Kakou Guikahué (S.E en chef), depuis Daloa: «Tous ceux qui se disent militants du Pdci qui sont partis au Rhdp, ne sont que les nouvelles recrues du Rdr»

La tournée du Chef du Secrétariat Exécutif, Maurice Kakou Guikahué, était à sa 2e étape dans la zone Ouest dite zone Zadi, après la zone sud à Abidjan, le mois dernier. Les responsables politiques (2036 personnes) de cette zone se sont rassemblés à Daloa pour recevoir et écouter leur ‘’capitaine courage’’. Ainsi, après avoir donné la feuille de route de toutes les délégations et sections, il s’est exprimé sur l’actualité pour que ces responsables à la base soient au même niveau de l’information. Propos recueillis.

«Apres des péripéties et malgré sa puissance dans les années 70, Houphouët Boigny a cru nécessaire de créer une école du PDCI-RDA. On crée une ecole pour que ce qui existe aujourd’hui se perpétue. On continue d’étudier la médecine parce qu’une école de médecine a été créée. Donc si le Meeci a été créé, c’est pour que le PDCI-RDA ne disparaisse jamais. Le premier president du Meeci, Tano Brou Antoine n’est plus avec nous. Professeur Alphonse Djédjé Mady, président du Meeci est resté Pdci, Kouassi Dongo president du Meeci est resté Pdci, il est avec nous, votre serviteur, Maurice Kakou Guikahué, president du Meeci, est resté Pdci. Véhi Bernard, président du Meeci, est resté Pdci et Keita Aboubacar, le dernier président du Meeci, est banquier au Usa et il anime le Pdci au Aux États-Unis. Ceci pour vous dire que vous ne devriez pas avoir peur car ceux qui ont été formés et qui ont dirigé l’école du parti pour ne pas que le Pdci disparaisse sont tous restés Pdci. Donc la racine qui a été planté est là. Si vous apprenez que Guikahué ou Djedje Mady a viré au Rhdp, c’est la que vous devrez avoir peur car cela allait être une catastrophique. Ehui Bernard, c’est vrai que vous l’avez vu, mais il n’a jamais été president du Meeci donc s’il s’en va c’est pas grave. Tous les gands noms de ministres ou de cadres que vous connaissez et qui sont partis au Rhdp, sont des gens que nous avons ramassés sur la route en marchand pour augmenter le nombre des militants du parti. Car le noyau du Pdci c’est Guikahué, c’est Djedje Mady, c’est Dongo, c’est Vehi Bernard. Mais si chemin faisant, ceux que nous avons ramassés disparaissent, nous ramasserons de nouveaux jeunes pour partir pour que Pdci continue de vivre car nous qui les avons ramassés nous sommes encore là. (…) Demeurez vigilants à tous les niveaux pour décourager toutes les tentatives de fraudes, car la fraude sur la nationalité est le seul espoir du Rhdp. Car le Rdr sans le Pdci ne peut pas gagner les elections. Et Djédjé Mady qui a été longtemps president du directoire du Rhdp ne peut pas me contredire. Maintenat que le Pdci ne fait plus partie de cette coalition, le Rdr est seul dans ce Rhdp. Le président du Rhdp est du Rdr, le président directoire du Rhdp Amadou Gon est du Rdr, la président de la direction executive du rhdp, Adama Bictogo, est du Rdr. President Rdr, directoire Rdr, direction exécutive Rdr. Donc le Rhdp unifié est égal au Rdr renforcé. Tous ceux qui se disent militants du Pdci qui sont partis au Rhdp, ne sont que les nouvelles recrues du Rdr. Depuis le 18 juillet 2019, le récépissé du Rhdp parti unifié est sorti. Donc le Rhdp est un parti politique. La loi de 1993 interdit à un individu d’être militant de plusieurs partis politiques. Cela voudrait dire que l’Udpci, le Rdr, la branche Pit, Updci et la branche Mfa qui sont au Rhdp sont tous dissous. Donc, que les gens ne vous trompes pas. Tous les partis et mouvements qui sont au Rhdp ont été tous dissous. C’est maintenant le Rhdp seul qui existe. Donc s’il y a des gens qui sont au sein de ces partis qui ont été dissous et qui ne se sentent pas dans cette dissolution, faites leur la cour pour qu’ils reviennent au Pdci où ils étaient tous avant. C’est le combat du recrutement qui est engagé (…) Je voudrais vous rassurer que les travaux de réflexion pour la mise en place de la plateforme non idéologique initiée par le president Bédié sont achevés et la charte de cette plateforme a été signée depuis le jeudi 1er aout 2019. Ensuite, je voudrais vous dire que la visite que le president Henri Konan Bedié a rendu au président Laurent Gbagbo a renforcé le rapprochement entre le PDCI-RDA et le Fpi. Notre plateforme a été engagée de travailler en partenariat avec la plateforme de Gbgabo qui s’appelle Eds. Le president Gbgabo me l’avait dit et il l’a répété au président Bédié. Il demande au Pdci de prendre autour de lui les autres partis politiques pour faire une plateforme. Et lui Gbagbo prendra aussi des partis politiques pour créer une plateforme et nos deux plateformes travailleront ensemble. C’est ce qui vient d’être fait. Eds existe, notre plateforme existe pour que nous travaillons ensemble. Donc ne soyez par surpris que dans les jours à venir vous voyez Guikahué, Assoa Adou, Mady en train de sillonner le pays dans le cadre d’une tournée conjointe des cadres du Pdci et du Fpi. En général en politique, on dit que c’est la tête qui tire la base, mais parfois la base peut prendre des initiatives pour imposer dans les faits sa volonte d’unité d’action à la tête. Si vous avez des opportunités de vous assister mutuellement à la base, dans l’exercice de vos activités politiques, nous vous y encourageons. Si vous êtes délégué que les responsables à la base du Fpi, du Raci vous approchent pour des activités sur le terrain allez-y car nous sommes ensemble. Depuis que le president Bédié a annoncé que le Pdci est sorti du Rhdp les militants sont très heureux. Il faut le dire, nous avions eu d’énormes difficultés à imposer le Rhdp à la base. Cette fois-ci, depuis que les gens ont vu Gbagbo et Bedié à Bruxelles, ce sont les militants eux-mêmes qui nous poussent à aller aux rapprochement avec le Fpi. Cela voudrait dire que c’est déjà gagné, car la base est partante. En ce qui concerne la commission électorale indépendante dont la Cour afeicaine des droits de l’homme a ordonné sa modification, le gouvernement n’a pas consenti et a parlé de la recomposition. Nous avons voté contre loi par 84 voix à l’Assemblée Nationale et par 17 voix au Senat. On dit que le doigt ne s’enfle que par sa taille. Donc nous avons 100% des élus du Pdci à l’Assemblée Nationale et au Senat. Momentanément les autres sont plus nombreux que nous, donc ils ont voté oui pour ce projet de loi. Nous avons donc utilisé les voies democratiques pour contre-attaquer. Nous avons donc déposer un recours au Conseil constitutionnel pour ne pas que cette loi soit promulguée. Car sur 300 députés et senateurs, il y a 101 qui ont voté contre ce projet de loi et cela fait 34% de voix contre. Donc cette loi n’est pas consensuelle alors que nous voulons une loi consensuelle. Ensuite notre avocat, après avoir déposé ce recours, est parti à Abuja devant la Cour Africaine des Droits de l’homme et des peuples pour le dépôt d’une plainte contre l’Etat de Côte d’Ivoire. Ensuite en ma qualité de secrétaire exécutif du Pdci, j’ai écrit au president de la commission de l’Union africaine qui m’a envoyé un accusé de recption et le president du parti a écrit au president Égyptien qui est le président de l’Union Africaine. Donc nous allons nous donner les moyens pour que cette loi revienne en seconde lecture à l’Assemblée Nationale. Enfin en ce qui concerne le logo du Pdci. Il faut savoir que le logo que le Rhdp utilise aujourd’hui est la propriété du Pdci, car il y a quelques années nous avions déposé des dossiers pour avoir cette propriété. Donc le Rhdp étant un parti, il ne peut plus utiliser ce logo d’un autre parti politique. Donc nos avocats internationaux ont été saisis pour que notre logo nous revienne. Donc nous sommes sur la bonne voie.»
Propos recueillis à Daloa par Gilles Richard OMAEL

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.