Le S.E Guikahué: «Le 19 octobre, la Côte d’Ivoire verra que le Pdci existe, on va faire une démonstration de force à Yamoussoukro»

Suite à la 140e Session du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda qu’il a présidée, mardi 8 octobre, Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef, s’est prêté aux questions des journalistes.

Monsieur le secrétaire exécutif, vous venez de présider la 140ème Session ordinaire du Secrétariat exécutif. Quels sont les sujets qui étaient à l’ordre du jour?
Nous avons débattu de beaucoup de sujets. En premier, nous avons parlé de « l’affaire Jacques Mangoua ». Le Secrétariat a fait le point de l’évolution de la situation et le Secrétariat a écouté, également, le compte rendu des avocats et la décision a été prise que demain (ndlr: aujourd’hui) les avocats donnent une conférence de presse pour expliquer à nos militants, l’évolution du dossier. Ensuite, nous avons donné des informations importantes qui seront livrées au cours du meeting du 19 octobre 2019 à Yamoussoukro. Nous avons également parlé des Commissions techniques nationales parce qu’elles doivent se mettre au travail dès maintenant pour préparer les dossiers que nous allons soumettre prochainement au comité d’organisation qui sera mis en place après le Bureau politique de novembre qui est chargé de préparer la convention du parti. Nous avons aussi parlé des diligences au niveau des sections, du dépôt des listes des membres des Grands conseils régionaux, des livres blancs et dans l’ensemble, 80% des diligences ont été exécutés. Enfin, nous avons parlé du meeting du 19 octobre qui est un meeting important, qui mobilise tous les militants du Pdci-Rda et à ce propos, demain (Ndlr: aujourd’hui), nous aurons la réunion de la coordination du comité » d’organisation et le Secrétariat a décidé que le secrétaire exécutif qui est en même temps, le coordonnateur du comité d’organisation donne une conférence de presse, le jeudi à 15 heures pour donner les grandes lignes, le pourquoi et les objectifs de ce grand rassemblement du Pdci-Rda. Nous avons fait aussi le compte rendu des grandes missions que nous avons effectuées. J’étais à Londres, où j’ai donné une conférence sur « Les élections de 2020, quelle devait être l’attitude du Pdci-Rda? ». Nous avons également participé à la convention annuelle du parti conservateur britannique.

Quelle est désormais la position du Pdci-Rda dans « l’affaire Mangoua Jacques » ?
Demain (Ndlr: aujourd’hui), les avocats vont intervenir sur la question et jeudi, je donnerai une conférence de presse.

Etes-vous toujours en contact avec Mangoua Jacques?
Oui, oui, nous sommes en contact.

Nous avons appris que M Mangoua a été transféré de Bouaké à Abidjan?
Oui, ça a été confirmé. Demain (Ndlr: aujourd’hui), les avocats en diront davantage au cours de leur conférence de presse. Après les émotions, où en sommes-nous. Il faut que les avocats informent l’opinion nationale et internationale et nos militants pour les rassurer. Donc, préparez toutes les questions se rapportant au procès dans « l’affaire Mangoua Jacques », les avocats vous répondront.

Au niveau de la plateforme, le Raci grince les dents parce qu’un de ses militants a été arrêté et emprisonné à Bouaké alors qu’il était parti soutenir les militants Pdci le jour du procès de Mangoua Jacques. Et depuis, le Pdci n’a fait aucune déclaration?
Nous en avons parlé. Vous faites bien de relever cela. En tout cas, le Secrétariat exécutif a soulevé ce dossier.

Que devraient attendre les militants de votre mission à l’extérieur?
C’est une mission importante. Nous avons des partis frères et l’un d’eux nous a invités. C’est dans ce sens que nous sommes partis en Grande-Bretagne. Les jours qui viennent, vous allez sentir que nous avons fait une mission à Londres.

Entre deux missions, nous vous avons vu aux obsèques du président Jacques Chirac, aux côtés de Mme Bédié qui représentait son époux. L’on a senti une forte implication du Pdci-Rda dans ces obsèques?
Le président Chirac est un fils du président Houphouët-Boigny. Il l’a dit lui-même dans ses mémoires qu’il a deux papas. Il y a De Gaulle et Houphouët-Boigny. Il était proche de nous, il était président quand nous étions au gouvernement, quand le président Bédié était au pouvoir et vous avez dû lire le message poignant du président Henri Konan Bédié. C’était un Houphouétiste, c’est pour vous dire que Chirac avait sa carte de Pdci, donc, c’est un de nos militants. Donc, c’était tout à fait normal que le président envoie son épouse le représenter. Malheureusement, il venait de quitter Paris deux jours avant, c’était difficile pour lui d’y retourner. Donc, il a demandé à son épouse de le représenter et que je sois avec elle, en tant que secrétaire exécutif du Pdci pour que les gens voient l’implication du parti. Nous avions avec nous l’Ambassadeur Kakou Gervais. Il devrait aller avec le ministre Essy Amara, mais qui était indisponible. Nous avons été très bien reçus. Nous avons été honorés par la famille Chirac. D’abord, le jour des hommages « Aux invalides ». Mme Bédié a échangé avec Claude Chirac puisque la maman étant très éprouvée, n’a pu être présente aux différentes étapes. Et à la messe, Mme Bédié était assise dans la famille du président Chirac. Elle est allée représenter son époux et la famille a exigé qu’elle s’asseye avec les membres de la famille Chirac. C’est un honneur pour nous.

La question de la Commission électorale indépendante?
Je vais aborder cette question, jeudi.

Quel est votre message aux militants?
Le message, c’est de dire aux militants que nous sommes dans l’opposition. Et Houphouët-Boigny a dit que quand vous voyez des enfants passés sous un manguier et y lancent des pierres, c’est que les mangues sont mûres. Donc ce qu’on subit, c’est la panique. Les gens ne savent plus comment faire. Les gens ont dit que le Pdci-Rda a été pris à 70%, que le Pdci-Rda a été vidé, désossé mais ces mêmes personnes commencent à voir la réalité et il y a l’un des responsables du Rhdp qui a dit dans un journal que c’est la crème qui est partie. Mais quand il y a la crème, c’est la mousse. Une bière dans un verre, le liquide est plus important que la mousse. Et ils disent que ne sont restés au Pdci-Rda que le président, Guikahué, Djédjé Mady et Akossi Bendjo. Mais ce qu’ils oublient, c’est le président Bédié qui est le président du parti. Guikahué est le secrétaire exécutif en chef et joue le rôle de secrétaire général du parti, Djédjé Mady, ancien secrétaire général du parti, Akossi Bendjo, le patron de l’Organisation. Donc si vous avez un parti où le président, le secrétaire, l’ancien secrétaire, l’organisateur sont en place, ça veut dire qu’il n’y a pas de drame. Ça veut dire que le parti est là. Je fais une analyse, un commentaire scientifique. Parce que quand nous avons des publications et qu’on fait des tableaux, on les commente. Quand on prend la colonne des vice-présidents. Curieusement, les vice-présidents qui sont partis, sont les vice-présidents qui sont en relation de travail avec le président de la République. Aucun vice-président libre n’a bougé. Si on dit qu’Edjampan est parti au Rhdp, si on dit que Zadi Kessy ou Yobouet Lazard, ou encore Djédjé Mady, Kakou Gervais sont partis, en ce moment-là, on va commencer à avoir des problèmes. Mais tous ceux qui sont partis, c’est Ouattara qui les paye à la fin du mois. Voici le commentaire que m’inspire le tableau. Mais de toutes les façons, le 19 octobre, la Côte d’Ivoire verra que le Pdci existe. On va faire une démonstration de force. J’en dirai encore plus jeudi, mais on va à un meeting de vérité.
Propos recueillis par, GILLES R. OMAEL, DIARRASSOUBA SORY et DJE KM

Comments

    No Comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Fields marked * are mandatory.