La campagne pour les législatives du 6 mars 2021 bat son plein. Le secrétaire exécutif du Pdci, Maurice Kakou Guikahué, par ailleurs député sortant et candidat à sa propre succession à Gagnoa, est allé le 4ème jour (lundi 1er mars) de la campagne électorale prêter main forte au député sortant de Diégonéfla, Bodi Théodore, qui a également fait acte de candidature pour un autre mandat à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Le N°2 du PDCI n’est pas content des dirigeants d’EDS/FPI de Gbagbo. Il l’a exprimé à Diégonéfla, dans le département d’Oumé. Nous vous proposons de larges extraits du message du Pr Guikahué  à l’endroit des nombreuses populations, très mobilisées dans toutes leurs composantes sur le lieu du meeting.

« En principe, nous sommes en train de battre la campagne mais vous êtes déjà convaincus. Donc je ne sais pas si je dois encore battre campagne. Vous avez fait le bon choix. Body Théodore est député. Vous le connaissez. Vous connaissez ses défauts ainsi que ses qualités. Ce n’est pas quelqu’un de nouveau que vous allez découvrir. Les élections de députés ne sont pas des élections comme toujours. Ce sont des élections à enjeu. Ce sont des élections pour aller à la réconciliation.

Je voudrais vous remercier pour les prières que vous avez faites pour moi lorsque j’étais en prison. Les gens ne voulaient pas que je participe aux élections législatives mais vous avez prié et je suis dehors. C’est pour cela que je suis candidat à Gagnoa. Si je ne devais pas être élu, j’allais rester en prison. Si Dieu m’a sorti de prison et que je  suis candidat, c’est que mes chances d’être élu sont intactes.

Nous voulons avoir beaucoup de députés à l’hémicycle (…) Nous, les députés de l’opposition, avions décidé de faire les cartes d’identité pour tous les Ivoiriens gratuitement. Après calcul, ça devrait coûter 35 milliards FCFA. Alors que le budget de la Côte d’Ivoire fait 8000 milliards.  Mais les députés du RHDP, qui étaient plus nombreux que nous à l’Assemblée, ont refusé qu’on donne gratuitement les cartes d’identité. C’est pour tout cela que vous devez voter pour les candidats de l’opposition. Si vous le faites et que les députés de l’opposition sont plus nombreux, la carte d’identité va devenir gratuite pour tous les Ivoiriens (…) Dieu n’aime pas l’injustice.

Vous vous rappelez, quand c’était dur, qui a organisé le 15 septembre 2019 au parc des sports de Treichville, le 1er meeting PDCI-FPI ? C’est bien Maurice Kakou Guikahué. Alors comment pouvez-vous comprendre qu’un candidat du FPI vienne contre moi à Gagnoa pour me combattre, si ce n’est pas de la sorcellerie. C’est ma signature qui est en bas du document qui consacre l’alliance FPI-PDCI. Qui on a envoyé à Bruxelles voir Gbagbo ? C’est bien moi. Quand Affi N’guessan a voulu voir Gbagbo, est-ce qu’il a été reçu ? Quand Mamadou Koulibaly a voulu voir Gbagbo, est-ce qu’il l’a reçu ? Mais quand Kakou Guikahué a voulu le voir, il l’a reçu. Pendant 2 ans, nous avons travaillé ensemble (…) Nous avons fait un groupe PDCI et un groupe FPI. Le FPI envoyait Assoa Adou et Dano Djédjé et pour le compte du PDCI, j’étais avec Bodi Théodore pour préparer les discussions avant les grandes réunions.

Comment quelqu’un du FPI peut être contre la candidature de Bodi Théodore ? N’acceptez donc pas cela. On a dit qu’on va protéger ceux qui sont des responsables dans les partis politiques. Je suis patron du secrétariat exécutif du PDCI et je suis déjà député. Bodi est député et patron au PDCI. Partout ailleurs, on prend par exemple Affi N’guessan, et on ne met pas de candidats contre lui parce qu’il est patron. On enlève notre député à Guiglo pour mettre Oulaye Hubert à Guiglo parce qu’il est patron au FPI. En plus, on prend notre délégué, on lui dit de ne pas être candidat et on en fait directeur de campagne de Oulaye Hubert. Et il accepte. Pourquoi à Gagnoa et à Diégonéfla, le FPI refuse que Guikahué et Bodi soient des patrons ? Ce n’est pas normal.

Donc vous nous reconduisez, moi à Gagnoa et Bodi à Diégonéfla. Il faut que les candidats qu’on envoie contre nous échouent pour ne plus qu’ils recommencent cela. Je suis donc venu vous confier Bodi Théodore qui fait l’objet d’une injustice, tout comme moi à Gagnoa. Dieu n’acceptera pas cette injustice. Donc ils vont échouer (…)

Le vote de cette année n’est pas une affaire de parti politique. Le président Bédié demande de voter plus de candidats de l’opposition de sorte qu’avec une majorité à l’Assemblée nationale, on puisse avoir droit à un vrai dialogue. Si le même est président et qu’il a tous les députés, il ignore les autres. L’opposition doit avoir plus de députés pour qu’on se considère. Car la réconciliation est nécessaire. C’est-à-dire que Gbagbo et tous les exilés doivent revenir au pays. Tous ceux qui sont en prison doivent être libérés. Si on fait cela, le calme revient et la Côte d’Ivoire redevient comme avant. Pour donner la chance à cela, il faut donner beaucoup de députés à l’opposition. Il faut que l’opposition puisse discuter valablement pour arriver à la réconciliation ».

Propos recueillis par Gilles R. OMAEL et F. BECANTHY