Les populations de la région de l’Iffou présentent leurs vœux du nouvel an au président Bédié (discours du président du Conseil régional)

Les populations de la région de l’Iffou présentent leurs vœux du nouvel an au président Bédié (discours du président du Conseil régional)

PRESENTATION DE VŒUX DU NOUVEL AN 2020 DES POPULATIONS

DE LA REGION DE L’IFFOU AU PRESIDENT HKB

Daoukro le 10 janvier 2020

Discours du Président du Conseil Régional de l’IFFOU

Monsieur TRAORE Adam Kolia

Son Excellence Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA ;

Madame Henriette Konan BEDIE, Présidente fondatrice de la fondation SERVIR ;

Madame le Préfet de la Région de l’Iffou, Préfet du Département de Daoukro ;

Mesdames et Messieurs en vos rangs, grades et qualités dans le respect de la préséance protocolaire ;

Chers parents,

Monsieur le Président ;

J’ai l’insigne honneur de vousporter la voix des populations de notre grande région à une occasion si belle et attendue, celle d’une rencontre familiale avec le plus illustre des fils de la Région de l’IFFOU.J’en éprouve une légitime fierté.

Monsieur le Président ;

Vos frères, et sœurs ; filles, fils et petits enfants ; en un mot vos parents conduits par l’ensemble des élus ont rallié nombreux et joyeux votre résidence ce jour,pour vous voir, vous toucher, vous entendre mais aussi et surtout se convaincre et s’assurer que vous-même et votre épouse êtes en bonne forme.

Nous sommes venus manifester note amour, notre attachement, notre respect, notre soutien de tout temps et en toute circonstance au très cher Guide et protecteur que vous êtes pour toutes les populations de la Région de l’Iffou et audelà.

Monsieur le Président,

Chaque année, à pareille époque, les populations de la Région viennent vous souhaiter un Bon Nouvel An.

C’est aussi l’occasion de jeter un regard rétrospectif sur l’année écoulée, pour envisager la nouvelle avec optimisme.

L’année 2019, a procuré des joies et des satisfactions aux populations de la région. Toutefois, leur quotidien a été marqué également par des difficultés économiques,sociales, des douleurs et des préoccupations.

En faire une énumération exhaustive serait une gageure.

Permettez que j’en citetout de même quelques-unes.

Au plan économique et social :

Lamévente des produits agricoles de rente, principale source de revenus des laborieuses populations de la région ;

Les difficultés pour les jeunes de trouver un emploi rémunérateur ;

La résurgence de certaines affections mortelles, de même que l’apparitionet la fréquence de maladies autrefois rares,due à l’état de précarité du cadre et des conditions de vie ;

L’invasion de la région par descohortes d’orpailleurs dits clandestins, venus majoritairement de pays voisins, qui se sont livrés aupillage systématique des ressources du sous-sol par des pratiques qui mettent dangereusement en cause l’équilibre social, environnemental et économique ; toute chose que vous avez, Monsieur le Président, opportunément dénoncé en son temps. Votre intervention a amené une relative accalmie.

Il faut citer également et condamner

L’incident malheureux intervenu entre des jeunes gens de deux communautés de Daoukro, qui ont vécu depuis deslustres en parfaite communion et qui a failli dégénérer en véritable conflit intercommunautaire, n’eut été la détermination et la dextérité des responsables politiques, administratifs, coutumiers et religieux.

Au plan sécuritaire :

Les mêmes orpailleurs illégalement armés d’armes de guerre, ont semé craintes et peur au sein des populations, car très souvent les conflits internes d’appropriationou de colonisation de territoires d’exploitation ont donné lieu à des fusillades et combats violents se soldant par mort d’hommes ;

Par ailleurs, profitant de l’état de dégradation avancé de tronçons des principales routes de la région, les coupeurs de route opèrent sans difficulté, la nature ayant fait une part importante de leur travail. L’insécurité sur nos routes est donc une réalité.

Il faut cependant reconnaitre les efforts fournis par l’administration et les forces de l’ordre pour tenter d’endiguer le phénomène.

Au plan politique :

Quelques faits méritent d’être relevés

Une crise de confiance entre leaders politiques semble s’installer ;

Les évènements liés aux élections municipales et régionales dernièresdans certaines circonscriptions électorales ne sont de nature à rassurer les populations ;

Les dissensions sur le cadre et la conduite du processus électoral de 2020, pourraient d’avantage accentuer les interrogations.

Aussi, le climat politique national s’est-il particulièrement alourdi en fin d’année 2019, affectant par la même occasion, l’enthousiasme des populations Ivoiriennes en général et celles de la région en particulier à passer une fin d’année en toute quiétude.

Monsieur le Président

De ce qui s’entend, il ressort que les populations sont préoccupées par l’incertitude du lendemain, en référence de la crise post-électorale du début de la décennie.

Les parolesne suffiraient plus pour hotter les populations du doute.

Elles attendent des actes forts d’apaisement, un dialogue franc, volontariste et sincère au sein de la classe politique ivoirienne autour de l’essentiel, dans l’intérêt de la Patrie. C’est même une supplique des ivoiriennes et des ivoiriens.

Monsieur le Président,

C’est hélas dans cet état d’esprit, que nous abordons la nouvelle année, l’ultime d’une décennie pourtant prometteuse, que nous espérions terminer en beauté.

Faut-il pour autant désespérer ?

Non !!! Monsieur le Président.

Les populations de la région de l’Iffou gardent espoir et souhaitent qu’il en soit ainsi pour tous nos compatriotes.

Elles s’autorisent à toujours faire confiance à l’ensemble des frères et sœurs composant la classe politique de notre pays,

D’abord parce qu’elles sont convaincues, que Dieu aime la Côte d’Ivoire et que, quel que soit la profondeur des antagonismes le DIEU de justice,Bon et Aimant, le Régulateur de l’univers saura rétablir le bon ordre ;

Puis, les ivoiriens, dans leur grande majorité, nourris à la sève de l’idéologie Houphouétiste, nonobstant leur appartenance politique du moment, restent fondamentalement épris de paix ;

Ensuite, la peur qui semble étreindre les populations et qui n’épargnerait en réalité personne, fera prendre conscience que nul ne sortira totalement victorieux d’une nouvelle escalade fratricide.

Enfin, Monsieur le Président, la raison essentielle de notre espérance, populations de l’Iffou, c’est vous, Aimé Henri Konan BEDIE.

Quelle fierté pour vos parents, quelle assurance pour vos compatriotes, persuadés que vous ne sauriez laisser ce pays sombrer dans une nouvelle crise meurtrière.

Votre profond amour pour la Côte d’ivoire, le devoir de sauvegarde de l’héritage légué par le père fondateur et la mission de premier fils de la nation qui vous incombe, commandent une fois encore que vous continuiez de servir, à rassembler pour réconcilier les ivoiriens dans un vaste mouvement inclusif de sursaut national, au-delà des clivages idéologiques, ethniques, régionalistes et partisans.

Monsieur le Président,

Au regard du climat social actuel, la tâche est ardue mais ne vous est pas impossible, en référence à votre ligne de vie au service de vos semblables, votre attachement dogmatique à la paix et votre sens profond du respect de la vie humaine.

En réalité vous êtes déjà à pied d’œuvre, comme lanceur d’alertes chaque fois que de nécessaire, fédérateur des premiers groupements sensibles à votre appel et en négociation avec d’autres compatriotes.

Vous devriez continuer jusqu’à briser les dernières barrières de la méfiance et de l’enfermement, il vous faudrait parvenir à convaincre et rassurer les craintifs d’un nouvel ordrenaturellement inévitable, relativement à la sécurité des acquis, au pardon des offenses, pour s’ouvrir aux autres et partager les mêmes bonheurs.

Tout le monde y gagneraitet il est encore temps.il fautque les ivoiriens ne perdent pas de vue qu’en ce bas monde, tout est temporel et, rien n’est éternel.

Face à ces défis, tous vos parents de la région de l’Iffou ici représentés, voudraient à l’entame du nouvel an, former pour vous, d’une même et seule voix, des vœux d’une santé parfaite, d’une longévité inhabituelle, de paix intérieure, de bénédictions et de protection divines ; des vœux de couronnement exemplaire d’une carrière professionnelle et politique hors du commun.

Fasse DIEU l’omniscient et l’omnipotent, que vous gardiez toujours un mental fort, un esprit alerte, de même qu’un état physique résistant à l’épreuve du temps.Puisse le Très haut attendrir le cœur des uns et des autres, les rendre réceptifs à votre appel patriotique.

Ces vœux vous sont adressés en votre qualité de digne fils de la région, mais aussi à votre chère et tendre épouse, votre biche royale, le triptyque de la beauté, beauté physique, beauté mentale et surtout beauté du cœur.

Madame la Présidente ;

Vos beaux-parents de la région de l’Iffou vous souhaitent de battre ensemble avec votre époux et dans les meilleures conditions tous les records de longévité d’une part et de vie commune heureuse d’autre part.

Monsieur le Président et Madame BEDIE

A travers vous, c’est à chacun des membres de vos familles respectives, les familles BEDIE, KOIZAN et alliées que nous formons ces bons vœux.

Excellence Monsieur le Président ;

Les élus, les cadres, les rois et chefs traditionnels, les dignitaires religieux, les femmes, les hommes, les jeunes et les moins jeunes de l’Iffou, vos frères et sœurs, enfants et petits-enfants voudraient vous assurer de leur totale confiance, leur soutien sans faille, leur détermination à suivre et exécuter vos instructions.

BONNE HEUREUSE ET SAINTE ANNEE

MONSIEUR LE PRESIDENT ET MADAME

Comments

    No Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Fields marked * are mandatory.