Hommages-Guikahué pleure son ainé et confie: «SERI GNOLEBA n’est pas mort. Il a parachevé son pèlerinage sur la terre des hommes» (Oraison)

ORAISON FUNÈBRE DE MAURICE SERI GNOLEBA PRONONCÉE PAR PR. MAURICE KAKOU GUIKAHUE, SECRÉTAIRE EXECUTIF DU PDCI-RDA, ABIDJAN, LE 13 JUIN 2019

Le 1er mai 2019, jour dédié à la fête du travail, a sonné le retour vers le Père Céleste, d’un homme Politique, grand travailleur, un grand commis de l’Etat, un haut cadre de l’administration financière de la Côte d’Ivoire.

Il s’agit de notre frère, notre aîné, notre doyen, notre ami, Maurice BOZOUA SERI GNOLEBA, dépeuplant un peu plus la forêt des collaborateurs du Père Fondateur.
Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA ;
Mesdames et Messieurs les Vice-présidents ;
Mesdames et Messieurs les membres du Secrétariat Exécutif ;
Distingués membres du Bureau Politique ;
Honorables membres du Comité des Sages ;
Chers Parents ;
Militantes et Militants
Me voici une fois de plus, devant vous, pour sacrifier à ce terrible exercice ; celui de parler d’un autre Doyen, compagnon de Félix HOUPHOUET-BOIGNY, l’un des piliers du PDCI-RDA, Maurice SERI GNOLEBA.

Mais, la petite expérience de cet exercice plus d’une fois répété, permet de contenir mon émotion, au moment de rendre cet ultime hommage à un autre acteur de premier plan de notre Parti, après celui rendu à son compagnon, Jean KONAN BANNY, le 11 juillet 2018.

Il y a également deux mois, le 11 avril 2019, nous pleurions dans cette même salle, Bernard Binlin DADIE avec qui, Maurice SERI GNOLEBA a mené le combat pour le respect et la défense des Institutions de la République au sein du CNRD.
En effet, quand Son Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, nous a instruit à l’effet de rendre un hommage au Président du Conseil Economique et social et exigé que sa dépouille passât à la maison du PDCI-RDA pour son dernier Bureau Politique, des militants se sont interrogés s’il militait encore au PDCI-RDA.

Certes, on ne voyait plus la silhouette du doyen à la chevelure de cendre au siège; mais il n’a jamais quitté nos rangs pour un autre parti politique. Il était toujours resté membre du Comité des sages.

Maurice SERI GNOLEBA a gravi tous les échelons au PDCI-RDA. Il fut successivement, membre du Comité Directeur, du Bureau Politique, du comité central, du Conseil Politique et du Comité des Sages, Président du Comité de Médiation du Parti.
Maurice SERI GNOLEBA fut aussi membre du Comité Exécutif du PDCI-RDA de 1980 à 1991 et ouvrit la Délégation Départementale de Daloa.

Maurice SERI GNOLEBA a surtout joué un rôle essentiel dans la période post-coup d’Etat de 1999, pour le maintien de la cohésion au sein du Parti et le renforcement de la fidélité des militants.

C’est autour de sa personne et avec l’aide de Marcel ZADI KESSY que nous avons organisé et réussi la mobilisation du Grand Ouest pour le soutien et la réélection du Président Henri KONAN BÉDIÉ, comme Président du Parti, lors du 11ème Congrès Ordinaire de 2002 dont notre illustre défunt fut le Président après en avoir conduit les préparatifs en qualité de Président de la Commission Structures et Vie du Parti.
En cet instant solennel, qu’il me soit permis de présenter le regret du Président du Parti, en déplacement, qui n’a pas pu nous rejoindre malgré son ardent désir de rendre personnellement un vibrant hommage à son frère et ami, Maurice SERI GNOLEBA.

Je voudrais associer à ces salutations et remercier tous les militants et militantes de notre parti ainsi que les amis et connaissances de la famille de SERI GNOLEBA et présenter les condoléances les plus émues du PDCI-RDA à sa famille biologique

Enfin, je voudrais adresser toute la reconnaissance du Président du PDCI-RDA à tous les cercles sportifs et politiques qui se sont exprimés depuis le début de l’organisation des cérémonies de ce passage de notre frère et à tous les cadres du Grand Ouest qui se sont mobilisés spontanément pour encadrer la famille et qui ont effectué nombreux le déplacement en ce lieu, au moment où, l’un des témoins privilégiés de la lutte contre la pauvreté et le sous-développement dans notre Pays quitte le monde des vivants.
Au moment où je rends cet hommage mérité, je me sens très triste devant la mort cruelle d’une figure emblématique de notre Parti, l’un des bâtisseurs de notre nation, dont je salue la mémoire en votre nom à tous.

Maurice SERI GNOLEBA, ministre d’Etat, Ministre dans plusieurs gouvernements successifs de Félix HOUPHOUET-BOIGNY et Président du Conseil Economique et Social, sous la gouvernance du Président Henri KONAN BEDIE, a tiré sa révérence.

C’était une personnalité lumineuse qui, au travers de son combat politique, aura marqué de son empreinte plusieurs générations de militants, ici, rassemblés.

SERI GNOLEBA fut un homme d’exception dont la morale politique reposait sur l’exigence fabuleuse d’un parler vrai, trop vrai parfois au point de heurter les esprits.

Sa vison politique fut portée par une vision de l’avenir, conduite dans une rigueur lucide et inscrite dans un long temps de loyaux services.

C’était un homme cultivé, un intellectuel hors pair qui est resté fils de paysan, très proche des masses rurales, traditionaliste dans la peau.
Un homme simple, avisé, honnête.

C’était un homme prudent, avec un regard perçant au premier contact mais expansif après avoir gagné sa pleine confiance.

Né le 11 juin 1935, de son nom véritable BOZOUA SERI GNOLEBA, il fut très tôt orphelin de mère dans une grande famille nombreuse.

Fils aîné de son père policier, il parcourt les villes avec son père pour ses études primaires et secondaires ; Abidjan, Agboville puis Abidjan pour son baccalauréat. Major de sa promotion, il fut un des bénéficiaires d’une bourse d’Etudes qui le conduire successivement à Dakar, au Sénégal, à la faculté de sciences Économiques, puis en France où il termine ses études à La Sorbonne avec les diplômes de licence en en Droit, option Sciences Économique, et le DESS.

Après l’Ecole Nationale des Services Extérieurs du Trésor, il rentre au Trésor français en 1959. En 1960, il est nommé Inspecteur Adjoint de la Recette Générale des Finances de la Seine, à Paris, avant d’être mis à la disposition de la Côte d’Ivoire. Il est nommé Inspecteur Général des services financiers en 1962. Auréolé de ces nombreux diplômes, il va mener à bien son rôle de bâtisseur de l’Etat de Côte d’Ivoire aux côtés du président HOUPHOUET BOIGNY et du Président Henri KONAN BEDIE, l’un des artisans du miracle économique ivoirien.

À cet égard, il eut un parcours politique et professionnel prodigieux. SERI GNOLEBA fut le premier Trésorier payeur général ivoirien de 1962 à 1974. Il fut également le Premier Directeur Général de la Comptabilité Publique et du Trésor. Sa carrière politique sera fulgurante : Ministre du Commerce, Ministre du Plan et de l’Industrie et Ministre d’Etat. Il aura surtout en charge de l’épineux dossier de la dette publique du pays et enfin, Président du Conseil Économique et Social.

Homme de conviction et de mission, sa seule vocation fut celle de servir l’intérêt général et surtout son pays. Il avait mis ses compétences économiques voire son expertise pour amener le club de Paris à rééchelonner la dette de la Côte d’Ivoire sur une période étalée sur neuf ans (de 1984 à 1993).
Sur le pan familial, le Doyen GNOLEBA est père de 17 enfants (06 filles et 11 garçons).

Mesdames et messieurs

Ma première rencontre avec l’homme se passa en septembre 1973, quand jeune étudiant, fraîchement admis à la Faculté de Médecine d’Abidjan, je l’eus sollicité sur recommandation de mon oncle l’un de ses collaborateurs aux Finances, pour faciliter mon admission en Cité Universitaire.
Il me reçut le même jour. Il était 13h00. Après s’être renseigné sur mon cursus scolaire, il m’invita à descendre avec lui.

Dans l’ascenseur privé où je fus admis, il me dit ceci :
« Tu viens du Lycée classique, avec la moyenne que tu as et ton admission au bac D au premier tour avec mention, sois sans crainte, je ne ferai rien mais tu seras logé sans mon intervention. Ton mérite va te faire loger. Tâches de demeurer toujours brillant. Tu sais la politique du Président HOUPHOUET-BOIGNY, c’est la récompense du mérite ».

Quelques jours plus tard, je fus logé à la cité Universitaire MERMOZ dont nous étions les premiers pensionnaires.
Au lendemain de la soutenance de ma thèse en Médecine en 1982, qui vit le déplacement massif du Comité Exécutif du PDCI-RDA, il me rappela cet épisode de notre rencontre, une décennie après.

SERI GNOLEBA, celui à qui nous rendons hommage, aujourd’hui, appartient, à une race d’hommes que le PDCI-RDA a produits, au moment du miracle économique ivoirien et dont la mission était de travailler aux côtés du père fondateur afin de lui apporter l’aide et la lumière indispensables pour le développement économique et social harmonieux de notre pays.

En parcourant la vie de SERI GNOLEBA, l’on découvre un homme de qualité, un homme généreux, soucieux de la qualité de vie de ses congénères en mettant son expertise au service de la nation.

Hommes et femmes du Grand Ouest, militants et militantes du PDCI-RDA, ne soyez pas tristes. Certes, le baobab s’est couché mais il n’est pas tombé. Il est auprès de nous et il voit et entend ce que nous disons.

Oui, SERI GNOLEBA n’est pas mort. Il a parachevé son pèlerinage sur la terre des hommes.
Mais ses actions resteront gravées dans nos mémoires collectives. Car BOZOUA SERI GNOLEBA a contribué à la formation politique et intellectuelle des jeunes cadres du pays qui ont joué à leur tour un rôle de premier plan dans le développement prodigieux de la Côte d’Ivoire aux côtés du Président Felix HOUPHOUËT-BOIGNY dont il fut un des compagnons de lutte pour le développement économique et social et contre les inégalités, les injustices et surtout la soif de liberté.

Président Henri KONAN BÉDIÉ yako!

Veuve, Enfants et parents SERI GNOLEBA, séchez vos larmes car votre père a combattu le bon combat. Soyez fiers de votre époux Madame, soyez fiers enfants, de votre père qui a défendu des causes justes bien au-delà de la témérité. Il fut aussi un mécène en tant que Président de la Fédération ivoirienne d’athlétisme.

Militantes et Militants du PDCI-RDA, séchons nos larmes !

« Aujourd’hui, les jeunes pensent à l’argent. Travaillez pour l’athlétisme. Faites-en sorte que beaucoup de nouveaux jeunes entrent dans l’athlétisme. » avais-tu recommandé, à tes filleuls en conseillant l’unité et la paix au sein de cette grande famille sportive.
Ces conseils sont aussi valables pour les jeunes générations de dirigeants du PDCI-RDA.

PARS EN PAIX, Doyen
ADIEU DOYEN, ADIEU.

Fait à Abidjan, le 13 juin 2019.
Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE
Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.