Mesdames et Messieurs,

Merci d’avoir effectué si nombreux le déplacement de ce dimanche 15 mars 2020, malgré le délai cours de la convocation de ce meeting (5 jours francs).

Avant tout autre propos, je voudrais vous transmettre les félicitations et les encouragements du Président Henri KONAN BÉDIÉ, Président du PDCI-RDA et de la plateforme non idéologique : la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP)

Notre activité de ce 15 mars 2020 rentre dans le cadre de l’exercice de nos droits démocratiques en notre qualité de Partis politiques et de citoyens de la Côte d’Ivoire, pour exprimer de façon pacifique notre désaccord sur ce qui se passe actuellement dans notre Pays.

Oui, c’est un acte démocratique que de manifester quand on n’est pas d’accord pour que les gouvernants sachent qu’il y a des Ivoiriens qui ne veulent aucun tripatouillage de leur constitution, en pleine année électorale.

Le protocole de la CEDEAO, relatif à la démocratie et aux élections dans les 15 pays membres est clair en son article 2 et je cite :

« Aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (6) mois précédant les élections sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques.

Les élections à tous les niveaux doivent avoir lieu aux dates ou périodes fixées par la constitution ou les lois électorales ». Fin de citation.

L’élection présidentielle de 2020 ayant lieu le 31 octobre 2020, les gouvernants veulent faire croire que le 31 mars 2020 est le dernier délai pour faire les changements. Ce n’est pas vrai.

En Côte d’Ivoire, selon le code électoral, la publication de la liste électorale est faite trois (3) mois avant la date du scrutin soit le 31 juillet 2020 et le dernier délai de dépôt des candidatures est de deux (2) mois avant la date du scrutin, c’est à dire le 1erseptembre 2020.

Les élections commencent donc le jour de la publication de la liste électorale.

Donc le gouvernement est forclos dans sa tentative de modifier la constitution maintenant et surtout en touchant à la vice-présidence.

La modification de la constitution devait se faire au plus tard le 31 janvier 2020. Les parlementaires de l’opposition ont ainsi bien fait de sortir du processus.

Tout ce qui se fait actuellement viole le PROTOCOLE A/SP1/12/01 SUR LA DÉMOCRATIE ET LA BONNE GOUVERNANCE, ADDITIONNEL AU PROTOCOLE RELATIF AU MÉCANISME DE PRÉVENTION, DE GESTION, DE RÈGLEMENTS DES CONFLITS, DE MAINTIEN DE LA PAIX ET DE LA STABILITÉ DE LA CEDEAO.

NOUS DEVONS DONC CONTINUER DE CRIER NOTRE DÉSACCORD.

LA LOI EST AVEC NOUS.

Je vous remercie.

Fait. Yamoussoukro, le 15 mars 2020

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUÉ

Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA