Gagnoa-canton Zédi/Le S.E Guikahué, depuis Yopohué, parle aux chefs traditionnels et aux Ivoiriens: «Contribuez à construire sans ostracisme ni tribalisme la paix et la cohésion sociale»

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Pr Maurice Kakou Guikahué, député de Gagnoa sous-préfecture et, par ailleurs chef du Secrétariat exécutif du PDCI-RDA, a parrainé l’investiture de Broux Gnago Barnabé, chef du canton Zédi, sous-préfecture de Yopohué, département de Gagnoa, dans la région du Gôh. C’était le samedi 6 avril 2019 à Yopohué.
Les chefs des sept (7) villages du canton Zédi, c’est-à-dire, Yopohué (chef lieu de sous-préfecture), Boko, Ziplignan, Nagadoukou, Sanégaz, Bahonpa et Didia ont choisi Broux Gnago Barnabé pour assurer la chefferie dudit canton. Pr Maurice Kakou Guikahué a été choisi, avec l’onction des chefs, par le Comité d’organisation présidé par Gouri Stéphane, pour parrainer la cérémonie d’investiture.
Ainsi, le parrain Guikahué a, dans son allocution, exprimé sa joie pour avoir été choisi. «C’est un plaisir pour moi que de répondre à la sollicitation du doyen Broux Gnago Barnabé et de la communauté villageoise de Yopohué, et de me retrouver parmi vous, ce matin, à l’occasion de la cérémonie d’investiture du chef du canton Zédi», a dit le numéro deux du Pdci-Rda avant de rendre hommage au préfet de Région, Sanogo Al-Hassana. S’adressant au préfet de région, à travers son représentant, le Secrétaire général 2 de la préfecture régionale du Gôh, Kamaté Béman, il dira ce qui suit : «Monsieur le gouverneur, nous sommes honorés de votre présence (à travers votre représentant) à cette cérémonie. Aussi voudrions-nous, vous rendre un hommage particulier pour avoir renforcé l’autorité de la chefferie traditionnelle à travers la reconnaissance officielle des chefs de village, de tribu et de canton de notre département.»
Maurice Kakou Guikahué précisera que «je viens donc vers vous, ce matin, en qualité de fils, de frère, de parent, afin de célébrer la fraternité et d’être le témoin privilégié d’un grand événement, notamment l’investiture du chef du canton Zédi.» Puis, il s’est adressé à celui qui est à l’honneur ce jour, Broux Barnabé. «Cher frère et cher doyen, chauffeur à la compagnie Yacouba Sylla, de 1954 à 1966 puis à la Sotra de 1966 à 1989, vous êtes un véritable conducteur d’hommes. (…) De la lignée des chefs, je voudrais vous exhorter à poursuivre votre marche en vous appuyant sur vos pairs notamment des hommes et des femmes appartenant à toutes les tendances politiques et à toutes les communautés. Vous êtes le chef de tous ceux qui habitent le canton et vous devez servir, sans relâche, vos sujets en amplifiant vos qualités qui ont permis de faire l’unanimité sur votre personne. Soyez donc un artisan de paix, de réconciliation et de rassemblement. Aussi, voudriez-vous avoir une vision de l’évolution positive de notre région que vous contribuerez à construire sans ostracisme ni tribalisme et en gardant constamment à l’esprit, les valeurs d’hospitalité qui nous caractérisent et dont nous devons être fiers», a-t-il révélé et conseillé à travers Kyffy Broux, à tous les chefs traditionnels de Côte d’ivoire, ainsi qu’aux Ivoiriens.
Le chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda de croquer l’actualité principalement basée sur le désir des ivoiriens de se pardonner et de se réconcilier dans la vérité. «Je foule le sol de ce village au moment où notre pays, après des années de crises, veut amorcer un virage important, celui du pardon et de la réconciliation. En effet, il est écrit qu’il y a un temps pour tout et le temps du pardon et de la réconciliation a sonné afin qu’advienne une paix définitive dans notre pays. Aussi voudrais-je vous répéter ce que j’ai déjà énoncé le 18 mars 2018, à l’occasion de l’investiture du président des jeunes de Ouragahio et je cite : «Le passé ne doit pas nous inhiber mais au contraire, nous servir pour mieux appréhender le présent et guider notre futur», fin de citation. C’est pourquoi nous devons avoir une grandeur d’esprit et considérer que le passé est consommé afin de nous permettre de construire l’avenir. A cet effet, je me propose d’être l’un des artisans de cette réconciliation», a encore dit le chef en second dans la gestion du parti doyen, le Pdci-Rda, après le président Henri Konan Bédié. Il ajoutera que «c’est pourquoi, SEM Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, a lancé cette idée d’une plateforme de dialogue et de réconciliation instaurant un dialogue franc, constructif et inclusif de toutes les forces vives de la nation qui le désirent pour l’élaboration et l’adoption d’un nouveau pacte social devant conduire à une paix définitive en Côte d’Ivoire et à une cohésion sociale réussie entre les filles et les fils de notre pays.»
Toujours dans l’actualité de la réconciliation, Guikahué a annoncé une mission de son parti auprès de l’ex-président de la République, Laurent Gbagbo, en Belgique.
«C’est dans ce cadre (Ndlr, de la réconciliation des filles et fils de Côte d’Ivoire) que nous aurons, dans les tout prochains jours, une rencontre avec notre frère, Laurent Gbagbo (Ndlr, tonnerre d’applaudissements), qui attend la fin de son procès après son acquittement prononcé par le tribunal de première instance de la Cour pénale internationale. Vive la réconciliation ! Vive la réconciliation vraie ! Pour que vive une Côte d’Ivoire réconciliée et rassemblée ! Vive la Paix pour le développement de la Côte d’Ivoire !», a conclu Maurice Kakou Guikahué.
Mais avant lui, Stéphane Gouri, président du Comité d’organisation de cette cérémonie d’investiture, dans son discours de bienvenue s’est adressé au parrain Maurice Kakou Guikahué. «Professeur, votre présence ici en qualité de parrain marque le succès total de cette manifestation et guérit les cœurs. Car vous n’êtes pas n’importe qui. Professeur agrégé, Ministre, député, conseiller spécial du président du Conseil économique et social, Secrétaire exécutif du Pdci-Rda depuis le 12 Congrès d’octobre 2013, l’un des partis sinon le plus populaire de notre nation, vous êtes un savant, une éminence grise de dimension mondiale, vous méritez le respect de tous. Tous debout, je réclame de vous, une ovation nourrie pour le parrain Maurice Kakou Guikahué (Ndlr, et Guikahué a bénéficié d’un long et grand standing ovation). Merci très cher parrain, merci professeur et que le Tout-puissant vous bénisse et vous garde !», a dit Stéphane Gouri.
Après le Pco, Charles Bohui, au nom des cadres du canton Zédi regroupés au sein de la Fédération des mutuelles de développement dudit canton s’est aussi adressé au député de Gagnoa sous-préfecture. «Merci Monsieur le ministre parce que vous avez bravé certainement des appréhensions, des contradictions en vous-même et autour de vous pour honorer vos frères de Zédi. Avec tous les risques dus à l’état des pistes, vous êtes arrivés jusqu’à nous. Merci cher parrain. Nous savons que nous ne sommes pas à une tribune de doléances, c’est pourquoi nous vous disons merci au nom de tous les enfants du canton Zédi. Cependant, monsieur le parrain, votre modestie dut en souffrir, nous vous considérons dès aujourd’hui comme un fils, un cadre de Zédi. C’est à ce titre que nous revenons vers vous pour nous aider davantage à la construction du logement de notre sous-préfet que vous avez déjà commencé, il y a un an en nous offrant des tonnes de ciment», a dit le porte-parole des cadres et de la population du canton Zédi.
Pour mettre fin à cette cérémonie, le chef Joseph Gadji, président de la chambre départementale des rois et chefs traditionnels, a donné sa bénédiction au parrain et égrené les conditions pour devenir chef de village, de tribu et de canton.
Et au représentant du préfet de région de lire le contenu de l’arrêté préfectoral portant nomination de Broux Gnago Barnabé en qualité de chef de canton, avant de procéder à l’investiture proprement dit sous les ovations de la population, visiblement heureuse de l’investiture de leur 2e chef canton, depuis la création dudit canton.
Gilles Richard OMAEL, à Yopohué, canton Zédi

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.