Monsieur le Président du PDCI-RDA,

Monsieur le Secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA

Mesdames, Messieurs les Vice-Présidents du PDCI-RDA

Mesdames, Messieurs les vices presidents,

Mesdames,Messieurs les membres du secrétariat exécutif,

Mesdames,Messieurs les membres du bureau politique,

Mesdames, Messieurs les membres du comité des sages.

Mesdames, Messieurs les inspecteurs du Parti,

Mesdames, Messieurs les membres du conseil de discipline,

Madame, Messieurs les délégués généraux de la diaspora,

Mesdames et Messieurs les journalistes des organes de presse d’ici et d’ailleurs, mes chers amis,

Mesdames et Messieurs,

Distingués participants à ce colloque.

Depuis le 9 avril 1946 jusqu’à ce jour 15 octobre 2021, le PDCI-RDA s’est réuni 12 fois en Congrès ordinaire et 6 fois en Congrès extraordinaire. L’histoire de notre Parti nous apprend qu’à la veille de chacun de ces grands rendez-vous du Parti, les militants issus des bases ont été consultés sous diverses formes, pour se prononcer sur les acquis du Parti et projeter l’avenir.

Ces différentes consultations préalables peuvent s’appeler précongrès, précongrès éclatés, conclaves ou séminaires éclatés comme c’est le cas aujourd’hui dans le cadre des préparatifs de notre 13ème Congrès ordinaire qui se profile à l’horizon.

Mesdames, Messieurs,

Toute chose étant égale par ailleurs, nous voici rassemblés ce matin dans cette salle mythique et emblématique, l’Auditorium Félix Houphouët-Boigny pour donner un sens à la grande prophétie du Président Félix Houphouët-Boigny, Père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne.

Les gens de ma génération se souviennent comme si c’était hier qu’à la clôture du premier colloque international du RDA, organisé sous les auspices du PDCI-RDA par l’institut d’Histoire, d’Art et d’Archéologie Africains et le Département d’Histoire de l’Université d’Abidjan, le sage de Yamoussoukro, le Vieux crocodile comme son peuple l’appelait si affectueusement disait et je cite : « Je déclare clos le premier colloque international sur l’histoire du RDA, j’ai dit le premier ; donc il en aura d’autres ».

Et le sage de poursuivre en ces termes : « Dans dix ans, je souhaite que vous vous retrouviez ici nombreux pour fêter le cinquantenaire de notre grand Parti, le PDCI-RDA ».

Permettez-moi à cet instant précis de m’incliner devant la mémoire de ce guide éclairé dont les dires sont apparus très tôt comme un sacerdoce que nous tous ses héritiers, avons scrupuleusement observé. Gloire soit rendue au Président Houphouët-Boigny et à tous ses compagnons de lutte dont la mémoire plane indubitablement sur notre assemblée.

 Ma pensée va d’abord à l’endroit du Président Auguste Denise, premier Secrétaire Général du PDCI-RDA, du Ministre d’Etat Jean-Baptiste Mockey, deuxième Secrétaire Général du PDCI-RDA et du Président Philippe Grégoire Yacé, troisième Secrétaire Général du PDCI-RDA.

Elle va ensuite à l’endroit de l’ensemble des membres du Comité Exécutif de cette époque dont certains ne sont plus de ce monde.

Je pense particulièrement à Maître Jean Konan Banny, Maurice Séry Gnoléba, Laurent Dona-Fologo, Lanzéni Coulibaly, Jean-Jacques Béchio, Nicolas Kouandi Angba, Gilles Vally Laubouet.

Mesdames, Messieurs,

Militants et militantes,

Quand par la loi des générations, la responsabilité de conduire les affaires de l’Etat et celles du PDCI-RDA a échu à notre génération rassemblée en équipe comme le souhaitait le Père de la Nation autour du plus illustre d’entre nous, j’ai nommé le Président Henri Konan Bédié, nous n’avons pas hésité un seul instant à nous montrer solidaires les uns des autres pour donner à la Côte d’Ivoire toutes les chances de demeurer une oasis de prospérité et de progrès enviée et même jalousée.

Il nous est arrivé aussi de maintenir haut levé, le flambeau du Parti démocratique de Côte d’Ivoire que nous ont légué nos devanciers.

Sous la guidance éclairée du Président Henri Konan Bédié, très souvent sous son autorité, la grande famille du PDCI-RDA s’est comportée comme le roseau. En vérité, tout au long de l’histoire du PDCI-RDA post Félix Houphouët-Boigny, les tentatives de déstabilisation, de destruction de notre famille politique n’ont pas manqué.

Dieu merci, Dieu aidant grâce au génie politique d’un homme, grâce à son sens élevé du don de soi, grâce à son attachement au dialogue, grâce à sa culture d’homme de paix, de pardon et de réconciliation, grâce à son engagement jamais démenti de rester fidèle à la mémoire du Président Félix Houphouët-Boigny, le Président Henri Konan Bédié nous permet de tenir le deuxième colloque du PDCI-RDA depuis la disparition du Président Félix Houphouët-Boigny.

Pour tout dire, nous pouvons affirmer avec fierté que bon an, mal an, le PDCI-RDA est à son troisième colloque, moment de recueillement mais aussi de détermination et d’engagement dans la mesure où, au regard de notre parcours au cours des vingt dernières années, très peu de gens juraient sur notre survie. Nous voici debout, plus déterminés que jamais à ne brader sous aucun prétexte le PDCI-RDA, notre héritage.

C’est le lieu de nous souvenir de tous ceux qui nous ont quitté et de leur rendre hommage en nous levant pour observer une minute de silence en leur mémoire.

Mesdames, Messieurs

Militantes et Militants,

Permettez-moi de témoigner ma gratitude au Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA et au Secrétaire Exécutif en chef, le Professeur Maurice Kacou Guikahué pour cette marque de confiance à moi manifestée en me proposant comme Président du comité scientifique du présent colloque.

Militants et Militantes,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais à ce stade de mes propos féliciter et remercier au nom du président du parti tous les militants et militantes de toutes les zones de Côte d’Ivoire qui ont travaillé de jours comme de nuits pendant les séminaires éclatés initiés par la direction du Parti pour proposer des travaux de qualité que nous avons reçus en vue de leurs synthèses.

Aussi, voudrais-je ici et maintenant vous rassurer que toutes vos propositions et attentes seront scrupuleusement prises en compte en vue de la redynamisation et la modernisation de notre grand Parti, le PDCI-RDA qui fête si fièrement ses soixante-quinze ans d’existence ces temps-ci, que gloire vous soit rendue partout où vous êtes.

Dans un esprit de solidarité et d’équipe, je compte sur l’ensemble des membres de ce comité pour réussir la mission qui nous est collectivement confiée.

Pour ce faire, au nom du Président du parti et en joignant ma voix à celle du Secrétaire Exécutif en chef, je vous exhorte à une participation effective aux travaux des ateliers en donnant le meilleur de vous-mêmes afin que les résultats de nos réflexions soient à la hauteur de nos ambitions, des ambitions du Parti démocratique de Côte d’Ivoire à savoir reconquérir le pouvoir d’Etat en 2025.

Dans ce combat pour la réhabilitation du PDCI-RDA, la responsabilité des femmes et des jeunes est grande.

Dans notre quête inlassable de cohésion, de stabilité et d’esprit d’équipe, les jeunes et les femmes sont instruits par le Président du Parti qui m’a fait l’honneur de me recevoir hier jeudi 14 octobre 2021 pour m’entendre dire : « Dites aux jeunes et aux femmes d’accorder du prix aux travaux de ce colloque dans la mesure où ils annoncent le point de départ de notre marche résolue vers la reconquête du pouvoir d’Etat en 2025 sur le socle de la pérennisation du Parti démocratique de Côte d’Ivoire.

A présent, j’invite Monsieur Kamagaté Ibrahima,Président du comité d’organisation à donner les détails pratiques du déroulé du colloque. 

MESDAMES, MESSIEURS JE VOUS REMERCIE POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION