REUNION DES GROUPEMENTS ET PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION, DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET DE LA SOCIETE CIVILE, SUITE À LA DECISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL, RELATIVE À L’ELECTION PRESIDENTIELLE DU 31 OCTOBRE 2020

DIMANCHE 20 SEPTEMBRE 2020- 16H00- SIÈGE DU PDCI-RDA A COCODY

INTERVENTION INTRODUCTIVE DU SECRÉTAIRE PERMANENT DE LA CDRP, PR MAURICE KAKOU GUIKAHUÉ

Excellence Henri KONAN BÉDIÉ, Président du PDCI-RDA, Président de la Conférence des Présidents des Partis politiques membres de la CDRP ;

Madame et Monsieur les Présidents des plateformes EDS et GPS ;

Mesdames et Monsieur les Présidents de l’URD, de LIDER et de l’UDPCI ;

Mesdames et Messieurs les Responsables des organisations syndicales et de la Société Civile ;

Mesdames et Messieurs les membres des Instances des partis politiques réunis ce jour

Mesdames et Messieurs

Le Comité d’organisation de cette rencontre des leaders des partis politiques, des syndicats et de la Société civile, par ma voix, voudrait saluer votre présence effective à ce rassemblement.

Nous voudrions, avant tout autre propos, solliciter votre indulgence pour les éventuels manquements dont vous aurez été l’objet de notre part. Nous vous promettons de nous améliorer au fil de nos rencontres.

Ce rassemblement qui fait suite à la plus grave atteinte à la stabilité de la nation ivoirienne, la violation de sa constitution, nous réjouit à plus d’un titre.

Notre pays, la Côte d’Ivoire, au cours de son histoire récente, a tenu debout, grâce à l’attachement des Ivoiriens et des Ivoiriennes et de leurs leaders à la Loi fondamentale ; la Constitution.

Notre pays a été éprouvé à deux reprises. La première fois en 1990, lors de la rupture du consensus national. Le retour au multipartisme a été rendu possible, sans heurts par l’application de l’article 7 de la Constitution. La deuxième fois, en 1993, lors du rappel à Dieu du Père de la Nation, Felix HOUPHOUET- BOIGNY. L’application de l’article 11 de la constitution a permis de sauver la Côte d’Ivoire du péril certain qui la guettait.

Or notre Constitution, ce socle de notre coexistence pacifique, de l’harmonie de notre Nation est violée par le Président de la République, celui- la même qui en est le garant du fait du serment qu’il a prêté.

Notre patrie est ainsi en danger.

C’est pourquoi, nous saluons votre présence massive à cette rencontre au cours de laquelle nous écouterons successivement le porte-parole des syndicats, le Président et les Présidentes de l’UDPCI, de LIDER et de l’URD, les portes paroles des plateformes GPS, EDS et CDRP et le Président de la conférence des Présidents des partis politiques membres de la CDRP, Président du PDCI-RDA, SEM Henri KONAN BÉDIÉ.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Fait à Abidjan, le 20 septembre 2020

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUÉ

Secrétaire Permanent de la CDRP