PDCI-RDA/ Point presse des avocats

Face aux abus de tous ordres du RHDP Unifié, le Président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, a engagé deux avocats internationaux pour la défense des intérêts du parti et du processus démocratique en mal en Côte d’Ivoire. Notamment Emmanuel Marsigny, avocat au barreau de Paris et Romain Dupeyre, aux barreaux de Paris et New York. Ci-dessous leurs déclarations et les réponses aux questions des journalistes au cours d’un point presse au siège du PDCI RDA sis à Cocody le jeudi 1er novembre 2018.

Emmanuel Marsigny, avocat au barreau de Paris

‘’Nous avons répondu à la sollicitation du PDCI-RDA en raison des contentieux électoraux qui sont engagés à la suite d’un grand nombre de fraudes qui ont été constatées lors les élections municipales et régionales. Avant les élections les rumeurs avaient indiqué qu’un certain nombre de fraudes étaient envisagées,motivant de la part du PDCI le souhait de faire en sorte qu’un certain nombre d’observateurs internationaux et d’organisations non gouvernementales puissent constater la régularité du processus démocratique.

Dans la commune du Plateau, par exemple, les observateurs internationaux ont pu constater ces irrégularités qui ont fait que ces résultats faux qui allaient être proclamésn’ont pas été et ont pu respecter le processus démocratique. Dans un certain nombre d’autres municipalitéscomme de régions, il y a eu des fraudes avérées, extrêmement graves, qui ont été dans certaines comme et régions accompagnés jusqu’à mort d’homme, ont fait que le PDCI-RDA par ses avocats historiques ont souhaité donner à ce contentieux une dimension internationale.

C’est la raison pour laquelle, mon confrère et moi, nous avons accepté de venir appuyer nos confrères et plus largement le PDCI qui dans ce combat veut faire respecter la loi électorale dans ce pays qui dépasse largement les propres intérêts de ce parti et qui cherche à faire en sorte que le processus démocratiqueen Côte d’Ivoire puisse être respecté. La condition d’élections libres est une condition essentielle dans un pays démocratique et au regard des échéances extrêmement importantes pour 2020, notamment les élections présidentielles, ce qui s’est passé,mérite qu’un regard international soit porté et surtout que la justice de ce pays fonctionne et constater ces irrégularités.

C’est la raison pour laquelle nous avons rejoint cette équipe et apporter notre concours pour faire en sorte que nous puissions mener des actions pour quela justice soit rendue après avoir constaté ces constaté ces irrégularités et que la République de Côte d’Ivoire puisse sans aucune difficulté préparer les prochaines échéances démocratiques dans le grand respect de la loi et de ces électeurs. C’est la mission qui nous a été confiée par le PDCI-RDA et une fois encore, au-delà de ses propres intérêts pense à la défense de ses candidatsà ces élections qui malheureusement pour certains la victoire a été volée et aussi de faire en sorte que les ivoiriens puissent s’exprimer normalement et de manière démocratique.

C’est cela qui anime le PDCI et c’est dans ce combat que mon confrère et moi-même, avons accepté de répondre avec beaucoup d’entrains et de rigueur pourapporter notre compétence juridique pour faire en sorte que ce combat judiciairesoit un combat loyal pour permettre que les candidats malheureux du PDCI puissent retrouver leur légitimité qui leur aura été donnée par les urnes’’.

Romain Dupeyre, avocat au barreau de Paris et de New-York

‘’Egalement, j’ai répondu à l’instar de mon confrère, à la demande qui nous a été adressée par les dirigeants du PDCI-RDA. C’est aussi un honneur pour moi de travailler avec l’équipe que nous avons trouvée et pour le PDCI-RDA. Je dirai que ce matin nous avons eu une longue séance de travail pour relever les nombreuses fautes pendant le processus électoral des élections récentes. Elles sont relatives à la composition des listes électorales,à la délivrance des cartes d’électeurs, des menaces et des séquestrations.

Cette liste est très longue. Nous avons aussi pu constater de l’intégrité, de la solidarité et de la rigueur des équipes du PDCI, ainsi que la solidité documentairedes dossiers sur ces fautes soutenues à chaque fois par des constats d’huissiers, des rapports médicaux, des vidéos, des échanges, des SMS. Nous sommes très confiants sur la capacité du PDCI de défendre le processus électoral et au-delà l’intégrité des élections en Côte d’Ivoire et l’ensemble des échéances à venir’’.

Questions-réponses

Quel est votre regard sur la justice ivoirienne, est-ce qu’elle fonctionne normalement?

Ecoutez, il n’y a pas de raison que la justice ivoirienne ne fonctionne pas. En tant qu’avocat, restant dans le cadre de la légalité, c’est le droit qui nous anime. Au regard des informations qui nous ont été communiquées dans le processus, il y a bien sûr des faits nouveaux qui devraient caractériser le processus. Nous avons confiance à la justice ivoirienne, c’est ce qui nous anime. Raison pour laquelle, nous n’allons pas plaider tant que les décisions ne sont pas rendues. Nous ne sommes pas ici pour faire des procès d’intention. La loi prévoit des recours.

Il y a des fraudes avérées, le PDCI se place dans un processus de légalité et ira jusqu’au bout. Quand les décisions seront rendues, nous verrons leurs motivations et à partir de là nous allons prendre des décisions. Nous avons confiance à la justice ivoirienne et nous sommes confiants parce que nous avons des dossiers extrêmement solides. Une fois les décisions seront rendues, nous allons tirer les conséquences.

Des requêtes été introduites auprès de la cours suprême avant votre arrivée, comment pensez-vous impacter les résultats?

Nous allons écouter les instances du PDCI, aussi les confrères qui ont déjà fait un important travail en amont. En outre nous allons susciter le regard extérieur sur la justice ivoirienne pour s’assurer qu’elle exerce légitimement. Nous allons apporter notre expertise juridique. Nous parlerons aussi de nombreux dossiers qui concernent de grandes agglomérations ivoiriennes. C’est pourquoi il nous faut une grande détermination à aller défendre les droits de millions d’ivoiriens.

Allez-vous en Côte d’Ivoire jusqu’à la fin des contentieux où comment allez-vous procéder?

Si le PDCI a estimé utile qu’il faut faire recours à des avocats internationaux, c’est parce que le contentieux électoral et judiciaire de ce contentieux est un débat démocratique qui sera trancher par des juges, dans des conditions où certains éléments veulent laisser penser que des institutions de l’Etat ont pu prêter la main à certains acteurs, qu’il faut impérativement à la barre un regard extérieur puisse être apporté. Faire en sorte que la communauté internationale puisse être présente et que le système judiciaire fonctionne de manière impartiale, objective selon le droit, rien que le droit.

C’est la raison de notre présence pour accompagner nos confrères et faire en sorte que ce contentieux qui est ivoirien bien sûr mais touche un processus démocratique, c’est-à-dire la démocratie et au fond moi-même puisse se dérouler sous un regard international pour mieux faire fonctionner le processus démocratique et donc le droit.

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.