Dr Vei Bernard, vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda), était, le 14 février 2021, à la permanence du Pdci de Dabou. Il était accompagné de Mme Bia épouse Kouassi. Dans le cadre des missions du parti à la base, il y était en tant qu’émissaire, pour donner l’information aux militants en vue de leur mobilisation. A cet effet, il a animé une rencontre d’échanges avec eux.

Dès l’entame, il a précisé : « Nous sommes mandatés pour porter le message du parti. C’est une mission d’information à l’approche des élections législatives à venir. Avant tout, le président vous présente encore son « yako » pour les atrocités qu’a vécues Dabou. Mais il faut qu’on reprenne les choses en mains. Laissons les problèmes sociopolitiques derrière nous, engageons-nous pour la victoire du Pdci-Rda aux législatives. Que cela se passe dans de très bonnes conditions. Que chacun de vous démontre de nouveau son militantisme aux urnes du 6 mars prochain. Pour ces élections, nous sommes déterminés et comptons également sur votre détermination. Car il ne s’agit pas d’aller se battre, mais de voter, de démontrer au monde entier que Dabou est le bastion du Pdci-Rda. Le souhait du président Henri Konan Bédié est de voir le pays comme dans le passé (…) Nous avons eu raison d’aller aux législatives, c’est ainsi que nous allons à la vraie démocratie », a-t-il dit.

Par ailleurs, Dr Vei Bernard a invité les militants à demeurer engagés pour assurer la victoire du Pdci-Rda au soir du 06 mars 2021. « Le Pdci-Rda se replie pour mieux rebondir. Sachez que le président compte sur vous, car vous avez l’obligation de gagner. Dabou a l’obligation de gagner au soir du 6 mars 2021. On compte beaucoup sur vous. La marche continue. Que la jeunesse ne se laisse pas manipuler. Dabou doit servir d’exemple en montrant sa détermination pour le Pdci-Rda. Restons vigilants et unissons-nous pour la victoire. C’est par les législatives que nous allons libérer les incarcérés », a-t-il insisté.

Les militants ont exprimé des préoccupations qui portent essentiellement sur les conséquences de la présidentielle passée. Notamment, ils ont expliqué que du fait du boycott de la présidentielle, ils n’ont pas retiré leurs cartes d’électeurs. Alors ils se demandent comment se passeront les législatives du 6 mars 2021. Ils se sont demandé aussi comment aller voter alors que leurs enfants sont en prison. La jeunesse a, pour sa part, demandé une aide financière pour faciliter ses déplacements sur le terrain lors de la campagne. L’envoyé du parti a répondu à plusieurs questions des militants et par la suite les a rassurés quant aux élections à venir. Car pour lui, ce serait une fort belle manière d’honorer les morts, d’oublier toute la douleur vécue lors de la présidentielle du 31 octobre 2020.

B. DJIKE