Gnamien Yao est le directeur général de l’Institut de formation politique du Pdci-Rda. L’homme est connu pour son verbe et son efficacité dans les affaires du Pdci. hier, il a encore une fois épaté. Cette phrase qu’il a prononcée à l’occasion de la présentation du contenu de la formation et du programme des activités de l’Institut de formation politique dont il est le premier responsable, restera à jamais gravée dans la mémoire des militants du Pdci-Rda. Ambiance!

Message du Directeur de l’Institut de Formation Politique du PDCI-RDA, Dr Gnamien Yao, ambassadeur, ancien ministre, vice-président du PDCI-RDA chargé des grandes conférences, grand conférencier du PDCI-RDA, inspecteur du PDCI-RDA, membre du Bureau politique du PDCI-RDA.

Monsieur le ministre Maurice Kakou Guikahué, (professeur) Secrétaire exécutif en chef du Secrétariat exécutif du PDCI-RDA, représentant le Président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA,

Monsieur le ministre Akélé Ezan, président du conseil d’administration de l’IFP-PDCI-RDA,

Distingués membres du Conseil d’administration de l’Institut de Formation Politique du PDCI-RDA,

Monsieur le ministre Alphonse Djédjé Mady, (professeur) celui que j’appelle le maître, monsieur Kouacou Gnrangbé Jean

Madame la ministre Assana Sangare

Madame Koné Mama Épouse Fofana

Monsieur Vei Bernard (Docteur) et Cher frère

Monsieur Palé Dimaté et Cher frère

Monsieur Kouassi Dongo, Nanan,

Monsieur Anoma Kouao Magloire

Monsieur Theophile Koby Assa (Professeur)

Monsieur Tiacoh Carnot(Professeur)

Monsieur Ohouo Assepo

Madame Bocoum Marie Christine

Madame Kouame épouse Koffi Akissi Marie-Bernadette

Madame Marie-Paul Abo Djedje

Monsieur Degny Claude

Très chers invités,

Permettez-moi de vous prier de vous associer à ma modeste personne pour dire merci au Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA pour le grand honneur qu’il fait à ma génération dont un échantillon assez représentatif est présent dans cette salle, en me confiant, en nous confiant la direction et l’animation de l’Institut de Formation Politique du PDCI-RDA en abrégé IFP-PDCI-RDA.

Excellences Mesdames, Messieurs, très chers membres du conseil du conseil d’administration, en politique comme dans bien d’autres domaines, chacun a ses créanciers. Aidez-moi a payer certaines de mes dettes de reconnaissance au moment ou l’occasion m’est donnée de mettre en application l’essentiel des enseignements que j’ai reçus d’eux.

En cette séance qui inaugure ma présence comme votre serviteur en qualité de Directeur de l’IFP-PDCI-RDA, l’honnêteté commande que je me rappelle toujours que dès le début de la deuxième moitié de la décennie 1980-1990, mon destin a été porté par plusieurs destins parmi lesquels se trouve en premier celui du Président Henri Konan Bédié. Je lui renouvelle ma gratitude et mon infinie reconnaissance pour m’avoir appris à sortir des difficultés par le travail. 

Au moment ou je prends la parole, pour la première fois, il faut le noter, en ma qualité de Directeur de l’Institut de Formation Politique du PDCI-RDA, ce précieux outil de valorisation du patrimoine intellectuel, culturel et historique de notre grande famille politique, le PDCI-RDA, bien entendu, devant cette auguste Assemblée, cette Assemblée composée d’experts et de certains de mes maîtres, qu’il me soit permis de m’incliner d’abord, devant la mémoire de ceux qui ne sont plus de ce monde et qui sont pourtant ici pour me porter et m’encourager à être a la hauteur de leurs attentes, pour la simple raison qu’ils auront largement contribué à forger ma carrière politique.

Je salue avec respect et déférence la mémoire du président Laurent Dona-Fologo a qui je dois l’essentiel de ma carrière en politique. C’est lui qui m’a donné ma chance, bien sûr sous la guidance éclairée et bienveillante du président Henri Konan Bédié en me faisant venir d’Aboisso pour jouer les différents rôles qu’il a plu au PDCI-RDA de me confier depuis le 10eme Congrès du PDCI-RDA jusqu’à ce jour du 26 août 2021.

Je salue avec humilité la mémoire du président Nemin Noël, c’est lui qui a porté ma candidature à la présidence nationale de la JPDCI-RDA en 1991, d’abord, en tant que candidat de tortiya, et ensuite, en tant que candidat du département de Katiola.

Je m’incline avec humilité devant la mémoire du ministre d’Etat Léon Konan Koffi. C’est lui qui m’a permis d’avancer en m’expliquant chaque fois que le plus important était demain et non aujourd’hui.

Je salue avec déférence la mémoire du doyen Jean Konan Banny. C’est lui qui n’a pas hésité au soir de sa vie à me confier sur son lit de malade et en présence d’aucun témoin, une large partie de son brillant et étendu testament politique.

Je salue avec respect la mémoire du préfet Toure Abdoulaye. C’est lui qui m’a facilité l’ancrage à Dimbokro, ma ville natale, en tant qu’acteur politique.

Je salue enfin la mémoire de mon compagnon de lutte Zeze Koffi Justin Roland trop tôt disparu. Que son âme repose en paix a Soubré. Je lui suis reconnaissant à vie. C’est avec lui que j’ai créé le groupe Bédié pour tous-tous pour Bédié. Et c’est grâce à Bédié pour tous-tous pour Bédié qu’un mois de janvier 1995, les portes du Parti m’ont été ouvertes. Je sais que de là où il se trouve, de sa ville natale de Soubré, mon frère Zeze Koffi Justin Roland m’accompagnera dans cette noble tâche de direction de l’Institut de Formation Politique du PDCI-RDA.

Mes très chers membres du conseil d’administration de L’IFP-PDCI-RDA,

Permettez-moi de saluer avec respect, avec humilité, avec gratitude, et avec joie, mes nombreux maîtres présents dans cette salle, eux et elles qui ont accepté de m’accompagner dans cette exaltante mission d’élévation du niveau de connaissances des militants du PDCI-RDA et de ses sympathisants, aussi bien au plan collectif qu’au plan individuel, bien sûr, avec l’humilité qui les caractérise.

monsieur le ministre Akélé Ezan, président du conseil d’administration de l’IFP-PDCI-RDA, monsieur le ministre Alphonse Djédjé Mady, monsieur le ministre Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, monsieur Kouacou Gnrangbé Jean, madame la ministre Assana Sangare, madame Koné Mama épouse Fofana, monsieur Kouassi Dongo, monsieur Anoma Magloire, monsieur Théophile Koby Assa (professeur), monsieur Tiacoh Carnot(professeur),  monsieur Ohouo Assepo, madame Bocoum Marie Christine, madame Kouame épouse Koffi Akissi Marie-Bernadette, madame Marie-Paul Abo Djedje, permettez-moi de vous dire qu’à travers vos présences respectives dans le Conseil d’administration de l’IFP-PDCI-RDA, le Président Henri Konan Bédié m’instruit d’apprendre à bonne école, a l’ecole du Président Félix Houphouët-Boigny, l’houphouetisme, philosophie politique, que dis-je, mot dont vous revendiquez à juste titre, avec force et arguments la plupart,  l’invention, et moi avec vous.

Et je sais de quoi je parle. Et vous savez de quoi je parle. et nous nous comprenons très chers membres du Conseil d’administration de l’IFP-PDCI-RDA,

Le président m’instruit d’apprendre à bonne école, l’école de la persévérance, de l’endurance, de la résilience du don de soi, école dont vous êtes chacun et chacune, collectivement comme individuellement des illustrations vivantes.

Mes très chers aînés, il y a quelques semaines, vous avez demandé à la direction de l’IFP-PDCI-RDA de se mettre au travail pour vous soumettre dans les meilleurs délais, l’architecture de ce qui préfigure un espace où « la fougue de la jeunesse va s’asseoir au contact des aînés dont la justesse de l’action n’est plus à démontrer » afin de donner au PDCI-RDA le capital humain nécessaire pour relever avec courage, avec assurance, et en connaissance de cause, les défis à venir. Le tout premier de ceux-ci étant la continuité de l’action du Président Félix Houphouët-Boigny, la continuité de l’action du Président Henri Konan Bédié.

Et croyez-moi, chers membres du conseil d’administration de l’IFP-PDCI-RDA, parce que la continuité de l’action du Président Félix Houphouët-Boigny que prolonge si bien le Président Henri Konan Dédié à la tête du PDCI-RDA ne se fera pas, par une vente aux enchères, parce qu’aucune opa ne pourra se faire sur notre grand Parti, sous aucun prétexte, nous avons l’obligation de réussir le pari de donner vie à l’école du Parti dont l’élément moteur et la sève nourricière est avant et après tout, la discipline du Parti.

Parce que la marche actuelle du PDCI-RDA est née d’une collaboration entre les anciens d’hier et les jeunes d’hier qui ont accepté d’être éprouvés, je souhaite que les propositions qui vous ont été faites s’analysent comme notre volonté, nous vos cadets de jeter les bases d’un nouveau pacte de confiance entre vous et nous pour donner au PDCI-RDA des raisons de croire en son destin lumineux.

Je veux paraphraser le professeur Alphonse Djédjé Mady, m’inspirant de son brillant discours à la clôture du VIIe Congrès du PDCI-RDA en 1980, en invitant tous ceux qui rêvent d’un bouleversement aveugle au sein du PDCI-RDA ou d’une opa sur la continuité de l’action du Président Félix Houphouët-Boigny et du Président Henri Konan Bédié à s’inscrire dès aujourd’hui même à l’école du PDCI-RDA, réhabilitée et non inventée.

Tres chers aînes,

A présent, je vous dis que je tiens entre mes doigts un stylo vert, pour prendre en compte toutes vos observations et instructions que vous avez faites a la lecture du projet de programme qui vous a été soumis, avec vos stylos de couleur rouge.

Fasse Dieu que vos instructions aident notre institut, l’Institut de Formation Politique du PDCI-RDA à répondre efficacement aux nombreuses attentes des militants du PDCI-RDA.

Vive le Président Henri Konan Bédié

Longue vie au PDCI-RDA

Fait à Abidjan, le 26 août 2021

Dr Gnamien Yao

Directeur de l’IFP-PDCI