Hommage du PDCI RDA à sa défunte vice-présidente Hortense Aka Anghui-Maurice Kakou Guikahué (CSE) : «Cette mort cruelle et impitoyable… vient de faucher l’une des plus illustres des progénitures des Pères Fondateurs…»

Ce jeudi 26 octobre, à son siège de Cocody, le PDCI-RDA et toutes ses intances, en présence du Président Henri Konan Bédié, ont rendu un hommage exceptionnel à feue Mme Hortense Aka Anghui, vice-présidente dudit parti. Pr. Maurice Kakou Guikahué, le chef du Secrétariat Exécutif du parti fondé par Félix Houphouët Boigny, a rendu un hommage exceptionnel à la fille d’un des pères fondateurs, Gabriel Dadié. Ci-dessous l’oraison funèbre de l’ultime adieu.

La vie de l’Homme est comme un chapelet dont chaque grain est une étape de son évolution et la mort traduit son achèvement.
Excellence Monsieur Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA
Madame Henriette KONAN BEDIE
Mesdames et Messieurs les Vice-présidents,
Distingués membres du Bureau Politique
Honorables membres du Comité des Sages
Mesdames et Messieurs les membres des Partis Alliés du RHDP
Mesdames et Messieurs les membres du Grand Conseil Régional
Vaillants Secrétaires Généraux de Section
Chères Sœurs, Chers Frères
Militantes, Militants
Mesdames et Messieurs

Le 19 novembre 2015, je me tenais devant vous, dans ce siège, pour vous annoncer, au nom de SEM Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, que l’effroyable vent avait murmuré ; le soleil s’était caché et que les oiseaux s’étaient tus. La voix porteuse de la nouvelle nous rendant orphelins pour la énième fois.
Le dernier membre fondateur du PDCI-RDA, Antoine KONAN KANGAH, venait de s’en retourner auprès du créateur, à l’instar de Félix HOUPHOUÊT-BOIGNY, AHOBAUT Akré, AKA Jacques, AKA NDRI Lambert, BLAGNON Martin, BOKA Mené Gaston, BROU Fulgence, CA SANOVA, DA SYLVA Dorothée, DIALLO Ousmane, DIOP Babacar, DJAUMENT Etienne, FRANCHESCHI Phillipe, GADEAU Coffi Germain, KOFFI Lucien, KONAN N’Drin, KONAN Raphaël, KONIAN Kodjo Félicien, KOUADIO Coffi Germain, KOUADIO Koffi, KOUADIO Rémy, KOUISSON Keletigui, LODOUGNON Augustin, MÉKOUÉ Léonard, NICOLAS, OUINGOU Paulin, SANGARET Bernard, SÉRI KORÉ René, SISSOKO Fily, SOW Papa, SOW Turbé, TOUBIA, TRAORÉ Ali et ZÉBANGO confiant le Parti de la Paix à la sagesse de Henri KONAN BEDIE.

Cette mort cruelle et impitoyable qui enlève un à un nos braves militants comme les grains du Chapelet, vient de faucher l’une des plus illustres des progénitures des Pères Fondateurs, Madame Hortense AKA ANGHUI née DADIE, Vice-présidente du PDCI-RDA.

Nous sommes affligés devant des pertes si lourdes de militants convaincus qui assombrissent nos clairs de lune par la disparition des étoiles polaires de notre univers Politique.

Président Henri KONAN BEDIE, vous voilà encore dans la douleur. Yako, séchez vos larmes et restons digne.

Mesdames et Messieurs,

Ces derniers temps où la mort frappe dans nos rangs, nous voici rassemblés au Siège du Parti pour le dernier Bureau Politique de Madame Hortense AKA ANGHUI, mais cette fois-ci, fait rarissime, sans qu’elle n’y prenne la parole.
Vous devinez aisément que l’émotion m’étreint, au moment où je prends la parole au nom du Président du Parti, SEM Henri KONAN BEDIE, pour rendre un ultime hommage à celle que nous appelons affectueusement la Vraie « GO ».

La vie de Mme Hortense AKA ANGHUI est une sorte de manuel où se trouvent consignés les tournants qui jalonnèrent les chemins si lumineux de son parcours politique. Un grand livre ouvert comme l’étaient l’intelligence et le cœur de cette grande dame d’action et de conviction profonde, valeurs fondamentales de la vie politique.

Madame la Vice-Présidente Hortense AKA ANGHUI, Maire de la commune de Port-Bouët fut une femme battante et combattante comme fut son père Gabriel DADIE, de regrettée mémoire.

Fille aînée de cet apôtre de l’Union et de la Fraternité, avide d’idéal, de justice, à l’avant-garde du progrès social, rappelé à Dieu, le 16 Mai 1953, à l’heure même où la lutte émancipatrice approchait de son aboutissement en débouchant sur l’aube radieuse de l’Indépendance de notre pays.

C’est son père qui endossa la décision de Félix HOUPHOUÊT-BOIGNY de prendre la tête du Syndicat Agricole Africain.
D’ailleurs, le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY témoignera plus tard que Gabriel DADIE sut trouver le défaut de sa faible cuirasse, en lui tenant ces propos en sa qualité de porte-parole des compagnons qui étaient partis le convaincre à Yamoussoukro, le 10 juillet 1944: « Nous savons que tu pleures ta mère, ton frère unique Augustin et ton fils Félix. Mais si tu acceptes d’assumer les responsabilités que nous voulons te confier, Dieu fera en sorte que toutes les femmes de Côte d’Ivoire qui ont l’âge qu’aurait ta mère, elles deviendront ta mère, tous les frères de l’âge d’Augustin seront tes frères et tous ceux qui auront l’âge de ton fils seront tes fils. Dieu t’a pris trois êtres chers.
Je sais qu’il t’en donnera des multitudes qui t’aimeront autant que ceux-là que tu regrettes aujourd’hui… « .

Gabriel DADIE se réserva dans notre histoire commune le rôle apparemment effacé mais à la réalité, il avait assumé un rôle primordial, de conseiller et de secrétaire à la propagande. Grâce à sa forte personnalité, polyglotte à souhait, son énergie débordante, son sens inné de l’organisation, il contribua à faire du Syndicat Agricole Africain, le premier outil de la lutte émancipatrice des Africains.
La naissance du RDA, la lutte contre la répression qui s’abattit sur la Côte d’Ivoire, ainsi que tous les grands moments, Gabriel DADIE les vivra, avec intensité et un sens de sacrifice et de solidarité.

Oui, comme on le dit chez nous, la tortue ne met pas au monde un animal à poils.

Madame Hortense AKA ANGHUI est donc la résultante du combat de son père en tenant la dragée haute à tous les hommes et femmes de sa génération parce qu’elle est un modèle réussi d’une femme politique au service certes de sa famille ; mais aussi du PDCI-RDA, son Parti qu’elle a servi avec loyauté, conviction et abnégation.

« Compagnon de l’Aventure 46 », notre illustre disparue a été de tous les combats.

D’abord l’intellectuelle. Docteur d’Etat en Pharmacie en 1961 et titulaire d’une des officines dirigées par un ivoirien au début de l’indépendance; la Pharmacie « Notre Dame de Treichville ».

Ensuite la militante. Troisième et dernière Présidente de l’Association des Femmes Ivoirienne(AFI) de 1984 à 1991, après Mmes Thérèse HOUPHOUET-BOIGNY et Jeanne GERVAIS, membre du Comité Central, du Bureau Politique de longue date et Vice-présidente du PDCI-RDA.
Femme de devoir, elle assuma avec dextérité et courage, la présidence du 4ème Congrès Extraordinaire du PDCI-RDA, après le coup d’Etat de 1999, congrès dont les résolutions jetèrent les bases de la survie du Parti. Elle a également présidé le 1 er Congrès Ordinaire de l’UFPDCI en 2003.

Valeur sûre du Parti, son engagement a été total pour la cause du PDCI-RDA qu’elle a servi comme un époux parfois même au détriment de sa famille biologique.
Pendant les moments d’incertitudes, elle est allée au charbon, sans calcul aucun ; comme savent le faire toutes les femmes passionnées.
Oui, Hortense AKA ANGHUI fut une grande Passionnée du PDCI RDA.
C’est pourquoi, le peuple du PDCI-RDA dans toutes ses composantes pleure la fille de Gabriel DADIE.

Enfin la nationale. Député à l’Assemblée Nationale de 1965 à 1980, Député- maire de Port-Bouët de 1980 à 1990, Vice-présidente de l’Assemblée Nationale, Ministre de la Promotion de la Femme de 1986 à 1990, elle restera maire de Port- Bouët jusqu’à ce jour, soit 37 ans au service de la population.

Son engagement à tous points de vue lui vaudra la reconnaissance de la Nation et du Monde par les nombreux titres et fonctions honorifiques à elle décernés: Commandeur des Palmes Académiques, Grand Officier de l’Ordre du Bélier, Chevalier de la Légion d’Honneur et officier du Mérite français.
Monsieur le Président

Permettez-moi de rendre hommage à un homme humble qui mérite notre respect.
En effet, si Gabriel DADIE a donné Hortense à la Cote d’Ivoire, Joseph AKA ANGHUI l’a fortement modelée.
La brillante carrière d’Hortense est la vie de cet Ingénieur agronome des premières années de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire, grand artisan du développement de notre Pays dont le nom rime avec Blohorn.
Militant de premier cru du PDCI-RDA, ce cadre africain, saura faire preuve d’effacement pour l’éclosion totale de la carrière politique de son Epouse.
Merci Tonton Joseph. Si Hortense AKA ANGHUI a été, c’est parce que tu es.

Tonton Joseph, Michel, Philippe, Olivier, Serge, Stéphane, Evelyne, Enfants et famille DADIE et familles Alliées, le Président Henri KNAN BEDIE et le PDCI-RDA vous réitèrent leurs condoléances les plus sincères et les plus attristées et vous demandent de rester dignes dans la douleur.

Tantie ! Vas en Paix à la rencontre de ton seigneur, de ton père ; de Félix HOUPHOUÊT- BOIGNY.

De là où tu es, inspires le Président Henri KONAN BEDIE pour nous trouver une autre Hortense AKA ANGHUI.

Pries pour que la moisson des militantes dynamiques, convaincues, convaincantes, audacieuses, disciplinées, travailleuses abonde pour la récolte de milliers et de milliers d’Hortense AKA ANGHUI pour le rayonnement du PDCI-RDA.

Que le tout-puissant et miséricordieux Père ait pitié de ton âme!

Adieu Madame le Maire.

Adieu Madame le Ministre

Adieu Madame le Député

Adieu Madame la Vice-présidente.

Je terminerai en empruntant les paroles traduites par Georges DARCY

POURQUOI PLEURER
QUAND MON CŒUR EST TOUJOURS GAI
POURQUOI GÉMIR
ILS NE PEUVENT REVENIR
DEPUIS LONGTEMPS
ILS SONT TOUS PARTIS LÀ-HAUT

J’ENTENDS LEUR DOUCE VOIX CHANTER
OH GRANDS MILITANTS
ME VOILÀ ME VOILÀ
TOUT BRISÉ PAR LES TRAVAUX
J’ENTENDS LEUR DOUCE VOIX CHANTER
OH GRANDS MILITANTS

Je vous remercie.

Fait à Abidjan, le 26 juillet 2017

 

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUÉ
Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA