Le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, lutte depuis des années pour une paix durable en Côte d’Ivoire. Après la crise pré et postélectorale de 2020, il aspire à une réconciliation vraie entre tous les Ivoiriens. Et il ne fait que recevoir des soutiens pour sa vision de la Côte d’Ivoire de demain.

Rentré d’exil, le vendredi 9 juillet 2021, Dr Boga Sako Gervais, président de la Fondation ivoirienne pour les Droits de l’Homme et de la Lutte Politique, a été reçu, en audience, ce mardi 03 août 2021, par le Président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, à sa résidence, à Daoukro. C’est un président visiblement heureux qui s’est confié à la presse, à l’issue de sa rencontre avec le Sphinx de Daoukro.

«Je suis venu en compagnie de mes collaborateurs, membres de la Fondation ivoirienne pour les Droits de l’Homme et de la lutte politique. Je suis venu rencontrer le Président Henri Konan Bédié pour lui dire deux choses : la première, c’est lui dire merci pour s’être engagé véritablement dans l’unité et dans la dignité de la Côte d’Ivoire», a fait savoir Dr Boga Sako.

Puis d’ajouter que «depuis l’exil, nous nous sommes impliqués pour que la Côte d’Ivoire retrouve la réconciliation et la paix. Aujourd’hui, on peut être heureux du retour de Laurent Gbagbo et de plusieurs exilés. C’est le fruit du combat qu’ont mené toutes les filles et tous les fils de la Côte d’Ivoire.»

«La contribution du Président a été de taille », a ensuite expliqué Dr BogaSako avant de poursuivre: « La deuxième chose est la suivante : Maintenant, il nous faut regarder dans l’avenir. C’est vrai qu’il y a eu des rencontres bipartites. Il faut qu’il ait une rencontre tripartite, voir inclusive ouverte à tous les leaders politiques et de la société pour que nous puissions bâtir demain ».

Dr Boga Sako, depuis Daoukro, a tenu à lancer un message au Président Ouattara. « Je lance un message au Président Ouattara. Nous sommes à la veille du 7 août 2021. Est-ce qu’on ne peut pas profiter de l’occasion pour rendre effective la réconciliation à travers la libération de tous les prisonniers de 2010-2011, mais également de ceux de 2020 pour qu’ensemble nous puissions regarder la Côte d’Ivoire de demain. C’est de cela qu’il s’agit», a-t-il dit

Et de conclure qu’«il ne sert à rien encore de continuer à titiller ou pourchasser Pierre ou Paul. Nous voulons une Côte d’Ivoire réconciliée et paisible pour que demain soit favorable à tous les fils de ce pays. Houphouët nous a bâti un pays. Ce sont les générations qui arrivent qui doivent continuer l’œuvre de l’édification de la nation.»

GRO avec Sercom Bédié