Décédé le 13 octobre 2020, Marcel Zady Kessy a été inhumé le samedi 30 janvier 2021, à Yacolidabouo, sa village natal. La douloureuse séparation.

Kessy Gbelia, Marcel Zadi Kessy repose à jamais sur la terre de ses ancêtres à Yacolidabouo. Il aura vécu une vie pleine et riche, et l’hommage qu’il a reçu lors de ses obsèques en est une parfaite illustration…

La région de la Nawa a perdu un illustre fils. Le patriarche s’est couché pour toujours. Zadi Kessy Marcel fut un homme grand, un guide, une inspiration, un modèle, un conseiller, un leader, une icône, un bâtisseur, tous les mots, tous les qualificatifs n’ont pas manqué pour décrire ce grand homme, ce baobab, Marcel Zadi Kessy.

A l’arrivée de la dépouille, tout Yacoli, comme un seul homme, est sorti, ce vendredi 29 janvier, pour voir venir le corps et se convaincre de ce que cette nouvelle triste était effectivement vraie. Le beau petit village, construit de ses mains et inspiré de lui, était inconsolable. Celui qu’on appelait « Jésus », le bienfaiteur plonge ainsi la Nawa, dans le deuil. Des délégations venues de partout, de toutes les régions de Côte d’Ivoire et même de l’extérieur, étaient là. Yacolidabouo, on aurait dit a refusé du monde. Ils étaient tous là, venus du pays profond, et même de Waraniéré…

Zadi Kessy était un homme planétaire, longtemps, il n’appartenait plus à son seul village de Yacolidabouo qui l’a vu naître. Le corbillard se dirige au domicile du défunt…

La nuit tombée, il est 23h35, lorsque la dépouille est conduite à la place réservée pour la veillée, sous plus d’une vingtaine de bâches, la foule venue de partout, les fils et filles de Yacoli debout accueillent par un standing ovation, l’illustre disparu. La dépouille fera le tour, comme il l’aurait fait de son vivant, pour saluer le monde venu lui faire ses adieux…

Le groupe Zékéliba, venu de Gagnoa, précisément de Kpapékou, donne le ton de cette veillée, les paroliers de la Nawa, Gbota de Gbagbabré et Gobé Blé de Grand Nahio, décrivent l’homme, pleurent le disparu, témoignent de sa grandeur, de son humanisme…

Successivement, plusieurs groupes de danses, venus de Gagnoa, d’Issia, de Daloa, et même de Waraniéré, rendent hommage à Zadi Kessy Marcel, égayent la foule, puis un concert livré par John Yalé, vont meubler toute cette veillée jusqu’au petit matin.

Maurice Kakou Guikahué, Alphonse Djédjé Mady, Alain Richard Donwahi, Dano Djédjé, Aka Aouélé, Goudou Raymonde, Dogo Mys Belmonde, et plusieurs autres personnalités politiques, cadres, anciens collaborateurs, amis et parents, dans une procession, suivront le cortège funèbre, ce matin du samedi 30 janvier 2021, pour la messe de requiem, sous les tambours et chants des danseuses venues de Tabou, d’où est originaire la veuve…

La longue file suit la dépouille qui se dirige à l’église de Yacoli, construite par le défunt, la paroisse Notre Dame de Toutes Grâces, pour la messe de requiem, qui sera dite par l’Evêque de San-Pedro, Koffi Oi Koffi Jacques.

Dans son homélie, il rend hommage au défunt, « Zadi n’a pas vécu inutile, c’était un homme grand et cette œuvre (l’église) qui nous accueille, en est une preuve, une illustration parfaite…Seigneur Jésus, tu nous vois déchirés et abattus, nous ne comprenons plus ; la mort de Marcel nous semble une injustice… ».

Et de poursuivre: « Seigneur, nous te supplions pour ton serviteur Marcel, qui a quitté cette vie ; permets que, purifié par cette eucharistie et dégagé de ses fautes, il connaisse les joies de la résurrection. Par Jésus…»

Après la messe, le défunt reçoit les honneurs militaires d’un détachement du Bataillon de sécurisation du sud-ouest (BSSO), venu de San-Pedro avant l’ultime séparation…

L’inhumation a lieu au caveau familial, sous le regard de la veuve inconsolable, comme les parents et amis présents et témoins de cette ultime séparation…

Le bâtisseur Marcel Zadi Kessy repose à jamais sur la terre de ses ancêtres à Yacolidabouo.

Repose en paix grand BATISSEUR, tu n’as pas vécu inutile et tu as su rendre à la Côte d’Ivoire, à la Nawa, à Yacolidabouo, ce que Dieu t’a permis d’avoir…

JEAN PRISCA, in Le Nouveau Réveil