Décédée le mercredi 10 février dernier, le PDCI-RDA a rendu un hommage mérité à sa militante, la députée de Jacqueville, Laurette-Andrée YACE épouse DE MEL. C’était ce jeudi 18 février à l’Auditorium du siège dudit parti à Cocody. Le dernier ‘’BP’’ de la fille de Philippe Grégoire Yacé, un compagnon de Félix Houphouët-Boigny, fondateur du PDCI et de la Côte d’Ivoire moderne. Oraison. (Photos: Victorine Soko).

ORAISON FUNEBRE DE MADAME DE MEL YACE LAURETTE

Le tonnerre a grondé

Les vents d’Afrique annonciateurs de gros évènements, ont lâché leurs souffles chauds et pétrifiants sur la ville.

La lumière a changé

Laurette Andrée YACE épouse DE MEL s’en est allée, nous laissant le souffle court, la tête pleine d’interrogations, les cœurs serrés totalement désarçonnés.

Laurette s’en est allée à l’appel impérieux du père créateur, empruntant la route des dignes amazones du PDCI-RDA qui ont mérité du père céleste et de la nation ivoirienne.

L’hommage de ce jour aurait pu s’intituler simplement : « Dans les sillons de son père… ».

En effet, il nous a paru impossible de dissocier la vie et le parcours politique de notre regrettée collègue de celle de son illustre père, Feu Philippe Grégoire YACE, ancien Député de Jacqueville et ancien Président de l’Assemblée nationale, mais surtout fidèle compagnon du père fondateur, le Président Félix Houphouët Boigny.

Sans doute son engagement politique et sa fidélité au PDCI-RDA trouvent-ils leur source dans ce modèle de militantisme vrai, de fidélité et de loyauté sans faille au PDCI-RDA, d’abnégation et de combativité, incarnés par un père qui a consacré toute son existence à « la libération de l’homme ivoirien et à l’affirmation de sa personnalité ».

Jeune fille de bonne famille, raisonnable et d’excellente éducation, Laurette que nous appelions tous ici de façon affectueuse, a fait de bonnes et studieuses études primaires et secondaires avec une incursion au lycée Philibert Dessaignes à Blois (France). Elle obtient son baccalauréat série A au Lycée classique de Cocody en 1968, où déjà remarquée par son goût des études et des belles lettres, elle sera appelée avec deux (02) autres de ses amies de classes dont il ne reste plus qu’une : « les femmes savantes ».

Diplômée de la faculté de lettres de l’université de Paris Nanterre, elle obtient une licence d’enseignement en français et allemand.

Convolant en justes noces avec son Excellence feu l’ambassadeur DE MEL.

Elle sera enseignante non en activité et pour cause, les femmes d’ambassadeur ne pouvant travailler dans les pays où leurs époux, sont affectés, elle va jouer le rôle de femme d’ambassadeur et le maitriser à la perfection, durant de longues années d’absences pour ses amies, à Berne (Suisse), à Bonn (Allemagne) et à Londres (Angleterre).

Laurette donnera à la Côte d’Ivoire trois (3) garçons et une fille ; quatre (4) beaux enfants à la grande joie des familles DE MEL et YACE.

Suivront les années sombres au terme desquelles elle devient veuve. Elle se consacre alors, à ses enfants avec lesquels elle a des relations fusionnelles, et entame le second pas de sa vie : la vie associative au cours de laquelle elle devient membre fondateur de l’Association des Epouses d’Ambassadeurs de Côte d’Ivoire Accrédités à l’Etranger (AEACI) en 1996. Tout en étant membre de l’association internationales des femmes en Côte d’Ivoire (AIF), et fut membre de l’ONG Côte d’Ivoire écologie pour en devenir en 2017 la présidente ; aussi elle fut Présidente de l’Association des épouses d’Ambassadeurs accrédites en Côte d’Ivoire de 2004 à 2017.

Au derniers moments de la vie de son père feu le président YACE Philippe, elle lui demande et obtient l’autorisation de prendre la relève politique du PDCI dans la famille YACE.

Comme pour tous ses challenges :

– Etudes

– Epouse d’ambassadeur,

Laurette commence avec humilité mais beaucoup d’enthousiasme sa carrière politique dans le parti.

Elle devient présidente de comité de base à Cocody- centre puis, membre de la coordination de Jacqueville, et présidente départementale UFPDCI de Jacqueville, puis secrétaire de section et membre du bureau politique.

Candidate enthousiaste aux législatives de 2000, elle connaît une opposition farouche et est battue.

Tirant les leçons de son échec, elle s’investira beaucoup sur le terrain et finira de façon glorieuse députée d’ATOUTOU et de Jacqueville commune et sous-préfecture de 2011 à 2016 et de 2016 à ce jour qui nous réunit dans la peine, mais aussi dans la joie de réaliser que tout au long de son existence, Laurette aura dédié sa vie, à sa famille biologique, ses amis et sa famille politique pour le mieux-être de son pays.

Elle a tenu haute et claire la flamme du PDCI-RDA.

De 2011 à 2016 elle fut :

– Membre du groupe parlementaire du PDCI-RDA

– Membre de la commission sécurité et défense en tant que rapporteur général adjointe et vice-présidente de la sous-commission sécurité et défense

-Présidente déléguée de l’Union interparlementaire

De 2016 à 2021

Elle est première (1ère) vice-présidente du groupe parlementaire et est vice-présidente de l’assemblée nationale depuis mai 2020.

Que peut-on retenir de la vie de Laurette ?

– Que rien n’est impossible si on le veut vraiment et qu’on s’en donne les moyens

– Que rien n’est au-dessus de la fidélité et de la loyauté dans toutes ses composantes

– Que rien n’est au-dessus de l’amour et de la compassion et surtout, que rien n’est plus précieux que de marcher sur les traces des commandements de notre père Créateur, vers la vraie vie, là où leurs importances sont de plus en plus ignorés cette vie d’ici-bas:

L’AMOUR

LA GENEROSITE

LA FIDELITE

LA FOI inébranlable au père créateur.

Je voudrais à ce stade de mes propos saluer une collaboratrice, dévouée et de haut rang qui a su tenir la barre dans les moments difficiles.

Laurette, je me rappelle les deux visites que tu m’en rendues en prison.

Tu t’étais inquiétée surtout à chaque fois pour ma santé

C’est pourquoile 27 janvier 2021,au soir de mon retour au pays, tu as fait partie des premières personnes que j’ai appelée. Mais tu n’as pas répondu à mon coup de fil.  Et j’en ai été inquiété car cela n’était pas dans tes habitudes.

Cependant, je te croyais dans ta circonscription électorale que tu aimais tant pour préparer les futures échéances électorales quand j’ai appris que tu ne sentais pas bien.

Deux jours plus tard, la triste nouvelle nous parvenait. Ce fut un choc.

Le président Henri Konan Bédié et son épouse, le PDCI RDA, ses amazones, les frères et sœurs joignent leurs intentions à Dieu tout puissant maître des mondes visibles et invisibles pour que leurs prières pour ton entrée au paradis montent à ses pieds comme l’encens qui lui agrée.

Merci pour cette grande leçon de vie que tu nous donnes.

Philippe,

Samantha,

Brice,

Hugues

Soyez fiers de la mère merveilleuse que vous avez eu.

Merci grande amazone pour le chemin tracé et que tu as si bien suivi.

Va Laurette, tu as su mener le bon combat ici-bas, va vers le père céleste qui t’accueille dans son amour infini.

Fait à Abidjan, le 18 Février 2021

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE

Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA