Soro Kanigui, président du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), avec une forte délégation de son parti, a eu une audience avec le Chef du Secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), Pr Maurice Kakou Guikahué, ce vendredi 6 septembre 2019, au siège du parti du président Henri Konan Bédié, à Cocody. A sa sortie d’audience, il a expliqué les raison de sa présence avec cette importante délégation au siège du Pd i-Rda. Explications.
«Nous sommes venus avec une délégation importante du RACI, saluer le Secrétaire exécutif du Pdci-Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué, le féliciter pour tout le grand travail qu’il fait pour rassembler l’opposition significative ivoirienne.
Nous sommes aussi venus pour échanger avec lui sur l’actualité sociopolitique de la Côte d’Ivoire, tenir compte de son analyse parce que vous savez que c’est un homme d’expérience. Et pour nous, il était nécessaire de venir nous abreuver de cette expérience.
Nous avons également échangé sur la vie de la plateforme. En tout cas, en ce qui nous concerne au Raci, nous sommes venus le rassurer pour lui dire qu’il pouvait rassurer SEM le président Henri Konan Bédié, sur notre volonté au Raci, de travailler pour la réconciliation nationale, et surtout aider la Côte d’Ivoire à définitivement tourner le dos à la crise que le pays connait. Le président Bédié fait beaucoup d’efforts et il est important que nous puissions lui apporter notre appui pour que les choses aillent de l’avant.
Ce qui nous intéresse, c’est comment nous pouvons organiser la société ivoirienne autour de nos grands leaders de l’opposition. La vraie opposition pour que la Côte d’Ivoire puisse avoir une nouvelle alternative.
Vous savez, la situation que nous traversons, il faut avoir suffisamment de force pour résister à toutes les tentations. Et nous, nous collaborons avec ceux qui ont cette force de résister aux tentations. Pour le reste, ça ne nous intéresse pas.
Nous sommes ensemble, nous resterons ensemble. Et nous devons travailler pour libérer la Côte d’Ivoire de toutes ces crises. Et je pense que nous allons y arriver».
Propos retranscrits par G.R. OMAEL