Professeur Maurice Kakou Guikahué est rentré hier mercredi 27 janvier en Côte d’Ivoire, son pays. Sans bruit.

Dans la journée de ce mercredi, la rumeur persistait sur son arrivée probable dans la soirée. Mais personne proche de lui n’a confirmé.

Africanewsquick.net s’est donc rendu à l’aéroport aux environs de 18H (GMT). Un peu plus tard, au pavillon d’honneur, nous apercevons des membres de son équipe avec à leur tête Jean-Baptiste Kouamé (faisant office de son Dircab), puis le protocole, sa garde rapprochée et son avocat, Me Honoré Atabi.

Nous avons eu la confirmation qu’il est dans l’avion de Air France qui devrait atterrir aux environs de 19H30.

Curieux de savoir que le N°2 du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) qui a l’habitude d’être accueilli par des dizaines voir des centaines de militants, cadres de son parti et tout son cabinet, il n’y avait que moins de 10 personnes.

C’est alors que Me Atabi nous approche et dit, avec toute la galanterie et le respect, et à tous ceux qui ne devraient pas être là: «Toutes nos excuses. Vous devez aller l’attendre à sa résidence. Ici, en dehors de sa sécurité, son protocole et son avocat, personne ne doit rester ici. Pour des questions de sécurité et pour cause de pandémie du Coronavirus dont les cas ont repris de plus belle, nous avons décidé que tous ceux, mêmes ses collaborateurs, aillent l’attendre à son domicile».

Personne n’a fait de zèle et tout le monde a rebroussé chemin pour son domicile.

Là-bas, des militants attendaient, impatients de voir leur chef du secrétariat exécutif qui leur a manqué pendant plus de 75 jours (du 3 novembre 2020 au 27 janvier 2021).

Pendant ce temps, l’avion a atterri. Nous voyons son responsable du protocole arrivé avec ses bagages. Mais pas de Guikahué. Inquiétude.

Renseignements pris, le chef du secrétariat exécutif du PDCI est passé saluer son patron, son ‘’père’’, son président Henri Konan Bédié, lui donner la primeur des nouvelles avant de rentrer chez lui.

A 20H49, un cortège de véhicules arrive et stationne devant sa résidence. Sa voiture de commandement rentre au garage. Des cris de joie s’élèvent. Des prières se font entendre. Tous ses amis, ses enfants, ses collaborateurs, une cinquantaine de personnes était en liesse.

Enfin, il est là. Et en bonne santé. Dieu soit loué. Disaient les uns et les autres.

Maurice Kakou Guikahué avait été arrêté comme de nombreux cadres du PDCI-RDA à la résidence du président Henri Konan Bédié, le 3 novembre dernier et placé sous mandat de dépôt le 6 novembre à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

Il avait eu un malaise cardiaque qui l’a conduit à l’Institut de cardiologie d’Abidjan (ICA). Le mal s’était aggravé et il a été évacué en France pour des soins appropriés.

Pendant ce temps, le mardi 19 janvier 2021, une ordonnance de justice le remettait en liberté et sous contrôle judiciaire.

Gilles Richard OMAEL