Le PDCI-RDA est en deuil, la commune de Marcory aussi. Mme Yéya Marguerite Sampah, grande militante du PDCI-RDA et fondatrice de l’école préscolaire et scolaire « Les Sept Nains » de Marcory Zone 4C, s’en est allée, dans sa 81e année sur terre, rejoindre ses ancêtres, le vendredi 2 juillet 2021. La perte est énorme. Pour des hommages citoyen et politique, la Commune de Marcory et le PDCI-RDA ont organisé, jeudi 22 juillet, une cérémonie commune, au domicile de la défunte, sis à Marcory Zone 4C, de 18H30 à 20H15.

Après le discours de bienvenue prononcé par le député François Heilms, responsable de la section PDCI Zone 4C, le député-maire Aby Akrobou Raoul Modeste a levé un coin du voile de la vie de la défunte.

«Mme Sampah Yéya Marguerite nous a quittés. Il y a 3 jours, nous avions célébré son oncle Brou Gustave. Je voudrais rappeler à l’assistance, que si Brou Gustave est bien l’oncle de Yéya Marguerite Sampah, son grand-père est bien Fulgence Brou Gustave, grand militant du PDCI-RDA. Aujourd’hui, cette dame qui a créé l’école « Les Sept Nains », qui a vécu à Marcory plus de 50 ans. Qui a formé des milliers et des milliers  d’enfants de Marcory. Cette dame a tiré sa révérence», a dit le premier magistrat de la Commune de Marcory.

Qui ajoute également que «le Conseil municipal de Marcory, en sa séance ordinaire, 3e session, a décidé d’honorer toutes les hautes personnalités qui ont porté haut le flambeau de notre commune. Et Mme Sampah Yéya Marguerite en fait partie. Parce que celui qui forme un enfant, lui donne l’éducation; celui qui éduque un enfant, lui évite la prison. Celui qui forme un enfant, lui permet d’appréhender la vie dans ses moindres nuances. Et Mme Sampah Yéya Marguerite a contribué à cela. En faisant cela, elle a porté haut le flambeau de notre commune. C’est pour cela que la commune de Marcory a décidé de lui décerner le titre de citoyenne d’honneur.»

Yéya Marguerite Sampah a été élevée, à titre posthume, à la dignité de citoyenne d’honneur de la commune de Marcory et au grade d’Officier dans l’Ordre du mérite communal. Et sa médaille a été remise à ses ayant-droits pour ce qu’elle a fait à travers la commune de Marcory à l’Etat de Côte d’Ivoire.

«La rue qui passe devant sa maison portera désormais son nom: Rue Sampah Yéya Marguerite», a ajouté à la médaille, le maire Aby Raoul. Une ruelle de la rue Marconi qui passe également devant l’école «Les Sept Nains».

Passant à la phase des témoignages, Aby Raoul révèlera: «Au-delà de tout, pour les liens que nous avons ensemble, je voudrais au nom de la délégation communale PDCI-RDA de Marcory, lui dire ma fierté et ma joie de l’avoir eue comme mère adoptive. Parce qu’elle est restée solide, ancrée dans ce parti qui est le parti de ses parents. Le PDCI-RDA a forgé ses parents. Ses parents, ses ancêtres ont tous participé à la création de ce parti qui a été le parti bâtisseur de la Côte d’Ivoire moderne. Elle est bien l’héritière de cette famille. Et chaque fois qu’elle a eu l’occasion de me recevoir, elle m’a toujours dit de tenir bon, parce que l’avenir de la Côte d’Ivoire, c’est le PDCI-RDA.»

Avec cette phrase, poursuit-il, qu’elle m’a dite et que je n’oublierai jamais, elle m’a dit et je cite: «Le passé de la Côte d’Ivoire, c’est le PDCI-RDA. Son présent n’est peut-être pas le PDCI-RDA, mais son avenir sera le PDCI-RDA.» Cette phrase m’a marqué. Et quand vous voyez que ces devanciers, ces dinosaures de notre parti ont ces paroles aussi fortes, ça nous encourage, nous, la jeune génération, à tenir ferme, à être confiant dans l’avenir de ce grand parti qu’est le PDCI-RDA.»

Pour lui, «on ne crée pas une nation pour l’abandonner. Même dans l’adversité, il faut rester ferme, rester solide dans ses convictions. Le PDCI-RDA est pour nous ce qu’il y a d’essentiel.»

Disant adieu à sa « mère adoptive », le vice-président du PDCI-RDA, Aby Raoul, a conclu ses propos en ces termes: «Je voudrais lui dire encore merci pour tous ces enseignements, merci pour avoir gardé l’héritage de ses parents en éveil. Et merci de nous transmettre cet héritage. Nous lui promettons de tout faire pour que ce grand parti qu’est le PDCI-RDA revienne incessamment au pouvoir pour le bonheur des Ivoiriens. Vive le PDCI-RDA ! Vive Sampah ! Que ton âme repose en paix !»

Après cet hommage citoyen de la commune de Marcory qui a marqué tous les militants présents, place à l’hommage politique. Et c’est Seri Bi N’guessan Privat, Secrétaire exécutif chargé des sections, des délégations départementales et communales qui a pris la parole au nom de la délégation du PDCI-RDA conduite par le Secrétaire exécutif en chef du parti, Pr Maurice Kakou Guikahué qui représentait le président Henri Konan Bédié, président dudit parti. Cette délégation était composée entre autres de François-Roland Adiko, Secrétaire exécutif chargé des élections, Germain Kouassi-Lenoir, délégué communal de Treichville, de plusieurs membres du Bureau politique et autres membres des Instances du parti.

«Au nom du Secrétaire exécutif du parti, Pr Maurice Kakou Guikahué, chef du Secrétariat exécutif du PDCI-RDA, représentant ce soir, le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, nous voulons, au nom de la grande famille PDCI, dire sincèrement merci. Merci à Marcory, merci à monsieur le maire, merci au conseil municipal pour cet hommage vibrant qui a été rendu à notre sœur Marguerite Sampah. Cet hommage dénote du mérite que notre sœur, grande militante du PDCI-RDA, a eu toute sa vie. Elle a été militante chevronnée du PDCI-RDA et citoyenne de la Côte d’Ivoire qui a investi dans la construction de notre pays en investissant dans les ressources humaines qui sont les piliers du développement de notre pays. Merci à la famille Sampah de nous avoir donné Marguerite Sampah. Et au nom du président Henri Konan Bédié, je voudrais encore dire merci pour ce vibrant hommage», a dit le porte-parole de la délégation du PDCI-RDA, Seri Bi N’guessan Privat.

Le doyen Raymond Emolo a dit le mot de remerciement de la famille à l’endroit des personnalités du PDCI et de la Commune, des amis et connaissances de la défunte qui étaient présents à cet hommage.

La levée du corps se fera, ce vendredi 23 juillet 2021, sur le parvis de l’Eglise Notre Dame d’Afrique de Biétry, suivie de la messe de requiem et de l’inhumation au cimetière de Williamsville. Une messe d’action de grâce est également prévue, ce dimanche 25 juillet à l’Eglise Notre Dame d’Afrique de Biétry.

Gilles Richard OMAEL