Suite à la désobéissance civile en Côte d’Ivoire qui a abouti à la création de l’ex- Conseil National de Transition (CNT) par l’opposition ivoirienne, plusieurs personnalités avaient été mises aux arrêts et emprisonnées pour complot contre la République.

Si des opposants comme Affi N’guessan Pascal du FPI et Maurice Kakou Guikahué du PDCI-RDA ont fini par être libérés sous condition et sont même candidats aux élections législatives du 06 Mars 2021, ce n’est pas le cas pour plusieurs prisonniers politiques dont N’dri Narcisse, directeur de cabinet de Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA qui sont maintenus en détention.

N’dri Narcisse avait, en effet, été annoncé libre sur la toile en même temps que Guikahué. Et la nouvelle avait suscité la joie des militants de l’opposition et des membres de sa famille biologique.

Malheureusement, il est resté derrière les barreaux, alors qu’on lui reprocherait le même ‘’crime’’ que ses collaborateurs avec qui il a été mis aux arrêts le même jour, mais qui sont libres.

Pourquoi est-il toujours en prison au moment où l’on parle de dialogue politique, de décrispation et de réconciliation nationale ?

Que lui reproche-t-on spécifiquement en plus des mêmes délits attribués à ses ex-codétenus libérés sous contrôle judiciaires?

Le Procureur de la République, Adou Richard, devrait expliquer aux Ivoiriens les raisons du maintien en détention du Directeur de Cabinet du président Henri Konan Bédié, et celui de plusieurs autres démocrates détenus en lien avec la désobéissance civile.

Nathanael Yao