Dr Albert Toikeusse Mabri, président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), a regagné Abidjan samedi 9 janvier, après deux mois d’exil suite à la crise post-électorale née de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Selon une source proche de l’UDPCI, M. Mabri qui est rentré en fin de matinée en compagnie de son épouse par voie aérienne a reçu à sa résidence la direction de son parti. Dans l’après-midi de ce dimanche 10 janvier, le président de l’UDPCI a rendu visite au président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et de la Coalition des plateformes et partis politiques de l’opposition. Voici ce qu’il a confié à la presse à sa sortie d’audience.

RAISONS DE LA VISITE A BEDIE

«Nous avons été absents à un moment important de la vie de la politique nationale et en arrivant j’ai souhaité venir saluer le président Bédié qui est le président de la coalition des partis d’opposition et qui est aussi un père pour moi pour venir lui présenter mes vœux de bonne et heureuse année 2021.

Egalement pour venir lui donner les nouvelles du séjour que j’ai fait loin de lui et pour aussi venir prendre des nouvelles. Je pars soulagé  que nous devons continuer dans l’Union, la cohésion et tout ce qui peut apporter à la Côte d’Ivoire la paix. Nous sommes une république et une république ça se nourrit de démocratie qui devient un pan de notre culture républicaine.

C’est dans ce sens que nous avons agi ensemble et je voudrais aujourd’hui lui dire merci pour l’affection qu’il m’a toujours portée et qu’il continue de me porter et qu’il a aussi manifestée vis-à-vis de   mes collaborateurs pendant ces quelques moments d’absence .Voilà  le sens de ma présence ici ce soir et je voudrais également remercié ses collaborateurs ici présents, le secrétaire exécutif du PDCI par intérim, le directeur de cabinet par intérim qui, avec les miens, ont assisté aux échanges ».

LEGISLATIVES 2021

 «Vous avez entendu la déclaration de l’opposition. Évidemment l’UDPCI est membre de cette coalition et  il est évident  que c’est une question qui est déjà prise en charge par les partis d’opposition. »

POURSUITES JUDICIAIRES

«Ce n’est pas moi qui aborde les poursuites ou les abandonne. Mais, je voudrais vous dire que le président Bédié, avec le soutien des forces vives, a pris l’initiative d’un dialogue national. Dans ce cadre, il y a eu des rencontres. Quelques résultats  ont été enregistrés, mais pas totalement à notre satisfaction. Si cela peut ramener les positions dans le sens de bâtir ensemble la cohésion, mettre en liberté les acteurs politiques pour qu’ils puissent participer à la vie politique nationale, notamment aux élections législatives, ce serait une bonne chose.»

CO-RECHERCHE AVEC AFFI N’GUESSAN

«En ce qui me concerne, j’ai été heureux de noter que le président Affi N’guessan a été mis en liberté. Il me semble que c’est le même jour et  sous le même régime que des poursuites ont été annoncées contre nous. Mais je pense que c’est toujours une similitude de situation. Ce n’est pas à moi de faire une déclaration».

CACHETTE DE MABRI

«J’étais partout et nul part et ce que je sais j’étais loin de cette maison, loin des miens. Vous les avez vus s’exprimer seuls, mais ils sont restés comme nous l’avons voulu, dans le bon ton, attachés à la démocratie, à la paix et à la nation. Et nous sommes là pour reprendre notre place pour continuer à construire la côte d’ivoire que nous aimons tous».

Propos recueillis par Gilles Richard OMAEL