dsc_0157
Ce jeudi 20 octobre, les dirigeants et militants du PDCI-RDA se sont réunis au siège dudit parti pour aborder le sujet de la nouvelle Constitution. Ici, le discours explicatif de Daniel Kablan Duncan, Premier ministre et Vice-président du PDCI-RDA.

• Messieurs les Vice-Présidents du PDCI-RDA ;
• Distingués membres du Comité des Sages et du Bureau Politique ;
• Mesdames et Messieurs les Ministres ;
• Monsieur le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA ;
• Mesdames et Messieurs les Membres du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA ;
• Mesdames et Messieurs les élus (Présidents de Conseils Régionaux, Députés, Maires) ;
• Vaillants Secrétaires Généraux du PDCI-RDA ;
• Militantes et Militants du PDCI-RDA ;
• Monsieur le Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA
• Chers frères et sœurs,
Je suis particulièrement heureux de prendre part, à votre aimable invitation, à cette séance de travail avec les forces vives de notre Parti à tous,le PDCI-RDA.
Je voudrais donc,avant tout propos, m’acquitter d’un devoir agréable, celui exprimer à Monsieur le Secrétaire Exécutif en Chef du PDCI-RDA, ainsi qu’à l’ensemble des membres du Secrétariat Exécutif, notre profonde reconnaissance pour l’opportunité qu’ils nous offrent ainsi d’échanger avec les responsables locaux de notre Parti, sur un sujet majeur d’actualité et d’intérêt pour notre cher pays, à savoir, le prochain vote référendaire pour l’adoption de la nouvelle Constitution devant aboutir à la 3ème République.
Je voudrais ensuite adresser nos salutations les plus militantes et les plus fraternelles aux hautes personnalités du Parti ici présentes, pour leur engagement constant et militant au service du PDCI-RDA et de la Côte d’Ivoire. Vénérables et distingués membres des instances du PDCI-RDA, recevez nos remerciements appuyés pour l’ensemble des efforts que vous déployez sans cesse, à divers niveaux pour le rayonnement du PDCI-RDA et le triomphe de ses idéaux de paix, de fraternité et de progrès partagé. Votre présence à nos côtés à cette rencontre d’échanges avec la basedu PDCI-RDA en ce qui concerne la Zone Sud notamment, témoigne encore une fois de votre ardente volonté de toujours servir le PDCI-RDA.

Aux intrépides et vaillants Secrétaires de Section du PDCI-RDA, j’exprime ma reconnaissance pour votre mobilisation de tous les instants et votre engagement permanent pour le PDCI-RDA.
– Vaillants Secrétaires Généraux du PDCI-RDA,
Je me permets de vous rendre un vibrant hommage pour votre militantisme, votre courage, votre détermination et votre foi en une Côte d’Ivoire de paix et de fraternité. Grâce à votre mobilisation, grâce à votre engagement et surtout grâce à la confiance que vous placez en vos dirigeants, au premier rang desquels se trouve le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA et Président aussi du Présidium du RHDP.Le PDCI-RDA poursuit allègrement sa marche au service de la Côte d’Ivoire et du peuple ivoirien.
– Vénérables Membres des Instances
du PDCI-RDA ;
– Militantes et militants du PDCI-RDA,
La Côte d’Ivoire aborde une phase décisive de son histoire avec la tenue le 30 octobreprochain, d’un referendum pour l’adoption de la nouvelle Constitution.
Comme à toutes les étapes cruciales de la marche de notre pays, le PDCI-RDA se doit de répondre, encore une fois, présent à ce rendez-vous historique, qui engagera notre pays au cours des décennies futures.
Comme à tous les moments importants de l’histoire de la Côte d’Ivoire, la décision du PDCI-RDA, des militantes et militants que vous êtes,impactera fortement le sort qui sera réservé à la nouvelle Constitution et à l’avenir de notre cher pays.
Il était donc de notre devoir, devoir d’ailleurs fort agréable, de vous entretenir sur les enjeux de cette nouvelle Constitution, afin, non seulement de conforter votre adhésion à cette réforme politique majeure, mais aussi et surtout,faire de vous les ambassadeurs de la nouvelle Constitution et ses défenseurs partout sur le terrain et auprès de nos très nombreux militantes et militants.
Alors pourquoi, voter « Oui » au referendum Constitutionnel du 30 octobre prochain me direz-vous ?Oui, pourquoi ?
Premièrement, pour nous militants du PDCI-RDA, il s’agit d’un devoir militant ; notre Parti, le PDCI-RDA étant partie prenante et acteur de la réforme constitutionnelle.
En effet, la réforme constitutionnelle qui sera soumise au peuple ivoirien le 30 octobre 2016, a été fortement inspirée par le Président Alassane OUATTARAqui, dans une belle convergence de vue avec son ainéle Président Henri Konan BEDIE, en ont tracé les grandes lignes. Le Président Henri Konan BEDIE, comme pour le confirmer, a tenu à accompagner personnellementle Président de la République au Parlement, le 05 octobre 2016. Un fait historique sans précédent dans notre pays !(Un Président de la République en exercice et un ancien Président de la République ensemble à l’Assemblée Nationale).
Ensuite, les Députés issus du PDCI-RDA, avec leurs collègues du RDRainsi que les autres députés issus des partis membres du RHDP,ont voté à une écrasante majorité (95,9%), l’avant-projet de Constitution aussi bien en Commission qu’à la plénière. Il s’agit donc maintenant pour tous les militants de parachever le « OUI » du PDCI-RDA à la nouvelle Constitution, en la votant massivement, le 30 octobre 2016.Nous nous devons donc de démontrer par notre vote que le PDCI-RDA est un Parti uni et soudé, où les militants sont en phase avec leurs dirigeants ; un Parti fidèle à ses engagements.
Deuxièmement, et dans le fond, la nouvelle Constitution est conforme à l’esprit et à la philosophie politique du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY et du PDCI-RDA,parce que cette Constitution vise à préserver la Côte d’Ivoire de l’instabilité eten lui garantissant la paix et la stabilité politique, le bien le plus précieux pour le PDCI-RDA.
Vous savez tous que la question de la successiona toujours été un élémentimportant destabilité ou d’instabilité d’un pays. La nouvelle Constitution règle et clarifie cette question en prévoyant tous les mécanismes pour la continuité du pouvoir, à travers la création d’un poste de vice-Président.
A partir de 2020,le Vice-Président sera élu au suffrage universel direct, sur le même ticket que le Président de la République. La nouvelle Constitution s’inspire en cela des exemples réussis au GHANA, au NIGERIA et aux ETATS-UNIS pour ne citer que ces pays.
Il convient de rappeler que, le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY avait eu cette vision là en 1980,en introduisant cette disposition dans la Constitution avant de la retirer par la suite.
J’ajoute aussi que l’idée de la création d’un poste de Vice-Président a été proposée et adoptée par le 12ème Congrès du PDCI-RDA en 2013.
Pour ce qui est des questions d’éligibilité à la Présidence de la République, la nouvelle Constitution retire toutes les notions conflictuelles qui ont favorisé la grave crise socio-politique traversée par notre pays, au cours des décennies passées. Sur ce point, le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARAet le Président du PDCI-RDA, Son Excellence Monsieur Henri Konan BEDIE,entendent ainsi respecter leurs engagements internationaux, en référence à la table ronde de Linas Marcoussis de 2003.
A Linas Marcoussis, étaient présents,le PDCI-RDA et tous les acteurs politiques y compris l’actuelle opposition. Ils se sont accordés sur la nouvelle réécriture des conditions d’éligibilité, qui figure aujourd’hui dans la nouvelle Constitution.
La nouvelle constitution est donc une Constitution pour la paix ; elle ferme la parenthèse de dix années de crise et de guerre ouverte par la Constitution de 2000.
S’agissant de la création du SENAT, je vous rappelle qu’il s’agit là aussi d’une réforme importante voulue par le Président Henri KONAN BEDIE en 1998 déjà, alors qu’il était Président de la République et que du reste, plusieurs pays africains ont adopté par la suite. La création du SENAT renforce le pouvoir législatif et la démocratie (Cf. notamment aux USA, temple de la démocratie).
Autant de raisons qui me font dire qu’un grand nombre de ces réformes politiques et institutionnelles majeures de la nouvelle Constitution sont d’inspiration PDCI-RDA et Houphouétiste. Il est donc de notre responsabilité première en tant que militant du PDCI-RDA, de défendre ces réformes qui sont conformes à nos valeursde paix et de fraternité et à la vision politique des pères fondateurs de notre Parti et du RHDP.
Mais au-delà, la nouvelle Constitution renforce les Institutions de la République, à travers une synthèse harmonieuse entre les valeurs de notre civilisation et les exigences d’une société ouverte sur le monde et consciente des défis nouveaux qui s’impose à elle. Dans cette perspective des réformes importantes ont été opérées :
1. Au plan judiciaire, l’indépendance du pouvoir judiciaire est davantage réaffirmée à travers (i) le choix parmi les hauts Magistrats du futur Président du Conseil Supérieur de la Magistrature et (ii) la création de deux juridictions, la Cour Suprême et la Cour des Comptes qui est érigée en une Institution séparée, conformément à nos engagements au sein de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA ;
2. Le renforcement du rôle dela Chambre des Rois et des Chefs traditionnels, afin debénéficier davantage de la sagesse des Autorités traditionnelles dans la gestion des conflits sociaux, la préservation de la paix et le renforcement de la cohésion sociale ;
3. L’extension du champ des compétences du Conseil Economique et Social (CES) aux aspects environnementaux et culturels.
Ces avancées renforcent le caractère moderne et démocratique de notre système politique et institutionnel,et visent une plus grande participation de l’ensemble des forces vives à la construction de notre pays.
Troisièmement, la nouvelle Constitution règle durablement la question foncière dans notre pays.
Ainsi, la Constitution reconnait clairement que seuls l’Etat, les collectivités publiques et les personnes physiques de nationalité Ivoirienne, peuvent accéder à la propriété foncière rurale. Désormais les non nationaux ne peuvent être propriétaires de terres rurales ; mais ils peuvent accéder à la terre en la louant. Dans ce cas, ils peuvent avoir recours au bail emphytéotique, qui peut durerjusqu’à 99 ans.
La Côte d’Ivoire étant pour l’heure,un pays essentiellement agricole, la clarification et lasécurisation des droits en matière de foncier rural contribueront sans aucun doute à un développement agricole plus important avec des retombés positifs au plan économique. C’est également une des portes des conflits sociaux qui se renferme.
Quatrièmement la nouvelle Constitution favorise la promotion des jeunes et des femmes dont le rôle dans le développement de notre pays est mieux réaffirmé.
En effet, la nouvelle constitution :
– fait la promotion des droits politiques de la femme et garantit la parité entre les hommes et les femmes ;
– protège la jeunesse contre toutes formes d’exploitation et d’abandon ;
– soumet l’Etat et les collectivités à l’obligation de créer les conditions favorables à l’éducation civique et morale de la jeunesse, et à sa participation au développement de notre pays ;
– prévoit la prise de mesures nécessaires, en vue d’assurer la participation de la jeunesse au développement social, économique, culturel, sportif, physique et créatif.
Il s’agit incontestablement, d’avancées majeures pour le bien-être de nos jeunes et de nos femmes ainsi que de la concrétisation de l’engagement du Président de la République de faire d’eux le fer de lance de l’émergence de la Côte d’Ivoire en 2020.

Cinquièmement, la nouvelle Constitution ouvre davantage les portes du progrès à la Côte d’Ivoire et du bonheur de nos populations.
– Chers frères et sœurs,
La nouvelle Constitution jette les bases d’un nouveau contrat social qui a pour socle, les acquis immuables de notre jeune Nation en matière de démocratie, de promotion des droits de l’homme, mais aussi et surtout, de progrès et de développement économique et social.
Oui, au-delà des réformes institutionnelles importantes dont je viens d’évoquer quelques aspects, le cœur de la nouvelle Constitution réside dans la promotionde l’homme ivoirien ou de « l’ivoirien nouveau », dont les droits fondamentaux sont mieux garantis et les aspirations légitimes mieux prises en charge.
Ainsi, la nouvelle Constitution :
– réaffirme l’attachement de la Côte d’Ivoire aux droits humains et aux libertés ;
– interdit avec une plus grande fermeté,toute forme de discrimination fondée sur la race, le sexe, la religion ou l’ethnie ;
– garantit le droit de chaque citoyen à un libre et égal accès à la Justice, à l’information et aux documents publics ;
– renforce le caractère obligatoire de l’école ;
– interdit le travail des enfants ;
– promeut la liberté de création artistique et littéraire ;
– condamne le déversement des déchets toxiques ;
– garantit la protection des personnes en situation de handicap ;
– favorise davantage la promotion et le respect de la bonne gouvernance dans la gestion des affaires publiques ;
– associe davantage les ivoiriens de l’extérieur au développement économique et social de la Côte d’Ivoire ;
– garantit le droit de l’opposition démocratique ;
– règlemente le cumul des mandats etc…

A l’évidence, la nouvelle Constitution renforce les conditions pour l’émergence d’un citoyen nouveau et d’une société de progrès social et humain, dans la justice et l’équité.

– Militantes et Militants du PDCI-RDA,

L’adhésion des militants du PDCI-RDA que nous sommes à la nouvelle Constitution, tient donc à la fois du cœur et de la raison. Oui, la nouvelle Constitution porte la marque du PDCI-RDA dont la philosophie politiquea contribué à l’écriture des grandes lignes. Oui, la nouvelle Constitution solde les contentieux douloureux de notre passé et nous ouvre des perspectives nouvelles pour l’édification d’une nation de paix et de concorde nationale.

C’est pourquoi, je vous exhorte à vous l’approprieret à l’expliquerpartout autour de vous et surtout,à faire en sorte que nos militants, en particulier ceux de la Région Sud soient très nombreux dans les bureaux de vote et votent massivement « Oui » au referendum le 30 octobre prochain.

Je vous invite pour cela à rester sourds aux oiseaux de mauvais augures et aux amateurs de politique politicienne.

Comme nous le savons tous, l’expression achevée de la démocratie, c’est le recours au suffrage du peuple ; seul donc le peuple ivoirien jugera de l’opportunité ou non de la réforme constitutionnelle proposée, le 30 octobre 2016 ; seul le peuple ivoirien appréciera, mieux que quiconque la légitimité de la nouvelle Constitution.

N’ayez donc aucun complexe ; surtout qu’au surplus, le Président de la République a procédé à une large consultation, afin d’impliquer toutes les sensibilités politiques ou religieuses de notre pays.

Je sais donc pouvoir compter sur vous chers frères et sœurs, pour que le 30 octobre 2016, nous portions sur les fonds baptismaux la troisième République,dans la ferveur et avec responsabilité, en votant massivement « OUI » au referendum.N’est-ce pas ?
Alors :
• Votons oui à la nouvelle Constitution pour la paix et le progrès ;
• Votons oui à la nouvelle Constitution pour la préservation de nos droits en matière de foncier rural;
• Votons oui à la nouvelle Constitution pour la valorisation de nos cultures et de nos traditions;
• Votons « Oui » à la nouvelle Constitution pour l’avenir de nos jeunes et la promotion des femmes ;
• Votons « Oui » à la nouvelle Constitution pour le développement politique, économique, social et culturel de la Côte d’Ivoire ;
• Oui, votons « oui » pour « la Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020. »
Je vous remercie de votre aimable attention.
Propos recueillis par Guy TRESSIA