Notre Président

BIOGRAPHIE SOMMAIRE DU DOCTEUR  HENRI KONAN BEDIE, PRESIDENT DU PDCI-RDA

610x-54De nombreuses biographies ont été rédigées  sur le Président Henri Konan Bédié. Elles retracent toutes  sa carrière, administrative et politique, mais elles sont  généralement  incomplètes car elles s’arrêtent  à la date à laquelle elles sont rédigées et ne prennent  pas en compte l’actualité. Les militants  et les sympathisants  du PDCI-RDA ont besoin d’avoir une connaissance plus approfondie de leur Président.

1. Naissance

Aimé Henri Konan Bédié est né  le 5 mai 1934 à Dadiékro, dans le département de Daoukro.

2. Formation

Il fait de brillantes études primaires à Daoukro et à Bocanda et secondaires  à Guiglo puis à l’Ecole normale de Dabou, où il obtient son baccalauréat, série Sciences expérimentales  en 1953. Il se rend alors à Poitiers, en France, où il entreprend des études de droit et de sciences économiques. Il obtient successivement la licence en droit, deux diplômes d’études supérieures en économie politique et le certificat d’aptitude à la profession d’avocat. Plus tard, alors qu’il est déjà en fonction  et malgré le poids des responsabilités, il soutient avec succès, en 1969, une thèse de doctorat d’Etat en Sciences économiques.

3. Vie familiale

En 1949, Aimé Henri Konan Bédié rencontre Henriette Bomo Koizan qu’il épouse en 1958. Le couple a quatre enfants.

4. Carrière administrative

Dès son retour en Côte d’Ivoire, en 1958, Henri Konan Bédié assume les fonctions  de  sous-directeur de la Caisse des allocations familiales ( C A F). Il contribue ainsi à  jeter les bases  du système  de sécurité sociale de la Côte d’Ivoire. Son ardeur au travail ainsi que ses qualités de sérieux, de modestie et d’intégrité le font remarquer  et lui valent la confiance et l’estime du Président Félix Houphouët-Boigny.

Ce sera le point de départ de sa véritable carrière administrative. A l’accession  de la Côte d’Ivoire à l’indépendance en 1960, il faut créer  des représentations diplomatiques à l’extérieur. Le choix du Président Houphouët- Boigny  se porte sur Henri Konan Bédié, qui après un stage au Quai d’Orsay  et à l’Ambassade de France à Washington est  nommé premier Ambassadeur de Côte d’Ivoire aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada. A ce poste (1961-1966), il assure la présence ivoirienne sur la scène internationale et il s’emploie à développer les relations économiques et financières de la Côte d’Ivoire avec le continent américain.

Fort de ces bons résultats, il est appelé au poste de ministre des affaires économiques et financières qu’il occupe, sans discontinuer de 1966 à 1977.Henri Konan Bédié  est reconnu comme l’artisan de la croissance économique  exceptionnelle de la Côte d’Ivoire, qualifiée de « miracle ivoirien ».

En tant que ministre de l’économie, son autorité professionnelle dépasse les frontières nationales et il préside aux destinées de nombreuses organisations communes africaines et internationales. Il est Président, en 1974, des Assemblées annuelles du Fonds monétaire internationale et de la Banque mondiale. Il est Premier Président  du Comité Conjoint FMI/BIRD de 1974 à 1976, comité dit comité de développement.

A la suite de son départ du ministère de l’économie et des fiances en 1977, il s’installe à la Banque Mondiale où il devient Conseiller à la Société financière internationale, filiale de la Banque internationale pour la Reconstruction et le Développement ou Banque Mondiale alors présidée par Robert  McNamara. A ce poste, il contribue à la  promotion des investissements privés en Afrique noire-Francophone.

5. Carrière politique

Revenu en Côte d’Ivoire, le Président Henri Konan Bédié, entame sa carrière  politique. Aux élections législatives de 1980, il est élu député de Daoukro.Il sera régulièrement élu à ce poste jusqu’en 1993 où le destin l’appelle à d’autres fonctions. En 1980, également, il se présente aux premières élections municipales et devient premier maire de Daoukro.

-A l’Assemblée nationale
Elu député en 1980, il sera choisi par ses collègues pour diriger cette grande institution. Il est donc élu Président de l’Assemblée nationale et il  occupe ce poste jusqu’au décès survenu en 1993, du père -fondateur de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny.

-A la mairie de Daoukro
Après avoir mis en place les structures  de la jeune commune de Daoukro, Henri Konan Bédié, cède ce fauteuil à feu Andoh Konan Martin, aux élections de 1985.Il n’aura donc été maire que pendant un mandat, tout en continuant de suivre l’évolution de la jeune commune.

-A la Présidence de la République
Au décès du Président Félix Houphouët-Boigny le 7 décembre 1993, les dispositions de la Constitution valent à Henri Konan Bédié, en tant que Président de l ’Assemblée nationale, d’assurer l’intérim  de la Présidence de la République jusqu’en 1995.

En 1995, après une convention d’investiture de son parti  qui restera longtemps gravée dans la mémoire des Ivoiriens, Henri Konan Bédié se présente à l’élection présidentielle, face au candidat Francis WODIE, l’élection ayant été boycottée par les autres partis qui contestaient la réforme du code électoral intervenu entretemps. La raison invoquée était  le fait que, selon les contestataires, le code restreignait le droit d’élection aux citoyens nés de parents ivoiriens.

Le Président Bédié  est élu avec 96,44 pour cent des suffrages. Le Président engage alors de nombreuses réformes à caractère économique, dont les « douze travaux de l’éléphant d’Afrique ».
De l’avis de tous, le passage du Dr Henri Konan Bédié à la tête de l’Etat ivoirien, de 1993 à 1999, date de son départ de la Présidence de la République, est caractérisé  par une vigoureuse relance économique et de nombreuses réformes de structures pour moderniser le pays.

Mais ce travail qui devait mettre la Côte d’Ivoire sur les rails du développement, ne pouvait plaire à tout le monde. Il sera arrêté brutalement  le 24 décembre 1999, par le premier coup d’Etat militaire, perpétré par le Général Robert Guéi et ses ‘’jeunes gens’’.  Une mauvaise conjoncture économique, des accusations de répression politique seront les causes apparentes  de  ce putsch .Le Président est obligé de  s’exiler   à Paris  jusqu’en 2001.

Le 15 octobre 2001 en effet, le Président Henri Konan Bédié regagne la Côte d’Ivoire où il est reçu triomphalement, à la surprise certainement des responsables du coup d’Etat, qui  s’étaient certainement trompés sur son compte.
Il participe alors pleinement, à nouveau, à la vie politique du pays dont il reste un des piliers incontournables. Il prend part notamment au Forum de Réconciliation, regroupant les principaux responsables de la Côte d’Ivoire, le Général Guei, le Président Laurent Gbagbo et le Dr Alassane Ouattara, Président du Rassemblement des Républicains (RDR).

A la suite du second coup d’Etat, perpétré cette fois-ci par ceux-là que lui-même baptisera du nom de « forces nouvelles », le Président Bédié participe aux discussions de Linas Marcoussis, en France, discussions qui ont abouti à la mise sur pied des dispositions  qui ont permis à la Côte d’Ivoire de sortir du gouffre dans lequel elle était plongée.

6. Henri Konan Bédié, partisan de la première heure

Membre de la Fédération des Etudiants d’Afrique noire en France, donc un révolutionnaire, Henri Konan Bédié a toujours été militant convaincu du PDCI-RDA.

En 1965, à 31 ans, il prononce le discours de clôture au 5ème  Congrès du Parti. Depuis lors, il est dans les instances dirigeantes du parti et notamment du Bureau Politique.

Lorsque le Président Houphouët-Boigny décède en 1993, le PDCI-RDA revient naturellement à Henri Konan Bédié. Cette disposition est renouvelée au Congrès extraordinaire de 1994.

Le Président Bédié gère cumulativement l’Etat, en tant que Président de la République et le parti, mais en s’appuyant, pour le parti, sur le Secrétaire général de l’époque. Il en sera ainsi jusqu’au funeste coup d’Etat de 1999. Une situation floue s’installe  alors et  l’on voit apparaitre de nombreuses velléités au sein du PDCI-RDA.

En avril 2002, le Dr Henri Konan Bédié participe naturellement au XIème  Congrès du PDCI-RDA qui  le confirme et l’installe à nouveau dans  le fauteuil de Président. Il lui a fallu affronter deux autres candidats qu’il bat à plate couture puisqu’il recueille plus de 82 pourcent des suffrages des congressistes.

Membre de droit du Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire, le Président Bédié a été investi en 2006 par le PDCI-RDA pour être  le candidat de ce parti qu’il devait ramener au pouvoir à l’élection présidentielle plusieurs fois reportée et qui, enfin, a pu se tenir en novembre 2010.

Bien que classé troisième au premier tour de cette élection présidentielle de 2010 et bien que sachant qu’il avait été spolié de milliers de voix, le Président Henri Konan Bédié , n’a pas voulu contester ces élections et dans sa sagesse infinie et son génie politique, il a appelé ses partisans à voter le candidat Alassane Ouattara, conformément aux dispositions de l’alliance mise en place le 18 mai 2005 à Paris créant  le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix, RHDP.

Le Président Henri Konan Bédié, même s’il n’assume pas de responsabilité politique  au niveau de l’Etat, continue d’être consulté par le Président de la République qui lui accorde estime et amitié et reconnaissance.

Le Président s’attèle  aujourd’hui à la modernisation du PDCI-RDA .Dans ce cadre, il a entrepris, avec l’accord du Bureau politique du PDCI-RDA, la désignation d’un responsable financier du Parti, chargé expressément de la gestion financière, de même que la désignation d’un responsable aux élections. Cette entreprise de modernisation doit se poursuivre pour faire du PDCI-RDA, un parti politique moderne, incontournable  sur la scène politique ivoirienne.

7. L’homme, Henri Konan Bédié

Homme de paix et de dialogue, Henri Konan Bédié est un des rares présidents africains à avoir, à plusieurs reprises, pardonné à ses ennemis et à ses adversaires potentiels et surtout, à avoir gouverné sans verser  le sang de ses concitoyens.

Henri Konan Bédié est également un intellectuel de haut rang. Il a consigné ses idées et ses réflexions dans ses discours réunis plusieurs volumes. On peut noter : Paroles (1995), La nouvelle société aux frontières nouvelles du développement(1995) et Les Chemins de ma vie(1999).

Le Président Bédié est un homme de pensée et d’action. C’est également un démocrate épris de dialogue et de paix, un nationaliste soucieux du progrès et du rayonnement de son pays. Henri Konan Bédié est véritablement un homme d’Etat.
Son domicile aussi bien à Abidjan qu’à Daoukro est régulièrement rempli de visiteurs  de tous bords qui viennent solliciter ses conseils et ses avis.

En se portant candidat au poste de Président du PDCI-RDA, le Président Henri Konan Bédié veut continuer à servir le peuple  que le père-fondateur lui a laissé en lui apportant le fruit de sa longue expérience de haut fonctionnaire, de diplomate, de législateur, de magistrat  municipal et de  Chef d’Etat.

Il est aussi connu par son programme  «  le Progrès pour Tous et le Bonheur à chacun »

Dr W. Lenissongui-Coulibaly
Directeur de cabinet du président Henri Konan BEDIE