merci pour cette séance de travail que nous venons d’avoir, ici, dans la 3e phase de Yopougon 3 qui comporte les délégations de Niangon et de Cité verte. Vous êtes sortis massivement, nous voudrions vous dire merci.
Nous avons abordé, dans les échanges, des questions importantes de la Nation. Souvent, vous dites que fait notre parti, que fait l’opposition? Tout à l’heure, je vous ai dit que le président Bédié a rendu visite au président Laurent Gbagbo, dans le cadre de la réconciliation nationale. Et nous-mêmes, nous avons rendu visite à Blé Goudé. Et le PDCI-RDA, le FPI avec les plateformes, c’est-à-dire, la plateforme de la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (Cdrp), c’est cette plateforme qui est non idéologique initiée par le président Henri Konan Bédié où se trouvent des partis comme le Raci de Soro Guillaume, l’Urd, le Rpci de Bamba Moriféré, le Rpp de Ouattara Gnonzié, le Pit d’Akoi Ahizi, l’Upci de Soro Brahima, le Mfa de Moutayé, le Cojep de Charles Blé Goudé est avec nous, La Nouvelle Côte d’Ivoire de Gnamien Konan, le Mvci de Sékongo Félicien un mouvement de la nouvelle génération pro-Soro est avec nous, plusieurs autres partis sont avec nous. Et de l’autre côté, il y a l’EDS qui est la plateforme des mouvements et partis politiques proches de Laurent Gbagbo. En fait, nous sommes dans un rapprochement avec le FPI, chaque parti politique avec des plateformes où se trouve chaque parti. Le PDCI est dans la plateforme Cdrp et le Fpi de Gbagbo est dans le plateforme qui s’appelle EDS (Ensemble pour la démocratie et la souveraineté). En général, la presse nous appelle ‘’l’opposition significative’’. Et c’est cette opposition significative qui a décidé de se retrouver le samedi 14 septembre 2019, dès 9h au Parc des sports de Treichville. C’est un meeting pour la vraie réconciliation nationale, mais au cours duquel nous allons dénoncer ce qui ne nous plait. Donc, je voudrais lancer un appel aux militants du Pdci-Rda, aux autres militants des partis membres de la CDRP pour venir nombreux. Pour les militants du Pdci-Rda, venez en pagne et tenues Pdci pour qu’on sache votre nombre et on verra votre degré de mobilisation. Venez remplir le Parc des sports de Treichville. Avec le concours des autres partis, le Fpi viendra aussi, le Raci viendra aussi. Aujourd’hui, il y a 3 grands leaders qui sont les présidents Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Soro Guillaume, auxquels s’ajoute Charles Blé Goudé qui vient de créer un parti politique, le Cojep. C’est donc l’ensemble des partis qui soutiennent ces grands leaders qui se retrouve au Parc des sports. Montrez à la Communauté internationale, au monde entier que nous sommes les plus nombreux contrairement à ce qui se raconte et que les gens disent. Les gens racontent partout que le Pdci est désossé, qu’il n’y plus rien au Pdci, il faut les faire mentir. Si vous ne sortez pas massivement, c’est que vous leur donnez raison. Rien que pour ces allégations mensongères, sortez massivement, comme je le dis, à pieds, à moto, en woro-woro, en taxi, en Gbaka, en bus, en pinasse, les amis soyez généreux, vous avez une voiture, au lieu d’aller seul mettez 4 personnes avec vous et vous aurez transporté 5 personnes. Tous ceux qui ont les moyens, aidez ceux qui n’en ont pas et qui voudraient franchement participer à cette mobilisation, pour qu’on aille montrer à la face du monde que le Pdci est toujours le Pdci et que le président Bédié tient les rênes. Et que le rapprochement Pdci/Fpi dans les plateformes Cdrp et Eds avec les concours de Soro Guillaume et Blé Goudé, tout cela représente une alternative crédible pour la Côte d’Ivoire. Donc je vous lance un appel à tous ceux qui parlent de carte d’identité, qui parlent de CEI, de tripatouillages d’élections, de bâillonnement de l’opposition, le cas Kouassi Valentin de la Jpdci urbaine, etc. C’est pour tout ça qu’on organise le meeting pour dénoncer tout ça, pour dénoncer le recul démocratique et la confiscation des liberté. Donc on vous attend, demain samedi 14 septembre 2019 au Parc des sports de Treichville. Ce samedi 14 septembre, ce sera un meeting fondateur de la vraie réconciliation, voici les sujets qui seront traités…le pays nous appelle. Venez nombreux. Je vous remercie.»
Guy TRESSIA

Lire la suite
11 Sep
0

10 personnes priées de prendre contact de toute urgence avec le secrétariat du S.E

Les Personnalités dont les noms suivent sont priées de prendre contact de toute urgence avec le Secrétariat du Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA. Ce sont:

1- BOUAMAN TEHE Bernadette (Mme)
2- DOUA BI Toui Roger
3- KONATÉ Issouf
4- LANCINE Sylla
5- YAO Nguessan Alfred
6- GOMI BI Zaouli
7- KOFFI LUC
8- HIEN Martine (Mme)
9- KAMBOU Tilka
10- NGALA Martine (Mme)
Fait à Abidjan, le 8 septembre 2019

Le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE

Lire la suite
11 Sep
0

Le S.E Guikahué à propos du meeting de ce samedi 14 septembre: «Quel que soit le lieu qu’on va choisir, il faut que ce lieu-là soit rempli»

Au sortir de la 139ème session du secrétariat exécutif qu’il a présidée, ce mardi 10 septembre 2019, au siège du Pdci à Cocody, Pr Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, s’est confié aux journalistes.

Monsieur le secrétaire exécutif en chef, vous venez de présider la 139ème session du secrétariat exécutif, de quoi avez-vous parlé ?
Nous avons parlé de deux principaux points, le meeting du 14 septembre 2019 et le rapport des rencontres de zones du secrétaire exécutif avec les responsables de base. Sur ce deuxième point, nous avons adopté ce rapport pour qu’un compte rendu précis et exhaustif soit fait au président du parti. Ensuite, nous avons constitué des équipes pour préparer le Bureau politique de novembre, qui va décider de la convocation de la convention qui va décider du choix du candidat du Pdci-Rda à l’élection présidentielle de 2020. La convention doit avoir un thème, des dates, un lieu et des commissions de travail. Donc, nous avons mis en place les équipes préparatoires.
Enfin, nous avons longuement discuté du meeting du 14 septembre 2019. Il y aura un meeting conjoint le samedi 14 septembre qui émane de la rencontre entre le président Bédié et le président Gbagbo à Bruxelles. C’est un meeting conjoint organisé par le Pdci et le Fpi avec leurs alliés à savoir les deux plateformes : la plateforme du Fpi qui s’appelle EDS et la plateforme initiée par le président Henri Konan Bédié qui s’appelle la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix. Donc c’est l’ensemble de partis politiques qui organise ce meeting. Mais on met souvent en avant le Pdci et le Fpi, sinon, c’est l’ensemble des partis des deux plateformes qui, en collaboration, organise ce meeting conjoint. Nous avons choisi la commune de Marcory pour tenir ce meeting et ensuite nous avons choisi le stade Robert Champroux pour abriter cette manifestation. Nous avons écrit au ministre des Sports en bonne et due forme et après analyse, le ministre des Sports nous a répondu qu’il a fermé le stade Robert Champroux depuis le mois de juin pour travaux et qu’il ne pouvait pas le recouvrir pour nous le donner pour faire des manifestations. Cependant, il faut être objectif, dans sa réponse, le ministre nous a écrit qu’il restait ouvert pour analyser toute autre demande d’infrastructure relevant de sa responsabilité. C’est ainsi que nous avons demandé le stade de l’Injs. Donc, cette demande est à l’étude et le ministre a élargi l’éventail des structures qui sont sous sa responsabilité, nous demandant s’il nous proposait d’autres structures qui sont hors de Marcory, nous serions d’accords. Nous sommes donc en train d’analyser la situation et demain (Ndlr, ce mercredi 11 septembre, entretien réalisé avant la confirmation du Parc des sports), au plus tard à midi, nous serons capables de dire à nos militants, le lieu où nous organisons cette manifestation. Voici donc, la décision qui a été prise.

Des informations annoncent que la manifestation aura finalement lieu au Parc des sports à Treichville ?
Ce qui est formel, c’est que ce n’est plus au Champroux parce que le ministre des Sports dit que le Champroux est fermé. Cependant, il dit qu’il est ouvert à toute autre demande concernant toute autre structure. C’est pourquoi, je vous dis qu’aujourd’hui, au plus tard à midi, nous serons en mesure de vous dire exactement et de façon définitive, le lieu qui abritera le meeting. Mais, le meeting aura lieu le 14 septembre quoiqu’il en soit.

A part le stade Champroux, est-ce qu’un autre espace au niveau d’Abidjan sud pourrait faire votre affaire ?
Je suis en train de vous dire que le ministre dit qu’il y a un certains nombres d’infrastructures sous sa responsabilité. Et il est ouvert. C’est pour cela que je dis qu’aujourd’hui à midi, on vous en parlera parce que nous allons apprécier toutes les propositions qui vont être faites. Mais ce qu’on remarque, ils nous ont refusé le Champroux, mais on aura d’autre infrastructure. Mais même si on n’avait pas d’infrastructure, on fera notre meeting.

Au niveau de l’actualité, avez-vous parlez de la Cei. Les militants veulent savoir à quel niveau les choses avancent ?
Pour la Cei, on a déjà dit qu’on ne rentrait pas dans la Cei. Et qu’on a porté plainte devant la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Donc, on attend les résultats.

Aucune réponse n’est venue de la Cour ?
Pour l’instant, non. Quand ça viendra, vous serez les premiers à être convoqués.

Monsieur le ministre, il y a un journal qui a choisi de prendre votre nom pour faire sa ligne éditoriale. Chaque jour ou chaque deux jours, vous êtes à la Une de ce journal-là ?
Ce journal a été créé par des transfuges du Pdci. Ils ont pris des mercenaires. Ils pensent qu’en intoxiquant le lectorat sur la personne du ministre Guikahué, ils peuvent atteindre leurs objectifs. Mais, ils se rendent compte que malgré tout ce qu’ils font, nous, on avance. Ils ont échoué sur le terrain. Ils voulaient voir le président Bédié allé au Rhdp. Ils ont échoué. On a gagné la victoire. Maintenant, comment faire pour décrédibiliser celui qui est le porte-parole, c’est tout.

Donc pour eux, vous êtes un homme à abattre ?
Non pas un homme à abattre, c’est un homme déjà abattu. C’est-à-dire que leur journal a été créé pour salir le secrétaire exécutif du Pdci-Rda. Donc, vous me donnez l’occasion de dire à nos militants que le journal Le Matin a été créé par Pdci Renaissance pour salir tous les matins, le ministre Guikahué qu’ils ne peuvent pas battre sur le terrain. Parce qu’on les a battus à plate couture, leur Rhdp dans nos rangs n’ira nulle part. Je reviens du terrain, ce n’est pas de la science-fiction, ce sont des réalités. Les 175 personnes qu’ils ont prises, ça s’arrête là. Aujourd’hui, des gens tapent à nos portes. Si aujourd’hui, le président Bédié ouvrait encore le Bureau politique, cette instance allait compter 4500 membres. Parce que si on considère toutes les demandes que j’ai en ce moment ça fait 4500 membres. Mais, c’est de façon volontaire que le président Bédié a fait une taille standard d’un Bureau politique, parce que c’est un organe de décision qui doit quand même avoir une taille raisonnable. Donc, les militants, les jeunes cadres, on en a plein. Donc, c’est peine perdu, ils peuvent continuer de salir les pages de leur journal, mais ça n’aura aucun impact sur moi. Au contraire, plus, ils me critiquent plus je prends du poids et plus, je suis réconforté. Parce que, s’ils écrivaient que je travaille bien, c’est que je ne travaille pas bien. Parce que je suis leur adversaire N°1. On ne peut pas encenser un adversaire. On ne peut que le décrire de façon négative. Donc, plus ils me décrivent de façon négative, plus je travaille mieux.

Quand on regarde la composition de ce journal, ce sont deux éléments forts du Nouveau Réveil avec qui vous avez dû échangés par le passé en aparté. Ne craignez-vous pas qu’ils publient certaines confidences ?
Quelle confidence ? Moi, je suis transparent. Mon « devant, mon derrière », c’est la même chose. S’ils avaient des confidences, ils les auraient déjà publiées puisque cela fait un bon moment qu’ils sont sur le marché. Quelles confidences peuvent-ils publier, je ne suis pas un homme d’intrigues. Ce que je pense, je le dis, ce que je n’ai pas dit c’est que je ne le pense pas. Il y en a qui avait dit que Guikahué avait des plans B. Eux-mêmes sont arrivés maintenant au plan F. Moi, je suis toujours-là. En fait, c’est dommage que ces jeunes gens qu’on connait se soient transformés en mercenaires de la plume. C’est dommage. Mais ce que je peux leur conseiller, ils n’ont qu’à faire attention, parce qu’il ne faut jamais insulter l’avenir.

Pouvez-vous nous dire un mot sur l’agenda du président Bédié en France ?
Vous avez vu qu’il a reçu Soro, il a parlé sur France24, hier à 19h. Il travaille jusqu’à ce qu’il revienne en Côte d’Ivoire. Il n’y a pas de problème.

Interviendra-t-il en direct pendant le meeting de samedi ?
Non, le président Bédié, on l’a réservé pour le 19 octobre à Yamoussoukro. Pour ce meeting, c’est nous. On va faire une mise en forme des stars américaines. Lui, c’est le lourd. Donc c’est le 19 octobre, donc on le préserve.

Des militants s’interrogent. Quand il rentre au pays ?
Il va revenir. En 2018, il n’a pas bougé. Déjà en 2017, c’était difficile. Il n’a pas trop bougé. Donc, en 2019, il est parti se reposer un peu. Il va revenir très bientôt. Son retour est proche. Je vous appellerai pour vous dire quand est ce qu’il revient.

Quel est votre message à l’endroit des militants en ce qui concerne le meeting de samedi 14 septembre?
Je profite de l’interview pour dire à nos militants et aux militants du Fpi de s’encourager. Le fait qu’on nous ait refusé le stade Champroux ne doit pas nous décourager. Bien au contraire, c’est maintenant qu’on doit être plus nombreux. Quel que soit le lieu qu’on va choisir aujourd’hui, il faut que ce lieu-là soit rempli. A Abidjan, quand on dit Pdci/Fpi, vraiment on ne devrait pas faire de grands efforts surtout que c’est un meeting important. C’est notre premier meeting, c’est un meeting fondateur, il doit être populaire. Donc, il doit y avoir du monde. On doit être nombreux et on doit délivrer des messages de qualité. C’est garanti que tout le monde vienne : Pdci, Fpi, qu’on soit dans la plateforme Eds, même qu’on soit au-delà, c’est-à-dire société civile, simple ivoirien, venez écouter ce qu’on va dire. Venez parce que la télévision va nous censurer. Donc venez pour être les témoins privilégiés pour ne pas qu’on vous raconte les choses après. Tous les Ivoiriens sont invités.
Propos recueillis par Gilles Richard Omael et D. Sory

Lire la suite
10 Sep
0

Meeting du 14 septembre, déclaration conjointe PDCI-FPI: «Plus qu’une urgence, la réconciliation nationale est devenue aujourd’hui une nécessité vitale pour notre pays…»

CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE FPI/PDCI
MARDI 14 SEPTEMBRE 2019
DECLARATION LIMINAIRE

Mesdames et Messieurs les journalistes,
Mesdames et Messieurs les professionnels de la communication,
Nous voudrions, au nom des directions du Front Populaire Ivoirien (FPI), du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire- Rassemblement Démocratique Africain (PDCI-RDA) et des plates formes CDRP et EDS, vous remercier pour avoir répondu si nombreux à notre invitation. Nous voudrions surtout vous exprimer toute la gratitude des grandes familles PDCI et FPI pour le soutien incommensurable que vous apportez, chaque jour, aux partis politiques et organisations sociales en lutte pour l’encrage de la démocratie dans notre pays.
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Le 07 mai 2019, sur instruction de Son Excellence le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, une délégation de haut niveau de son parti, conduite par le Secrétaire Exécutif en chef, le professeur Maurice Kacou Guikahué, a rendu une visite de courtoisie à Son Excellence le président Laurent Gbagbo, président du FPI à Bruxelles.
Le 23 mai 2019, conformément à la tradition africaine, une délégation du FPI, conduite par le docteur Assoa Adou, Secrétaire Général du Parti, s’est rendue à Daoukro pour remercier le président Bédié et lui exprimer la reconnaissance du président Gbagbo.
Le 29 juillet 2019, Son Excellence, le président Henri Konan Bédié, accompagné de son épouse s’est rendu personnellement à Bruxelles où il a exprimé, de vive voix, sa compassion et son soutien à son jeune frère, Son Excellence le président Laurent Gbagbo pour toutes les épreuves subies depuis la fin de la crise poste électorale de 2011.
Au cours de leurs échanges à Bruxelles, les deux personnalités ont tenu à exprimer « leur compassion et leur solidarité au peuple de Côte d’Ivoire pour les traumatismes et les nombreux préjudices subis pendant cette crise ». Les deux anciens chefs d’Etat, après avoir déploré les graves atteintes portées aux acquis démocratiques, ont non seulement convenu de « l’urgente nécessité d’œuvrer pour le retour d’une paix définitive et durable en Côte d’Ivoire », mais ils ont lancé « un vibrant appel à tous les partis politiques, aux associations, à toutes les organisations de la société civile et à toutes les communautés vivant en Côte d’Ivoire à s’engager résolument dans la voie de la Réconciliation Nationale pour asseoir une paix sociale durable et définitive, facteur de développement, de prospérité et de vie harmonieuse entre toutes les composantes de la Nation ivoirienne ».
Mesdames et messieurs les journalistes,
C’est dans la mise en œuvre de cet appel conjoint, bien compris par le FPI, le PDCI et tous les partis et organisations membres des plates formes Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) et la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP), que ces partis ont entrepris depuis quelques temps de mener des actions communes sur le terrain et de se soutenir mutuellement dans le combat pour l’avènement d’une vraie réconciliation en Côte d’Ivoire.
Plus qu’une urgence, la réconciliation nationale est devenue aujourd’hui une nécessité vitale pour notre pays, comme l’oxygène l’est pour le corps humain ; tant la Côte d’Ivoire est sinistrée et gravement malade de la gouvernance des dirigeants actuels. Conséquence : Les ivoiriens vivent au quotidien dans un environnement d’insécurité, caractérisé par des agressions répétées menées par des enfants, des délinquants de la rue appelés « microbes », des bandits et autres coupeurs de route qui opèrent avec des armes de guerre.
La récurrence des affrontements intercommunautaires qui se soldent par des dizaines de morts, de nombreux dégâts matériels et des déplacements massifs de populations, nous interpelle sur la gravité de la fracture sociale et sur les factures qui exposent notre pays à une situation sociale potentiellement explosive.
De la décrépitude de notre système éducatif au fardeau de la dette qui aliène davantage la Côte d’Ivoire en passant par la déliquescence du système sanitaire, la détérioration continuelle de notre écosystème aggravée par le phénomène de l’orpaillage clandestin et l’adoption, au forceps, d’une commission électorale non consensuelle, ce sont autant d’indicateurs sociopolitiques qui plantent un lugubre décor d’une nouvelle crise, peut être plus grave, à l’horizon 2020, si rien n’est fait avant.
Mesdames et messieurs les journalistes,
Vous conviendrez avec nous que devant un tableau aussi sombre qu’inquiétant que présente l’état de la Nation, il n’y a qu’un seul remède qui convienne aujourd’hui pour redresser la situation et préserver les ivoiriens du gouffre certain dans lequel le pouvoir Ouattara veut les conduire : C’est la Réconciliation Nationale.
Dans ces conditions, l’appel de Bruxelles lancé par les présidents Bédié et Gbagbo sonne pour nous comme une interpellation de notre conscience individuelle et collective sur les enjeux pour l’avenir de la Côte d’Ivoire, notre patrimoine commun.
Le meeting du 14 septembre prochain, à Abidjan Sud, est donc une occasion solennelle d’un nouveau départ que nous voulons prendre ensemble pour sauver la Côte d’Ivoire du chao dans lequel les gouvernants actuels veulent l’enfermer. Il s’agit de nous engager avec courage, détermination, amour pour la patrie et sans calcul politicien dans un sursaut national pour l’avènement d’une réconciliation qui brise définitivement la glace de méfiance, artificiellement installée entre les filles et les fils de ce pays du fait de la politique de rattrapage ethnique. Les ivoiriens doivent retrouver le sourire et cesser de se regarder en chien de faïence dans une Côte d’Ivoire réconciliée sans faux fuyant, qui passe par un dialogue constructif entre tous les acteurs de la scène sociopolitique.
C’est à cette réconciliation que les présidents Bédié et Gbagbo appellent instamment les gouvernants, les partis politiques, les organisations de la société civile, les responsables religieux et coutumiers, bref, toutes les composantes de la société ivoirienne sans exclusive. Nous n’avons pas le droit de décevoir ce grand espoir suscité par ces deux hommes d’Etat qui ont su remonter, avec courage et détermination, le cours de l’histoire pour une Cote d’Ivoire réconciliée, solidaire et prospère. Tous à Abidjan Sud, le samedi 14 septembre 2019.
Nous vous remercions
Déclaration lue par Koné Boubacar, Vice-président du Fpi

Lire la suite
09 Sep
0

Paris (France): Chaleureuses retrouvailles entre les Présidents Henri Konan BEDIE et Guillaume Kigbafori SORO

Le samedi 07 septembre 2019, le Président du Comité Politique, Son Excellence Guillaume Kigbafori SORO, Ex-Président de l’Assemblée Nationale de la République de Côte d’Ivoire, accompagné de Madame la ministre Affoussiata BAMBA-LAMINE, a rendu une visite de courtoisie à Son Excellence, le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, en sa résidence privée de Paris. Le Président Henri Konan BEDIE était assisté de son Directeur de Cabinet, Monsieur N’DRI Kouadio Pierre Narcisse.

DIRCOM PDCI-RDA

Lire la suite
06 Sep
0

Soro Kanigui (Raci) après une audience avec Guikahué (Pdci) : «Le président Bédié fait beaucoup d’efforts…Nous devons travailler pour libérer la Côte d’Ivoire»

Soro Kanigui, président du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), avec une forte délégation de son parti, a eu une audience avec le Chef du Secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), Pr Maurice Kakou Guikahué, ce vendredi 6 septembre 2019, au siège du parti du président Henri Konan Bédié, à Cocody. A sa sortie d’audience, il a expliqué les raison de sa présence avec cette importante délégation au siège du Pd i-Rda. Explications.
«Nous sommes venus avec une délégation importante du RACI, saluer le Secrétaire exécutif du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué, le féliciter pour tout le grand travail qu’il fait pour rassembler l’opposition significative ivoirienne.
Nous sommes aussi venus pour échanger avec lui sur l’actualité sociopolitique de la Côte d’Ivoire, tenir compte de son analyse parce que vous savez que c’est un homme d’expérience. Et pour nous, il était nécessaire de venir nous abreuver de cette expérience.
Nous avons également échangé sur la vie de la plateforme. En tout cas, en ce qui nous concerne au Raci, nous sommes venus le rassurer pour lui dire qu’il pouvait rassurer SEM le président Henri Konan Bédié, sur notre volonté au Raci, de travailler pour la réconciliation nationale, et surtout aider la Côte d’Ivoire à définitivement tourner le dos à la crise que le pays connait. Le président Bédié fait beaucoup d’efforts et il est important que nous puissions lui apporter notre appui pour que les choses aillent de l’avant.
Ce qui nous intéresse, c’est comment nous pouvons organiser la société ivoirienne autour de nos grands leaders de l’opposition. La vraie opposition pour que la Côte d’Ivoire puisse avoir une nouvelle alternative.
Vous savez, la situation que nous traversons, il faut avoir suffisamment de force pour résister à toutes les tentations. Et nous, nous collaborons avec ceux qui ont cette force de résister aux tentations. Pour le reste, ça ne nous intéresse pas.
Nous sommes ensemble, nous resterons ensemble. Et nous devons travailler pour libérer la Côte d’Ivoire de toutes ces crises. Et je pense que nous allons y arriver».
Propos retranscrits par G.R. OMAEL

Lire la suite
27 Août
0

Les Soroïstes de France au Président Bédié : « Vous êtes le reflet de la paix en Côte d’Ivoire »

Audiences du Président du PDCI-RDA, à Paris

Les Soroïstes de France au Président Bédié:« Vous êtes le reflet de la paix en Côte d’Ivoire »

L’union des Soroïstes de France, mouvement proche de Guillaume, a été reçue en audience, la semaine dernière, par le Président Henri Konan Bédié. Tamadou Fousseni, son président, a conduit une délégation au domicile du Président du PDCI-RDA pour le saluer et lui exprimer leur soutien. « Nous sommes vos enfants et nous savons qu’il y’a une injustice qu’il faut réparer il n’ya pas plus houphouétiste que vous. Nous avons appris beaucoup de chose grâce à vous. Nous sommes avec votre fils Guillaume Soro. Nous vous donnons la destinée de la Côte d’Ivoire. Nous vous soutenons pour que l’erreur qui a été faite soit réparée », a t-il martelé. Souleymane Traoré au nom du mouvement « GKS » qui lui également a été reçu en audience en compagnie de ses camarades, a résumé ses propos à l’endroit du Président Bédié en ces termes : « Vous êtes le reflet de la paix. L’histoire vous donne aujourd’hui raison. Vous êtes un homme de paix, un homme de réconciliation ».

Le Président Bédié les a remerciés pour leur visite et pour les propos tenus à son endroit. Il leur a, en outre, fait savoir qu’il est en contact permanent avec leur mentor Guillaume Soro. « on se voit incessamment ». Leur a t-il fait savoir. Le Président du PDCI-RDA a, par ailleurs, salué le travail de ces mouvements de soutien au côté de l’ex-président de l’Assemblée Nationale, président du CPC.  Et leur a fait part de sa joie de les savoir membre de la nouvelle plate-forme en gestation, qui, a-t-il fait savoir, vient sortir la Côte d’Ivoire de l’ornière. « il ne faut pas relâcher la lutte. « Continuez jusqu’à la victoire au soir du scrutin du présidentiel » leur a dit le Président Bédié.

 

Mouvement , Union des Soroîstes conduit par son Pdt TAMADOU Fousseni posant avec le Pdt BEDIE.

« Le Mouvement Citoyen Côte d’Ivoire Débout », une autre organisation proche de Guillaume Soro, a aussi été reçu en audience. Mme N’guessan Nadine sa présidente, a fait savoir ceci au Président Bédié : « Monsieur le Président, vous êtes tout comme hier, aujourd’hui, l’espoir de tout un peuple, de toute une nation. Car votre volonté de soustraire et protéger le PDCI de l’obscurantisme et le dogmatisme dans lequel voulait plonger du RHDP RDR ou RHDP UNIFIE, selon les circonstances, a permis à tous les démocrates ivoiriens et panafricains d’espérer à un lendemain meilleur et prospère pour notre pays. Car le PDCI-RDA, pour tous les ivoiriens, reste le parti de la stabilité, de la paix mais également le parti de référence pour les acquis et avancée démocratique dans notre pays ». Son mouvement, a-t’elle précisé, « se tient prêt à soutenir toutes les initiatives politiques qui visent à promouvoir la démocratie, la paix, la réconciliation et l’égalité des chances dans notre pays, car les décisions politiques doivent être au profit du peuple et non d’un clan comme nous le constatons malheureusement depuis plusieurs mois dans notre beau pays ».

Le Président du PDCI-RDA s’est dit heureux de leur détermination à œuvrer pour la démocratie en Côte d’Ivoire.

Paul Koffi

Infos Drcom Pdci-Rda

 

 

Lire la suite