DISCOURS DU PDCI-RDA AU MEETING DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN (FPI) LE 1ER FEVRIER 2020 A YOPOUGONPLACE FICGAYO

  • Madame la première Dame Simone EHIVET GBAGBO, Vice-Présidente du Front Populaire Ivoirien ;
  • Monsieur le Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien, Docteur ASSOA ADOU ;
  • Monsieur le Président de la Plate-forme EDS, Professeur GEORGES ARMAND WOGNIN ;
  • Monsieur le Ministre Sébastien Dano Djédjé, Vice-Présidente du Front Populaire Ivoirien ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Partis Politiques Alliés EDS et CDRP;URD, MFA ;
  • Militantes et Militants des Partis politiques FPI, PDCI-RDA et Sympathisants;
  • A tous les témoins oculaires de cegigantesque rassemblement de la Place FICGAYO de Yopougon !

Au nom de Son Excellence HENRI KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, je vous salue.

Au nom du Professeur MAURICE KAKOU GUIKAHUE, Chef du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA, je vous adresse également nos salutations militantes !

Nous, Délégation de la Haute Direction du PDCI-RDA, accompagnée de 1000 de nos Militants desbases de YOPOUGON, sommes venus ici ce jour, à la place FICGAYO, parce que nous avons eu écho de ce que des Ivoiriens, oui des Ivoiriens, je dis bien des Ivoiriens, épris de Paix, de Justice et de Réconciliation ici rassemblés, ont décidé de préparer, de proclamer et d’exiger le retour de leur Fils, de leur Enfant prodige, le Président LAURENT GBAGBO en CÔTE D’IVOIRE, son pays natal.

Nous sommes donc ici, envoyés à cette tribune pour porter un message fort, celui du Président du PDCI-RDA.

Chers frères et sœurs, La CÔTE D’IVOIRE, notre pays est aujourd’hui dans la tournante et à la croisée des chemins : ses enfants divisés ; ses libertés étouffées ; son économie malade et agonisante.

Et pourtant, pourtant,les tenants du pouvoiractuel nous fontcroire, font croire au monde entier que tout va bien en Côte d’Ivoire.

Oui pour eux, tout va bien quand dix ans après cette grave crise post-électorale qu’a traversé notre pays, des Ivoiriens, et pas des moindres, croupissent encore dans les prisons, et que beaucoup de nos compatriotes reste obligés de se maintenir en exil, hors de leur pays.

Ils disent aussi que tout va bien en CÔTE D’IVOIRE,quand on sait pertinemment que la grande majorité des ivoiriens vivent sous le seuil de la pauvreté.

Oui, pour eux, tout va bien en CÔTE D’IVOIRE, quand la peur d’une sécurité précaire habite l’écrasante majorité des Ivoiriens ; quand les armes continuent de circuler dans tous les hameaux contreceux qui ne sont pas de leur chapelle politique, de leur clan.

Nous passons sous silence toutes les difficultés auxquelles font face la Côte d’Ivoire et le ivoiriens : l’école en putréfaction malgré l’auto-satisfecit des pilotes qui se réjouissent devant les classes bondées de plus de cent vingt (120) élèves par endroit ; l’hôpitalqui abrite des mouroirs ; la jeunesse parent pauvre du développement ; etc.

Ils crient par-dessus les tribunes et à travers le monde, que la réconciliation et la paix en Côte d’Ivoire sont aujourd’hui une réalité; alors que dans les faits, l’on constate que les battements des ‘’djembés’’de joie retentissent dans le quartier d’en face, tandis que l’autre quartier soupire de douleur et de rancœur, et cela dans toutes les villes et tous les villages de notre Côte d’Ivoire.

Mesdames, Messieurs, Militantes et Militants, le Président Henri KONAN Bédié, nous envoie à vous, pour dire à ses Frères et Sœurs ici rassemblés, que cette Côte d’Ivoirequi nous est aujourd’hui offerte, n’est pas celle d’hier, construite dans la paix, le dialogue et l’union de tous les Fils et de toutes les Filles de notre beau pays. Oui, la Côte d’Ivoire est aujourd’hui méconnaissable !

C’est pourquoi, tirant leçon des conséquences désastreuses, de la mésentente d’hier entre Frères et Sœurs, le Président HENRI KONAN BEDIE, s’est rendu en Belgique le 29 juillet 2019 pour saluer, exprimer sa compassion et soutenir son Cadet, le Président LAURENT GBAGBO, blanchit, libéré par la justice internationale. Ces deux Grands Fils de la Côte d’Ivoire ont désormais décidé de regarder ensemble dans la même direction,et de bâtir ensemble une nouvelle vision pour l’avenir de la Côte d’Ivoire, un pays hélas aujourd’hui, déchiré, balafré, travesti et occupé.

Regarder dans la même direction pour rassembler, réconcilier toutes les Filles et tous les Fils de la CÔTE D’IVOIRE du sud au nord et de l’est à l’ouest.

Le Président HENRI KONAN BEDIE nous envoie également pour dire à cette tribune que pour réussir cette noble mission de réconciliation des Ivoiriens pour une paix durable, la place de Laurent GBAGBO n’est pas à Bruxelles, elle est ici en Côte d’Ivoireau côté de ses Frères et Sœursde combat d’hier pour la démocratie, aux côtés de tous ceux qui partagent l’idéal de la réconciliation et de la paix pour la Côte d’Ivoire et pour les Ivoiriens.

Chers Frères et Sœurs, nous sommes conscients que cette vision n’est pas du gout de tout le monde et en particulier de celui de nos Gouvernants actuels.

Nenous y méprenons pas. Ilsuseront de tous les moyens pour nous empêcher d’avoir notre Côte d’Ivoire unie et solidaire. C’est pourquoi :

  1. Le retour de Laurent de GBAGBO en CÔTE D’IVOIRE dont la libération et la liberté seront confirmées au soir du 7 février 2020, à la suite de cette parodie de jugement inique en appel,est pour nous, non négociable ;
  2. Le combat pour la libération de tous les prisonniers politiques et le retour de tous les exilés encore hors du paysdoit être mené jusqu’à la victoire finale ;

Le Gouvernement actuel, dans sa panique de perdre le pouvoir d’Etat sert aux Ivoiriens tous les outils inhérents à une dictature naissante pour se maintenir à tout prix au pouvoir.

Disons ici clair et net qu’ils ont échoué d’avance !

Ce ne sont pas les menaces, les intimidations, les renvois, les arrestations arbitrairesopérés par une justice militante « RHDP » qui nous feront reculer. Il nous faut rester unis, déterminés et forts face à cette minorité qui ne se nourris d’espoir qu’en brandissant des armes et en fraudant sur la nationalité ivoirienne pour obtenir des majorités factices.

Parallèlement au rude combat démocratique que nous devons mener pour le retour de LAURENT GABGBO, il nous faut nous battre, pour imposer les conditions d’une élection présidentielle 2020 inclusive, libre, démocratique, transparente et apaisée.

C’est pourquoi la Commission Electorale Indépendante(CEI) actuelle unilatéralement imposée, déséquilibrée et ne répondant à aucune norme internationale doit être refusée.

D’autres combatsdont celui la Carte de Nationale d’Identité gratuite pour les Ivoiriens doivent accompagner le combat contre la CEI.

Voyez-vous chers Frères et Sœurs, nous avons beaucoup de choses à faire ensemble pour libérer la CÔTE D’IVOIRE.

L’apprentissage pour le faire n’est pas facile, et c’est à juste titre que LAURENT GBAGBO a dit à HENRI KONAN BEDIE, et je cite : « C’est en marchant ensemble, qu’on améliore la démarche » !

Vive le Retour sans condition du Président LAURENT GBAGBO en Côte d’Ivoire dès le 7 février 2020,

Vive le Retour au pays natal de tous nos exilés,

Pour que VIVE UNE CÔTE D’IVOIRE réconciliée, unie pour un développement inclusif et durable.

Je vous remercie.

Fait à Abidjan le 1erfévrier 2020

Le Secrétaire Exécutif en Chef par Intérim

SERI BI N’GUESSAN.