Aoua Touré, président du Conseil de Discipline et de l’Ordre du Bélier explique la procédure contre Duncan et autres…

Ce jeudi 4 avril, le Conseil de discipline et de l’Ordre du Bélier s’est réuni pour entendre et statuer sur les cas Daniel Kablan Duncan et tous ceux qui avaient été convoqués pour justifier leur indiscipline. Malheureusement, les concernés ont tous brillé par leur absence. Aoua Touré, président dudit Conseil explique.

Monsieur le Président, les militants que vous avez convoqués n’ont pas répondu présent !
Effectivement, des militants ont été convoqués à comparaître devant le Conseil de Discipline du PDCI-RDA ce jour.
Il s’agit des militants Daniel Kablan DUNCAN, AKA Aouélé, AHOUA N’DOLI, ACHI Patrick, Raymonde COFFIE Goudou et Claude Isaac DE.
Ce sont des militants qui sont pour chacun au fait de nos textes. Ils n’ont pas daigné se présenter devant l’organe chargé de faire respecter la discipline du Parti. Aucun de ces militants n’a daigné ni justifier son absence ni servir au Conseil de discipline par quelque moyen que ce soit une excuse pour justifier son indisponibilité.
Il faut savoir que ces convocations ont été régulièrement servies par voie d’huissier. Le Conseil a donc fait constater par voie d’huissier ce défaut.
Aussi, le Conseil de discipline a continué son travail en convoquant la délibération des causes déférées par-devant lui.

Quelles sont donc les dispositions que prendra le Conseil de discipline face à cette situation ?
Non, aucune disposition particulière, l’absence de la personne incriminée devant l’instance l’invitant à comparaître n’est pas un cas nouveau dans les procédures de ce genre.
Le Conseil de discipline a donc valablement délibéré et a prononcé à l’encontre desdits militants, la sanction de l’EXCLUSION TEMPORAIRE.
Vous devez savoir que le Conseil de Discipline n’a pas compétence pour prononcer une sanction au-delà de celle-ci. Seul le Congrès a compétence pour prononcer une exclusion définitive.
C’est donc dire que le prochain Congrès pourrait se pencher sur cette sanction suivant l’évolution des attitudes et comportements.

Monsieur le Président, la presse faisait échos de l’information selon laquelle le PDCI-RDA et son Président BEDIE auraient fait un rétropédalage la semaine dernière concernant le sort des dits cadres du PDCI-RDA. Pourquoi donc le Conseil est-il revenu sur cette question en convoquant ces cadres militants ?
C’est curieux ! Mais je pense que cette information ne vient pas de la presse elle-même car elle a l’obligation de vérifier ses informations et s’assurer de leur authenticité.
Jamais le Conseil n’a été instruit d’avoir à arrêter une procédure qui a été déférée devant elle. Cela est vrai pour le passé de cette instance de discipline et cela est également vrai pour les cas poursuivis d’aujourd’hui.
C’est donc dans le temps voulu par le Conseil que les convocations ont été décernées. Le Conseil a pris le temps d’instruire les différents cas, rechercher à croiser les informations et asseoir la régularité de sa procédure.

A quelle suite les militants doivent maintenant s’attendre ?
La suite sera conforme au programme de session élaboré par le Conseil pour entendre les militants dont le comportement est déféré devant le Conseil de Discipline.
D’autres militants seront convoqués pour comparaître devant le Conseil, libre à eux de venir ou de ne pas se présenter. Le Conseil fera son travail !

Un dernier mot Monsieur le Président ?
Les militants du PDCI-RDA sont tous et chacun justifiables devant le Conseil de discipline si leur comportement dans le cadre du parti est surpris des fautes qui sont décrites dans les articles 90 des statuts du PDCI-RDA et 111 des Règlements intérieurs.
Ces articles s’appliquent à tous en nos seules qualités de militants. Ils seront devant ce Conseil jugés de façon équitable et juste.
Propos recueillis par Gilles Richard O. et DS

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.