Kah ZION, délégué de Toulepleu: «PDCI-RDA, ne nous laissons pas distraire par Joël N’guessan, allons à l’essentiel!»

Si l’on part du sage principe populaire que les enfants ne lancent des pierres et des bouts de bois qu’à un arbre qui produit des fruits agréables, on ne peut aucunement s’offusquer de ce que les dernières interviews accordées par le président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et président de la Conférence des présidents du RHDP, provoquent tant d’hystérie dans les rangs de quelques politiciens du dimanche se cachant derrière les réseaux sociaux et des pseudo-déclarations. Car, à la vérité, le président Henri Konan Bédié, homme politique avisé, sage et pondéré, a toujours fini par avoir raison, quand il donne son avis sur une situation donnée. Et ce, depuis toujours. Aussi est-il habitué aux diatribes de ceux qui font à la fois preuve de cécité politique et de haine gratuite.

D’ailleurs, qu’est-ce que le président du PDCI-RDA a dit de si nouveau dans « Jeune Afrique » et « TV 5 » qui donne tant de démangeaison chez les nouveaux convertis qui veulent démontrer leur dévouement, quand il dit qu’ « En 2020, le candidat du Rhdp sera issu de mon parti » et que «.l’élection présidentielle de 2020 n’intéresse pas Soro Guillaume.mon protégé » et que «le débat actuel sur la présidentielle de 2020 est malsain » et qu’il faut plutôt attendre que Ouattara et lui s’accordent sur la question de l’alternance ? Pour le lecteur attentif, trois fortes illustrations sont à retenir des dernières interviews du président Henri Konan Bédié.

Primo, en faisant cette déclaration, le président Henri Konan Bédié est resté dans sa logique de préservation de la Paix, qui l’avait amené en 2010 à respecter sa parole en appelant le PDCI-RDA et les autres partis du RHDP à voter pour le Président Ouattara au second tour, comme le stipulait bien l’Accord de Paris de mai 2004. C’est cette même logique de Paix qui l’a poussé à lancer l’Appel de Daoukro le 17 septembre 2014, appel dans lequel il appelait tout le RHDP à avoir pour unique candidat le président Ouattara et à tout faire pour lui donner un deuxième mandat. La même logique de Paix le fait intervenir chaque fois dans le sens de la cohésion et de l’union. Le 30 décembre 2016, dans son message de fin d’année, il a dit : «.Militants du RHDP, nous sommes les plus nombreux. C’est ensemble dans l’union que nous serons plus forts, face aux batailles futures. Notre engagement doit être sans faille. Ne laissons pas les divisions et les rancœurs miner ce bel outil que nous avons forgé. Le gouvernement sous la houlette du Président Alassane Ouattara est au travail, pour le bonheur de tous. »

Secundo, dans les déclarations du président Bédié, transparaît aussi l’image d’un démocrate éclairé qui ne veut jamais aller à la confrontation pour la confrontation. Bédié rappelle chaque fois que le dernier mot appartient aux militants, au peuple, comme il l’a si bien rappelé dans ses interviews : «.En 2020, le candidat du Rhdp sera issu de mon parti » et en même temps il souhaite que l’on laisse que Ouattara et lui s’accordent. C’est-à-dire qu’il ne veut nullement imposer à son jeune frère un cadre issu du PDCI-RDA, mais s’entendre avec lui sur la matérialisation de ce qu’ils avaient convenu bien avant l’élection présidentielle de 2015. De fait, il va sans dire que le RDR et le PDCI-RDA et les autres partis du RHDP, à travers les présidents Ouattara et Bédié, échangeront et devront s’entendre sur le nom du candidat du RHDP de 2020 qui sera issu du PDCI-RDA. Il est donc erroné d’estimer comme le fait si bien Joël N’guessan Kouassi, dans les colonnes du magazine panafricain « Jeune Afrique » que « la déclaration d’Henri Konan Bédié concerne les militants du PDCI. Pour le RDR, seul notre congrès est habilité à décider de ce qu’il va se passer en 2020. Cela ne nous concerne pas. Tous les partis membres du RHDP ont leur autonomie de gestion et de pensée. Donc le président d’un des partis du RHDP ne peut pas décider à la place des autres. Si Monsieur Bédié a décidé d’avoir un candidat, eh bien qu’il laisse la possibilité aux autres de faire de même. Mais il ne peut pas dire que le RDR va s’inféoder à une décision qu’il prend seul. Cela n’est pas possible. » A moins qu’il ne parle d’un autre parti que le RDR d’Alassane Ouattara, Joël N’guessan Kouassi fait totalement fausse route en s’arrogeant ainsi le pouvoir de se substituer à la direction du RDR qui a dit après une réunion être « d’accord avec Bédié ».

Tertio, homme de parole, Bédié qui a toujours soutenu Ouattara, n’a pas manqué de rappeler à tous que ce qui compte aujourd’hui, c’est de soutenir le président de la République à réussir son mandat en faisant le travail qu’il a promis aux Ivoiriens et qui lui a valu d’être élu à plus de 83% en 2015 pour un second mandat. D’où son interpellation : « le débat actuel sur la présidentielle de 2020 est malsain. ». Le débat est d’autant malsain qu’il est de nature à détourner ceux qui travaillent pour le pays des vrais enjeux et des vrais problèmes.

Comment, dès lors, ne pas s’étonner des réactions injurieuses et malveillantes fusant des rangs de ceux qui, a priori, devraient plutôt être des véhicules de ce message de paix, de cohésion et de loyauté ? Surtout quand la direction du RDR elle-même dit ceci: « la direction du parti est d’accord avec le président Bédié que ce débat est malsain et n’a pas lieu d’être dans le sens que le président Alassane Ouattara qui a été élu par le Rhdp a besoin de sérénité pour conduire le navire ivoire. Et le gouvernement a besoin aussi de sérénité pour agir dans le sens du développement de notre pays pour les populations. », tout en s’étonnant de la résurgence du débat sur la question de l’alternance et de la succession en 2020.

Si Joël N’guessan Kouassi parle contre la position du RDR, alors il ne parle pas au nom du RDR. C’est du reste ce qui est désormais, un désaveu qui apporte de l’eau au moulin de tous les responsables du PDCI qui se sont déjà mis en mission pour l’accomplissement de ce que le président Bédié leur a recommandé : à savoir les instructions fermes pour « assurer la promotion et le succès de la candidature d’un cadre actif du Pdci à la présidentielle de 2020 ». Et le PDCI-RDA qui a un objectif fixé par son président ne doit aucunement se laisser distraire par des propos désobligeants et rétrogrades de Joël N’guessan. Simple citoyen, sa parole n’est pas celle du RDR, encore moins celle de Soro et du Président Ouattara. Les militants du PDCI-DA doivent surtout éviter de tomber dans la polémique inutile suscitée par Joël N’guessan, comme s’ils n’étaient pas sûrs et convaincus de ce que le Président Bédié a dit.

Par DENIS KAH ZION

Commentaires

    Aucun Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.