Restructuration du parti-Sery Bi Guessan, S.E chargé des Délégations: «Daoukro conforte la dynamisation des structures de base du parti»

Après une importante réunion présidée par le chef du Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué, mardi 19 septembre, au siège du Pdci-Rda à Cocody, le secrétaire exécutif chargé des Délégations, M. Sery Bi Guessan, a fait le point à la presse.

Monsieur le secrétaire exécutif, vous sortez d’une importante réunion avec les délégués départementaux et communaux, sur quoi avez-vous échangé?
Depuis le 5 juin 2017, le secrétaire exécutif en chef a remis à chacun des délégués départementaux et communaux, une feuille de route qui recense un certain nombre d’activités pour asseoir les bases structurelles et humaines des délégations, pour que ces bases solides puissent permettre donc de mener des activités par rapport à l‘objectif 2020. La période que couvrent ces feuilles de route, c’est du 15 juin au 15 septembre 2017. 3 mois. Les actions qui sont dans ces feuilles de route devraient donc être mises en œuvre par les délégués. Et aujourd’hui (hier), c’est une rencontre que nous avons eue avec les délégués pour leur dire la procédure de restitution des données qu’ils auront recueillies pendant les 3 mois.

Cette procédure s’articule comment?
Elle s’articule sur trois éléments principaux, c’est-à-dire que nous avons un formulaire de questionnaire tenant compte de tous les éléments de la feuille de route pour que ce ne soit pas de la littérature, nous avons fait sous forme de tableau et des chiffres à transcrire dans chacun des tableaux. Il y a 8 tableaux. Donc, le premier outil, c’est remplir ce questionnaire qui fait le résumé de la mise en œuvre de la feuille de route. Le deuxième outil, c’est que nous sommes en train de récolter parallèlement les données. Nous allons les analyser et quand nous allons analyser toutes les données qu’ils vont nous transmettre et les feuilles de route, nous allons faire la comparaison. Donc, le deuxième outil, ce sont les données que nous recueillons, que nous allons analyser et que nous allons résumer pour les confronter à celles qui seront transcrites sur la feuille de route. Le troisième outil, ce sont les rencontres avec les délégués eux-mêmes. Le secrétaire exécutif en chef l’a dit, par zone. Dans une zone donnée, nous rencontrons tous les délégués de la zone, les responsables politiques de la zone, les secrétaires exécutifs qui sont de la zone et nous faisons la restitution des données. Il y aura certainement trois interventions. C’est-à-dire que la feuille formulaire que nous avons donnée aux délégués, les données que nous avons synthétisées dans les dossiers qui nous ont été remis et ce qu’ils vont exposer eux-mêmes. En mettant ensemble tout cela ensemble, nous évaluons donc le travail qui a été fait sur le terrain et nous proposerons à chacun des délégués, les propositions de réflexion etc. L’objectif est de faire en sorte que toutes les délégations, du point de vue de leur structuration, soient harmonisées, que toutes les délégations, pour le top départ, soient au même niveau. Ensuite, nous entrerons dans la mise en œuvre du plan d’activité, du plan d’action qui a été dégagé au séminaire de Bingerville et chaque délégation se mettra donc en mouvement sur le terrain et vous vous rendrez compte que toute la Côte d’Ivoire sera remuée, parce que chacune des délégations aura eu le minimum en termes de type d’activité, en termes de structuration, en termes de ressources humaines. Maintenant, parmi ces activités, le secrétaire exécutif en chef a mis en relief, une activité particulière, c’est-à-dire la position, c’est-à-dire le statut de chaque militant, membre du bureau ou non, par rapport à la question électorale. Son statut, est-ce qu’il est électeur ou non? Dans un premier temps, les membres de tous les bureaux des délégations, des sections, des comités de base devraient donner leur statut vis-à-vis des élections et le Pdci s’organise pour régler donc ce problème. Quand le personnel politique de base sera en règle vis-à-vis de la question électorale, alors, nous les utilisons comme des soldats pour aller chercher les électeurs avec une procédure bien arrêtée et nous allons aller sur le terrain. Le Séminaire de Bingerville a demandé que nous puissions mettre sur la liste électorale pour notre compte, 1 500 000 nouveaux électeurs à ajouter sur ceux qui existent déjà. C’est une tâche qui est très importante parmi les activités que mèneront les délégations pour dynamiser cette activité de recensement électoral qui est très importante.

Trois mois après, est-ce que vous avez un bon retour concernant le travail qui a été fait sur le terrain?
D’abord, le bon retour qu’on a, c’est le stress que nous sentons au niveau des délégués départementaux et communaux. Chacun a vraiment l’impression qu’on lui met la pression. Ça c’est une bonne chose, en espérant que ça ne va pas entacher leur santé. Donc, la première impression, un délégué stressé, ça veut dire qu’il est déjà conscient, ça veut dire qu’il est sur le terrain, ça veut dire qu’il est en train de travailler. Si cette pression emmène nos délégués à une situation cardiaque un peu difficile, nous avons des Professeurs pour les soigner dont le chef du Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué. Le stress, l’angoisse et le fait que les gens soient sur le terrain, c’est déjà le premier résultat. Maintenant, le deuxième résultat, nous sommes effectivement en train de recueillir les données. Le secrétaire exécutif en chef a lu tout à l’heure, les délégués qui ont eu des points. C’est pour encourager les gens. Nous pensons que d’ici la fin de la semaine, nous serons au 28, 29 septembre, je pense que les ¾ des données seront rentrés. Celles que nous, nous allons analyser, nous allons les informatiser et les confronter aux résultats de leur feuille de route. Je pense que pendant les trois mois, nous avons un bon résultat.

Les bons points viennent d’où?
Chaque fois que les délégations arrivent, nous contrôlons la qualité du document qui est venu. On note et c’est sur cette base-là que nous avons tiré les statistiques à chaud. Puisque c’est une tribune où tout le monde sera à chaud et je pense que sur les 208 délégations, quand le secrétaire exécutif a cité, on se trouve autour de 60 qui ont leurs dossiers qui sont arrivés. Si vous ajoutez 3 ou 4 jours, d’ici le 27 ou 28, nous aurons entre 85% et 90%.

Les bons résultats viennent de toute l’étendue du territoire?
Oui, des 208 délégations. Sur toute l’étendue du territoire, parce qu’il a cité Koro 1, Koro 2, Korhogo, au sud, il a cité Aboisso. Donc, c’est vraiment sur toute l’étendue du territoire que les résultats arrivent. Et les bons viennent de partout.

Vous avez eu plus d’une heure d’échange. Quelles sont les préoccupations posées par les délégués ?
C’était une tribune d’information technique. Nous avons fait état du contenu des tableaux. Il y a eu des questions sur la procédure, le découpage, la circulation de l’information, la préparation des esprits à ce travail de terrain etc. Le secrétaire exécutif a donné en détail toutes les concertations qui ont précédé le découpage, tant avec les délégués, des vice-présidents que les sachant au niveau de chaque délégation. Donc le découpage ne s’est pas fait de façon aléatoire. Ça a été un processus préparé. Les délégués avaient aussi demandé le soutien des inspecteurs du parti. Quand vous avez des délégations denses comme celles des communes d’Abidjan, il y a des délégués qui ont souhaité que dans la finalisation du recrutement des ressources humaines, des inspecteurs viennent sur le terrain pour suivre l’évolution des recrutements au niveau du personnel. L’un des délégués qui est intervenu nous a invités à participer à la sensibilisation. Le secrétaire exécutif a fait un certain nombre de missions dans ce sens.

Vous revenez de Daoukro où le président Bédié a adressé un message. Est-ce que ce message aura une influence sur le déroulement des activités ?
Le préambule du questionnaire que nous avons rédigé dit ceci dans son premier paragraphe.’’ Son Excellence Henri Konan Bédié, président du Pdci-Rda, lors du 3ème anniversaire de l’Appel de Daoukro, le 17 septembre 2017, a réaffirmé pour ceux qui doutaient encore de la candidature d’un cadre, militant actif du Pdci-Rda à l’élection présidentielle de 2020, ce dernier sera, a-t-il confirmé :’’Le candidat unique de notre groupement politique, le Rhdp. Rappelons-nous que c’est par cette position affirmée que le président du parti avait déjà endossé les recommandations du Séminaire de Bingerville d’Avril 2017 dont le début de mise en œuvre a été à la base de cette feuille de route. Donc, Daoukro conforte cette nécessaire dynamisation des structures de base du parti. Parce que Bédié n’a pas changé de cap. Il dit cap 2020, objectif 2020. Le Discours de Bédié a donc solidifié notre démarche.

La prochaine réunion concernant les délégués, c’est quand ?
La prochaine réunion concernant les délégués départementaux et communaux que nous appelons les séances de restitution commencent du 19 au 21 octobre par le District d’Abidjan. Entre autres, il y aura plusieurs autres réunions. Il y aura aussi les 3 et 4 octobre.
Propos recueillis
par Diarrassouba Sory (In Le Nouveau Réveil)