70ans-PDCI-Lancement-suite-0028
Quelle hérésie, quelle ignominie et, surtout, quel gros mensonge que cette manipulation de la soi-disant journaliste de Mediapart, nommée Fanny Pigeaud qui, tel un pigeon, distille ragots et contre-vérités sur le Président Henri Konan Bedie ! Faire croire qu’en 2010, l’homme d’honneur et de dignité qu’est et reste Henri Konan Bedie, a troqué sa « 2è place » à l’élection présidentielle contre un plat de lentilles, relève d’une grotesque affabulation. La cible de cette grande arnaque, Henri Konan Bedie, se réserve le droit de saisir les juridictions compétentes pour éviter que pareille forfaiture ne soit colportée ici et ailleurs.
C’est le lieu d’indiquer qu’en 2010, le Président Bedie avait saisi le Conseil Constitutionnel aux fins d’examiner les irregularites qui avaient été notées. Par la suite, le Conseil Constitutionnel aux ordres, n’avait pas suivi.
Alors question: comment un candidat qu’on accuse d’avoir pris de l’argent pour céder sa  » 2è place », aurait-il pu, à la fois, empocher le magot et saisir le juge des élections ? Ou se trouvent donc la logique et la cohérence de telles allégations?
Non, l’on dit chez nous que même si le lievre est ton ennemi, il faut savoir tout de meme reconnaitre et conceder qu’il sait courir, vite et bien! C’est le droit de Pigeaud et de tous les pigeons et oiseaux de mauvais augure de défendre toutes les personnes poursuivies devant la CPI pour crimes contre l’humanité, mais tout de même, ils doivent reconnaitre que le Président Henri Konan Bedie, icone nationale, homme de paix, de sagesse, d’honneur et de grande dignite, n’a jamais été mêlé et ne sera, sans doute jamais mêlé, à un trafic aussi laid,sordide qu’incroyable de marchandage électoral, hideux et détestable!
Occupé à contribuer, aux cotés du Président de la République, à la consolidation de la paix et de la cohésion nationale en vue du progrès et de l’émergence, le Président Henri Konan Bedie, ne se laissera point distraire par des écrits aussi mensongers et tendancieux. Honte à Pigeaud et à son imagination perfide et empuantie.
Henri Konan Bedie n’a pas perçu un seul centime et n’a jamais accepté ,ni négocié, encore moins conclu un quelconque marché électoral ou de dupes.

Le Cabinet du Président Henri Konan BEDIE