Après la tempête, le beau temps, dit-on. Et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) veut rebondir après plus de 20 ans passés dans l’opposition. C’est pourquoi, le président Bédié a initié des séminaires éclatés pour savoir ce que pensent et proposent les militants de la base au sommet, pour reconquérir le pouvoir d’Etat perdu 1999 par un coup d’Etat militaire.

Dans le grand ouest-montagneux, c’est à la résidence du ministre Bleu Lainé Gilbert, sise à Man, le samedi 31 juillet, qu’une délégation de la haute direction du PDCI, s’est entretenue avec les militants de base.

La délégation, mandatée par la haute direction du PDCI, était composée  de l’ambassadeur Joseph Issoufou, secrétaire exécutif en charge des relations extérieures au sein du PDCI, du professeur Jean Baptiste Kouamé, chargé des séances du Secrétariat exécutif, du ministre Gueu Michel, du ministre Bleu Lainé, lui-même vice-président du PDCI, du vice-président Désiré Gnonkonté, du secrétaire exécutif du PDCI le professeur Gba Daouda.

Les échanges ont porté sur la restitution des travaux, portant sur le séminaire éclaté du parti fondé par le Président Félix Houphouët-Boigny, relatif à ses 75 ans d’existence, qui a donné au pays sa véritable existence, et qui tenait lieu d’une importante réflexion sur des résolutions, portant sur l’avenir du Parti septuagénaire et des futures échéances de 2025, qui pourraient également définir son lendemain.

A cet effet, toutes les commissions, ayant travaillé sur les thématiques soumises par la direction du PDCI à la base, ont permis de réfléchir sur la politique à adopter pour le choix du prochain candidat du PDCI à la future échéance électorale pour le compte de la Présidentielle de 2025.

Par ailleurs, la question du raffermissement des liens, entre le FPI et le PDCI, a fait l’objet de débat. Comment entretenir cette forte synergie entre ces deux partis politiques, a été abordé.

Il ressort des discussions que l’union de ces partis fera, à coup sûr, tomber le RHDP pour le bonheur des Ivoiriens qui croulent sous le poids de la souffrance à tous les niveaux.

Il s’est agi également de mettre en évidence la stratégie à adopter pour parvenir ensemble à la victoire aux présidentielles de 2025.  

Parlant du choix du Candidat du PDCI pour les présidentielles de 2025, qui a donné lieu à des propositions très ouvertes et claires, certaines commissions ont opté pour le label Henri Konan Bédié, quand d’autres ont souhaité que l’on réfléchisse au choix d’un candidat dont l’âge pourrait être dans la fourchette des moins de 62 ans.

Mais il est à retenir que la restitution des travaux, qui s’est faite sans animosité, a tenu compte du fait, que l’urgence est le retour du PDCI et de l’opposition aux affaires d’État en 2025, mais également de la libération des prisonniers politiques, détenus arbitrairement, qui d’ailleurs a été au centre des échanges entre les président Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié récemment à Daoukro.

Lors de ces travaux, il a été constaté que la question de l’apport financier de tous les militants pour le bon fonctionnement du PDCI, via des cotisations mensuelles ou annuelles, a été un sujet majeur pour l’ensemble de toutes les commissions venues du Tonkpi, du Guémon et du Cavally. Parce qu’ensemble, ces commissions, ont résolu qu’il faille solidifier financièrement le parti de feu Houphouët-Boigny et du président Aimé Henri Konan Bédié.

Voilà pourquoi toutes les commissions ont résolu d’ingurgiter, via des formations, la notion de la participation financière, à travers des cotisations à chaque militant.

Très heureux de la franche participation des militants et de leurs contributions à la réussite de cette importante activité, l’ambassadeur Joseph Issoufou, s’est félicité de ce que ces travaux aient suscité un engouement auprès des militants du PDCI du district des Montagnes.  Et il s’est également réjoui de ce que le PDCI soit encore très solide à Man.

GRO avec Tiantigui Sadia (Le Nouveau Réveil)