Dimanche 6 septembre, Pr Maurice Kakou Guikahué a dévoilé les enjeux de l’investiture du président Bédié, candidat du PDCI-RDA à l’élection présidentielle d’octobre prochain. « Après le 12 septembre les gens sauront ce que sait que le Pdci-Rda…», affirme-t-il.

GNRANGBE KOUACOU JEAN PLANTE LE DECOR…

La cérémonie d’investiture du Président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, désormais candidat dudit parti, aura lieu le samedi 12 septembre prochain dans la capitale politique et administrative de Côte d’Ivoire, Yamoussoukro. Avant le jour-j, le Secrétaire exécutif en chef, professeur Maurice Kakou Guikahué, a rencontré les délégués départementaux et communaux de la couronne de Yamoussoukro.

Venus des villes à environ 150 kilomètres de la cité des lacs, tous se sont sentis concernés par cette rencontre qui sonnait la mobilisation pour ce grand rendez-vous.

A la salle des fêtes de la mairie de Yamoussoukro, où s’est tenue la réunion, le maire-délégué Gnrangbé Kouacou Jean, qui recevait ses hôtes du jour, a planté le décor par ces mots: «Vous êtes venus pour qu’ensemble nous continuions le travail que le père fondateur nous a confié, celui de faire avancer toujours le Pdci-Rda. Il s’agira pour nous, aujourd’hui, de parler de l’investiture de notre candidat à la prochaine élection présidentielle. Hier déjà nous nous sommes rencontrés, nous avons parlé de mobilisation et des moyens à mettre en œuvre. Aujourd’hui, nous tenons la seconde séance et nous sommes réunis ici comme vous l’avez demandé; alors S/E, je vais m’arrêter là, je vous laisse la parole…», a-t-il fait savoir avant de céder le micro au messager du jour.

Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef du Pdci-Rda, après avoir remercié les délégués pour avoir répondu massivement à son appel, leur a transmis les salutations militantes du patron du parti doyen. Qui, selon lui, suivait avec un intérêt tout particulier cette rencontre. «Cette rencontre appelle trois points à l’ordre du jour : le premier point, ce sont les informations; le second point, la mobilisation des militants de Yamoussoukro et de la grande couronne autour de Yamoussoukro, et troisième point, les divers», a-t-il décliné avant de, dans un bref discours, relever les enjeux de la cérémonie du 12 septembre prochain.

ENJEUX DE LA CEREMONIE DU 12 SEPTEMBRE 2020

«Avant d’aborder les différents points de cet ordre du jour permettez-moi mesdames et messieurs de vous faire gagner la paix. L’acte que nous allons poser le 12 septembre 2020, c’est-à-dire l’investiture du Président Henri Konan Bédié, notre candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, est l’acte final d’un long processus. Tout a débuté le 14 novembre 2019 par la réunion du bureau politique qui a autorisé l’organisation d’une convention d’investiture du candidat du Pdci-Rda, à l’élection présidentielle d’octobre 2020 et procédé à la nomination du coordonnateur de ladite convention. A cette rencontre, des instructions ont été données au coordonnateur à l’effet de proposer le thème, les dates et la structure d’organisation de cette convention.

Le 19 décembre 2019, le Bureau politique a adopté le thème, les dates et structuration du comité d’organisation. Malgré les mesures barrières draconiennes dues à la pandémie de la Covid-19, qui a frappé notre pays vers la fin du premier trimestre de l’année 2020, le Bureau politique a pu se réunir les 4 et 5 juin 2020. Ce Bureau politique a fixé les critères de candidature, fait appel à candidatures, créé un comité de candidature et décidé les dates de la convention éclatée élective les 25 et 26 juillet 2020… », a rappelé le N°2 du PDCI-RDA.

Et de poursuivre pour indiquer le plébiscite fait au président lors cette convention éclatée. «Effectivement, à ces dates les élections organisées dans toutes les bases du parti ce sont avérées populaires avec 94.8% de taux de participation; avec le plébiscite du Président Henri Konan Bédié avec 99.67% des suffrages exprimés. C’est ce candidat plébiscité par des élections populaires, son excellence Henri Konan Bédié, que nous viendrons présenter au monde entier. Voilà les enjeux de la cérémonie du 12 septembre 2020 qui revêt pour le Pdci-Rda un caractère particulier.» A-t-il révélé.

MOBILISATION: ALLER AU-DELA DE CELLE DU 19 OCTOBRE 2019

Abordant le point 2 de son intervention, celle qui était la plus attendue par les délégués, la mobilisation, le Secrétaire exécutif a décliné l’objectif visé. Celle d’aller au-delà de ce qui s’est fait le 19 octobre dernier. «(…) La mobilisation que nous visons doit être au-dessus de celle du 19 octobre 2019 et elle doit être en même temps festive. Beaucoup de nos militants avaient souhaité, surtout après le 22 août dernier, que cette investiture se déroule à Abidjan au stade Houphouët-Boigny pour montrer aussi que nous étions plus nombreux que nos frères qui avaient utilisés le stade Houphouët-Boigny. Mais la ville de Yamoussoukro a été maintenue pour plusieurs raisons dont entre autres le ressourcement de nos militants sur cette terre du père fondateur ; la parole donnée qui nous caractérise, quand le Bureau politique des 4 et 5 juin a désigné Yamoussoukro pour abriter la cérémonie d’investiture de notre candidat dont nous ne connaissons pas un écart de fausse majeure. La place Jean Paul II est la plus grande place qui puisse exister en Côte d’Ivoire et nous voulons l’inonder ; et enfin surtout la cérémonie du 12 septembre 2020 qui est un meeting tenu au centre de la Côte d’Ivoire est une cérémonie officielle de la nouvelle de la candidature du Président Henri Konan Bédié, à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, un lancement au monde entier…», a-t-il relevé avant d’indiquer ceci :

Selon Guikahué, «de cette cérémonie partiront des émissaires pour annoncer dans la pure tradition africaine à tous les ivoiriens, à toutes les ivoiriennes et aux populations de Côte d’Ivoire que le président Henri Konan Bédié est candidat. Donc l’investiture est une symbolique. Cette rencontre du 12 doit être un signal fort pour monter notre position sur l’échiquier politique ivoirien ; donc à cérémonie exceptionnelle, organisation exceptionnelle, mobilisation exceptionnelle, c’est pour quoi nous avons demandé à vous rencontrer ce matin.» a confié celui que les militants appellent affectueusement Capitaine courage.

PETITE DEMONSTRATION DE FORCE.

Pour le chef du Secrétariat exécutif du PDCI-RDA, «il y a un petit calcul qui a été fait, si aucun militant ne vient, vous prenez parlant de la couronne, des villes autour, à 150 km de Yamoussoukro, si vous prenez tous les BP, vous prenez tous les secrétaires de section, tous les membres des bureaux de section ;  tous les présidents de comité de base et tous les membres des bureaux des comités de base, sans aller ailleurs ça fait 180 000 militants qui sont à la place Jean Paul II. Et la convention est une cérémonie qui préfigure à la campagne donc on veut la masse c’est sûr, on veut 300 à 500 000 personnes, mais si le personnel politique fait partie de ces militants ça nous ferait plaisir parce que ce sont eux qui vont relayer le discours sur le terrain. Ne vous limitez pas certes au personnel politique mais qu’il soit là pour faciliter votre tâche sur le terrain avant que vous n’arriviez sur le terrain.»

La démonstration faite de ce que la place Jean Paul II refusera du monde, Maurice Kakou Guikahué, a répondu à quelques préoccupations dont les changements demandés au niveau de la Cei et autres.

«La force de notre mobilisation peut faire régler beaucoup de problèmes. Parce qu’au village, le mouton pour rentrer dans ta maison pour manger ta banane, ton riz et autres, quand tu es assis devant ta maison, il vient et il regarde ta figure. Il y en a quand ils regardent ta figure ils retournent et il y a d’autres ils regardent et puis ils rentrent. Maintenant le président ne parlera plus en tant que président du Pdci-Rda, mais il parlera en tant que candidat. C’est pour cela que l’investiture est importante.

GUIKAHUE SATISFAIT

Si nous faisons plus que ce que nous avons fait le 19 octobre denier, nous aurons fait six fois le stade Houphouët-Boigny. La politique, c’est le rapport des forces en présence. Donc tous ce que vous voulez que ça change, le 12 lorsqu’on aura fait la démonstration de force, des changements pourront s’opérer. Donc voilà l’un des enjeux du 12 septembre et pour quoi nous devons être très nombreux…» a-t-il fait comprendre. Puis il a exprimé sa satisfait : «La réunion s’est très bien passée, j’ai été rassuré donc je vais vraiment réconforté. Ils m’ont demandé de dire au président qu’ils vont faire une démonstration de force et après le 12, les gens vont savoir ce que c’est que le Pdci-Rda. Donc nous repartons très heureux et en général quand les délégués me disent les choses ça se réalise donc il y a déjà un succès… »

Notons qu’une forte délégation accompagnait le Secrétaire exécutif en chef, notamment Emmanuel Kouassi-Lenoir, Secrétaire exécutif en charge de la sécurité, Kamagaté Brahima, secrétaire exécutif en charge de la jeunesse, le directeur du protocole DAO Romain Porquet…

Avec JEAN PAUL LOUKOU, à Yamoussoukro