L’édito

Militantes,  Militants, Sympathisants et visiteurs du jour, bienvenus sur le site officiel du  Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, parti libérateur de la Côte d’Ivoire du joug colonial et principal concepteur et acteur des années glorieuses de son développement sur fond  de  stabilité politique.  Parti d’avant-garde, le PDCI, depuis sa création en avril 1946, a toujours réussi à s’adapter au temps, comme en témoigne dans nos archives les thèmes des onze congrès de son histoire. A la veille du 12ème congrès très déterminant pour l’avenir, les pertinentes innovations engagées, à partir des résolutions des deux dernières réunions du Bureau Politique, confortent les militants sur la faisabilité et le réalisme de l’ambitieux thème retenu : « Le PDCI-RDA face aux nouveaux défis : Renouveau, Rajeunissement, Renaissance ».

S’adapter ou périr, est une réflexion retenue par Alvin TOFFLER, l’écrivain sociologue et futurologue américain, comme le titre d’un essai publié au milieu des années quatre vingt dix. Ce slogan vient à point nommé pour le PDCI notre parti qui a été violemment secoué par les événements imprévus dont le coup d’Etat du 24 décembre 1999, la rébellion armée de septembre 2002 et les brimades diverses subies par ses militants sous le règne du régime politique des refondateurs. Toutes les résolutions et les bonnes intentions affichées après le congrès d’avril 2002 sont restées lettres mortes. De nombreuses contraintes qui ont eu pour effets conjugués de désagréger le rang solide et compact que nous formions depuis les longues années d’existence de notre parti, et de lui imposer la nécessaire modernisation de ses méthodes de gestion. Car cette situation évoquée ci-haut a empêché la tenue du congrès chaque cinq ans selon les exigences de nos statuts. L’urgence pour nous est  d’adapter notre parti aux exigences de fonctionnement des temps modernes, au risque de compromettre l’avenir de la jeunesse ivoirienne tout entière, cette jeunesse qui attend la prise en main du destin de la Côte d’Ivoire par notre parti  pour retrouver le chemin du développement.  Aussi, la réunion du Bureau Politique du 23 mai 2013 a-t-elle décidé la nomination d’un Directeur Financier qui, nommé le 14 juillet 2012 a mené des actions innovantes dont entre autres l’institution du principe du budget dans le fonctionnement du parti. Une entreprise saluée par les militants car, élaborer et disposer d’un budget est une nécessité pour toute organisation digne de ce nom. C’est d’abord une indication de modernité. Cela signifie que l’on ne gère pas sa structure comme une boutique de quartier. Ensuite le budget permet de savoir de quels moyens financiers l’on dispose et quelle utilisation l’on veut en faire. A la demande du bureau politique également, un directeur chargé des élections a été nommé pour la structuration des processus et les suivis des élections. Dans la logique d’accélérer l’adaptation du parti à l’ère du temps, le bureau politique dans sa séance du 23 mai 2013 a fixé la date du 12ème congrès aux 3,4 et 5 octobre 2013. Avant cette date, nous avons tenu le conclave du 17 août 2013 réservé uniquement aux secrétaires généraux des sections, les animateurs du parti à la base pour leur expliquer les actions innovantes en cours et leur communiquer le cahier des charges relatif à l’organisation pratique du congrès. Au cours de cette rencontre, les congressistes auront, dans les différentes commissions qui seront mises en place, à se prononcer sur les recommandations faites au nom du parti, sur les différentes politiques sectorielles : reconstruction, réconciliation nationale, cohésion sociale et paix ;  éducation, formation, emploi, genre et jeunesse ; agriculture, ressources animales et halieutiques, foncier rural et commercialisation des produits de rente ; administration du territoire, décentralisation, développement local et émigration ; mines, hydrocarbures et énergies ; infrastructures, transport, TIC, habitat et cadre de vie ; la Côte d’Ivoire, pays émergent et reformes institutionnelles ; lutte contre la pauvreté et la cherté de la vie ; justice et bonne gouvernance ; politique extérieure et intégration ; culture, tourisme, sport et loisirs ; industrie, commerce et artisanat ; recherche scientifique et développement.

Un menu, suffisamment consistant mais pas exhaustif, qui permettra de débattre des actions et les conditions dans lesquelles elles doivent être menées pour conduire notre parti à la prise en mains des affaires de l’Etat.

Aussi devant les exigences de la démocratie qui commande la transparence, la mise en place du site internet que vous visitez constitue-t-elle  pour nous, l’ouverture de nos pages à nos militants d’ici et d’ailleurs pour suivre en temps réel le déroulement du Congrès.  Désormais, les visiteurs   auront en temps réel toutes les informations relatives, aux activités et  projets, et pourront surtout communiquer directement avec les responsables du parti à divers niveaux. L’usage de cet instrument moderne que représentent les TIC, ne sera bénéfique au parti que si vous les visiteurs, militants et sympathisants que vous êtes, prenez la décision d’agir à partir des nombreuses fenêtres disponibles pour apprendre de nous et échanger avec nos cellules.

Henri Konan Bedié

Président du PDCI-RDA