Maurice Kakou Guikahué, depuis Gagnoa aux militants du Pdci: «Dans vos quartiers, villages et campements, ne faites pas de palabres avec vos frères, encore moins avec les gens du Fpi…»

Le chef du Secrétariat exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), Pr Maurice Kakou Guikahué, assisté par le Coordonnateur des activités du Comité des sages, Me Cheickna Sylla, a présidé une réunion des délégations départementales (5) et communale (1). Il était question de faire un premier bilan après les nouveaux découpages des territoires des délégations dudit parti. C’était au siège départemental du Pdci-Rda, le dimanche 16 juin, à Gagnoa.
C’est à la suite du décor planté par Ourigou Osro Luc, membre du Bureau politique et permanent de la délégation communale qui accueillait les autres délégations départementales que le professeur Maurice Kakou Guikahué, chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda, a pris la parole pour s’adresser non seulement au militants de son parti, mais aussi et surtout à ses parents de tous les bords politiques.
«Je voudrais féliciter toutes les personnes qui ont participé à la mobilisation de ce dimanche 16 juin, parce qu’il n’y a pas eu de publicité spéciale autour et vous êtes sortis nombreux, avec cette grande salle pleine et des bâches dehors. Merci à vous qui avez fait passer le message pour réussir cette mobilisation», s’est réjoui d’emblée le numéro 2 du parti doyen des partis politiques de Côte d’Ivoire, avant de faire le point de la situation politique du pays en ces termes : «En ce qui concerne le Pdci, les nouvelles sont bonnes. Aujourd’hui, le Pdci est dans ses habits de paix, de dialogue et d’indépendance. Je vous avais déjà fait le point de ce que le Pdci-Rda avait quitté le Rhdp. Car, dans le vie, quand tu marches et que tu ne sais pas où tu vas, tu sais d’où tu viens. On a fait le point et on a trouvé que ce n’était plus bon pour nous donc on a quitté. Parce que la politique, c’est un jeu d’intérêts. Quand tu n’as pas d’intérêt quelque part, tu ne vas pas là-bas. Donc on est revenu là où on était, le Pdci-Rda, parti indépendant, parce que les gens voulaient nous avaler». Il a poursuivi pour dire la suite des débats après le retrait du Pdci-Rda du Rhdp.
«Après avoir quitté le Rhdp, nous nous sommes dits que le Pdci est un parti de paix, de dialogue. Pour avoir la paix, il faut la réconciliation. Donc le président Bédié a dit que, maintenant que nous sommes seuls, on doit montrer réellement ce qu’on pense aux Ivoiriens. Donc la réconciliation dont nous avons toujours parlé, il faut qu’on fasse la réconciliation. Et puis, on ne réconcilie que ceux qui sont en palabres. C’est pourquoi, le président Bédié a dit, maintenant on fait table-rase de tout le passé. Parce que Houphouet a dit que l’homme ne peut pas vivre sans nuire, mais il faut nuire le moins possible. Donc, dans le passé, chacun a fait des méchancetés à l’autre quel que soit le degré de nuisance. Il faut donc laisser tomber tout ça, parce que si on ne se réconcilie pas, la Côte d’Ivoire va continuer d’avoir des problèmes. Dès lors, le premier parti avec lequel le Pdci n’était pas d’accord, c’est le Fpi. Donc, au mois de novembre dernier, le président Bédié nous a dit d’aller saluer Gbagbo, mais comme l’heure du jugement était proche, on a attendu. Et dès qu’il a été acquitté et qu’il est allé à Bruxelles, nous sommes allé lui dire Yako et toute notre compassion. Gbagbo nous a fait plusieurs confidences, le moment venu, vous saurez tout, dans les moindres détails», a-t-il révélé.
Toutefois, continuant dans ses révélations, le numéro 2 du parti présidé par Henri Konan Bédié dira que «nous avons donc décidé, Fpi-Pdci, de travailler ensemble pour sauver la Côte d’Ivoire (Ndlr, tonnerre d’applaudissements). Le Fpi reste Fpi et le Pdci reste le Pdci, mais on va travailler ensemble pour la Côte d’Ivoire (Ndlr, encore un tonnerre d’applaudissements). Donc nos petits problèmes individuels, il faut faire l’effort de les oublier, parce que le problème de la Côte d’Ivoire est plus grand que nos problèmes. On a brûlé ma maison, mais maison n’est pas plus grande que la Côte d’Ivoire. On doit penser d’abord Côte d’Ivoire avant de penser Moi. Même si j’avais insulter un militant du Fpi, est-ce que c’est plus grand que la Côte d’Ivoire ? Non. Donc laissons tomber tout ça et regardons les problèmes de la Côte d’Ivoire et des Ivoiriens. Sinon, nous-mêmes, on risque de ne plus exister si on continue de considérer nos petites divergences. Maintenant, celui qui est fâché parce que je suis allé saluer Gbagbo, pardonnez, priez pour lui pour qu’il comprenne qu’il y a un temps pour faire palabres et un temps pour se réconcilier. Le temps de la réconciliation de tous les Ivoiriens est arrivé».
Ce n’est pas tout.
«Bientôt, ne soyez pas surpris quand vous allez voir une délégation mixte avec Assoa Adou, Guikahué et plusieurs autres figures du Fpi et du Pdci, même d’autres partis tourner pour vous parler de la réconciliation pour la Côte d’Ivoire (Ndlr, applaudissements très nourris). Quand vous allez retourner dans vos quartiers, villages et campements, ne faites pas de palabre avec qui que ce soit, encore moins avec les gens du Fpi. Nous voulons une réconciliation vraie et totale. Gbagbo ne peut pas se réconcilier avec Bédié pendant que vous allez continuer à faire des palabres dans vos quartiers et villages», a conseillé Guikahué avant de féliciter Maître Cheickna Sylla pour sa nomination en tant que Coordonnateur des activités du Comité des sages du Pdci-Rda, et surtout pour ses innovations dès sa nomination en instituant ‘’les mercredis du Pdci’’, une conférence publique pour former la jeune génération aux idéaux du parti.
Cheickna Sylla, nommé coordonnateur des activités du Comité des sages du Pdci-Rda, fils et cadre de Gagnoa, a invité les populations et surtout les militants du Pdci à s’approprier les valeur d’humanisme du président Félix Houphouët-Boigny qui sont ‘’le pardon, la tolérance, le dialogue, et surtout la solidarité’’. Vivre, selon ces valeurs, apportent la paix entre communautés et peuples, selon lui.
Après maître Cheickna Sylla, les délégués ont fait le point des avancées de leur feuille de route après les redimensionnements des territoires. 5 délégués (Dassé Yazi Philippe de la délégation 1, Bohui Marcelin dit Pablo de la délégation 2, André Logbo de la délégation 3, Yohou Yoro de la délégation 5 et Thomas Zahui de la communale) sur 6 ont fait le point, le délégué Ange Dacouri de la délégation 4 étant en mission, selon Guikahué. Il a été convenu de créer une 7e délégation en redimensionnant Guibéroua (trop vaste), dans la sous-préfecture de Galébré.
Innocent Yao, président national de la Jpdci rurale, qui était en missions dans le département de Gagnoa, a fait le bilan de ses 11 jours dans la région du Gôh. Il a, dans chaque village et campement, passé le message de paix et de réconciliation du président Bédié. Il s’est dit heureux de l’accueil que les populations et militants (Pdci et Fpi) ont réservé à sa délégation, en complicité totale avec les différents délégués du Pdci qu’il n’a pas manqué de remercier. «Avec cet engouement, je suis confiant qu’en 2020, le Pdci-Rda sera au pouvoir pour régler les vrais problèmes des populations de Côte d’Ivoire», a conclu le numéro 1 de la jeunesse rurale du Pdci-Rda.
Pour finir, le chef du Secrétariat exécutif a annoncé une autre grande réunion bilan le 1er septembre prochain. Cette rencontre sera l’occasion donnée au personnel politique (membres du bureau des délégations, membre du bureau des Sections, membres du bureau des Comités de base) du parti de montrer leur appartenance au Pdci en prenant les nouvelles cartes du parti. «Si tu es secrétaire de section, président de comité de base et que tu n’as pas ta carte de membre du parti, tu ne pourras pas demander aux simples militants de payer leur carte. Seule la carte de membre justifie votre appartenance au Pdci-Rda. C’est avec cette carte que vous aurez accès à la Convention avant la fin d’année», a conclu Pr Maurice Kakou Guikahué.
Gilles Richard OMAEL, à Gagnoa, pour africanewsquick.net

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.